Calenda - Le calendrier des lettres et sciences humaines et sociales

Peut-on quantifier le care ?

Can care be quantified?

*  *  *

Publié le jeudi 05 octobre 2017 par Anastasia Giardinelli

Résumé

Le « care », comme disposition et pratique, est bien souvent présenté comme un « travail inestimable » (Jean Oury), résistant à toute forme d’objectivation. Ce séminaire, organisé par Hadépas et le Centre d'éthique médicale, entend se consacrer à cette problématique. Quels sont les arguments qui plaident pour cette démesure du care ? S’agit-il de voir en lui une dimension de gratuité inéliminable, relevant de la logique du don ? Cette démesure ne renvoie-t-elle pas plutôt à « l’inévaluable » de ce travail (Ogilvie), qui repose sur le hiatus irréductible entre le prescrit et le réalisé ?

Annonce

Argumentaire

Le « care », comme disposition et pratique,est bien souvent présenté comme un « travail inestimable » (Jean Oury), résistant à toute forme d’objectivation. De plus, l’éthique du care se définirait comme une « théorie non idéalisée » (Eva Feder Kittay), prenant la forme d’une éthique contextuelle non formalisable et rejetant toute forme de protocolisation du bien prendre soin. La problématique de la « quantification » du care constitue sans nul doute un des lieux de cristallisation de ces critiques et résistances. Le care serait tout entier dans la « démesure » (Pascale Molinier).

Ce séminaire, organisé par Hadépas et le Centre d'éthique médicale, entend se consacrer à cette problématique. Quels sont les arguments qui plaident pour cette démesure du care ? S’agit-il de voir en lui une dimension de gratuité inéliminable, relevant de la logique du don ? Cette démesure ne renvoie-t-elle pas plutôt à « l’inévaluable » de ce travail (Ogilvie), qui repose sur le hiatus irréductible entre le prescrit et le réalisé ?

Néanmoins, le care n’est-il pas institutionnellement et quotidiennement mesuré : calcul du temps de travail, management des organisations médicosociales et de santé, démarches Qualité, Tarification à l’Activité, Allocation Personnalisée d’Autonomie, Prestation de Compensation du Handicap, évaluations de la satisfaction, de la Qualité de Vie et du bien-être, etc. ? La quantification désigne t- elle une forme de contrôle renforcé du travail de care, ou permet-elle une forme de négociation entre les acteurs, qui rend visible et met en débat des enjeux du care, dont un des traits est sa « discrétion » (Molinier) ? Alain Desrosières ne souligne-t-il pas en effet que « quantifier = convenir + mesurer » et que, dès lors, quantifier implique toujours de prendre appui sur des conventions sociales ?

Programme

1. Un enjeu à multi-niveaux : macro, méso et micro

19 octobre (14h à 17h) : Les conditions sociales, économiques et politiques de félicité du « care »

Frédéric Pierru - Université Lille 2-CERAPS - UMR 802

Face à la montée, dans l’espace public, du thème de la souffrance au travail, particulièrement dans les mondes professionnels (soin de santé, éducation, psychiatrie, travail social, etc.), on a vu fleurir les notions censées répondre à cette « crise » du travail dans des organisations en réforme permanente : l’ « humanisation », la « bien traitance », le « care », bien sûr, les risques psycho-sociaux, etc. Toutes ces notions ont pour point commun de cadrer le débat dans des termes psychologiques, éthiques, relationnels, et, partant, de thématiser la question de la souffrance au travail dans des catégories individualisantes. Cependant, des mobilisations, issues de divers secteurs professionnels, ont, depuis le milieu des années 2000, non seulement contesté un tel cadrage mais ont aussi tenté de ré-exprimer, dans des registres pluriels (éthique, politique, intellectuel) ce qui, dans leurs pratiques professionnelles quotidiennes, résistent à la rationalisation organisationnelle et gestionnaire. Certains dénoncent, par exemple, combien les innovations managériales peuvent multiplier les entraves à la phronesis, cette « sagesse pratique » identifiée il y a très longtemps par Aristote. En repensant leurs pratiques dans des catégories autres que celles de la technique ou de la science, ils explicitent, dans un même mouvement, les conditions sociales, économiques, organisationnelles et politiques du « bien soigner », du « bien éduquer » ou du « bien accompagner ». 

30 novembre (14h à 17h) : Evolution de la place prise par les outils de gestion dans les organisations en santé

Jean-Claude Moisdon - Directeur de recherche de classe exceptionnelle ENSMP

Après avoir précisé la notion d’outil de gestion telle qu’utilisée dans l’exposé, ce dernier dressera un rapide historique du développement de l’instrumentation gestionnaire dans les établissements de santé, et ce depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, pour analyser plus précisément l’émergence et l’implantation de la tarification à l’activité, en 2004, et ses effets, notamment sur la gestion du personnel hospitalier. Les alternatives aux usages actuels des outils de gestion, seront présentées.

14 décembre (14h à 17h) : Approche individuelle et collective de la mesure des besoins d’aide et de soin : application aux personnes en situation de handicap/dépendance.

Jean-Claude Henrard - Professeur émérite, Laboratoire Santé Vieillissement UPRES 2506, Faculté de Médecine Paris-Ile de France Ouest (PIFO), Université de Versailles Saint–Quentin–en-Yvelines (UVSQ).

On commencera par une introduction portant sur la définition de la population concernée, les concepts et différents types d’instruments de mesure utilisés, les problèmes soulevés par le passage de la mesure à l’analyse de besoins. On illustrera, ensuite, l’ensemble de la démarche en présentant le système d’information intégré développé par le consortium international interRAI et quelques-unes de ses applications.

2. Une logique d’acteurs : stratégie, négociation et résistance

25 janvier (14h à 17h) : Quantification du care : les stratégies des acteurs

Myriam Winance CR INSERM, CERMES3, Villejuif.

Dans le cadre de cette séance, Myriam Winance nous présentera la recherche qu'elle mène actuellement sur l'histoire de l'usage de deux catégories, "handicap rare" et "polyhandicap", portée par deux associations différentes (Clapeaha / Cesap) et qui ont été définies en lien avec des conceptions différentes à la fois de l'organisation du soin et de ce qu'est un "soin spécialisé". En reprenant leur histoire, elle mènera une réflexion sur le lien entre manière de quantifier les besoins et la manière de qualifier le soin. L'utilisation de la notion de "rareté" a été une "stratégie" de l'association pour contourner la difficulté à quantifier des besoins spécialisés et spécifiques. 

22 février (14h à 17h) : Négociation sociale autour des outils de gestion dans les établissements : innovation et quantification.

Valérie Kokoszka - Université Catholique de Lille-Centre d’éthique médicale (Ethics)

29 mars  (journée d’études dans le cadre de la semaine du handicap) : Comment se négocient les chiffres ? C'est quoi mesurer ? (programme à venir)

3. Penser l’usage des données en santé

19 avril  (14h à 17h) : Maîtriser les risques par la construction des chiffres ? Enjeux critiques et éthiques de la mesure des événements indésirables.

Simon Azaïs - Responsable qualité, coordonnateur gestion des risques chez Fondation Diaconesses de Reuilly

La réflexion porte sur les conditions d'une éthique de la décision en gestion du risque a posteriori. Elle interroge la valeur et le statut des méthodes actuellement utilisées pour prioriser les risques à traiter dans les établissements de santé, et cherche à identifier des voies alternatives et complémentaires.

Lieux

  • 5ème étage - maison des chercheurs - 60 bis, rue du port
    Lille, France (59000)

Dates

  • jeudi 19 octobre 2017
  • jeudi 30 novembre 2017
  • jeudi 14 décembre 2017
  • jeudi 25 janvier 2018
  • jeudi 22 février 2018
  • jeudi 29 mars 2018
  • jeudi 19 avril 2018
  • jeudi 17 mai 2018

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Care, éthique, quantification

Contacts

  • Alain Loute
    courriel : alain [dot] loute [at] univ-catholille [dot] fr
  • Céline Lefebvre
    courriel : celine [dot] lefebvre [at] univ-catholille [dot] fr

Source de l'information

  • Céline Lefebvre
    courriel : celine [dot] lefebvre [at] univ-catholille [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Peut-on quantifier le care ? », Séminaire, Calenda, Publié le jeudi 05 octobre 2017, http://calenda.org/417273