AccueilLes imaginaires de la traduction

Les imaginaires de la traduction

The imaginaries of translation

Gli immaginari della traduzione

*  *  *

Publié le vendredi 13 octobre 2017 par Céline Guilleux

Résumé

Suite au grand succès des journées d’études Les imaginaires de la traduction qui se sont tenues les 3 et 4 mars 2017 à la Sorbonne-Nouvelle, nous souhaitons prolonger les réflexions qui s’y sont tenues, de manière à tracer une cartographie novatrice de la pratique et de la théorie du traduire, dans une perspective comparatiste.

Annonce

Argumentaire

Suite au grand succès des Journées d’Études Les imaginaires de la traduction qui se sont tenues les 3 et 4 mars 2017 à la Sorbonne-Nouvelle, nous souhaitons prolonger les réflexions qui s'y sont tenues, de manière à tracer une cartographie novatrice de la pratique et de la théorie du traduire, dans une perspective comparatiste.

Argument

Les rapports entre traductologie et littérature comparée dévoilent toute la complexité et les risques de ces disciplines hybrides, ainsi que l’importance de réfléchir sur leur identité et leurs spécificités. C’était déjà, d’ailleurs, le thème du XIe Congrès de l’Association Internationale de Littérature Comparée (1985) : dans son introduction, José Lambert soulignait l’importance de la traduction comme étant un champ spécifique en même temps que la nécessité d’une interaction entre la théorie, l’histoire de la traduction et les autres disciplines. Cela revient à dire qu’il est souhaitable de considérer la traduction, non seulement d’un point de vue de la littérature, mais aussi l’histoire des savoirs et des pratiques sociales (F. Rastier : 2011 ; A. Guillaume : 2015 ; Y. Chevrel, J.-Y. Masson : 2015). Il nous semble donc nécessaire de repenser la traduction au prisme de la philosophie, de la poétique, des études sur l’imaginaire, enfin, de la repenser comme un art et non comme l’un des domaines de la linguistique appliquée.

En effet, comme l’a avancé G. Lane-Mercier, la littérature comparée et la traductologie trouveraient leur spécificité commune à la fois dans la visée centrifuge, nomade ou encore « cartographique » qui les anime, et dans la logique de l’intersection, du réalignement, de la traversée. C’est par le biais d’un tel processus que ces deux disciplines deviennent des champs de conflit mais aussi de synthèse.

Dans ce contexte, nous souhaitons envisager une hybridation entre la traductologie et les études sur l’imaginaire. On considérera dans ce contexte la notion d’imaginaire de la traduction comme une déclinaison de ce qu’on souhaite appeler les « théories de l’imaginaire linguistique » (Glissant 1996 ; 2010 ; Houdebine 2002).

Perspectives

On pourrait résumer les approches des imaginaires en traduction à travers deux principaux volets.

D’une part, il s'avère intéressant de prendre en considération les manières par lesquelles l’imaginaire intervient dans la représentation « socio-symbolique des pratiques traductives » (Lavieri 2006 ; 2010). Dans cette perspective, on peut parler d’un « imaginaire du traduire » ou d’une « représentation du traduire » qui s’incarne dans des métaphores, des stéréotypes ou des récits. On traitera alors les représentations, les récits, les métaphores et les mythes du traduire, aussi bien que les connotations appliquées à l'acte de traduction dans les textes théoriques ou dans les paratextes.

D’autre part, en ce qui concerne l’étude des textes traduits, il est crucial d’observer les procédés par lesquels l’imaginaire et l’imagination des traducteurs, en relation avec l’imaginaire collectif, jouent un rôle concret dans la pratique traduisante (Raimondo 2016a ; 2016b). En effet, on peut constater que nombre de solutions traductionnelles dérivent de l’imagination créatrice des traducteurs, qui s’incarne dans des choix linguistiques et poétiques, comme l’on peut remarquer par exemple à travers les travaux de Collinge (2000) ou de Verger (2010). Dans cette perspective, la traductologie est considérée du point de vue d’une « génétique de la traduction » au sens large qui repense son identité à la lumière des études sur l’imaginaire. Ce deuxième volet explore les imaginaires de la traduction et la psychè des traducteurs face aux textes. Avec une certaine prudence, on pourra aussi parler de « psychologie de la traduction ».

C’est d’ailleurs par une telle interdisciplinarité (Bassnett et Lefevre 1998 ; voir Ladmiral 2006 : 109-125) qu’on peut espérer mettre en perspective la traduction avec l’histoire des savoirs (Rastier 2011 ; Guillaume 2015 ; Chevrel et Masson 2015), ainsi qu’organiser la complexité des facteurs fondant la traduction littéraire à l’intérieur d’un système cohérent, qui tient compte à la fois de la dimension linguistique et du substrat socioculturel, comme le souligne Bassnett (1998 : 10). En d’autres termes, c’est grâce à une telle inspiration que la traductologie peut approfondir l’étude de ses « sphères d’influence » (Guillaume 2014 ; 2016) ou « sphères d’existence » (Ballard 2016), dans le but d’améliorer l’efficacité et la profondeur de ses outils analytiques et herméneutiques.

Il s’agit de considérer la traduction à l’intérieur de ce qu’on pourrait appeler les « circonstances événementielles de la production imaginaire » (Van Eynde 2005). En effet, on peut constater que nombre de choix traductionnels dérivent de l’imagination créatrice des traducteurs, à savoir une « imagination active » (Jung 1970) qui s’incarne, consciemment ou inconsciemment, dans des choix linguistiques et poétiques.

Il s'agira donc d’envisager ce que Paul Ricœur nomme une « poétique de la volonté » (Ricœur : 1986) en observant un certain nombre de phénomènes et d’expériences « à la charnière du théorique et du pratique » (P. Ricœur : 1986). Cette conception de l’imagination fait clairement écho à celle de Giambattista Vico qui, dans la Scienza nova (1744), expose la doctrine des « universaux fantastiques » dans laquelle l’imagination est considérée par rapport à son lien avec la poétique et avec l’histoire. De ce point de vue, on peut renvoyer aux inspirations d’Olivier Rimbault (2015 : 24-28) qui reprend les théories de Carl Gustav Jung (1993) et de Gilbert Durand (1984) et envisage l’existence d’une même structure de l’imaginaire et des discours culturels : une « zone matricielle » (Rimbault 2016) commune serait alors à l’origine des archétypes et des idées.

Dans le contexte de cette publication, nous souhaitons proposer quelques pistes de réflexion sans prétention à l'exhaustivité :

  • l’imaginaire « socio-symbolique » de la traduction
  • les représentations, les récits, les métaphores et les mythes du traduire
  • la psychè des traducteurs
  • l’imaginaire exotique en traduction
  • l’imaginaire du traduire comme violence
  • les rapports entre imaginaire du traducteur et pratique traduisante
  • les approches mystiques de la traduction
  • les imaginaires philosophiques de la traduction
  • les imaginaires politiques de la traduction
  • les imaginaires sourciers et ciblistes
  • psychanalyse et imaginaire des traducteurs
  • psychologie de la traduction
  • l’imaginaire dans la traduction des textes fondateurs
  • les représentations du traducteur dans les littératures et les arts
  • imaginaire et « belles infidèles »
  • la sémiotraductologie à l’épreuve de l’imaginaire

Modalités de soumission et calendrier

On attendra des contributions qu'elles s'appuient sur les références bibliographiques citées ci-dessus, ainsi que sur les indications théoriques qui ont présidé à ces journées d'études (voir www.imagotrad.hypotheses.org/120).

Les articles devront compter entre 25.000 et 40.000 caractères (bibliographie inclue) et devront parvenir au format WORD en deux exemplaires : l'un signé et l'autre anonymé

avant le 5 novembre 2017

 aux adresses ci-dessous. Les articles devront être accompagnés d’un résumé en français, en italien et en anglais (150/200 mots pour chaque résumé) et d’une brève biobibliographie en anglais (150/200 mots pour chaque biobibliographie). Le formatage des textes devra suivre soigneusement les consignes suivantes :

http://itineraires.revues.org/2255#tocto4n8

Les auteur-e-s sont prié-e-s de suivre rigoureusement les règles de cet appel à contribution. Les propositions incomplètes ne seront pas prises en compte.

Les propositions acceptées seront soumises à une double relecture anonyme.
Après une correction approfondie, les articles apparaitront dans un numéro spécial de la revue Itinéraires (Université Paris 13, 2018), classée ERIH PLUS.

  • raimondo.riccardo@yahoo.it
  • ths.vuong@gmail.com
  • bezari.christina@gmail.com

Responsables

  • Christina Bezari (Univ. of Ghent)
  • Riccardo Raimondo (Univ. Sorbonne Paris Cité)
  • Thomas Vuong (Univ. Paris 13)

Comité scientifique

  • James K. Archibald (McGill University),
  • Franco Buffoni (Università di Cassino),
  • Carole Birkan-Berz (Université Sorbonne-Nouvelle),
  • Teresa Caligiure (University of Hamburg),
  • Antoine Cazé (Université Paris-Diderot),
  • Guillaume Coatalen (Université de Cergy-Pontoise), 
  • Lieven D'Hulst (Université de Louvain),
  • Roberto Deidier (Università Kore di Enna),
  • Caroline Fischer (Université de Pau et des Pays de l'Adour),
  • Teresa Franco (University of Manchester),
  • François Géal (Université Lyon 2),
  • Rosario Gennaro (University of Antwerp),
  • Philippe Guérin (Université Sorbonne-Nouvelle),
  • Astrid Guillaume (Paris-Sorbonne),
  • Michela Landi (Università di Firenze),
  • Marianne Lederer (Université Sorbonne-Nouvelle),
  • Ilse Logie (University of Ghent),
  • Jean-Yves Masson (Université Paris-Sorbonne),
  • Chiara Montini (ENS/CNRS),
  • Franco Nasi (Università di Modena),
  • Paschalis Nikolaou (University of Corfu),
  • Nicholaos Papadimitriou (University of Corfu),
  • Antonio Prete (Università di Siena),
  • Jennifer Rushworth (University College of London),
  • Laura Santone (Università di Roma),
  • Fabio Scotto (Università di Bergamo),
  • Pietro Taravacci (Università di Trento),
  • Giota Tempridou (Aristotle University of Thessaloniki),
  • Gilda Tentorio (University of Pavia),
  • Beatrijs Vanacker (University of Leuven), [et al.].

 

Bibliographie

Yves CHEVREL, Jean-Yves MASSON : « Avant-propos », in Véronique DUCHÉ (dir.). Histoire des traductions en langue françaiseXVe et XVIe siècles (1470-1610), Lagrasse, Verdier, 2015, p. 7-14.

Michel BALLARD : « La traductologie comme espace », Les Langues Modernes, année 11, n°1 (2016), 14-25.

Susan BASSNETT, André LEFEVERE : Constructing cultures: Essays on Literary Translation. Clevedon, Multilingual Matters, 1998.

Franco BUFFONI : Con il testo a fronte. Indagine sul tradurre e l’essere tradotti, Novara, Interlinea 2007 (II edizione accresciuta Interlinea 2016).

Linda COLLINGE : Beckett traduit Beckett : de « Malone meurt » à « Malone Dies », l’imaginaire en traduction. Genève, Droz, 2000.

Gilbert DURAND : Les structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Bordas, 1969 ; 10ème rééd. Paris, Dunot, 1984.

Edwin GENTZLER : Contemporary Translation Theories. Londres/New York, Routledge, 2001.

Édouard GLISSANT : Introduction à une poétique du divers. Paris, Gallimard, 1996.

Édouard GLISSANT : L’imaginaire des langues, entretiens avec Lise Gauvin, Paris, Gallimard, 2010.

Astrid GUILLAUME : « Vers une sémiotique diachronique et contrastive des cultures », in Driss ABLALI, Sémir BADIR, Dominique DUCARD (dir.) : Documents, textes, œuvres. Perspectives sémiotiques, Presses Universitaires de Rennes, 2014, p. 381-406.

Astrid GUILLAUME : « L’interthéoricité : sémiotique de la transférogenèse. Plasticité, élasticité, hybridité des théories ». PLASTIR (Plasticités, Sciences et Arts), n° 37 (2014), p. 1-36.

Astrid GUILLAUME : « The Intertheoricity : Plasticity, Elasticity and Hybridity of Theories ». Human and Social Studies. Vol. 4, n°1 (2015), p. 13-29.

Astrid GUILLAUME : « Avant-propos », in Astrid GUILLAUME (dir.), Traduction et implicites idéologiques. Paris, Éditions La Völva, 2016, p. 5-12.

Anne-Marie HOUDEBINE (dir.) : L’imaginaire linguistique, Paris, L’Harmattan, 2002.

Antonio LAVIERI : Translatio in fabula. La letteratura come pratica teorica del tradurre, Editori Riuniti, Roma 2007.

Antonio LAVIERI : « Gli sguardi, i fatti e l’immaginario del tradurre », in Stefano ARDUINI et Ilide CARMIGNANI (dir.) Le giornate della traduzione letteraria : nuovi contributi. Rome, Iacobelli, 2010, p. 135-139.

Charles LE BLANC : Le complexe d’Hermès, Presses de l’Université d’Ottawa, 2009.

Christine LOMBEZ : La Seconde Profondeur : la traduction poétique et les poètes traducteurs en Europe au XXe siècle. Paris, Les Belles Lettres, 2016.

Jean-Yves MASSON : « Territoire de Babel (notes sur la théorie de la traduction) », Corps Ecrit, n°36, Babel ou la diversité des langues, PUF, 1990, pp. 157-160.

Antonio PRETE : All’ombra dell’altra lingua. Per una poetica della traduzione, Torino, Bollati Boringhieri, 2011.

Carl Gustav JUNG : Types psycologiques, préf. et trad.n de Y. Le Lay, Genève, Georg, 1950 ; 8ème éd., Genève, Georg, 1993.

Carl Gustav JUNG : Mysterium conjunctionis, Princeton University Press, 1970 ; rééd 2 vol., trad. par Etienne Perrot, Paris, Albin Michel, 1982, t. II ; rééd. « Réflexions théoriques sur la nature du psychisme », in La réalité de l’âme, 2 vol., éd. de Michel Cazenave, Paris, Librairies Générale Française, 1998, t. 1.

John MILTON, Paul BANDIA : Agents of Translation. Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 2009.

José ORTEGA Y GASSET : Misère et splendeur de la traduction, trad. sous la dir. de François Géal, post-face de Jean Yves Masson, Paris, Les Belles Lettres, 2013.

Riccardo RAIMONDO: « Le démon fugitif de l’imagination : propositions pour une traductologie comparée, entre Nerval et Baudelaire », Nouvelle Fribourg, n° 2 (2016). [en ligne : nouvellefribourg.com]

Riccardo RAIMONDO: « Orphée contre Hermès : herméneutique, imaginaire et traduction (esquisses) », Meta, n°61 (2016), p. 650-674.

François RASTIER : La mesure et le grain. Sémantique de corpus, Paris, Champion, 2011.

Olivier RIMBAULT : « Structures imaginales, linguistiques, littéraires, intellectuelles », in Imaginaire et pensée. Désiré Érasme, Martin Luther, Nicolas de Cues : trois imaginaires, trois modèles de pensée, Presses Universitaires de Perpignan, 2016

Tiphaine SAMOYAULT : « Morts récentes & vies nouvelles de la littérature comparée », Acta fabula, vol. 12, n° 5, « Le partage des disciplines », Mai 2011. [en ligne : fabula.org/revue]

Mary SNELL-HORNBY : The Turns of Translation Studies. New paradigms or shifting viewpoints?. Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 2006.

Gayatri Chakravorty SPIVAK : Death of a Discipline. New York, Columbia University Press, 2003.

George STEINER : After Babel: Aspects of Language and Translation. Oxford, Oxford University Press, 1975.

Paul ST-PIERRE, and Prafulla C. KAR (eds) : In Translation: Reflections, Refractions, Transformations, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 2007.

 Gideon TOURY : Translation Theory and Intercultural Relations. Tel Aviv, The Porter Institute for Poetics and Semiotics, 1981.

Laurent VAN EYNDE : « Avant-propos », in Éléonore Faivre D’ARCIER, Jean-Pol MADOU et Laurent VAN EYNDE (dir.). Mythe et création. Théorie et figures, 2 vol., t. I, Publications des Facultés Universitaires Saint-Louis, Bruxelles, 2005.

Lawrence VENUTI (ed.) : The Translation Studies Reader, London, Routledge, 2000.

François VEZIN : « Philosophie et pédagogie de la traduction », Revue philosophique de la France et de l'étranger, Tome 130 (2005/4).

Mathias VERGER : « Antonin Artaud et l’imaginaire de la traduction ». Carnets de Chaminadour, n°4 (2015), p. 61-85.

Giambattista Vico : La scienza nuova (le tre edizioni del 1725, 1730 e 1744), a cura di Manuela Sanna e Vincenzo Vitiello. Milano, Bompiani, 2012.

Dates

  • dimanche 05 novembre 2017

Mots-clés

  • traduction, translation, traduzione, traduttologia, translation studies, traductologie, imaginaire, immaginario, imaginary

URLS de référence

Source de l'information

  • Riccardo Raimondo
    courriel : raimondo [dot] riccardo [at] yahoo [dot] it

Pour citer cette annonce

« Les imaginaires de la traduction », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 13 octobre 2017, http://calenda.org/417657