AccueilDe la souffrance à la « réparation » : l’avenir d’une illusion moderne

De la souffrance à la « réparation » : l’avenir d’une illusion moderne

From suffering to reparation - the future of a modern illusion

*  *  *

Publié le mardi 10 octobre 2017 par Elsa Zotian

Résumé

L’être humain subit actuellement une série de bouleversements par l’émergence de nouveaux dispositifs technologiques dont l’évolution croissante permet leur introduction dans le corps de façon plus ou moins invasive. L’individu se voit ainsi transformé en une interface corps-machine ou cerveau-machine, selon le lieu d’implantation et l’intégration corporelle. Les pacemakers, prothèses de main ou de jambe, implants cochléaires, etc. en fournissent une illustration. Le gain de telles prouesses techniques offrant aux sujets un accès à des traitements qui leur restituent un espace d’autonomie est incontestable. Cependant, force est de constater que ces mêmes techniques soulèvent également des questions bioéthiques incontournables. Dans ce contexte actuel, ce workshop présente l’originalité d’associer et d’intégrer l’approche psychanalytique aux recherches concernant la médecine technoscientifique, questionnant ainsi les modalités par lesquelles le domaine de la santé et la société traitent aujourd’hui le sujet et son corps.

Annonce

Ce workshop est organisé par l’Institut des sciences de la communication (CNRS/Paris-Sorbonne/UPMC), en partenariat avec l’Université Paris Diderot, et financé par le programme interdisciplinaire « La personne en médecine », Université Sorbonne Paris Cité.

Argumentaire

L’être humain subit actuellement une série de bouleversements par l’émergence de nouveaux dispositifs technologiques dont l’évolution croissante permet leur introduction dans le corps de façon plus ou moins invasive. L’individu se voit ainsi transformé en une interface corps-machine ou cerveau-machine, selon le lieu d’implantation et l’intégration corporelle. Les pacemakers, prothèses de main ou de jambe, implants cochléaires, etc. en fournissent une illustration.

Le gain de telles prouesses techniques offrant aux sujets un accès à des traitements qui leur restituent un espace d’autonomie est incontestable. Cependant, force est de constater que ces mêmes techniques soulèvent également des questions bioéthiques incontournables. Être “hybride” engage le sujet dans un corps à corps avec la prothèse et provoque des expériences corporelles et subjectives nouvelles dont nous ne maîtrisons pas encore tous les effets. Car ces objets ne produisent pas seulement une « réparation » du corps organique, ils ouvrent également la voie à un mode de pratique et de production des savoirs dont l’incidence sur l’expérience intime du sujet avec lui-même, en sa dimension inconsciente, est inévitable. Ce que vient corroborer la pratique clinique, puisque nous observons l’apparition croissante de symptômes non prévus par ces transformations que les avancées technologiques s’autorisent à légitimer.

Ainsi, ces nouveaux moyens de « traitement » de la maladie ou de certains handicaps rendus possibles par l’essor de ces nouvelles technologies reposent sur un processus qui accompagne une véritable innovation sociale dont la portée exige une réflexion interdisciplinaire urgente sur les possibilités et les limites de la « réparation » prothétique chez le sujet.

Dans ce contexte actuel, ce workshop présente l’originalité d’associer et d’intégrer l’approche psychanalytique aux recherches concernant la médecine technoscientifique, questionnant ainsi les modalités par lesquelles le domaine de la santé et la société traitent aujourd’hui le sujet et son corps. De plus, ce workshop étend sa réflexion et son terrain d’étude à l’international, puisqu’il s’inscrit dans une étroite collaboration avec des hôpitaux brésiliens.

Programme

Introduction : Cristina Lindenmeyer

Intervenants matin

  • Hervé Chneiweiss, L’homme réparé : espoirs, limites et enjeux de la médecine régénératrice
  • Judith Nicogossian, La réparation : un retour à l’identique illusoire ?
  • Ariane Aberdam, Chirurgie du féminin, illusion de la réparation

Discutante : Véronique Donzeau-Gouge

Déjeuner

Intervenants après-midi

  • Maria Livia Moretto, La souffrance dans la culture de la performance
  • Sophie Bergheimer, Résistances à l’augmentation de l’humain. L’exemple des sourds
  • Chloé Payet, Apnée du sommeil et appareil PPC : quand le fantasme habille l’objet
  • Samuel Lepastier, De la réparation fonctionnelle à l’illusion prothétique prométhéenne

Discutant : François Villa

Conclusion : Jean-Michel Besnier

Lieux

  • 20 rue Berbier-du-Mets
    Paris, France (75013)

Dates

  • lundi 09 octobre 2017

Mots-clés

  • prothèses, implants, santé, éthique

Contacts

  • Cristina Lindenmeyer
    courriel : cristina [dot] lindenmeyer [at] cnrs [dot] fr

Source de l'information

  • Céline Vaslin
    courriel : celine [dot] vaslin [at] cnrs [dot] fr

Pour citer cette annonce

« De la souffrance à la « réparation » : l’avenir d’une illusion moderne », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 10 octobre 2017, http://calenda.org/417680