AccueilLe film dans la pratique de la géographie

Le film dans la pratique de la géographie

Doing geography with movies

*  *  *

Publié le vendredi 13 octobre 2017 par Céline Guilleux

Résumé

L’objet de ce colloque est de réunir les géographes qui utilisent le film dans la pratique de leur discipline, soit parce qu'ils analysent les films en géographe, soit parce qu'ils réalisent des films en géographe, soit parce qu'il enseignent à faire des films en géographe.

Annonce

Le colloque aura lieu les 27, 28 et 29 mars 2018 à Bordeaux, sur le campus universitaire de Pessac et au Cinéma d’art et d’essai Utopia de Bordeaux centre-ville

Argumentaire

L’objet de ce colloque est de réunir les géographes qui utilisent le film dans la pratique de leur discipline. Qu’ils analysent, qu’ils réalisent ou qu’ils enseignent la réalisation de films, les géographes sont en effet de plus en plus nombreux à exploiter ce média comme un outil à part entière. En effet, les sons et les images qui donnent à entendre et à voir les territoires, une fois assemblés et ordonnés, peuvent produire un discours géographique, différent et complémentaire des discours habituellement véhiculés par l’écrit ou la cartographie dans ses différentes déclinaisons. Ce colloque invite à interroger les savoirs géographiques qui sont produits par les films (réalisés ou non par des géographes), à questionner les pratiques induites par leur utilisation dans la recherche et l’enseignement, mais aussi à confronter les méthodes de chacun et à réfléchir aux apports et aux limites de cet outil.

Nous pouvons faire remonter le premier lien entre géographie et cinéma à 1912, lorsqu’Albert Kahn confie à Jean Brunhes la constitution d’un fonds cinématographique, les Archives de la Planète. D’autres géographes vont ensuite s’emparer de caméras, dont Emmanuel de Martonne dans les années 1930 et Claude Collin-Delavaud dans les années 1950. Mais c’est au cours des années 1960, au sein du Centre audiovisuel de l’ENS Saint-Cloud, que les géographes vont pleinement investir ce média et produire à la fois des films pédagogiques et des films de recherche (citons parmi eux Jean-Louis Tissier, Philippe Pinchemel ou Jean-Pierre Deffontaines). Après cette période d’activité soutenue par une institution française prestigieuse, les années 1980 et 1990 ne connaissent que des initiatives individuelles de géographes, initiatives souvent confidentielles. Il faudra attendre la fin des années 1990 et surtout les années 2000 pour que des géographes s’emparent de cet outil de façon plus systématique, fassent connaître leurs travaux sur le plan académique et développent l’enseignement de la vidéo au sein des Universités. Les films s’introduisent aussi dans les thèses, qu’il s’agisse de recherches autour de la géographicité de films de fiction ou de la réalisation de films courts insérés dans le volume de la thèse en tant que chapitres, interludes ou annexes.

Cet épanouissement a été rendu possible notamment grâce aux progrès des technologies numériques, qui ont rendu le matériel moins coûteux et plus facile d’utilisation. Pourtant, la technicité inhérente à la méthode est encore affichée par certains comme un frein à sa généralisation dans les pratiques de la géographie. Par ailleurs, si les initiatives des géographes sont de plus en plus nombreuses dans le domaine, le recours au film dans la recherche ou dans l’enseignement reste encore considéré comme marginal et peu reconnu par les institutions académiques. D’autres sciences sociales ont en revanche théorisé et fait reconnaître leur utilisation de l’audiovisuel comme l’anthropologie ou la sociologie visuelle.

Ce sont les raisons pour lesquelles le moment nous apparaît aujourd’hui opportun de réunir les géographes qui travaillent avec et autour des films, afin de faire le point sur leurs pratiques, d’identifier les lignes de travail communes mais aussi la diversité des usages et des attentes. Nous invitons donc les géographes intéressés à échanger autour de trois déclinaisons :

Analyser des films en tant que géographe

En quoi l’analyse des films enrichit-elle et nourrit la production du savoir géographique ? Y a-t-il des savoirs spécifiques tirés de l’analyse des films ? Quels sont les dispositifs techniques, les méthodes et les supports les mieux adaptés à cette analyse ? Y a-t-il des genres audiovisuels (cinéma, formats télévisuels, webdocumentaires) particulièrement géographiques ? Les documentaires ou les magazines d’actualité peuvent-ils être également des supports pertinents et des sources nouvelles pour la connaissance des territoires et de leurs évolutions, notamment dans le cadre d’approches historiques ?

Réaliser des films en tant que géographe

Quels sont les enjeux de la réalisation de film pour un.e géographe ? Qu’est-ce qu’un film de recherche en général, et dans le champ de la géographie en particulier ? Quelle est la spécificité de l’écriture filmique pour un.e géographe ? Quel rapport au terrain la réalisation de film implique-t-elle ? Où et comment les films de géographes sont-ils diffusés ? Quels sont les enjeux de cette diffusion ? Quelle reconnaissance universitaire est faite aux films de géographes ?

Enseigner l’objet film aux étudiants géographes

Comment les formats audiovisuels permettent-ils-il de faire sentir et de partager des connaissances géographiques ? Comment enseigner le langage cinématographique aux géographes ? Quels sont les défis techniques ? Qu’est-ce que les films apportent à la pédagogie de la géographie en général ?

Les pistes de questionnements que nous proposons sont purement indicatives et nous sommes ouverts à toute autre proposition.

Le colloque s’organisera autour de trois modalités d’échange : des communications « classiques », de 20 min., des ateliers où il s’agira pour les participants de produire ensemble quelque chose (une grille d’analyse, un film en tourné-monté, une progression pour l’enseignement de la réalisation de film en Licence ou Master, etc.) et des projections de films commentées, au cinéma Utopia, dans le cadre d’un partenariat avec le Festival annuel Géocinéma porté par une équipe de géographes de l’Université Bordeaux Montaigne et l’UMR Passages.

Calendrier et modalité des soumissions

Les propositions de communication (500 mots maximum) doivent être adressées en français ou en anglais,

au plus tard le 15 octobre 2017,

accompagnées d’un bref CV (maximum 1 page) au comité d’organisation : colloque.filmgeo2018@gmail.com

Les communications pourront s’inscrire au choix dans les deux formats ci-dessous :

  • Communication « classique » d’une durée de 20 mn au cours desquelles les communicants pourront projeter des extraits de film s’ils le veulent (merci de nous communiquer, lors de la soumission de vos propositions, les extraits de film envisagés).
  • Interventions lors d’ateliers d’échanges d’expérience et de mise en pratique (format ouvert : table-ronde, initiation technique, etc.).

La notification d’acceptation des résumés est fixée au 4 décembre 2017 au plus tard. Nous envisageons la publication des actes du colloque.

Frais d’inscription

50€ (titulaires, jeunes chercheurs sous contrat et doctorant.e.s financé.e.s), 30€ (doctorant.e.s non financé.e.s) ou gratuit (jeunes docteur.e.s sans emplois et étudiant.e.s de Masters). Ces frais couvrent à minima l’accueil du matin et les pauses-cafés.

Comité d’organisation

  • Louis Brigand, Professeur, Université de Bretagne Occidentale
  • Chloé Buire, Chargée de Recherche, CNRS, UMR LAM, IEP Bordeaux Marie Chenet, Maître de Conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Béatrice Collignon, Professeure, Université Bordeaux Montaigne
  • Laura Corsi, Doctorante, Université de Bretagne Occidentale

Comité scientifique

  • Véronique André-Lamat, Maître de Conférences, Univ.Bordeaux Montaigne, Géocinéma
  • William Berthomière, Directeur de Recherche CNRS, UMR Passages, Bordeaux
  • Olivier Borie, Maître de Conférences, Université Toulouse- Jean Jaurès
  • Xavier Browaeys, Enseignant-chercheur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, réalisateur
  • Yann Calbérac, Maître de Conférences, Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Sophie Didier, Professeure, École d’Urbanisme de Paris
  • Juliet Fall, Professeure, Université de Genève
  • Quentin Laurent, Formateur en géographie, producteur à L’Oeil Sauvage
  • Hélène Martin-Brelot, Maître de Conférences, Université de Bretagne Occidentale Jean-Baptiste Maudet, Maître de Conférences, Université de Pau et des Pays de l’Adour Bertrand Pleven, Professeur agrégé, ESPE de Paris, Université Paris-Sorbonne
  • Benoît Raoulx, Maître de Conférences, Université Caen-Normandie
  • Marie Redon, Maître de Conférences, Université Paris 13
  • Céline Ségalini, Docteure en Science Politique

Lieux

  • Maison des Sus, Domaine universitaire - 12 esplanade des Antilles
    Pessac, France (33600)
  • Cinéma Utopia - Place Camille Julian
    Bordeaux, France (33)

Dates

  • dimanche 15 octobre 2017

Fichiers attachés

Mots-clés

  • réalisation, analyse, enseignement, fiction, documentaire, recherche

Contacts

  • Marie Chenet
    courriel : colloque [dot] filmgeo2018 [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Béatrice Collignon
    courriel : colloque [dot] filmgeo2018 [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Le film dans la pratique de la géographie », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 13 octobre 2017, http://calenda.org/417754