AccueilCinquante-cinq ans après l’exil de leurs parents d’Algérie, que font leurs enfants de leur héritage ?

Cinquante-cinq ans après l’exil de leurs parents d’Algérie, que font leurs enfants de leur héritage ?

Fifty-five years after their parents were exiled from Algeria, what have children done with their legacy?

*  *  *

Publié le lundi 30 octobre 2017 par Elsa Zotian

Résumé

Près de trois millions de français ayant vécu en Algérie avant 1962 et leurs descendants vivent actuellement en France. Parmi eux, deux générations nées après 1962, soit plus de deux millions de personnes. Ce nombre important constitue un terreau fertile mais qu’en est-il exactement ? Comment ces générations vivent-elles cette transmission et ce qu’elles en font ? Ont-elles conscience de leurs racines ? Souhaitent-elles mettre leurs pas dans ceux de leurs parents ? Se reconnaissent-elles de culture pied-noire ? Si c’est le cas, sur quoi se fondent cette culture et ce patrimoine ? L’objet du colloque organisé par le CDHA – le premier exclusivement consacré aux générations nées après 1962 –  est de répondre à ces questions afin de comprendre comment ces générations vivent leur héritage et ce qu’elles en font dans leur sphère familiale et sociale.

Annonce

Argumentaire

Près de trois millions de français ayant vécu en Algérie avant 1962 et leurs descendants vivent actuellement en France. Parmi eux, deux générations nées après 1962, soit plus de deux millions de personnes. Ce nombre important constitue un terreau fertile mais qu’en est-il exactement ? Comment ces générations vivent-elles cette transmission et ce qu’elles en font ? Ont-elles conscience de leurs racines ? Souhaitent-elles mettre leurs pas dans ceux de leurs parents ? Se reconnaissent-elles de culture pied-noire ? Si c’est le cas, sur quoi se fondent cette culture et ce patrimoine ? L’objet du colloque organisé par le CDHA – le premier exclusivement consacré aux générations nées après 1962 –  est de répondre à ces questions afin de comprendre comment ces générations vivent leur héritage et ce qu’elles en font dans leur sphère familiale et sociale.

Ce colloque se tiendra le 18 novembre 2017, à l'Institut d'Etudes Politiques d'Aix-en-Provence (25, rue Gaston de Saporta).

La participation est gratuite mais l'inscription est obligatoire (dans la limite des places disponibles) : cliquez-ici pour vous inscrire

Programme

Cliquez sur le lien pour l'obtenir en pdf

9h15-9h30 Accueil

9h30-9h45 Allocution d’ouverture - Joseph Perez, Président du CDHA

Première Partie : que font les générations nées après l’exil de leurs parents, de leur héritage ?

Modérateur, Thierry Debaille

  • 9h45– 10h30 Qu’en est-il de la transmission de la culture, de l’identité et de la mémoire pied-noire aujourd’hui ? – compte-rendu de l’enquête « 55 ans après...? » Pr. Hubert Ripoll, Professeur émérite, Université d’Aix-Marseille
  • 10h30 – 11h15 Mémoire, image, histoire : des notions voisines à tempérer, Dr. Joëlle Hureau, Agrégée de l’université
  • 11h15 – 12h Diaspora arménienne : le génocide de 1915 et la mémoire de la disparition, Dr. Martine Hovanessian, Directrice de recherche au CNRS

12h – 13h Table ronde : Comment les personnes nées après 1962 vivent et transmettent leur héritage ?

Témoins

  • Yves Duplan
  • Anne-Marie Perez
  • Bruno Brémond

13h – 14h Pause déjeuner et dédicaces d’auteurs

Deuxième partie : comment les générations nées après 1962 prolongent-elles leur héritage ?

14h – 15h Table ronde : Prolonger l’héritage par la production de connaissances

Modérateur : Georges-Marc Benamou, journaliste, essayiste, réalisateur de cinéma

Témoins

  • Bertrand Allamel, essayiste, auteur de Notre enfance en Algérie – des années 1940 aux années 1960, Éditions Wartberg, 2017
  • Christophe Certain, spécialiste culinaire, essayiste, auteur de Ma cuisine Méditerranéenne, Éditions Atramenta, 2012
  • Gilles Perez, documentariste, réalisateur de Les pieds-noirs, histoire d’une blessure, DVD,

13 Productions, 2007

15h – 16h Table ronde : prolonger l’héritage par l’écriture

Modérateur, Hubert Ripoll

Témoins

  • Sophie Colliex, romancière, auteure de L’enfant de Mers el-Kébir, Prix de la première œuvre francophone de l’association des écrivains de langue française, Ed. Encre Fraiche, 2015.
  • Marie-Jeanne Marti, romancière, essayiste, auteure de J’entends encore la mer, Prix Jean Pomier 2006, Ed. Pharos, 2006
  • Catherine Ruiz, auteure de Le Fils du soleil, 2017, directrice de la Compagnie des Nuages dans la Tête

16h – 16h45

  • Synthèse : Histoire, mémoire, transmission : quelques pistes de réflexion et de comparaison - Pr. Anne Dulphy, École Polytechnique-LinX

Débat - Modérateur, Thierry Debaille

16h45– 17h

Allocutions de clôture - Joseph Perez et Hubert Ripoll

Comité d’organisation

  • Joseph Perez : Président
  • Bernard Vigna : Secrétaire général
  • Marine Durand : Secrétariat

colloque.18novembre@cdha.fr

Comité scientifique

  • Georges-Marc Benamou, journaliste, documentariste, essayiste.
  • Chantal Delsol, philosophe, professeure, Université de Marne-la-Vallée.
  • Florence Descamps, historienne, maître de conférences, École Pratique des Hautes Études, Paris.
  • Anne Dulphy, historienne, professeure, École Polytechnique-LinX, Paris.
  • Joëlle Hureau, historienne, agrégée de l’Université.
  • Gabriel Martinez-Gros, historien, professeur, Université de Paris X.
  • Hubert Ripoll, psychologue, professeur émérite, Université d’Aix-Marseille.

Lieux

  • Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence 25, rue Gaston de Saporta
    Aix-en-Provence, France (13100)

Dates

  • samedi 18 novembre 2017

Mots-clés

  • transmission, pied-noir, culture

Contacts

  • Hervé Noel
    courriel : herve [dot] noel [at] cdha [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Hervé Noel
    courriel : herve [dot] noel [at] cdha [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Cinquante-cinq ans après l’exil de leurs parents d’Algérie, que font leurs enfants de leur héritage ? », Colloque, Calenda, Publié le lundi 30 octobre 2017, http://calenda.org/419783