HomeConference cycle on Rabelais and the war

Conference cycle on Rabelais and the war

Cycle de conférences sur Rabelais et la guerre

Elementary foodstuffs festival

Dans le cadre du festival « Les nourritures élémentaires »

*  *  *

Published on Wednesday, November 08, 2017 by Elsa Zotian

Summary

Dans le cadre du festival « Les nourritures élémentaires », un cycle de conférences est organisée sur la thématique de la guerre dans l'œuvre rabelaisienne.

Announcement

La 3e édition du festival, qui aura lieu du 9 au 12 novembre 2017, à Chinon (37-Val de Loire) est gratuit.

Argumentaire

Construit comme un hymne à la pensée rabelaisienne dans ce qu'elle a de résolument contemporain -une porte ouverte sur le monde, des clés pour le comprendre- "Les Nourritures Elémentaires" -le festival qui fait du bien- convie bons vivants et aventuriers de l'esprit sur les terres qui ont vu naître François Rabelais pour célébrer notre aptitude commune au partage.

Pour la première fois cette année, en partenariat avec la Communauté de Communes Chinon, Vienne et Loire, "Les Nourritures Elémentaires" s'internationalisent en accueillant Aya Iwashita, professeure à l'Université de Tokyo et François Rigolot de l'Université de Princeton.  Ils seront accompagnés de Jean-Yves Jouannais, Marcus Malte, Mireille Huchon, Pascal Taranto, Stephan Geonget, Jacques Jouet... une quinzaine d'écrivains, philosophes, seizièmistes,  artistes qui, tous, convergeront vers Chinon (37) pendant le Festival Les Nourritures Elémentaires, pour des conférences, lectures, concerts, spectacle, banquet et dégustations de vin de l'AOC Chinon, autour de l'œuvre de François Rabelais.

Munis de leur pensée, une arme redoutable et bien affûtée, ils auront à cœur de partager leur réflexion lors de conférences bien rythmées, ouvertes à tous, sur le thème de la guerre. Il faut se rappeler que Chinon fut le théâtre de la guerre picrocholine, un conflit de voisinage au motif ridicule -une simple brioche aux épices- qui se mue en une guerre mondiale où s'affrontent deux visions du pouvoir...

Aya Iwashita, professeure à l'Université de Tokyo proposera une analyse de la vision de Rabelais de Kasuo Watanabe, premier traducteur de l'œuvre de Rabelais au Japon, sous l'angle de la guerre, et de son opposition à la guerre qui prit appui sur le penseur chinonais et les humanistes français. François Rigolot, qui enseigne quant à lui à l'Université de Princeton, aux Etats-Unis, où il dirige le département Renaissance, viendra explorer Rabelais le pacifiste et sa guerre des mots.  Tous deux parlent un français parfait et viennent enrichir une programmation qui explore, cette année, la féconde thématique de la guerre.

Le vin de Chinon, très présent dans l'œuvre de Rabelais,  jouera quant à lui le grand rôle de liant social et d'outil de diplomatie avec des transitions dégustatrices entre les conférences, menées par les vignerons de l'AOC Chinon. Ils auront à cœur de délivrer les messages que François Rabelais leurs a transmis : la liberté de penser - fais ce que voudra -, le bien vivre - pour ce que le rire est le propre de l'homme -, la connaissance - la Dive Bouteille - .

Le programme complet du festival est consultable ici

Programme

Samedi 11 novembre

  • 14h30 Mireille Huchon, Professeur de langue et littérature française du XVIème siècle à la Sorbonne « Rabelais et les stratagèmes » Abbaye de Seuilly, Seuilly

Retrouvera-t-on un jour ces mystérieux Stratagemata de Rabelais, consacrés aux prouesses et ruses de guerre de son protecteur Guillaume Du Bellay ? En attendant, prenons plaisir, dans ses histoires de géants, à la mise en œuvre comique des réflexions contemporaines les plus pointues sur l’art militaire et ses stratégies, à ces fantastiques ruses et finesses dont se vantent et s’amusent les joyeux compagnons de Pantagruel.

  • 16h50 Aya Iwashita (Université de Tokyo) – "Résister en compagnie de Rabelais : un humaniste japonais pendant la Seconde guerre mondiale ». Abbaye de Seuilly, Seuilly

Kazuo Watanabe est le premier traducteur de Rabelais au Japon. Il a non seulement traduit Gargantua et Pantagruel pendant la Seconde Guerre mondiale, mais a aussi exprimé à maintes reprises ses réflexions sur la guerre, notamment au sein d’un journal écrit en français. L'intervention analysera sa vision de Rabelais sous l’angle de la guerre et son opposition à la guerre, qui prend appui sur Rabelais et sur les humanistes français.

Dimanche 12 novembre

  • 11h20 Pascal Brioist, seiziémiste et historien, – « Qui est Pietro Monte, célèbre chevalier  qui inspira Gymnaste instructeur militaire de Gargantua » Forteresse Royale de Chinon, Chinon

Au chapitre XXIII de Gargantua, Rabelais explique comment le jeune géant est instruit aux arts militaires par l’écuyer Gymnaste. Si aucun traité français du temps ne nous permet de savoir exactement en quoi  consistait cet entraînement complet, en revanche, les Collectanea de Pietro Monte, publiés en 1509 à Milan offrent un parallèle frappant avec les exercices décrits par Rabelais. Or Pietro Monte fut l’ami et maître d’armes de Galeazzo Sanseverino, Grand Ecuyer de France jusqu’à sa mort sur le champ de bataille de Pavie. Il se peut donc bien que l’écuyer tourangeau décrit par Rabelais ait eu pour modèle Pietro Monte, un chevalier exemplaire loué par Balthazar Castiglione dans le Livre du Courtisan.  Notre enquête se propose d’explorer cette hypothèse.

Pascal Brioist est professeur d’histoire moderne au Centre d’Etudes supérieures de la Renaissance et à l’université de Tours. Il est l’auteur d’un "Léonard homme de guerre", chez Alma et d’un" Croiser le fer"  chez Champ Vallon ainsi que plusieurs articles sur Pietro Monte

  • 12h00 Stephan Geonget, spécialiste de la littérature française et ancienne, Centred'Etudes sur la Renaissance, « De la guerre vertueuse à la realpolitik » Forteresse Royale de Chinon, Chinon

Parcours et mise en contexte historique qui va des miroirs médiévaux en passant par l'érasmisme humaniste (auquel les personnages de Rabelais souscrivent dans les premiers romans), jusqu'aux maximes "réalistes" de Botero (traduit par Chappuys en 1599). Il s'agit simplement de montrer, à travers l'analyse de quelques miroirs du Prince et traités de gouvernement, comment les préoccupations vertueuses (héritières du christianisme) qui ont traversé le Moyen Âge et la première Renaissance cèdent peu à peu la place à des attitudes différentes et, pour être clair, à ce qu'on nomme aujourd'hui la Realpolitik. La guerre est évidemment une question essentielle de tous  ces textes.

  • 14h30 François Rigolot (Université de Princeton, Pennsylvanie), "Rabelais pacifiste et la guerre des mots » Hôtel de ville, Salle Olivier Debré, Chinon

La doctrine politique qui sous-tend l’action guerrière dans le Gargantua s’inspire des théories du grand humaniste nordique contemporain, Érasme de Rotterdam (1466-1536). Cependant le jeu fabuleux de Rabelais avec la langue transforme une querelle de clocher dans le cadre chinonais en une guerre mondiale qui fait le procès de la passion  belliqueuse en la désamorçant par le rire.

François Rigolot a enseigné pendant 40 ans à l’Université de Princeton aux États-Unis où il détenait la chaire  de littérature de la Renaissance (Meredith Howland Pyne Professorship). Il a écrit plus de 200 articles et une vingtaine d’ouvrages savants sur des questions de poétique, de rhétorique et de stylistique chez les principaux écrivains de la Renaissance, dont Pétrarque, Érasme, Morus, Rabelais, Ronsard et Montaigne. Parmi les nombreux honneurs qu’il a reçus en France au cours de sa carrière, signalons les Palmes Académiques et l'Ordre National du Mérite.

  • 15h40 Pascal Taranto, philosophe, "Drôles de guerres, ou comment le rire triomphe de l’horreur" Hôtel de ville, Salle Olivier Debré, Chinon

L'intervention de frère Jean lors du sac du clos de l'abbaye de Seuilly est un moment mémorable des guerres picrocholines, notamment parce que Rabelais réussit à nous faire pleurer de rire à la description du traitement infligé aux soldats, alors que le spectacle des corps démembrées et déchiquetés, qui est prima facie la réalité concrète de la guerre, susciterait plutôt l'horreur dans un contexte réaliste. Drôle de guerre ou guerre pour de rire, cet épisode est l'occasion de s'interroger sur la façon dont le rire, comme catégorie esthétique et morale, peut s'emparer de la guerre pour la dénoncer, la désamorcer, mais aussi la définir : la guerre (ou ses simulacres) est avant tout spectaculaire: pour qui la regarde elle peut prendre un sens comique qu'elle n'a plus pour celui qui la subit, parce que celui-là fait l'expérience de la disparition de tout sens, qui est, précisément, l'horreur de la guerre.

Places

  • mairie de Chinon
    Chinon, France (37)
  • Abbaye de Seuilly
    Seuilly, France (37)

Date(s)

  • Saturday, November 11, 2017
  • Sunday, November 12, 2017

Attached files

Keywords

  • Rabelais, guerre, pensée

Contact(s)

  • Mathilde Boulo-Dutour
    courriel : boulo [dot] dutour [at] gmail [dot] com

Information source

  • Mathilde Boulo-Dutour
    courriel : boulo [dot] dutour [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« Conference cycle on Rabelais and the war », Lectures, Calenda, Published on Wednesday, November 08, 2017, http://calenda.org/420453