HomeMobilisation and vulnérability - feminist perspectives on action and resistance

Mobilisation and vulnérability - feminist perspectives on action and resistance

Mobilisation par la vulnérabilité

Perspectives féministes sur l'agir et le résister

*  *  *

Published on Monday, November 06, 2017 by Elsa Zotian

Summary

Loin d'être un phénomène unifié, la vulnérabilité prend des formes multiples et se différencie quant à ses causes et ses degrés, ou encore selon ses contextes. Cependant, on tend souvent à la réduire à une sorte de passivité fragile et impuissante, à une réceptivité inerte qui exclut tout agir, à un être-affecté dépourvu de toute puissance d’affecter. Le fait d’être vulnérable suffit-il pour ôter au sujet sa capacité d’agir ? Dans le cadre de cette journée d’étude, nous nous tournerons vers les théories féministes, afin de mettre en question la prétendue incompatibilité de la vulnérabilité et de l’agir, de saisir et d’approfondir le potentiel de la vulnérabilité en tant que force mobilisante et condition inébranlable de la résistance et de l’action politique. Il s’agira de porter à la réflexion aussi bien les formes et les stratégies de la distribution différentielle de la vulnérabilité que les modalités d’agir et de résister en restant vulnérable, ainsi que les pratiques d’émancipation qui mettent en avant l’empowerment féminin.

Announcement

Argumentaire

It is only in being vulnerable that one can truly dare. Without the accompaniment of vulnerability, daring fails to be a way to risk oneself and becomes mere self-assertion or even domination. Without the accompaniment of a certain temerity, vulnerability can be mere suffering. The challenge, the joy comes from being vulnerable in one’s daring.” (Erinn C. Gilson, The Ethics of Vulnerability)

Loin d'être un phénomène unifié, la vulnérabilité prend des formes multiples et se différencie quant à ses causes et ses degrés, ou encore selon ses contextes. Cependant, on tend souvent à la réduire à une sorte de passivité fragile et impuissante, à une réceptivité inerte qui exclut tout agir, à un être-affecté dépourvu de toute puissance d’affecter. Le fait d’être vulnérable suffit-il pour ôter au sujet sa capacité d’agir ? La notion de vulnérabilité n’indique-t-elle pas une possibilité d’action qui émerge du fond même du pathos, et qui, dans la situation d’impuissance, se mobilise contre la dépossession et l’injustice ? Et agir, n’est-ce pas aussi en même temps « être vulnérable dans son audace » (E. Gilson) – se mettre en risque, s’exposer ?

Judith Butler, dans un collectif récent Vulnerability in Resistance (2016), désigne comme une « tâche féministe » (p. 25) le dépassement de l’opposition binaire entre, d’une part, la vulnérabilité comprise comme passivité et faillibilité et, d’autre part, la capacité d’agir (agency) et de résister comme propriété du sujet invulnérable. Pour elle, cette tâche inclut l’inscription de la vulnérabilité dans le champ de l’action politique, et pose la question de « comment penser conjointement la vulnérabilité des femmes et les modes d’agir féministes »[1]. Dans une telle conjonction, la « vulnérabilité des femmes » n’entraîne point la détermination essentialiste du féminin par la passivité et la dépendance, mais elle permet plutôt de dénoncer la situation politique et sociétale des femmes (liée à la précarité, aux violences, à la victimation, à l’exclusion et à l’invisibilisation des femmes, etc.). La vulnérabilité n’est donc pas réservée aux femmes comme une sorte de propriété naturelle, mais elle relève de ce que Butler appelle la « distribution différentielle » de la vulnérabilité et rejoint ainsi la multiplicité des formes de vulnérabilité et de précarité portées par les mécanismes différenciés d’oppression et de dépossession.

Dans le cadre de cette journée d’étude, il s’agira de porter à la réflexion aussi bien les formes et les stratégies de la distribution différentielle de la vulnérabilité que les modalités d’agir et de résister en restant vulnérable, ainsi que les pratiques d’émancipation qui mettent en avant l’empowerment féminin. Du Girl Power à Women’s March, de la sororité, des luttes de masse et les coalitions intersectionnelles à l’auto-défense et au self-care : autant de réponses à des vulnérabilités induites, inégalement distribuées, réponses qui ne consistent pas à nier la vulnérabilité, mais au contraire la mobilisent. En nous inspirant du projet butlérien, nous nous tournerons vers les théories féministes, afin de mettre en question la prétendue incompatibilité de la vulnérabilité et de l’agir, de saisir et d’approfondir le potentiel de la vulnérabilité en tant que force mobilisante et condition inébranlable de la résistance et de l’action politique.

Cette journée d’étude se veut transversale : nous accueillerons les communications en théorie politique, études du genre, philosophie, sociologie, psychanalyse, histoire, anthropologie, etc. La journée se tiendra le 4 octobre 2018 à l’Université Paul Valéry Montpellier 3 (Site Saint Charles).

[1] J. Butler, “Vulnerability, Precarity, Coalition,”/« Vulnérabilité, précarité et coalition » (tr. J.-M. Landry et F. Boursiquo), in D. Gardey & C. Kraus (eds.), Politiques de coalition : Penser et se mobiliser avec Judith Butler/Politics of Coalition: Thinking Collective Action with Judith Butler, Zurich/Genève, Seismo, 2016, p. 250.

Bibliographie indicative

  • Sandra Boehringer et Estelle Ferrarese, « Féminisme et vulnérabilité », Introduction à Corps vulnérables, Cahiers du Genre, No. 58, Paris, L’Harmattan, 2015, pp. 5-19.
  • Judith Butler, Rassemblement : pluralité, performativité et politique, trad. Ch. Jaquet, Paris, Fayard, 2016(Notes Toward a Performative Theory of Assembly, Cambridge, MA: Harvard University Press, 2015).
  • Judith Butler, “Vulnerability, Precarity, Coalition,”/« Vulnérabilité, précarité et coalition » (tr. J.-M. Landry et F. Boursiquo), in D. Gardey & C. Kraus (eds.), Politiques de coalition : Penser et se mobiliser avec Judith Butler/Politics of Coalition: Thinking Collective Action with Judith Butler, Zurich/Genève, Seismo, 2016, pp. 250-271.
  • Judith Butler, “Rethinking Vulnerability and Resistance,” in J. Butler, Z. Gambetti & L. Sabsay (eds.), Vulnerability in Resistance, Durham: Duke university Press, 2016, pp. 12-27.
  • Judith Butler & Athena Athanasiou, Dépossession, trad. Ch. Nordmann, Bienne/Berlin, Diaphanes, 2016 (Dispossession: The Performative in the Political, Cambridge/Malden, MA: Polity, 2013).
  • Judith Butler, Zeynep Gambetti & Leticia Sabsay (eds.), Vulnerability in Resistance, Durham: Duke University Press, 2016.
  • Elsa Dorlin, Sexe, genre et sexualités : introduction aux philosophies féministes, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Philosophies », 2008.
  • Elsa Dorlin, « La violence comme praxis libératrice : de Frantz Fanon à l’autodéfense », entretien avec Elsa Dorlin par Cécile Lavergne et Hourya Bentouhami, in Alexis Cukier et al. (dir.), Emancipations. Les métamorphoses de la critique sociale, Paris, Éditions du Croquant, 2013, pp. 245-261.
  • Elsa Dorlin, « Les subalternes pourront-elles philosopher ? », in Marcel Gauchet, Pierre Nora (dir.), De quoi l’avenir intellectuel sera-t-il fait ? Enquêtes 1980/2010, Le Débat/Gallimard, 2010, pp. 374-380.
  • Elsa Dorlin, Se défendre : une philosophie de la violence, Paris, Zones, 2017.
  • Estelle Ferrarese, “Vulnerability: A Concept with Which to Undo the World as It Is?,” Introduction à The Politics of Vulnerability, Critical Horizons, vol. 17 (2), 2016, pp. 149-159.
  • Estelle Ferrarese, “The Vulnerable and the Political. On the Seeming Impossibility of Thinking Vulnerability and the Political Together and its Consequences,” The Politics of Vulnerability, Critical Horizons, vol. 17 (2), 2016, pp. 224-239.
  • Nancy Fraser, Le féminisme en mouvements : des années 1960 à l'ère néolibérale, trad. E. Ferrarese, Paris, La Découverte, 2012.
  • Erinn C. Gilson, The Ethics of Vulnerability: A Feminist Analysis of Social Life and Practice, New York: Routledge, 2014.
  • bell hooks, De la marge au centre : Théorie féministe, trad. N. B. Grüsig, Paris, Cambourakis, 2017.
  • Liz Kelly, Surviving Sexual Violence, Cambridge, Polity Press, 1988.
  • Marylène Lieber, Genre, violences et espaces publics. La vulnérabilité des femmes en question, Paris, Presses de Sciences Po, 2008.
  • Audre Lorde, “The Uses of Anger: Women Responding to Racism,” in Sister Outsider. Essays and Speeches, Berkeley: Crossing Press, 2007, pp. 124-133.
  • Catriona Mackenzie, Wendy Rogers, Susan Dodds (eds.), Vulnerability: New Essays in Ethics and Feminist Philosophy, Oxford: Oxford University Press, 2013.
  • JR Thorpe, “Why Self-Care is an Important Feminist Act,” Bustle, December 14, 2016, https://www.bustle.com/articles/200074-why-self-care-is-an-important-feminist-act
  • Ewa Plonowska Ziarek, “Feminist Reflections on Vulnerability: Disrespect, Obligation, Action,” SubStance 43, no. 3 (2013), pp. 67-84.

Modalités de soumission

Les propositions sous forme d’un fichier anonymisé contenant le résumé de 500 mots (max.), le titre et une brève bibliographie sont à transmettre à Aurélie Knüfer (aurelie[dot]knufer[at]gmail[dot]com) et Valeriya Voskresenskaya (voskresenskaya[dot]valeriya[at]gmail[dot]com).

avant le 15 février 2018

Dans un fichier séparé, le/la candidat.e indiquera son nom et ses affiliations, le titre de la communication, ainsi qu’une brève présentation biographique (10 lignes max.).

Les candidat.e.s seront notifié.e.s de l’acceptation ou de la non-acceptation des propositions au plus tard le 31 mars 2018.

La participation est sans frais d’inscription, cependant l’organisation ne pourra pas prendre en charge les frais d’hébergement/de déplacement des candidat.e.s sélectionné.e.s.

Comité scientifique et d’organisation

  • Aurélie Knüfer, MCF, UPV Montpellier 3, CRISES
  • Valeriya Voskresenskaya, doctorante, UPV Montpellier 3, CRISES

Contacts

  • Aurélie Knüfer aurelie[point]knufer(at)gmail[point]com
  • Valeriya Voskresenskaya voskresenskaya[point]valeriya(at)gmail[point]com

Places

  • Site Saint Charles - Rue du Professeur Henri Serre
    Montpellier, France (34080)

Date(s)

  • Thursday, February 15, 2018

Keywords

  • théories féministes, vulnérabilité, capacité d’agir, mobilisation, résistance politique

Contact(s)

  • Valeriya Voskresenskaya
    courriel : voskresenskaya [dot] valeriya [at] gmail [dot] com

Information source

  • Valeriya Voskresenskaya
    courriel : voskresenskaya [dot] valeriya [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« Mobilisation and vulnérability - feminist perspectives on action and resistance », Call for papers, Calenda, Published on Monday, November 06, 2017, http://calenda.org/420623