AccueilLa France et la Nouvelle-Zélande pendant la Grande Guerre

La France et la Nouvelle-Zélande pendant la Grande Guerre

France and New Zealand during the Great War: the Centenary Conference 1918-2018

*  *  *

Publié le jeudi 07 décembre 2017 par Anastasia Giardinelli

Résumé

Le 4 novembre 1918, les troupes néo-zélandaises libérèrent la ville fortifiée du Quesnoy après une bataille décisive qui fut leur dernière offensive de la Grande Guerre. Des liens d’amitié se formèrent par la suite entre les soldats et les civils libérés et, jusqu’à ce jour, de nombreux Néo-Zélandais visitent le Quesnoy, la seule ville française à être jumelée avec une ville en Nouvelle-Zélande, la ville de Cambridge dans la région du Waipa.

Annonce

Argumentaire

Le 5 août 1915 Lord Liverpool, Gouverneur-Général de Nouvelle-Zélande annonce l’entrée en guerre de la Grande-Bretagne contre l’empire austro-hongrois. La Nouvelle-Zélande, dominion britannique depuis 1907, forme le 1er corps expéditionnaire néo-zélandais qui recrutera plus de 120.000 hommes lors du conflit. Le gouvernement néo-zélandais enverra des forces d’occupation aux Îles Samoa en août 1914, puis un contingent fort de 8.500 hommes auMoyen-Orient en octobre 1914. Après la désastreuse campagne des Dardanelles, les troupes néo-zélandaises sont reformées et renforcées fin 1915. Une partie reste en Palestine mais le plus gros des troupes est déployé sur le Front de l’Ouest en mai 1916. Les « Diggers » participent ainsi à la première bataille de la Somme, une offensive plus meurtrière encore que celle de Gallipoli. Puis ce sera Ypres, Messines suivies de l’enfer de Passchendaele fin 1917. Epuisés mentalement et physiquement, les Néo-Zélandais sont envoyés en mars 1918 près d’Amiens défendre le front qui fléchit sous la pression allemande. La ville est libérée en août 1918. Les Alliés poursuivent alors leur lancée durant l’offensive des cent derniers jours qui s’achève pour les troupes néo-zélandaises par la libération de la ville fortifiée du Quesnoy le 4 novembre 1918.

Par-delà les langues et les cultures, de solides liens d’amitié se sont formés entre Quercitains et anciens combattants néo-zélandais, liens qui perdurent jusqu’à aujourd’hui. Nombreux sont les Néo-Zélandais qui, de nos jours visitent la ville du Quesnoy lors d’un voyage ou bien encore lors de leur O.E (Overseas Experience) en Europe. Au cours des années, ces liens historiques se sont renforcés et transformés en échanges culturels symbolisés par le jumelage mis en place en 1999 entre les villes du Quesnoy et Cambridge dans la région du Waipa, jumelage unique dans l’histoire de la France et la Nouvelle-Zélande.

Dans le cadre des commémorations du centenaire, la ville du Quesnoy en collaboration avec l’UFR de Français de l’université de Waikato en Nouvelle-Zélande organise « La France et la Nouvelle-Zélande pendant la Grande Guerre : Conférence du Centenaire 1918-2018. »

Les deux intervenants principaux sont :

Christopher Pugsley (Vice-Président de l’Association du Front Occidental, the Western Front Association, ancien maître de conférences à l’Académie Militaire Royale de Sandhurst). Son dernier livre The Camera in the Crowd: Filming New Zealand in War and Peace, 1895-1920.

Michaël Bourlet est chef du cours d’histoire militaire aux Écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan. Il a récemment publié Les petites patries dans la Grande Guerre et La Belgique et la Grande Guerre.

Le colloque se tiendra au Théâtre des Trois Chênes au Quesnoy les 2 et 3 novembre 2018.

Nous entendons aller au-delà d’une approche militaire du conflit et aborder des thèmes variés dans un cadre socio-historique et pluridisciplinaire.

  • vie en France occupée
  • vie dans les tranchées
  • vie en Nouvelle-Zélande pendant la Grande Guerre
  • Pākehā et Māori durant le conflit
  • rencontres entre troupes néo-zélandaises et civils français
  • premières impressions de la France/ image romancée de la France
  • commémorations et monuments aux morts
  • mythes et réalités de la guerre
  • approches artistiques du conflit
  • littérature et souvenir

Modalités de soumission

Envoyez par e-mail un résumé (en français ou en anglais) de 200 mots accompagné d’une biographie de 50 mots à 

nathalie.philippe@waikato.ac.nz

Dr Nathalie Philippe

University of Waikato
FASS/School of Arts/ French/
Private Bag 3105
Hamilton 3240
Nouvelle-Zélande

Date limite : 1er avril 2018

Il n’y aura pas de session parallèle. Les organisatrices considèrent que cette conférence devrait être accessible aux universitaires comme au grand public, qu’ils soient anglophones ou francophones. Une équipe d’interprètes sera présente afin de permettre aux participants au colloque de présenter leurs communications en français ou en anglais. Des oreillettes permettront au public d’écouter les présentations dans la langue de leur choix.

Comité scientifique

  • Dr Nathalie Philippe (Université de Waikato, Nouvelle-Zélande)
  • Dr William Jennings (Université de Waikato, Nouvelle-Zélande)

Pour plus de renseignements sur Le Quesnoy contactez Mme Mme Hélène Carpentier : h.carpentier@lequesnoy.fr

Lieux

  • Theatre des Trois Chenes
    Le Quesnoy, France (59)

Dates

  • vendredi 02 novembre 2018
  • samedi 03 novembre 2018

Mots-clés

  • Nouvelle-Zelande, maori, guerre 14-18, premiere guerre mondiale,

Contacts

  • Nathalie Philippe
    courriel : nathalie [dot] philippe [at] waikato [dot] ac [dot] nz

Source de l'information

  • Nathalie Philippe
    courriel : nathalie [dot] philippe [at] waikato [dot] ac [dot] nz

Pour citer cette annonce

« La France et la Nouvelle-Zélande pendant la Grande Guerre », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 07 décembre 2017, http://calenda.org/424661