Calenda - Le calendrier des lettres et sciences humaines et sociales

Des données à la théorie en sciences du langage

From data to theory in linguistics

XXIe rencontres jeunes chercheurs (RJC 2018)

*  *  *

Publié le mercredi 06 décembre 2017 par Céline Guilleux

Résumé

Créées en 1998, les rencontres jeunes chercheurs de l’école doctorale « Langage et langues » (ED 268, université Sorbonne Nouvelle) offrent la possibilité aux chercheurs en formation, inscrits en doctorat ou en master recherche, ainsi qu’aux jeunes docteurs, de présenter leurs travaux sous forme de communication orale ou de poster. Le thème de cette année – « Des données à la théorie » – s’intéressera à différents aspects de l’élaboration des recherches en linguistique.

Annonce

31 mai et 1er juin 2018

Argumentaire

Qu’elles soient recueillies en situation expérimentale, écologique ou issues de corpus de diverses origines, les données ont la part belle dans les recherches en sciences du langage : la théorie est souvent définie comme une description cohérente et efficace de données. Ainsi, l’activité de recherche pourrait se décrire comme une succession d’étapes allant de la récolte de données à leur traitement selon une théorie appropriée. L’étude de nouvelles données peut donc permettre de renforcer certaines théories, ou au contraire de les remettre en question, voire de les réfuter complètement. En effet, la force d’une théorie scientifique dépend de sa réfutabilité par de nouvelles données, comme le démontre Karl Popper1. Par exemple, on voit comment Greenberg2 a défini des “universaux du langage” en se basant sur un échantillon de langues (par exemple 30 en 1963). Par la suite, la prise en compte de nouvelles données, la description de nouvelles langues ont remis en cause la notion d’universel telle que posée par Greenberg.On parle à présent plutôt de tendances que d’universaux absolus.

Cependant, le recueil et la sélection des données posent tous deux de nombreuses difficultés d’ordres épistémologiques et méthodologiques. Il s’agit d’adopter une méthode en lien avec les objectifs de la recherche tout en tenant compte des contraintes et problématiques propres aux sciences humaines et sociales. Celles-ci comprennent entre autres les questions du naturel des données, de la mise en parallèle de données (par exemple l’appariement de groupes),et de l’utilisation de données qui n’ont pas été récoltées par le chercheur lui-même.

Lors de l’analyse elle-même, les théories adoptées par le chercheur constituent un biais inévitable dans le traitement des données. En histoire des théories linguistiques, ces questions épistémologiques tiennent une place centrale. Cette discipline étudie entre autres le traitement des données empiriques du langage par les grammairiens et les linguistes à des périodes différentes, en montrant par exemple comment les premières descriptions des langues européennes se sont opérées par un transfert théorique du modèle gréco-latin (Auroux1994)3.

Aujourd’hui, les études quantitatives, la linguistique expérimentale et le recours aux statistiques tentent de réduire le biais lié à la subjectivité du chercheur (échantillons plus larges, protocoles stricts, calculs des marges d’erreur...), grâce au développement de l’informatique : constitution de grands corpus oraux et écrits (CIEL-F, CFPP, etc.) et développement de nombreux logiciels de traitement des données (Praat, R, LeTrameur, Toolbox, etc.). Ces nouvelles méthodes impliquent un rapport aux données totalement différent de celui des études qualitatives plus anciennes, et ont elles-mêmes leurs limites : par exemple les erreurs de transcriptions d’un manuscrit ancien peuvent entraîner des interprétations erronées s‘il n'y a eu aucune lecture du texte source. De manière générale, l’analyse de données par des chercheurs qui n’ont pas participé à leur constitution, et qui ignorent parfois le contexte de recueil des productions, peut poser quelques problèmes pour leur interprétation.

De fait, l’articulation entre les données et la théorie ne s’avère pas toujours aller de soi, le chercheur doit sans cesse questionner la théorie à travers ses analyses et résultats. Tous ces questionnements seront au cœur des discussions de cette 21ème édition des Rencontres Jeunes Chercheurs. Outre les exemples sus-cités, tous les champs disciplinaires en sciences du langage sont bienvenus. 

Inscriptions

Le colloque est ouvert à tous:masterants, doctorants, jeunes chercheurs...

Entrée libre.

Une attestation de présence sera remise aux participants.

Guide pour les soumissions

1. Nous encourageons les propositions concernant la thématique de l’année en relation avec toutes les disciplines linguistiques. Toute personne souhaitant réaliser une communication ou un poster est invitée à soumettre un abstract de 2 pages (5 000 caractères ±10%) en français ou en anglais

jusqu’au 15 janvier 2018 à 20h (heure de Paris).

Les abstracts devront comprendre une bibliographie, être accompagnés de 3 à 5 mots-clés et être envoyés en deux exemplaires (un exemplaire anonyme et un autre faisant apparaître le nom du candidat, l’université et le laboratoire auquel il est rattaché et une adresse mail valide) au Comité d’Organisation:rjc.ed268.p3@gmail.com

2. Les communications orales sont de 20 minutes suivies de 10 min de discussion. Les posters devront être imprimés au format A0. Les auteurs des posters sont invités à présenter leurs travaux au public lors de la session poster.

3. Les auteurs qui auront été sélectionnés par le CS auront la possibilité de rédiger un article de 30 000 signes (espaces non compris) en français ou en anglais pour le 15 septembre 2018 à 20h (heure de Paris). Cet article, qui fera l’objet d’une relecture par le CS, pourra ensuite être corrigé pour être publié dans les actes du colloque. Les articles devront être envoyés au Comité d’Organisation: rjc.ed268.p3@gmail.com

Dates importantes

  • Date limite de soumission de l’abstract (2pages): 15 janvier 2018.

  • Notification de  l’acceptation: Mars 2018.
  • Date limite pour la soumission de l’article (30.000 caractères sans espace) : 15 septembre 2018.
  • Dates des Rencontres: 31 mai et 1er juin 2018

Lieu des RJC2018: Institut de linguistique et de phonétique générales et appliquées
(ILPGA), 19, rue des Bernardins-75005 PARIS

Site internet: 

http://www.univ-paris3.fr/rencontres-jeunes-chercheurs-301310.kjsp.

Contact: rjc.ed268.p3@gmail.com

Comité scientifique

  • Martine Adda Decker,
  • José Ignacio Aguilar Rio,
  • Angélique Amelot,
  • Nicolas Aubry,
  • Nicolas Audibert,
  • Jacqueline Authier-Revuz,
  • Michelle Auzanneau,
  • Jean-Claude Beacco,
  • Irmtraud Behr,
  • Tiphanie Bertin,
  • Violaine Bigot,
  • Philippe Boula de Mareuil,
  • Cédric Brudermann,
  • Maria Candea,
  • Mariella Causa,
  • Jean-Louis Chiss,
  • James Costa,
  • Lise Crevier-Buchman,
  • Jacques David,
  • Jeanne-Marie Debaisieux,
  • Matteo De Chiara,
  • Didier Demolin,
  • Serge Fleury,
  • Cécile Fougeron,
  • Jean-Marie Fournier,
  • Cédric Gendrot,
  • Kim Gerdes,
  • Daniel Gile,
  • Pierre Halle,
  • Guillaume Jacques,
  • Takeki Kamiyama,
  • Dominique Klingler,
  • Florence Lefeuvre,
  • Dominique Legallois,
  • Cécile Leguy,
  • Aliyah Morgenstern,
  • Catherine Muller,
  • Samia Naïm,
  • Jean-Paul Narcy-Combes,
  • Gabriella Parussa,
  • Marie-Anne Paveau,
  • Claire Pillot-Loiseau,
  • Konstantin Pozdniakov,
  • Christian Puech,
  • Nicolas Quint,
  • Sandrine Reboul-Touré,
  • Rachid Ridouane,
  • Anne Salazar Orvig,
  • Didier Samain,
  • Dan Savatovsky,
  • Valérie Spaëth,
  • Sofia Stratilaki,
  • Isabelle Tellier,
  • Andrea Valentini,
  • Cécile Van den Avenne,
  • Georges-Daniel Véronique,
  • Patricia Von Münchow, 
  • Corinne Weber,
  •  Naomi Yamaguchi

Comité d’organisation

  • Nadia Bacor,
  • Camille Dupret,
  • Vanda Enoiu,
  • Auphélie Ferreira,
  • Amal Khaleefa,
  • Mezane Konuk,
  • Julie Marsault,
  • Sara Mazziotti,
  • Masud Mohammadi Rad,
  • Amelia Pettirossi,
  • Pierre Vermander,
  • Benoît Vezin. 

Références

1Karl Popper (1953), Conjectures and refutations. Routledge Classics. London:Routledge.

2Joseph Greenberg (1966), Language Universals, With Special Reference to Feature Hierarchies. JanuaLinguarum,SeriesMinor59.TheHague:Mouton. 

3Sylvain Auroux (1994), La révolution technologique de la grammatisation. Introduction à l’histoire des sciences du langage, Liège, Mardaga.

31 May et 1 st June, 2018

University Sorbonne Nouvelle - Paris 3 (ILPGA) 19, rue des Bernardins - 75005 PARIS

Argument

Founded in 1998, the Rencontres Jeunes Chercheurs from the doctorate school “Speech and Languages” (ED 268, Université Sorbonne Nouvelle) offer students, whether they are registered in PhD or in Master, and young PhD, to present their work in oral paper or posters. This year’s theme, “From data to theory”, will focus on the different aspects of researcher’s production in linguistics.

Whether gathered in experimental or ecologic situation, or drawn from corpora of all sorts, data are given a prominent place in linguistics: in fact, theory is often defined as a coherent and efficient description of data. Thus, research could be described as a serie of steps, going from data gathering to their processing, using a suitable theory. New data can then allow to reinforce some theories or, at the contrary, to cast doubt on them or even entirely refute  them.  Indeed,  the  strength of a scientific theory lies, as Popper 19531  showed, in its refutability  caused  by  new  data.  For  instance,  Greenberg  19662    defined  “language universals”, basing his study on a sample of 30 languages. Afterwards, new languages’ descriptions and, therefore, new data, challenged the concept of “universal” as defined by Greenberg. Nowadays, we tend to speak more of tendencies than of absolute universals.

However, gathering and selecting data is not without arising many difficulties, both methodological and epistemological. The method must be linked to the research’s objectives while taking into consideration the constraints and issues specific to human and social sciences, such as data’s “naturalness”, the matching of different groups of data or their use by a researcher who didn’t gather them.

In the course of the analysis itself, the theories used make an unavoidable bias in data processing. These epistemological issues are central in the field of History of Linguistic

Theories where the processing of empirical data by grammarians and linguists, at any period, is studied. For instance, Auroux 19943 shows how the first descriptions of European languages were inspired by the theoretical transfer of the Greco-Latin model.

Nowadays, big data studies, experimental linguistics and resort to statistics attempt to minimize the bias due to the researcher’s subjectivity (bigger samples, strict protocols, calculation of the margin of error…). A great part of these fields is attributable to the informatic development: big corpus are created (CIEL-F, CFPP, etc.) as well as data processing softwares (Praat, R, LeTrameur, Toolbox, etc.). These new ways of studying language imply a new and quite different relation towards data as opposed to the qualitative way, but they also got their drawbacks. For example, errors in the transcript of a manuscript could cause wrong interpretations if there is no confirmation from the source text. Overall, the data’s analysis by researchers who weren’t part of their gathering, thus sometimes ignoring the context of production, can be an issue in their interpretation.

Actually, the link between data and theory might not go without saying, the researcher must constantly interrogate this very trend through his analysis and findings. All these issues will be at the heart of this 21st edition of the Rencontre Jeunes Chercheurs. In addition to the mentioned examples, all fields of linguistics are welcome.

The symposium is open to everyone: Master’s students, PhD students, young PhD, … The entrance is free.

A confirmation of presence will be delivered.

Submission guidelines

1. We encourage proposals relevant to this year’s topic and related to every linguistic discipline. Everyone who is interested in presenting an individual paper or a poster is welcome to submit a 2-pages abstract (5 000 characters ±10%) in English or French

by January 15, 2018 at 8 pm (Central European Time).

Abstracts must include a bibliography and from 3 to 5 key-words. They must be sent in two copies (an anonymous version and a non-anonymous version with candidate's name, university, department attachment and a valid email address) to the organising committee: rjc.ed268.p3@gmail.com .

2. Individual papers will be allocated 20 minutes, and an additional 10 minutes for discussion. The size of the posters is A0. Poster authors will be invited to give a short oral presentation of their work.

3. Authors of shortlisted abstracts should submit an article of 30,000 characters (without spaces) in French or English by September 15, 2018 at 8 pm (Central European Time). After a proofreading by the Scientific Committee, a second version of this article will be published in the acts of the conference. Articles must be sent to the organising committee: rjc.ed268.p3@gmail.com

Agenda

  • Submission deadline for the two-pages  abstract:  January  15,  2018

  • Notification of acceptance:  March  2018
  • Deadline for the article (30,000 characters without spaces): September 15, 2018
  • Conference dates: May 31 - June 1, 2017

Conference location: Institut de linguistique et de phonétique générales et appliquées (ILPGA), 19, rue des Bernardins - 75005 PARIS

Contact: rjc-ed268@gmail.com

Scientific Committee

  • Martine Adda Decker,
  • José Ignacio Aguilar Rio,
  • Angélique Amelot,
  • Nicolas Aubry,
  • Nicolas Audibert,
  • Jacqueline Authier-Revuz,
  • Michelle Auzanneau,
  • Jean-Claude Beacco,
  • Irmtraud Behr,
  • Tiphanie Bertin,
  • Violaine Bigot,
  • Philippe Boula de Mareuil,
  • Cédric Brudermann,
  • Maria Candea,
  • Mariella Causa,
  • Jean-Louis Chiss,
  • James Costa,
  • Lise Crevier-Buchman,
  • Jacques David,
  • Jeanne-Marie Debaisieux,
  • Matteo De Chiara,
  • Didier Demolin,
  • Serge Fleury,
  • Cécile Fougeron,
  • Jean-Marie Fournier,
  • Cédric Gendrot,
  • Kim Gerdes,
  • Daniel Gile,
  • Pierre Halle,
  • Guillaume Jacques,
  • Takeki Kamiyama,
  • Dominique Klingler,
  • Florence Lefeuvre,
  • Dominique Legallois,
  • Cécile Leguy,
  • Aliyah Morgenstern,
  • Catherine Muller,
  • Samia Naïm,
  • Jean-Paul Narcy-Combes,
  • Gabriella Parussa,
  • Marie-Anne Paveau,
  • Claire Pillot-Loiseau,
  • Konstantin Pozdniakov,
  • Christian Puech,
  • Nicolas Quint,
  • Sandrine Reboul-Touré,
  • Rachid Ridouane,
  • Anne Salazar Orvig,
  • Didier Samain,
  • Dan Savatovsky,
  • Valérie Spaëth,
  • Sofia Stratilaki,
  • Isabelle Tellier,
  • Andrea Valentini,
  • Cécile Van den Avenne,
  • Georges-Daniel Véronique,
  • Patricia Von Münchow, 
  • Corinne Weber,
  •  Naomi Yamaguchi

Organizing Committee

  • Nadia Bacor,
  • Camille Dupret,
  • Vanda Enoiu,
  • Auphélie Ferreira,
  • Amal Khaleefa,
  • Mezane Konuk,
  • Julie Marsault,
  • Sara Mazziotti,
  • Masud Mohammadi Rad,
  • Amelia Pettirossi,
  • Pierre Vermander,
  • Benoît Vezin. 

1 Karl Popper (1953), Conjectures and refutations. Routledge Classics. London: Routledge.

2 Joseph Greenberg (1966), Language Universals, With Special Reference to Feature Hierarchies. JanuaLinguarum, Series Minor 59. The Hague: Mouton.

3 Sylvain Auroux 1994, La révolution technologique de la grammatisation. Introduction à l’histoire des sciences du langage, Liège, Mardaga.

Lieux

  • Institut de linguistique et phonétique générales et appliquées - 19 Rue des Bernardins
    Paris, France (75)

Dates

  • lundi 15 janvier 2018

Mots-clés

  • donnée, théorie, méthodologie, TAL, exploitation, protocole

Contacts

  • Comité d'organisation des RJC 2017 de l'ED 268 Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3
    courriel : rjc [dot] ed268 [dot] p3 [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Vanda Enoiu
    courriel : rjc [dot] ed268 [dot] p3 [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Des données à la théorie en sciences du langage », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 06 décembre 2017, http://calenda.org/424773