AccueilMon robot, ma famille et moi

*  *  *

Publié le mardi 05 décembre 2017 par Céline Guilleux

Résumé

Cette journée d’étude pluridisciplinaire portée par le pôle de recherches en sciences humaines de l’université du Havre a pour objectif d’explorer le processus de diffusion et d’adoption des robots de compagnie au sein des familles avec enfants et d’en envisager l’impact futur sur les représentations et les pratiques quotidiennes de ces familles.

Annonce

Présentation

A sa création le E. Laboratory on Human trace complex system UNESCO qui a été fondé dans la suite du programme « L’Homme-trace » de l’UMR IDEES et de la création du E. laboratoire RIGHT associé à l’ISCN a d’abord travaillé à l’étayage épistémologique de la notion de trace, laquelle constitue l’un des enjeux majeurs du XXIème siècle. Cette démarche s’est appuyée sur un travail transversal aux disciplines universitaires en SHS et a intégrée progressivement les autres disciplines dans une pensée complexe dont on sait qu’elle est fortement soutenue par Edgar Morin.

Pour répondre à cet objectif épistémologique, le E. Laboratory on Human trace s’est appuyé sur des coopérations passant progressivement de la pluridisciplinarité à l’interdisciplinarité, puis à la transdisciplinarité. La formalisation conceptuelle qui s’en est suivie à conduit à l’émergence du concept écologique d’Homme-trace. Les résultats de ce travail ont été publiés dans la série L’Homme-trace dirigé par le professeur Galinon-Mélénec chez CNRS éditions.

Depuis plusieurs années, le pole de recherche en sciences humaines (PRSH) de l’université du Havre appuie cette dynamique de différentes façons : soutien à l’organisation des journées des rencontres des chercheurs, aide à la publication et à la traduction. L’année universitaire 2017-18 s’inscrit dans cette continuité en contribuant au lancement d’un projet de recherche du E. laboratory on Human Trace à l’horizon 2020 dont la caractéristique est d’associer deux laboratoires en SHS de l’ULH : le NIMEC et l’UMR IDEES.

Le projet à l’horizon 2020 établit les bases de nouvelles collaborations polyscientifiques en vue de relier les analyses ayant permis de fonder le paradigme de L’Homme-trace et la problématique des traces numériques avec les recherches portant sur l’émergence des nouveaux comportements dans une société où les technologies numériques et la robotique sont en pleine extension. En travaillant spécifiquement la relation entre l’humain et les robots compagnons, ces collaborations interdisciplinaires produiront des réponses aux questions contemporaines, dont certaines ont été évoquées lors des échanges résultant de la première commission prospective du PRSH (6) : Quels sont les problèmes de Privacy et d’Ethique liés à l’utilisation marchande des traces numériques ? Quels sont les résultats positifs et négatifs sur le corps-trace des humains de la mise en place des robots compagnons dans les hôpitaux ou au domicile des personnes en perte d’autonomie ? Quels sont les impacts de la relation enfant-robot jouet sur le développement du corps-trace de l’homme ?

Pour lancer le débat, les coordonnatrices du projet (Prof. Pascale Ezan et Prof. Galinon-Mélénec) organisent le Jeudi 7 décembre une première journée de rencontres entre chercheurs en sciences de gestion, en droit, en sciences de l’information et de la communication, en psychologie du développement, en robotique et en informatique.

Argumentaire

Relevant encore récemment de la fiction, le robot humanoïde conçu pour vivre au sein des familles commence à être commercialisé sur les marchés grand public. Equipés d’une intelligence artificielle1, de capteurs, de systèmes de reconnaissance électronique et connecté à Internet, les robots compagnons ont pour fonction de divertir, informer, accomplir des tâches ménagères et partager l’intimité des familles. Dotés de caractéristiques physiques et psychologiques proches de l’être humain, ils sont ainsi capables de reproduire des attitudes et comportements humains et de répliquer de mieux en mieux les interactions humaines. La connexion de ces robots à Internet permet aux entreprises les commercialisant de stocker et de traiter une multitude de données issues des foyers et de proposer des liens de plus en plus personnalisés avec ses utilisateurs.

En cela, véritable innovation de rupture, le robot compagnon engendre des transformations à la fois technologiques et sociétales qui suscitent de nombreuses interrogations sociales, juridiques, économiques ou éthiques. Afin d’apporter un éclairage sur l’émergence de ce nouveau marché et de contribuer à en dresser les enjeux, cette journée d’étude se centrera sur le projet de recherche « Mon robot, ma famille et moi : étude de l’impact de la relation humain-robot sur la question des identités ». Elle s’inscrit dans le projet scientifique développé par le e-laboratoire on Human Trace Complex system Digital Campus portant le label Unitwin de l’UNESCO2.

Dans ce cadre, le projet de recherche explorera deux axes de questionnements induits par l’introduction des robots compagnons dans les familles avec enfants.

Une dimension endogène : les traces de la relation homme-robot compagnon sur les identités individuelles au sein de la famille et sur l’identité familiale elle-même.

Dès lors que ces robots de compagnie empruntent des attributs physiques et psychologiques humains et endossent le rôle de « compagnon », la frontière entre le vivant et la machine semble s’effacer au point de provoquer de la robophilie3 et des attachements affectifs de substitution4.

Selon Serge Tisseron, le producteur de robot Hiroshi Ishiguro5 nous invite même « à considérer les robots de demain ni comme des machines ni même comme des animaux, mais comme nos enfants ! Non pas comme ses enfants à lui, dont nous prendrions livraison en remerciant leur concepteur, mais comme nos enfants à nous que nous serions appelés à mettre au monde et à élever »6.

L’objectif de cette journée est d’aborder ce sujet en étudiant la place du robot dans les interactions familiales et de montrer dans quelle mesure son adoption au sein du foyer peut modifier les relations intrafamiliales et les représentations que chacun a de son rôle au sein de la famille. Son adoption pose également la question de la responsabilité juridique du robot dans le cadre de ces relations. Nous partirons d’une définition de l’identité conçue comme une construction en perpétuel mouvement résultant des interactions de l’individu à son environnement, ce qui comprend à la fois les échanges intersubjectifs - avec leur dimension affective - et la construction commune de signification au sein de la famille. Dans le contexte théorique porté par le laboratoire on Human-Trace Complex System, l’accent sera mis sur :

  • l’interaction de signes-traces7 entre deux corps, un corps humain vivant et un corps-machine non-vivant8.
  • Les signes-traces organisationnels résultants : la répartition des tâches, les relations entre les membres de la famille et notamment les relations parents-enfants, le style de communication familiale, ou les valeurs portées et transmises au sein de la famille.
  • L’impact sur le « corps-trace »9 humain : transformations de la sensori-sensibilité10, de l’interaction empathique, de l’expression verbale, des représentations11, etc. des enfants12.
  • L’impact sur la représentation de soi : en se demandant si les processus mimétiques produisant des relations miroirs satisfaisantes ont une influence sur une représentation faussée de soi.13

L’usage des robots personnels pour l’exécution de tâches quotidiennes se fondant avec harmonie dans l’environnement familial étant plus développé au Japon qu’en France, nous nous demanderons également dans quelles mesures les différences culturelles entre nos deux pays influent sur la relation de confiance (pour le Japon) ou de défiance (pour la France) vis à vis des robots de compagnie.

Une dimension exogène : les risques liés à une « économie  des  données  massives » personnelles et familiales transmises par les robots

En tant que compagnon au sein des familles, le robot soulève des interrogations sociétales et légales induites par le stockage et l’exploitation algorithmique de données personnelles collectées au sein de la sphère privée. Il nécessite de s’interroger sur la traçabilité numérique des données issues des interactions entre les différents membres de la famille et le robot ainsi que des interactions intrafamiliales auscultées voire médiatisées par le robot et in fine son fournisseur. Pour le vendeur de robot domestique, le client n’est pas l’acheteur d’une machine comme une autre. L’expérience relationnelle client-robot est productive de traces numériques qui constituent de gigantesques opportunités de valorisation.

Sachant que la CNIL14 considère comme donnée personnelle « toute donnée permettant d’identifier directement ou indirectement une personne physique », on mesure que les données fournies par les robots domestiques sont hautement concernées. Certes, des entreprises se déclarent conscientes des enjeux éthiques15 et cherchent à mettre en place un guide des bonnes conduites qui permettraient aux entreprises de concilier business et éthique, mais dans quelle mesure n’est-ce pas un effet d’annonce pour valoriser l’image des entreprises adhérentes et restaurer la confiance du client ? Une mesure, l’opt-in, déjà en place, implique l’autorisation préalable demandée au client pour traiter ses données personnelles et les divulguer ; pourrait-elle s’appliquer aux données transmises par les robots domestiques ? Comment, dans une société de plus en plus numérique, concilier le désir de l’enfant consommateur toujours prêt à bénéficier des avantages offerts par le progrès technologique, l’intérêt que représente le développement de la datafication pour les entreprises (dont la communication marketing ciblée est une conséquence), et la nécessité de protéger la sphère privée ? Enfin, comment s'assurer que la masse d'informations personnelles recueillies par ces robots de compagnie ne soit pas utilisée dans un but de contrôle politique ?

Autant de questions que nous ne pourrons éviter dans l’avenir et qu’il convient de poser avec le recul qu’offre la recherche.

Programme

9H00 : accueil et café de bienvenue

9H30 : Positionnement de la journée et de ses objectifs scientifiques

  • Béatrice GALINON-MELENEC, Professeur en sciences de l’information et de la communication, fondatrice et co-directrice du e. laboratory on Human Trace Complex system Unesco : Présentation du laboratoire on Human-trace complex system ’unitwin Unesco
  • Pascale EZAN - Professeur en Sciences de gestion, EA 969 NIMEC, Université Le Havre Normandie et co-directrice adjointe du laboratoire On Human Trace Complex System UNESCO
  • Présentation de la journée « mon robot, ma famille et moi »

9H45 – 11H00 : Acceptation et usages des robots dans la famille ?

Modérateur : VALERIE HEMAR-NICOLAS - Maître de conférences HDR en Sciences de gestion, EA 7363 RITM, Université Paris Sud/Paris Saclay et membre du laboratoire On Human Trace Complex System UNESCO.

  • Alain GOUDEY16 – Professeur associé, co-fondateur de l’Institut de Recherche Smart Product and Consumption, Neoma Business School. Des parents aux grands-parents : perception et acceptation du robot domestique
  • Marie SCHILL – Maître de Conférences en Sciences de gestion – EA 6292 REGARDS, Université de Reims Champagne Ardennes. Enquête sur l’acceptabilité des robots compagnon au sein des familles
  • Alexandra BENSAMOUN17 – Professeur en droit privé, spécialiste de droit du numérique, chercheur à l’IODE (UMR CNRS 6262), Université de Rennes 1, chercheur associé et membre du Conseil de direction du CERDI (EA 3537), Université Paris-Sud/Paris-Saclay. Pour une régulation adaptée a l’usage de robots humanoïdes dotes d’IA par l’enfant et sa famille.
  • Rodolphe GELIN18 – EVP Chief Scientific Officer, Softbank Robotics. Romeo, robot humanoïde, nouvel ami de l’homme ?

11H00 - 12H30 : Autres milieux, autres usages transposables a la famille ?

Modérateur : Pascale EZAN - Professeur en Sciences de gestion, EA 969 NIMEC, Université Le Havre Normandie et co-directrice adjointe du laboratoire On Human Trace Complex System UNESCO

  • Jean-François BRETHE – Professeur en Génie informatique, automatique et traitement du signal – EA3220 GREAH, Université Le Havre Normandie. Expérimentation de programmation robotique en milieu scolaire 
  • Jeanne LALLEMENT, Maître de Conférences en Sciences de gestion – EA 1722 CEREGE, Université de la Rochelle. Arnaud REVEL, Professeur en Génie informatique, automatique et traitement du signal – EA 2018 L3i, Université de la Rochelle. Nao au musée : retours d’expériences et éléments de réflexion transposables au sein de la famille
  • Natacha SEIGNOLLES – Fondatrice et dirigeante de Décalab, La coopération multidisciplinaire au cœur de l’entreprise innovante

12H30 – 13H30 : Déjeuner au restaurant universitaire

13H45 –15H : Le robot au prisme des traces

Modérateur : Béatrice GALINON-MELENEC, Professeur en Sciences de l’information et de la Communication, UMR IDEES 6266 CNRS, Université Le Havre Normandie, co-directrice du laboratoire On Human Trace Complex System UNESCO.

  • Daiana DULA – Docteur en Sciences de l’information et de la communication - UMR IDEES 6266 CNRS, Université de Rouen Normandie et membre du laboratoire On Human Trace Complex System UNESCO. Le robot est-il un même ? Trace, projection et mimétisme des objets compagnons
  • Michèle MOLINA – Professeur en psychologie – EA 7452 LPCN, Université de Caen Normandie et membre du laboratoire On Human Trace Complex System UNESCO. Coralie SANN, Maitre de conférences en psychologie – EA 7452 LPCN, Université de Caen Normandie et membre du laboratoire On Human Trace Complex System UNESCO. Cognition et signes-traces : quand le robot devient le compagnon humanoïde de l’enfant : l'inscription corporelle des signes-traces de la communication avec un autre pas comme les autres
  • Daniel SCHMITT – Maître de Conférences en Sciences de l’information et de la communication - EA 2445 DeViSu, Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis et membre du laboratoire On Human Trace Complex System UNESCO ; Sylvie LELEU-MERVIEL, Professeur en Sciences de l’information et de la communication - EA 2445 DeViSu, Université  de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis, co-directrice du laboratoire On Human Trace Complex System UNESCO. Perception et signes-traces : mesures effectuées via l’eye tracking et analyse critique des traces dans la construction de la signification : l’usage des robots

15H-16H : projections avec la participation des personnes présentes de l’axe « consumer’s traces » pour les 3 années à venir (2018-2020)

Coordination : Pascale EZAN, Béatrice GALINON-MELENEC, Valérie HEMAR-NICOLAS, Sylvie LELEU-MERVIEL.

16H : clôture de la journée

Notes et références

  1. Marquis Pierre, Papini Odile, Prade Henri, (2014), Panorama de l’intelligence artificielle, 3 volumes, Cépaduès éditions.
  2. https://en.wikiversity.org/wiki/Portal:Complex_Systems_Digital_Campus/E-Laboratory_on_human_trace
  3. Robophilie : amour des robots. Cf. David Levy, (2008), Love and Sex with Robots: The Evolution of Human-Robot Relationships, Harper Perennial.
  4. Tordo Frédéric (2016), Le numérique et la robotique en psychanalyse : Du sujet virtuel au sujet augmenté, L’Harmattan.
  5. http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/03/17/hiroshi-ishiguro-l-homme-qui-cree-des-robots-a-son-image_4884270_4408996.html
  6. Tisseron Serge (2011), « De l'animal numérique au robot de compagnie : quel avenir pour l'intersubjectivité ? », Revue française de psychanalyse, 2011/1 (Vol. 75), p. 149-159. DOI : 10.3917/rfp.751.0149. URL : http://www.cairn.info/revue- francaise-de-psychanalyse-2011-1-page-149.htm
  7. Galinon-Mélénec Béatrice (2013), « Des signes-traces à l’Homme-trace. La production et l’interprétation des traces placées dans une perspective anthropologique », Intellectica, 2013/1, n°59, pp. 89-113.
  8. Tisseron Serge (2011), Ibid.
  9. Galinon-Mélénec Béatrice (2017), L’Homme-trace. Des traces du corps au corps-trace, CNRS Editions, série L’Homme- trace, vol. IV, 415 p., ISBN 978-2-271-11417-4.
  10. Laflaquière Alban, (2013), Approche sensorimotrice de la perception de l'espace pour la robotique autonome, Ecole Doctorale en Sciences Mécaniques, Acoustique, Electronique et Robotique, thèse soutenue le 19 juillet 2013 à l’Université Pierre et Marie Curie.
  11. Galinon-Mélénec Béatrice (2013), « Expérience incarnée, construction cognitive et jugement », Revue française des sciences de l’information et de la communication, Chapter 7, http://rfsic.revues.org/487.
  12. Tisseron Serge et al. (2012), L’Enfant au risque du virtuel, Paris, Dunod.
  13. Tisseron Serge (2011), « De l'animal numérique au robot de compagnie : quel avenir pour l'intersubjectivité ? », Revue française de psychanalyse, 2011/1 (Vol. 75), p. 149-159. DOI : 10.3917/rfp.751.0149. URL : http://www.cairn.info/revue- francaise-de-psychanalyse-2011-1-page-149.htm
  14. CNIL : Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés.
  15. Ces entreprises, issues de secteurs et de fonctions diverses, se regroupent au sein du CIGREF dans le but de faire émerger une pratique de « l’économie des données personnelles » qui n’oppose pas business et éthique.
  16. Goudey A. et Bonnin B. (2016), Un objet intelligent doit-il avoir l’air humain ? Etude de l’impact de l’anthropomorphisme d’un robot compagnon sur son acceptation, Recherche et Applications en Marketing, 31, 2, 3-22.
  17. Co-auteur et directrice de l’ouvrage Les robots – Objets scientifiques, objets de droits, Mare et Martin, Collection des Presses Universitaires de Sceaux, 2016 ; auteur de nombreuses chroniques sur le droit appliqué à l’intelligence artificielle.
  18. Auteur de nombreuses ouvrages sur les robots, dont : Le robot est-il l’avenir de l’homme, en collaboration avec Olivier Guilhem, La Documentation Française – Paris, 2016.

Lieux

  • Université du Havre, PRSHS - 5 Rue Philippe Lebon
    Le Havre, France (76)

Dates

  • jeudi 07 décembre 2017

Mots-clés

  • robot, famille

Contacts

  • Béatrice Galinon-Mélénec
    courriel : beatrice [dot] galinon-melenec [at] univ-lehavre [dot] fr

Source de l'information

  • Daiana Dula
    courriel : Daiana [dot] dula [at] univ-lehavre [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Mon robot, ma famille et moi », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 05 décembre 2017, http://calenda.org/425962