AccueilRégionalisation, gouvernance et développement territorial au Maroc

Régionalisation, gouvernance et développement territorial au Maroc

الجهوية، الحكامة والتنمية الترابية بالمغرب

Regionalisation, governance and territorial development in Morocco

Entre problématique de perception et défis d’application

بين إشكالية التصور وتحديات التنزيل

Between issues of perception and challenges in application

*  *  *

Publié le mercredi 03 janvier 2018 par Anastasia Giardinelli

Résumé

La politique régionale est considérée comme l'un des piliers de la concrétisation et de la pratique de la bonne gouvernance dans la gestion des affaires publiques. Bien que le développement territorial représente un concept évolué pour l'opérationnalisation de la régionalisation, il fait néanmoins face à des problématiques complexes liées aux multiples niveaux d'intervention (national, régional ou local), dans lesquelles interfèrent des considérations d'ordre conceptuel et méthodologique (concept de développement territorial et la détermination  de l'approche d'intervention), mais également par le cadre institutionnel (politique de décentralisation, de déconcentration et de régionalisation), des acteurs de développement  et des parties prenantes (l'Etat, les collectivités territoriales, les privés et les composantes de la société civile). Cette situation appelle à des perceptions nouvelles et à des approches de gestion innovantes.

Annonce

Argumentaire

La politique régionale est considérée comme l'un des piliers de la concrétisation et de la pratique de la bonne gouvernance dans la gestion des affaires publiques. Bien que le développement territorial représente un concept évolué pour l'opérationnalisation de la régionalisation, il fait néanmoins face à des problématiques complexes liées aux multiples niveaux d'intervention (national, régional ou local), dans lesquelles interfèrent des considérations d'ordre conceptuel et méthodologique (concept de développement territorial et la détermination de l'approche d'intervention), mais également par le cadre institutionnel (politique de décentralisation, de déconcentration et de régionalisation), des acteurs de développement et des parties prenantes (l'Etat, les collectivités territoriales, les privés et les composantes de la société civile). Cette situation appelle à des perceptions nouvelles et à des approches de gestion innovantes.

Etant donné la manière dont le développement territorial pratique ses fonctions d'encadrement et de développement, il est nécessaire de s'interroger sur la nature des formes d'intervention ainsi que sur les outils méthodologiques, financiers et institutionnels, qui sont de nature à ancrer la décentralisation et encourager les convergences dans les interventions des autorités publiques et permettraient par conséquent de poser les fondements d'une politique contractuelle entre l'Etat et la Région d'une part, et le partenariat entre les divers acteurs territoriaux, d'autre part.

En effet, malgré la dynamique des réformes que connaît le Maroc actuellement à tous les niveaux (central, régional et local), et qui est concomitante avec l'émergence d'une nouvelle culture de gestion visant la stimulation de la réforme sur le plan de la décentralisation, la gouvernance et la modernisation de l'administration), le pays souffre encore de l'inefficacité de ses institutions et leurs processus de gestion par manque d'aptitude à la bonne gouvernance à cause des dysfonctionnements électoraux, de la mauvaise gestion, de la formation souvent inadaptée des élus, du découpage administratif inadéquat, ce qui a eu des effets négatifs sur de nombreuses collectivités rurales et urbaines.

Au niveau spatial, les observations font état d'un intérêt grandissant pour la Région, dans le but de la structurer et d'y développer les institutions et les moyens essentiels à sa gestion, au détriment des échelles provinciale et communal. En ce sens, nous constatons que les collectivités territoriales se sont contentées d'une vision à court terme dans la mise en œuvre des plans de développement, en application de l'article n° 36 de la charte des collectivités pour l'année 2008. Par ailleurs, il est certain qu'évaluer et faire l'inventaire de cette expérience pourrait démontrer clairement sa réussite ou son échec. Cette évaluation doit porter aussi bien sur la méthodologie adoptée dans la structuration de la Région et le degré de son intégration et sa compatibilité avec les plans provincial et régional, que sur la solidité de l'engagement pour une réelle concrétisation sur le terrain. Il est à noter également que l'élaboration de ces plans avait précédé la mise en place des plans régionaux et provinciaux de développement, ce qui appelle à des questionnements sur certains aspects comme le contexte, la perception et les bases ayant servi à sa formulation. Les choses n'auraient-elles pas dues être faites dans le sens inverse ?

Au niveau de la province, le paradoxe est plus marqué, si l'on tient compte de l'importance de ce maillon dans la concrétisation des politiques publiques et dans l'enchaînement des mécanismes de gestion territoriale. Les conditions sine qua non pour la mise en place des plans de développement provincial ont-elles été observées, sachant que l'espace provincial est considéré comme un espace territorial essentiel entre les niveaux régional et local ? Etant donné son importance au niveau de l’administration territoriale d'une part, sa taille et sa position stratégique entre les unités territoriales et administratives locales et régionales d'autre part. Il représente un maillon et un véritable trait d'union entre ces différents niveaux. C'est un espace propice au développement entre le régional et le local dans un cadre qui relie la planification communale locale aux projets de masse et à la planification de haut niveau territorial (Région et Etat) et aux politiques publiques globales. Il permet aussi de cristalliser la demande locale pour qu'elle soit prise en compte dans ces politiques.

Quel est donc la place des structures et des institutions provinciales dans l’implémentation et la gestion du développement régional ? Et quelle est le degré d'intégration et d'harmonie des plans de développement provinciaux et régionaux, sachant que les plans provinciaux ont été mis en place avant les programmes régionaux ? Enfin, quel est la portée des schémas de développement locaux dans les schémas provinciaux ? Et vice-versa.

En abordant les principales problématiques et les contraintes, qui entravent le développement territorial - nous attirons l'attention que finalement, tout ce qui a été évoqué précédemment ne représente que des idées et des questionnements proposées aux participants dans un but de discussion et d'approfondissement- et la mise en œuvre de la régionalisation dans notre pays. C'est en approfondissant les débats, que nous parviendrons à mieux définir les aspects de la politique territoriale que le Maroc doit adopter dans le court et le long terme. Elargir les débats et y inclure, en plus des chercheurs, les différentes parties prenantes du développement et de l'aménagement du territoire de tout le pays, et plus spécifiquement opérant dans la Région Sous Massa.

Axes thématiques

C'est l'objectif de cette rencontre scientifique dont les thématiques s'articuleront autour de trois axes principaux :

Axe 1: Le développement territorial contexte, concepts, dimensions et méthodologie de conception:

La compréhension et l’assimilation du contenu des projets de développement de nos territoires nécessitent, au préalable, de circonscrire leurs contexte et leurs déterminants et définir leur principales composantes. Il s'agit en effet de la discussion des concepts, approches et des problématiques suivantes : l’espace territorial, le diagnostic territorial, les ressources territoriales, la prospective territoriale, la planification stratégique, le plan de développement, le projet territorial, l'intelligence territoriale, la gouvernance territoriale, etc.

Axe 2: La planification stratégique et les plans de développement dans les collectivités territoriales au Maroc: défis et réalités.

A travers cet axe, nous tentons de clarifier la réalité des plans de développement territorial

 dans notre pays, en nous appuyant sur des exemples pratiques de lectures des méthodologies adoptées dans l'élaboration de certains plans et plans de travail, aussi bien que du résultat de diagnostic , puis sur les stratégies adoptées pour les réaliser, la nature de la gouvernance territoriale employée et sur les mesures à prendre pour atteindre les objectifs de développement territorial et le modèle alternatif de développement.

Axe 3: Réalité et défis de la mise en place des plans de développement territorial dans la Région Souss-Massa

Cet axe englobe les participations des chercheurs et de différents acteurs qui s'intéressent d'une manière générale aux faits liés au développement territorial de la Région Souss-Massa, et plus spécifiquement aux plans et schémas de développement qu'ils soient à l'échelle des collectivités, des Provinces ou de la Région. Enfin, s'inscrit dans ce dernier axe les défis auxquels fait face le développement dans ses composantes, juridique, institutionnelle et financière.

Comité scientifique

  •  BENHALIMA Hassan (CSMDC. Agadir).
  •  JENNAN Lahssen (Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, Fès).
  •  BELKADI Ahmed (Doyen, FLSH-Agadir).
  •  HNAKA Atmane (Vice Doyen, FLSH-Agadir).
  •  MADANI Mountasser (FLSH-Agadir).
  •  SAADI Ahmed (Ex-directeur. Agences urbaine d'Al Hoceima).
  •  FALLEH Ali (Vice Doyen, FLSH-Sais-Fès).
  •  BOUCHELKHA Mohamed (FLSH-Agadir).
  •  BENATTOU Mohamed (FLSH-Agadir).
  •  OUHAJOU Lekbir (FLSH-Agadir).
  •  MOHAINE Abdelkader (FLSH-Agadir).
  •  AIT OUAZIZ Rkia (FLSH-Agadir).
  •  DADOUN Ali (FLSH-Agadir).
  •  LAZAAR Mhamed (FLSH-Dhar El Mahraz-Fès).
  •  DAYED Hassan (FLSH-Sais-Fès).
  •  BOUDLIB El Houssain (IRCAM, Rabat)
  •  OUDADA Mohamed (CLSH- Campus d’Ait Melloul-Agadir).
  •  BEN ACHOUR Abdelhakim (CLSH- Campus d’Ait Melloul-Agadir).
  •  FELLAK Aymane (CLSH- Campus d’Ait Melloul-Agadir).
  •  ATIK Mohamed (CLSH- Campus d’Ait Melloul-Agadir).
  •  EL BHIRI Zouhir (FLSH-Agadir).

Comité d’organisation

  •  BELKADI Ahmed (Doyen, FLSH-Agadir).
  •  HAMAIZ Hassan (Vice doyen. CLSH- Campus d’Ait Melloul-Agadir).
  •  BEN ACHOUR Abdelhakim (CLSH- Campus d’Ait Melloul-Agadir).
  •  FELLAK Aymane (CLSH- Campus d’Ait Melloul-Agadir).
  •  OUDADA Mohamed (CLSH- Campus d’Ait Melloul-Agadir).
  •  ATIK Mohamed (CLSH- Campus d’Ait Melloul-Agadir).
  •  LAARIBIA Said (CLSH- Campus d’Ait Melloul-Agadir).
  •  EL AMRANI Abdelouahad (CLSH- Campus d’Ait Melloul-Agadir).
  •  EL OUAHIDI Abdelhadi (CLSH- Campus d’Ait Melloul-Agadir).
  •  AMRAOUI Laila (CLSH- Campus d’Ait Melloul-Agadir).
  •  DAHMANI Mohamed (CLSH- Campus d’Ait Melloul-Agadir).
  •  BOUCHANTOUF Soumaya (CLSH- Campus d’Ait Melloul-Agadir).
  •  BOUZALIM Mbarek (FLSH-Agadir).
  •  ABARZAK Mbarek (FLSH-Agadir).
  •  DADOUN Ali (FLSH-Agadir).
  •  EL BHIRI Zouhir (FLSH-Agadir).
  •  DERKAOUI Mokhlis (FLSH-Agadir).
  •  AOURAGH Mbarek (CLSH- Campus d’Ait Melloul-Agadir).
  •  CHMOURK El Mahjoub (FLSH-Agadir).
  •  EL ASRI Mohamed (FLSH-Agadir).
  •  EL HASSNAOUI Mohamed (Doctorant. FLSH-Agadir).

Calendrier

  •  Date limite d’envoi des résumés : 31 Décembre 2017

  •  Date de la notification d’acceptation des communications : 15 Janvier 2018
  •  Annonce de la deuxième circulaire du colloque : 01 Mars 2018
  •  Date limite d’envoi des textes de communication : 15 Mars 2018
  •  Annonce du programme final : 25 Mars 2018
  •  Date du colloque : 04-05 Avril 2018

Présentation des communications

  •  Les résumés doivent être envoyés à l’adresse mail officielle du colloque.
  •  les communicants peuvent présenter leurs communications en : Arabe, Français ou Anglais
  •  Le résumé ne doit pas dépasser 600 mots, avec une liste des mots clés.
  •  Le titre doit être centré, en majuscule et en gras.
  •  Les noms (en majuscule) et prénoms (en minuscule) des auteurs doivent apparaitre immédiatement en dessous du titre, suivis de leur affiliation et leur adresse, et numéro de téléphone.
  •  Les doctorants doivent précisés leur contexte de participation.
  •  Le programme final ne contient que les textes soumis dans les dates précédemment précisé.

Publication

  • Les actes du colloque seront publiés prochainement dans un ouvrage collectif.

 Les coordinateurs du colloque

Adresse mail officielle du colloque : radt.2018@gmail.com

Le colloque se déroulera à l’Université Ibn Zohr, Campus Universitaire Ait Melloul

Lieux

  • Campus universitaire Ait Melloul - Route N 10, Hay Azrou. Ait Melloul
    Agadir, Maroc

Dates

  • dimanche 31 décembre 2017

Mots-clés

  • régionalisation, gouvernance, développement territorial

Contacts

  • Comité d'organisation
    courriel : radt [dot] 2018 [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Abdelhakim BEN ACHOUR
    courriel : a [dot] benachour [at] uiz [dot] ac [dot] ma

Pour citer cette annonce

« Régionalisation, gouvernance et développement territorial au Maroc », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 03 janvier 2018, http://calenda.org/427426