AccueilArt et expérience corporelle vitale, approches inter-arts et Asie/Occident

Art et expérience corporelle vitale, approches inter-arts et Asie/Occident

Art and vital corporeal experience - interartistic approaches, Asia and the West

Séminaire Langarts, BIS Sorbonne 2018

Langarts seminar, BIS Sorbonne 2018

*  *  *

Publié le mercredi 03 janvier 2018 par Anastasia Giardinelli

Résumé

Le concept se rattache à l’intuition du Pragmatisme que l’esprit dépend du corps qui est, « l’œil du cyclone, l’origine des coordonnées, le lieu où constamment est placé l’accent au cours de notre expérience » car « le monde dont on fait l’expérience se présente à tout moment avec notre corps pour centre, centre de vision, centre d’action, centre d’intérêt ». Le Penseur de Rodin, manifestant cette liaison indispensable et automatique entre le corps et l’esprit qui fait que l’on se gratte la tête et que l’on fronce les sourcils pour réfléchir, illustre le processus de la conscience, qui se forme dans un aller-retour entre une représentation de nous-même comme intériorité et comme extériorité. Dans ce « chiasme » le corps joue le rôle de tangence entre soi et le monde, une tangence indispensable pour éviter la folie d’une perception solipsiste de l’esprit par lui-même.

Annonce

Présentation

Le concept se rattache à l’intuition du Pragmatisme que l’esprit dépend du corps qui est, « l’œil du cyclone, l’origine des coordonnées, le lieu où constamment est placé l’accent au cours de notre expérience » car « le monde dont on fait l’expérience se présente à tout moment avec notre corps pour centre, centre de vision, centre d’action, centre d’intérêt ». Le Penseur de Rodin, manifestant cette liaison indispensable et automatique entre le corps et l’esprit qui fait que l’on se gratte la tête et que l’on fronce les sourcils pour réfléchir, illustre le processus de la conscience, qui se forme dans un aller-retour entre une représentation de nous-même comme intériorité et comme extériorité. Dans ce « chiasme » le corps joue le rôle de tangence entre soi et le monde, une tangence indispensable pour éviter la folie d’une perception solipsiste de l’esprit par lui-même.

On s’intéressera à la relation corps/esprit dans le langage (traces métaphoriques de l’orientation corporelle et des dynamiques biologiques)et dans la perception de l’œuvre visuelle (notions d’empathie, neurones miroirs, engramme, marqueur sémantique des émotions, kinesthésie, l’art et le désir (de connaître, de puissance, d’exister en tant que sujet…).

Année 2018 : Esthétique et kinesthésie.

Pour l’année 2018, le sujet propose une étude de la rencontre entre gestes artistiquesmais aussi gestes du travail (praxis) comme créateur de modes d’expressions de soi, dont on trouve les indices dans les arts, dans le langage, mais aussi dans la philosophie, notamment dans l’apologie de la vie quotidienne par Michel de Certeau et Henri Lefèbvre. Ces préoccupations pour la gestuelle quotidienne rejoignent celles des philosophies asiatiques, tout en s’en démarquant.

Langarts est une équipe interuniversitaire dont les recherches portent sur « la pensée créative » et « l’émotion esthétique » simultanément en comparatisme entre cultures et en correspondance entre les arts, notamment l’Asie et l’Occident par une approche duale, à la fois théorique et expérimentale et interdisciplinaire (voir https://langarts.hypotheses.org/).

La Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne accueille ce séminaire en 2018 dans ses salles de formation, 17 rue de la Sorbonne, Paris 75005.

Le séminaire est ouvert à tous. L’accès se fait avec une carte de la bibliothèque BIS, ou sur présentation du programme. Inscription indispensable sur : christine.vialkayser@gmail.com

Programme

Horaires: 10h-13h

12 janvier 2018

Séance 1 : Le corps comme support de conscience

Introduction par Christine Vial Kayser et Biliana Vassileva : le corps comme support de conscience et sa relation à l’art ; Présentation théorique de la méthode Feldenkrais qui a influencé les pragmatistes (Chantal Mir, association Geste en mouvement - prévoir 15 euros/participant).

2 mars 2018

Séance 2 : Le corps humain comme mesure du monde

Dialogue (à trois) Séverine Bridoux-Michel, ENSAP Lille, explique les principes du Modulor chez Le Corbusier, ses rapports au corps et à la musique ; Christine Vial Kayser évoque les théories proposant que l’architecture est une représentation du corps humain (notamment Wölfflin) et Hyeonsuk Kim propose au contraire une lecture des installations Bill Viola et de Yasuaki Onishi, comme conduisant à la mise en évidence d’un espace non humain. La confrontation des trois positions sur une même séance montrera la présence implicite de la centralité de l’homme sur la nature, dans la pensée occidentale.

13 avril 2018

Séance 3 : Le mouvement du corps à l’origine de l’écriture

Bernard Chambaz, romancier, pour son livre à la recherche de la paix intérieure, écrit en parcourant les Etats-Unis à vélo (Dernières nouvelles du Martin-Pêcheur, Flammarion, 2014) rencontrera Julien Prévieux, artiste, auteur de Patterns of life, prix Marcel Duchamp 2014 (voir une interview en ligne https://www.centrepompidou.fr/cpv/resource/c8XMjyX/raXxeAM).

15 juin 2018

Séance 4 : Les neurones miroir à l’oeuvre

Denis Plassard, danseur, fondateur de la compagnie Propos à Lyon, et concepteur d’un audioguide pour le musée des Beaux-Arts de Lyon permettant de danser devant les œuvres. Sophie Onimus-Carrias, conservatrice en chef du Patrimoine, responsable du service culturel, Musée des Beaux-arts de Lyon. John Onians, spécialiste de la « neuroarthistory », auteur de Neuroarthistory, From Aristotle and Pliny to Baxandall and Zeki (Yale University Press, 2008).

30 novembre 2018

Séance 5 : Le corps fait danser l’esprit

Echange entre Marie Laureillard, sinologue et historienne de l’art, MCF à Lyon 2, sur la calligraphie entre écriture et danse intérieure ; Biliana Vassileva, Lille 3, auteure de nombreux textes sur le corps dans la danse et son rapport au langage. Einav Katan-Shmidt, danseuse, qui travaille sur une approche des neurosciences, basée à Berlin (sous réserve).

14 décembre 2018

Séance 6 Pragmatisme et phénoménologie : approches asiatiques

Pr. Konô Tetsuyda, philosophe, Rikkyo University, Tokyo. Senseï Kenji Tokitsu, Dr. en sociologie, maître de Karaté. Annie Claustres, Université de Lyon 2, « le Kata dans l’art de la performance au Japon » ; Barbara Formis, philosophe, MCF en esthétique et théorie de l’art, Paris 1, cofondatrice du Laboratoire du geste, présentera la notion de soma esthétique.

Lieux

  • Salle de Formation de la BIS-Sorbonne: Attention Inscription obligatoire, accès à la bibliothèque sur présentation du programme - BIS-Sorbonne 17 rue de la Sorbonne
    Paris, France (75005)

Dates

  • vendredi 12 janvier 2018
  • vendredi 02 mars 2018
  • vendredi 15 juin 2018
  • vendredi 30 novembre 2018
  • vendredi 14 décembre 2018

Mots-clés

  • pragmatisme-phénoménologie- art, langage et corps- Kata - neurones miroir

Contacts

  • Christine Vial Kayser
    courriel : christine [dot] vialkayser [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Christine Vial Kayser
    courriel : christine [dot] vialkayser [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Art et expérience corporelle vitale, approches inter-arts et Asie/Occident », Séminaire, Calenda, Publié le mercredi 03 janvier 2018, http://calenda.org/427861