AccueilLes villes en décroissance comme espaces d’expérimentation de nouvelles politiques urbaines ?

Les villes en décroissance comme espaces d’expérimentation de nouvelles politiques urbaines ?

Cities and ungrowth - spaces for experimentation of new urban policies?

Revue « Géographie économie société »

Géographie économie société journal

*  *  *

Publié le mercredi 17 janvier 2018 par João Fernandes

Résumé

Longtemps marginalisées dans les débats académiques et politiques, les villes en décroissance ont suscité ces dernières années un intérêt croissant dans de nombreux pays. Face à des processus de décroissance urbaine de plus en plus prégnants, la mise à l’agenda politique de cette question s’est avérée très difficile dans tous les pays concernés. Néanmoins, dans les pays les plus concernés par la décroissance urbaine, des politiques explicitement construites pour traiter ce problème ont progressivement émergé. Dans ce contexte, cet appel à articles vise à interroger les stratégies urbaines face à la décroissance.

Annonce

Argumentaire 

Longtemps marginalisées dans les débats académiques et politiques, les villes en décroissance ont suscité ces dernières années un intérêt croissant dans de nombreux pays, y compris en France où ce phénomène était jusque-là peu discuté. Différents processus ont contribué à positionner la décroissance urbaine comme un enjeu important. En Europe de l’Est, à partir des années 1990, les bouleversements politiques ont provoqué des vagues d’émigration, combinées à une baisse de la natalité, qui se sont répercutées sur la démographie de la plupart des pays, conduisant à des pertes d’habitants parfois très fortes dans leurs villes. Aux Etats-Unis, c’est la crise des subprimes et la grave récession qui l’a suivie qui ont accentué de manière brutale, à la fin des années 2000, les difficultés économiques et sociales des villes de la Rust Belt, déjà fragilisées par la crise du régime fordiste. Au Japon, la décroissance urbaine est liée plus spécifiquement aux tendances démographiques d’un pays dont la population vieillit et ne se renouvelle plus, provoquant un déclin de la plupart des territoires à l’exception des centres des grandes villes. A ces processus propres à certains contextes s’ajoutent des tendances lisibles à l’échelle de l’ensemble des pays industrialisés, et qui touchent même désormais certains pays dits du Sud : le régime post-fordiste tend à concentrer le développement économique, les emplois (notamment les plus qualifiés) et les populations dans les grandes villes, au détriment des villes moyennes et surtout des petites villes, les plus touchées par le processus de décroissance urbaine. Le vieillissement de la population et la réduction de la natalité liés à la seconde transition démographique ont également des effets marqués sur un nombre croissant de régions mais aussi de villes. Enfin, le mouvement général de restructuration des Etats dans un contexte d’austérité se traduit par une rétraction des services publics qui touche plus particulièrement certaines villes tandis que les politiques redistributives, que ce soit sur le plan social ou territorial, ne viennent plus corriger les inégalités qui se sont creusées.

Face à des processus de décroissance urbaine de plus en plus prégnants, la mise à l’agenda politique de cette question s’est avérée très difficile dans tous les pays concernés. Si des stratégies se sont peu à peu mises en place, c’est généralement de façon « silencieuse » ou détournée, au moins dans un premier temps (Cauchi-Duval et al., 2015 ; Bernt, 2017 ; Dormois et Fol, 2017). Des travaux ont en effet montré que la situation de « shrinking city » est particulièrement difficile à assumer sur le plan politique, la croissance demeurant l’horizon incontournable des politiques publiques (Leo et Anderson, 2006 ; Schatz, 2010). Ainsi, la plupart des politiques urbaines mises en place dans les villes en décroissance restent aujourd’hui tournées vers le retour à la croissance via des stratégies d’attractivité territoriale, qui ont pourtant montré leur inefficacité voire leurs effets négatifs en termes d’accentuation des inégalités sociales et territoriales (Albecker et al., 2010 ; Miot, 2012 ; Rousseau, 2014).

Néanmoins, dans les pays les plus concernés par la décroissance urbaine, des politiques explicitement construites pour traiter ce problème ont progressivement émergé. Ainsi, en Allemagne ou aux Etats-Unis, des stratégies dites de décroissance planifiée (planned shrinkage) ou de décroissance intelligente (smart shrinkage) ont été mises en œuvre depuis les années 2000. Prenant acte de la situation de décroissance urbaine, elles visent à redimensionner la ville pour l’adapter à la perte d’activités et d’habitants, par la mise en place d’outils fonciers et opérationnels spécifiques. Souvent soucieuses d’un usage plus durable des espaces urbains en friche et délibérément tournées vers la participation des habitants, ces stratégies ont parfois une dimension « alternative » affirmée (Béal et Rousseau, 2014 ; Schindler, 2016). Elles ont cependant fait également l’objet de critiques assez vives et plusieurs travaux pointent leur ambivalence (Béal et al., 2016 ; Aalbers, 2017 ; Paddeu, 2017).

Dans ce contexte, cet appel à articles vise à interroger les stratégies urbaines face à la décroissance. Il cherche à répondre aux questions suivantes :

  • Quelles sont les politiques urbaines menées dans les villes en décroissance ? Comment les objectifs d’attractivité et de compétitivité sont retraduits dans ces contextes spécifiques ? Comment s’articulent-ils avec des objectifs de rétrécissement urbain ou de décroissance ?
  • Dans quelle mesure l’objectif de décroissance peut-il être pleinement assumé et faire l’objet de politiques adaptées ? A quelles échelles et au travers de quelles politiques publiques cet objectif est-il décliné ? Quels sont les acteurs, les groupes et les intérêts susceptibles de porter cet objectif et de soutenir l’élaboration de telles politiques publiques ?
  • A quelles conditions les villes touchées par la décroissance urbaine peuvent-elles être des lieux d’invention et d’expérimentation de nouvelles stratégies urbaines (davantage tournées vers les habitants en place, par exemple) ?

Coordinateurs du numéro

Vincent Béal, Paul Cary et Sylvie Fol

Format et calendrier 

Les articles (voir format sur le site de la revue) devront être envoyés

avant le vendredi 1er Juin 2018 à :

  • Vincent Béal : vbeal@unistra.fr
  • Paul Cary : paul.cary@univ-lille3.fr
  • Sylvie Fol : sfol@univ-paris1.fr 

Références

  • Aalbers M., 2017, « The pre-histories of neoliberal urbanism in the United States », In Pinson G., Morel Journel C. (Eds.), Debating the Neoliberal City, London, Routledge.
  • Béal V., Fol S., Rousseau M., 2016, « De quoi le 'smart shrinkage' est-il le nom ? Les ambiguïtés des politiques de décroissance planifiée dans les villes américaines », Géographie, économie, société, vol. 18, n° 2.Albecker M-F., Cunningham-Sabot E., Florentin D., Fol S., Roth H., 2010. « Acteurs et stratégies des villes en décroissance », in Baron M., Cunningham-Sabot E., Grasland C., Rivière D., Van Hamme G., (dir.), Villes et régions européennes en décroissance. Maintenir la cohésion territoriale, Paris, Hermès Lavoisier.
  • Béal V.,Rousseau M., 2014, « Alterpolitiques! », Métropoles, URL : http://journals.openedition.org/metropoles/4948
  • Bernt M., 2017, « The emergence of Stadtumbau Ost ». Urban Geography, In Press.
  • Cauchi-Duval N., Béal V., Rousseau M., 2016, « La décroissance urbaine en France : des villes sans politique », Espace populations sociétés, URL : http://eps.revues.org/6112
  • Dormois R., Fol S., 2017, « La décroissance urbaine en France : une mise à l’agenda difficile », Métropolitiques, URL : http://www.metropolitiques.eu/La-decroissance-urbaine-en-France.html
  • Leo C., Anderson K., 2006, « Being realistic about urban growth », Journal of Urban Affairs, n° 28, pp. 169-189.
  • Miot Y., 2012, Face à la décroissance urbaine, l’attractivité résidentielle ? Le cas des villes de tradition industrielle de Mulhouse, Roubaix et Saint-Etienne, Thèse de doctorat, Université Lille 1
  • Paddeu F., 2017, « Sortir du mythe de la panacée. Les ambiguïtés de l’agriculture urbaine à Détroit », Métropolitiques, URL : http://www.metropolitiques.eu/Sortir-du-mythe-de- la-panacee-Les.html.
  • Rousseau M., 2014, « Redéveloppement urbain et (in)justice sociale : les stratégies néo-libérales de montée en gamme dans les villes en déclin », justice spatiale/spatial justice, N°6/2014
  • Schatz L., 2010, What helps or hinders the adoption of « good planning » principles in shrinking cities? A comparison of recent planning exercices in Sudbury, Ontario and Youngstown, Ohio, PhD thesis, University of Waterloo.
  • Schindler S., 2016, « Detroit after bankruptcy: A case of degrowth machine politics ». Urban Studies53(4), 818-836.

Dates

  • vendredi 01 juin 2018

Mots-clés

  • ville, décroissance, espace d’expérimentation, politique urbaine

Contacts

  • Paul Cary
    courriel : paul [dot] cary [at] univ-lille3 [dot] fr
  • Sylvie Fol
    courriel : sfol [at] univ-paris1 [dot] fr
  • Vincent Béal
    courriel : vbeal [at] unistra [dot] fr

Source de l'information

  • Paul Cary
    courriel : paul [dot] cary [at] univ-lille3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les villes en décroissance comme espaces d’expérimentation de nouvelles politiques urbaines ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 17 janvier 2018, https://calenda.org/429037

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal