AccueilSounds Studies

Sounds Studies

Sound Studies

*  *  *

Publié le mardi 16 janvier 2018 par João Fernandes

Résumé

Tandis que les écrans – ordinateurs, smartphones, consoles, etc. - accaparent une place croissante de notre temps libre et de notre attention, quelle place occupe l’écoute dans notre rapport au monde ? Ou plutôt, le monde qui nous environne s’appréhende-t-il différemment, dès lors que nous l’écoutons ? Que nous disent par exemple du dérèglement climatique le coassement des grenouilles vertes ? Pourquoi l’aboiement d’un chien est-il perçu aujourd’hui comme plus insupportable qu’un flot de circulation automobile en contexte urbain ? Le son d’un Stradivarius est-il objectivement supérieur à la sonorité d’un violon en carbone fabriqué à l’aide d’une imprimante 3D ? La voix synthétique d’un robot nous confronte-t-elle à de nouvelles formes d’interactions avec les non-humains ? 

Annonce

Argumentaire

Tandis que les écrans – ordinateurs, smartphones, consoles, etc. - accaparent une place croissante de notre temps libre et de notre attention, quelle place occupe l’écoute dans notre rapport au monde ? Ou plutôt, le monde qui nous environne s’appréhende t-il différemment, dès lors que nous l’écoutons ? Que nous disent par exemple du dérèglement climatique le coassement des grenouilles vertes ? Pourquoi l’aboiement d’un chien est-il perçu aujourd’hui comme plus insupportable qu’un flot de circulation automobile en contexte urbain ? Le son d’un Stradivarius est-il objectivement supérieur à la sonorité d’un violon en carbone fabriqué à l’aide d’une imprimante 3D ? La voix synthétique d’un robot nous confronte t-elle à de nouvelles formes d’interactions avec les non-humains ?  Car à y bien regarder – ou à y bien entendre ! - des phénomènes aussi divers que l’industrialisation et l’urbanisation, les politiques raciales ou de genre, le post-colonialisme, l’écologie environnementale, les rapports de classe, la montée en puissance de l’Intelligence Artificielle, etc. s’inscrivent dans un ensemble où la diversité des expressions sonores constituent autant d’empreintes possibles du social.

En prenant appui sur les archives sonores de la Bibliothèque nationale de France et sur des interventions de spécialistes et de passionnés des sons, ce séminaire mensuel dédié aux Sound Studies entreprend de revisiter le monde à partir de son écoute.

Programme

19 janvier 2018

18 h 30 – 20 h :

  • Philippe Le Guern (Université de Nantes) et Pascal Cordereix (BNF), Ecouter le monde, penser le sonore : une introduction aux Sound Studies 

« Si je devais définir les sound studies en une phrase, je dirais que le son offre des voies d’accès alternatives à des problématiques centrales qui animent la réflexion en sciences humaines et sociales (…) Tel est l’espoir que je place dans les sound studies : qu’elles traient toujours de grandes questions historiques, philosophiques et politiques » (Jonathan Sterne », Poli, N° 11, 2015, p. 110). Que se passe t-il si nous fermons un instant les yeux et décidons de percevoir et penser le monde à partir de l’oreille, et non plus seulement à partir de l’articulation entre le ce corps tout à la fois voyant et visible  qu’évoque Merleau-Ponty dans L’œil et l’Esprit ? Le monde, ou la conscience que nous en avons, prend t-il des allures nouvelles, inattendues, dès lors que nous le saisissons par l’ouïe ? Ce sont de telles questions qu’affrontent aujourd’hui les sound studies, moins en important de nouveaux objets ou paradigmes dans le champ scientifique qu’en repensant à nouveaux frais les phénomènes historiques, politiques, anthropologiques et philosophiques touchant au pouvoir, aux normes et à l’ordre social, au passé et à l’histoire. Dans cette communication introductive au séminaire mensuel Sound Studies qui se tient à la BNF, Philippe Le Guern et Pascal Cordereix présenteront les apports et les enjeux des études sonores tout en soulignant la richesse des fonds constitués à la BNF sur ce thème et leurs usages possibles.

16 février 2018

18 h 30 – 20 h :

Comment un artiste promeneur écoutant construit-il un paysage sonore, par un jeu de relectures et d’écritures auriculaires, avant de le partager via différentes cartographies ?

Partant de l’immatérialité et du caractère éphémère du sonore, la trace et (re)construction, via une ré-écriture cartographique, redonnent une tangibilité, une visibilité, à des expériences au départ plutôt conceptuelles, tout en proposant de nouvelles approches, points de vue, modes d’analyse…. Partant du PAS - Parcours Audio Sensible - qui s’inscrit dans une déjà longue tradition de Soundwalks, nous verrons, à partir d’exemples cartographiques personnels, comment au travers des traces, mises en lignes publiques, parcours géolocalisés à vivre in situ, formes d’installations mixe-média, podcasts, compilation d’expériences, de points d’ouïe, sont partagées des données audio-cartographiques ayant trait au paysage sonore.

23 mars 2018

18 h 30 – 20 h :

  • Jérôme Staub (Coordinateur numérique et innovation, Réseau Canopé, Nouvelle Aquitaine, Doctorant Lyon 2) Comment sonne un espace ? Propositions pour le milieu de l’éducation

La dimension sonore des espaces est une caractéristique qui reste relativement méconnue dans le milieu éducatif. Souvent associés à la musicalité et à travers elle à la discipline d’éducation musicale, les sons des lieux sont peu employés comme ressources pour comprendre les relations, les flux, les connections qui traversent un espace. Souvent les sons sont confondus exclusivement avec les bruits et les réglementations de niveaux sonores. Faire des sons, un objet géographique et une ressource d’apprentissages éducatifs est un défi qui peut être relevé grâce à la mémoire sonore des lieux et aux outils numériques.  À travers des applications de recueils d’ambiances sonores géolocalisées, il est possible de transcrire des parcours sonores et de les confronter à des ambiances passées. Cette démarche n’est pas sans poser des questions de qualités des données, de leur fugacité et finalement de leurs exploitations dans un cadre éducatif. Différents exemples seront interrogés et soumis à débat."

13 avril 2018

18 h 30 – 20 h :

  • Thomas Louail (CNRS) et Manuel Moussalam (Deezer) L'écoute musicale à l'ère du streaming

La popularité croissante des plate-formes de streaming et leur collecte des données d'utilisation offrent de nouvelles opportunités de compréhension des pratiques d'écoute de musique enregistrée : rythmes de l'écoute, typologie d'auditeurs, influence du genre musical sur la "mécanique" de l'écoute, etc. Ces traces individuelles intègrent de plus en plus d'informations de contexte qui permettent de quantifier l'influence de contextes spatio-temporels sur l'écoute, mais aussi l'influence croissante des algorithmes de recommandation. Elles permettent enfin de mener des entretiens "augmentés", qui peuvent permettre de mieux saisir non seulement les écarts entre les pratiques d'écoute déclarées par les individus lors des enquêtes et leurs pratiques effectives, mais également les déterminants de ces écarts. Mais la recherche sur la musique en régime numérique analyse également les oeuvres musicales elles-mêmes (détection de motifs dans les oeuvres, classification) ainsi que les masses d'information produites par les internautes lorsqu'ils commentent et catégorisent la musique sur le web. Au cours de cette présentation nous tenterons de proposer un tour d'horizon des recherches contemporaines qui mesurent l'écoute musicale en régime numérique, ainsi que de présenter la recherche menée chez Deezer sur ces sujets.

11 mai 2018

18 h 30 – 20 h :

  • Thierry Lengagne (CNRS- Université Lyon 1) En attente de confirmation : sur les systèmes de communication par le son dans le monde animal, dans une perspective bio-acoustique.

15 juin 2018

18 h 30 – 20 h :

  • François Denis (Luthier) et Claudia Fritz (CNRS) Le bois et le crin : qu’est-ce qu’un bon violon ?

Qu'est ce qu'un bon violon? Sur quoi est fondé ce jugement? Sur les qualités de l’instrument ou celles de celui qui le porte ? Un violon peut-il être bon pour l’un et mauvais pour l’autre ? Apprécié au XVIIème siècle et rejeté au siècle suivant? Claudia Fritz, acousticienne, et François Denis, luthier, discuteront ces questions avec des approches distinctes respectivement de scientifique et de praticien de la sonorité dans la lutherie, mais complémentaires. Il apparaîtra qu’il n’existe pas de réponse univoque à ce qu'est un bon violon. En effet, ceci nécessite de convoquer des domaines aussi divers que l’histoire de la musique, la psychologie de la perception la physiologie de l’audition, l’évolution sociale et individuelle des sensibilités et des goûts qui s’y rapportent.
Le "secret" de la sonorité adulée d’un Stradivarius  est autant à chercher près du cœur et des yeux que des oreilles.

Catégories

Lieux

  • Bibliothèque nationale de France - site François-Mitterrand-Tolbiac, Hall Est, Salle 70 (à proximité du Petit Auditorium)
    Paris, France (75013)

Dates

  • vendredi 19 janvier 2018
  • vendredi 16 février 2018
  • vendredi 23 mars 2018
  • vendredi 13 avril 2018
  • vendredi 11 mai 2018
  • vendredi 15 juin 2018

Fichiers attachés

Mots-clés

  • sound studies, archive sonore, patrimoine sonore, son, musique, musicologie, art sonore

Contacts

  • Pascal Cordereix
    courriel : pascal [dot] cordereix [at] bnf [dot] fr
  • Philippe Le Guern
    courriel : leguern [at] aol [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Pascal Cordereix
    courriel : pascal [dot] cordereix [at] bnf [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Sounds Studies », Séminaire, Calenda, Publié le mardi 16 janvier 2018, https://calenda.org/429399

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal