AccueilMusées et première guerre mondiale

Musées et première guerre mondiale

Museums and the First World War

*  *  *

Publié le mardi 30 janvier 2018 par João Fernandes

Résumé

Depuis 2012, l’Association des conservateurs des musées des Hauts-de-France développe un programme intitulé « Guerres et paix » destiné à étudier l’impact de la première guerre mondiale sur les musées. Un colloque de deux jours vient clôturer la manifestation avec pour objectif de présenter l’ensemble des travaux entrepris ces dernières années sur le rôle du patrimoine au sein du conflit (à l’échelle régionale et européenne). Abordés par demi-journée, les quatre axes envisagés (Histoires de musées entre 1914 et 1918 ; musées et protection patrimoniale entre 1914 et 1918 ; les conséquences de la première guerre mondiale pour les musées ; la première guerre mondiale dans les musées) permettront de revenir sur l’histoire des musées et de leurs collections pendant le conflit, mais aussi sur les conséquences de la guerre en termes de muséographie, d’écriture de l’histoire de l’art et de professionnalisation de la protection du patrimoine.

Annonce

Argumentaire

En 2012, l’Association des conservateurs des musées du Nord-Pas-de-Calais (devenue Association des conservateurs des musées des Hauts-de-France en 2016, suite à sa fusion avec la Section fédérée de Picardie de l’AGCCPF) a engagé un ambitieux programme intitulé « Guerres et Paix » destiné à étudier et à mieux faire connaître les conflits qui ont jalonné l’histoire du territoire régional, du haut Moyen Âge à nos jours, en s’attachant particulièrement à la Première Guerre mondiale.

Entre 2012 et 2018, « Guerres et Paix » a multiplié les approches et les points de vue sur la place de l’art et du patrimoine dans les conflits par le biais d’une importante programmation : quarante expositions ont été proposées dans les musées régionaux à partir de leurs collections, une exposition itinérante traitant de l’impact de la guerre sur la création continue à circuler dans les établissements scolaires et une exposition virtuelle « 1914-1918 : les musées dans la tourmente » a été mise en ligne sur musenor.com. 

Un important travail de recherche a abouti à la création d’une base de données des œuvres disparues et a donné lieu à plusieurs présentations et journées d’étude organisées en collaboration avec la DRAC Hauts-de-France, l’Université Lille 3 et l’Institut National d’histoire de l’Art.

Dans le cadre de « Guerres et Paix », les musées de Douai, Bavay, Bailleul et Arras ont d’ailleurs organisé des expositions temporaires en 2014 et 2015 qui traitaient de la question du patrimoine (musées, archéologie, monuments historiques) pendant la Première Guerre mondiale, tandis que d’autres institutions ont entrepris des programmes de recherche sur l’histoire muséale pendant le conflit (les musées de Péronne, Saint-Quentin, Calais, Boulogne, les Universités de Lille 3 et d’Arras).

Ce colloque de deux jours, organisé en séances plénières suivies de discussions, vient clôturer « Guerres et Paix ». Il a pour objectif de présenter l’ensemble des travaux entrepris ces six dernières années sur les liens entre musées et Première Guerre mondiale (y compris à l’échelle européenne), en proposant une synthèse des recherches accomplies et en dégageant de futurs champs d’investigation.

Abordés par demi-journée, quatre axes envisagés permettront de revenir sur l’histoire des musées et de leurs collections pendant la Première Guerre mondiale, mais aussi sur les conséquences de la guerre en termes de muséographie, d’écriture de l’histoire de l’art et de professionnalisation de la protection et de la sauvegarde du patrimoine.

Le colloque se déroulera d’abord à Péronne au cœur du circuit du souvenir des Batailles de la Somme ; puis à Valenciennes, cité occupée sans discontinuité de 1914 à 1918 ; deux villes des Hauts-de-France dont les musées municipaux furent particulièrement impactés par le conflit.

Axes thématiques 

  • Histoires de musées entre 1914 et 1918

Dès la fin août 1914, il apparaît rapidement que le conflit n’épargnera pas les musées et plus particulièrement ceux situés dans les villes traversées par les armées. Aux destructions partielles ou totales de nombreux établissements et de leurs collections s’ajoutent les vols, les pillages et les transferts d’œuvres… Certains musées, épargnés par les combats, rouvrent au public dès que la ligne de front se stabilise, à la fin de l’année 1914 : ils tentent alors de continuer leurs activités d’avant-guerre dans un contexte de pénurie… La première demi-journée permettra de revenir sur l’histoire tourmentée des musées pendant la Première Guerre mondiale, non seulement ceux situés dans les territoires touchés par le conflit, mais aussi ceux qui, ailleurs en Europe, ont cherché à anticiper une catastrophe toujours possible en planifiant des mesures d’urgence, notamment à l’arrière du front.

  • Musées et protection patrimoniale entre 1914 et 1918

Dans le Nord de la France et en Belgique, alors que la guerre fait rage, des mesures sont prises pour sauver le patrimoine et les collections muséales situés de part et d’autre de la ligne de front. Ces mesures préventives s’accompagnent d’intentions idéologiques plus complexes, voire moins avouables de la part des belligérants dans le cadre de la propagande de guerre (redorer l’image d’une armée alors perçue comme insensible aux créations de l’esprit, faire preuve du respect des lois de la guerre et particulièrement de la convention de La Haye, instrumentaliser le patrimoine à des fins patriotiques, se constituer un butin de guerre, etc.). Ce second axe permettra de faire le point sur ces mesures (Kunstschutz, Service Français de protection et d’évacuation des œuvres d’art, etc.) et leur anticipation ou non à l’échelle européenne. Pour les responsables de collections de l’époque, le choix des œuvres à sauver a été un enjeu majeur. Cette problématique reste cruciale pour les musées actuels.  

  • Les conséquences de la Première Guerre mondiale pour les musées

Les conséquences immédiates de la guerre sur les musées (établissements et collections) dépendent en grande partie de leur sort pendant le conflit. Certains, réduits en cendres, doivent repartir à zéro, d’autres, reconstituent des collections partiellement détruites ou dispersées. Des choix s’imposent aux collectivités : où présenter les œuvres quand les établissements d’avant-guerre n’existent plus ? Comment orienter de nouvelles politiques d’achats et favoriser les dépôts de l’État et des particuliers ? Dans le contexte de la première Reconstruction, la restitution des œuvres décrochées par mesure de protection ou de sauvegarde devient une question cruciale, particulièrement dans les musées du Nord de la France, dont les collections ont été évacuées par l’armée allemande en Belgique… Le statut de certaines œuvres « disparues » qui resurgissent aujourd’hui sur le marché de l’art pose d’ailleurs quelques problèmes d’ordre juridique aux équipes actuelles des musées.

  • La Première Guerre mondiale dans les musées

Dès la fin du conflit, transmettre la mémoire de la guerre est un enjeu important pour les musées des beaux-arts ou généralistes. Les discours muséographiques qu’ils proposent dépendent de facteurs aussi divers que le contexte historique, l’avancée de la recherche, la sensibilité des responsables des collections, etc. Pour les musées qui ont été gravement touchés ou détruits, ils reposent aussi sur les traces et les vestiges les mieux à même de montrer une histoire lacunaire. De quelles façons les musées impactés par la guerre ont-ils écrit et raconté leur propre histoire ? Comment l’ont-ils retracée dans leurs parcours permanents ou lors d’expositions temporaires ? Cet axe propose de revenir sur les initiatives qui ont été prises ces cent dernières années pour transmettre une histoire complexe et particulièrement difficile à traduire en raison de sources insuffisantes, détruites ou disparues.

Lieu

Péronne, Espace Mac Orlan (21 novembre)

Valenciennes, Musée des beaux-arts (22 novembre)

Dates

Mercredi 21 et le jeudi 22 novembre 2018

Langues

Français, anglais, allemand ou italien

Proposition de communication

Si vous souhaitez participer à l’une de ces cessions, vous pouvez adresser votre proposition de communication à :

Alexandre Holin, Chargé de mission « Guerres et Paix »
Association des conservateurs des musées des Hauts-de-France
23, Grand Place – 59 000 Roubaix
T. +33 (0)3 28 33 66 54  / projet@musenor.com - www.musenor.com 

Avant le 2 avril 2018

Votre contribution devra comporter un titre, une brève présentation de 1 500 signes environ et la bibliographie envisagée.

Vous y joindrez les renseignements suivants : coordonnées personnelles, statut ou fonction, institution de rattachement, CV synthétique.

L’ensemble des propositions sera examiné par le comité scientifique « Guerres et Paix » qui établira la sélection des communications à retenir.  

Comité scientifique

  • Laurence Baudoux, Maître de conférences HDR, histoire de l’art, Université d'Artois, Arras
  • Arnaud Bertinet, Maître de Conférences en Histoire du Patrimoine et Archives visuelles, Université Paris I Panthéon Sorbonne
  • David De Sousa, Directeur du musée Alfred Danicourt à Péronne
  • Ariane James-Sarazin, Conservateur en chef du patrimoine, Conseillère Scientifique à l’INHA pour le domaine "Histoire des collections, histoire des institutions artistiques et économie de l’art"
  • Célia Fleury, Responsable du développement des musées thématiques pour le département du Nord
  • Christina Kott, Maître de conférences à l’Université Paris 2, Panthéon – Assas
  • Anne Labourdette, Conservatrice du musée de la Chartreuse à Douai
  • François Robichon, Professeur, Histoire de l’Art contemporain, IRHiS, Université de Lille

Lieux

  • Espace Mac Orlan - 4 Avenue de la République
    Péronne, France (80)
  • Musée des beaux-arts - boulevard Watteau
    Valenciennes, France (59)

Dates

  • lundi 02 avril 2018

Mots-clés

  • musées, première guerre mondiale, patrimoine, protection des œuvres d'art

Contacts

  • Alexandre Holin
    courriel : projet [at] musenor [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Alexandre Holin
    courriel : projet [at] musenor [dot] com

Pour citer cette annonce

« Musées et première guerre mondiale », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 30 janvier 2018, http://calenda.org/430777