AccueilPouvoirs de l'eau

Pouvoirs de l'eau

The powers of water - Archimedes program of talks

Rendez-vous d'Archimède

*  *  *

Publié le jeudi 08 février 2018 par João Fernandes

Résumé

Ressource rare mais universellement présente, visible ou cachée, terrestre et extra-terrestre… Derrière sa profusion de formes et d’apparences, l’eau révèle ses multiples pouvoirs : faire vivre ou mourir, être source d’énergie et objet de conflits, favoriser ou détruire les implantations humaines, permettre ou interdire les déplacements. L’eau permet aussi la formation des roches, façonne les paysages. Tenter de faire le tour des étonnants paradoxes de cette matière vivante, énigmatique, s’étendant de la goutte à l’océan, apparaît une gageure. Ce programme s’y essaie : il aborde l’eau comme matière physique au travers de ses cycles et de ses circulations (extraterrestre, solaire, géologique), chimique dans sa composition, politique et sociale pour sa gestion, sa gouvernance ou les conflits géopolitiques qu’elle génère. Il évoque ses puissances paradoxales : vecteur de transport, d’énergie, mais aussi de dérèglement climatique et de pollutions… L’eau – source de vie – alimente mythes, symboles, cultures, représentations et imaginaires des hommes, en tous temps et en tous lieux.

Annonce

Programme

Novembre 2017 - avril 2018 | Espace Culture | Entrée libre

21-Nov-2017 18:00

  • L’eau : un bonheur qui passe, une menace durable, Par Francis Meilliez, Professeur émérite à l’Université de Lille.

Répondant : Bernard Maitte, Professeur émérite à l’Université de Lille.

L’eau est un bienfait lorsqu’elle est là, mais pas trop. Composant vital dont les propriétés exceptionnelles étonnent encore les physiciens, l’eau intervient dans tous les mécanismes naturels, de la viscosité des magmas à l’échange intracellulaire. Sa présence sur Terre tient à la mécanique astronomique. Sa distribution inégale sur le globe, en dépit de mouvements permanents, est source de conflits entre communautés vivantes, humaines ou non. C’est une ressource à gérer en la respectant, plutôt qu’en voulant la plier à nos volontés individuelle et collective.

12-Dec-2017 18:00 

  • Géopolitique : l’eau au cœur des conflits, par David Blanchon, Professeur de géographie à l’Université de Paris Nanterre.

Répondant : Olivier Petit, Économiste, maître de conférences à l’Université d'Artois.

Une « crise de l’eau » imminente, permanente, catastrophique, locale et globale, symbolisée par la litanie d’inondations meurtrières suivies par des sécheresses tout aussi dévastatrices. Telle est l’impression inquiétante que donne la lecture de la presse mondiale, mais aussi de nombreux rapports des institutions internationales. 

De ce constat alarmiste, il n’y a souvent qu’un pas à faire pour imaginer que les guerres de l’eau seront communes au XXIème siècle, comme l’a prédit Ismaïl Serageldin, alors président de la Banque Mondiale, dès 1996. 

Mais les conflits liés à l’eau les plus graves ne seront probablement pas les guerres de l’eau entre États, mais bien les concurrences entre villes et campagnes et entre les différents usagers pour accéder à une ressource rare et convoitée.

23-Jan-2018 18:00 

  • De l’eau pour les villes : entre appropriation des ressources et sacrifice des rivières, XIXème-XXème siècles, Par David Blanchon, Professeur de géographie à l’Université de Paris Nanterre.

Répondant : Olivier Petit, Économiste, maître de conférences à l’Université d'Artois.

Une « crise de l’eau » imminente, permanente, catastrophique, locale et globale, symbolisée par la litanie d’inondations meurtrières suivies par des sécheresses tout aussi dévastatrices. Telle est l’impression inquiétante que donne la lecture de la presse mondiale, mais aussi de nombreux rapports des institutions internationales. 

De ce constat alarmiste, il n’y a souvent qu’un pas à faire pour imaginer que les guerres de l’eau seront communes au XXIème siècle, comme l’a prédit Ismaïl Serageldin, alors président de la Banque Mondiale, dès 1996. 

Mais les conflits liés à l’eau les plus graves ne seront probablement pas les guerres de l’eau entre États, mais bien les concurrences entre villes et campagnes et entre les différents usagers pour accéder à une ressource rare et convoitée.

30-Jan-2018 18:00 

  • L’eau dans le système solaire, Par Pierre Thomas, Professeur émérite, Laboratoire de Géologie, École Normale Supérieure de Lyon.

Répondant : Olivier Moreau, Docteur en astrophysique et techniques spatiales, responsable scientifique au Forum départemental des sciences.

L’eau est présente sur Terre, sous forme de glace dans les cratères polaires de la Lune et de Mercure, de vapeur d’eau dans l’atmosphère de Vénus. Mars possède de la vapeur d’eau atmosphérique, deux calottes polaires, de la glace d’eau dans le sous-sol. Et l’eau liquide coulait à sa surface dans un passé lointain. Les comètes, Pluton, les satellites des planètes externes sont majoritairement constitués de glace. Sept de ces corps lointains possèdent des océans sous-glaciaires, dont ceux d’Europe et d’Encelade qui ont des conditions qui y permettraient la vie.  

Mardi 20 février à 18h

  • À qui appartient l'eau ? Principes globaux et déclinaisons locales, Par Emmanuelle Hellier, Professeure d’Aménagement de l’espace et urbanisme, Université Rennes 2.

Répondant : Marc Dumont, Professeur en urbanisme et aménagement de l’espace à l’Université de Lille.

Au niveau international, le statut de l’eau est celui d’un « bien commun », voire d’un « bien économique » (Conférence de Dublin, 1992). Simultanément, l’eau constitue un élément essentiel pour les organismes aquatiques, en d’autres termes l’eau appartient aussi à son milieu. Seront d’abord explicités les principes globaux définissant les règles « d’appropriation » et d’allocation de cette ressource – en emboîtant trois niveaux mondial, européen et français ; puis nous montrerons par des exemples à l’échelle « locale » comment ces principes font souvent l’objet d’une adaptation aux contextes.

Mardi 27 mars à 18h

  • L’eau, de la force à l’énergie, Par Bruno Jacomy, Conservateur en chef honoraire du patrimoine, ancien directeur scientifique du Musée des Confluences, Lyon.

Répondant : Jean-Philippe Cassar, Professeur à l’Université de Lille.

Toutes les grandes civilisations de la planète sont nées près des fleuves. L’irrigation, la navigation puis la force motrice ont été à l’origine des échanges entre les hommes, de leur subsistance, de leurs ressources énergétiques.

Cette conférence reviendra notamment sur les nombreux usages énergétiques de l’eau qui, aujourd’hui encore, nous sont indispensables. Nous verrons en particulier comment ingénieurs et techniciens du XIXème siècle se sont attachés à dompter l’énergie de l’eau, sous tous ses états, pour faire tourner moulins, machines-outils, centrales, et jusque dans notre environnement le plus actuel.

Catégories

Lieux

  • cité scientifique - secteur 2
    Villeneuve-d'Ascq, France (59655 CEDEX)

Dates

  • mardi 21 novembre 2017
  • mardi 12 décembre 2017
  • mardi 23 janvier 2018
  • mardi 30 janvier 2018
  • mardi 20 février 2018
  • mardi 27 mars 2018

Contacts

  • Espace Culture
    courriel : culture [at] univ-lille1 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Espace Culture
    courriel : culture [at] univ-lille1 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Pouvoirs de l'eau », Cycle de conférences, Calenda, Publié le jeudi 08 février 2018, https://calenda.org/432392

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal