AccueilGenèse des formes

Genèse des formes

The genesis of forms - Archimedes program of talks

Rendez-vous d'Archimède

*  *  *

Publié le jeudi 08 février 2018 par João Fernandes

Résumé

Formes intelligibles, accessibles uniquement par l’esprit, formes des cinq polyèdres réguliers attribués aux cinq éléments par Platon. « Matière désirant la forme, comme la femelle le mâle », principe d’unité, pour Aristote. Les formes gagnent en polysémie avec l’avènement de la science moderne. Elles restent formes de la connaissance, de l’entendement, du raisonnement, de la sensibilité, de l’intuition, du discours – qu’il soit philosophique, rhétorique, artistique. Elles se diversifient, deviennent aussi formes des trajectoires et des corps – abstraites d’abord en un idéal géométrique –, permettent alors les classifications, en botanique, en cristallographie… Elles revêtent ensuite d’autres « formes » avec mathématique et structuralisme… Polysémie d’un mot qui traverse les disciplines, les formes deviennent aujourd’hui moins visuelles et plus conceptuelles, constituent un outil intellectuel permettant d’approfondir notre compréhension… C’est cette riche diversité que le cycle « Genèse des formes » permet d’aborder.

Annonce

Programme

7-Nov-2017 18:00

  • La notion de forme dans les arts, Par Bernard Sève, Professeur en esthétique et philosophie de l’art à l’Université de Lille – sciences humaines et sociales.

Répondant : Marc Parmentier, Maître de conférences en philosophie à l’Université de Lille – sciences humaines et sociales. 

La notion de forme est, dans les arts, polysémique. Nous étudierons les différentes significations qu’elle peut prendre dans les arts plastiques (arts de l’espace), ainsi que dans les œuvres poétiques et musicales (arts du temps). La forme est, dans tous les cas, un principe structurant, tendu entre la conformité à des règles, leur transgression, et l’improvisation qui est peut-être la racine et l’horizon de tout art.

28-Nov-2017 18:00

  • Croissance et formes : 100 ans après D’Arcy Thompson, Par Alain Trouvé, Professeur de mathématiques, École Normale Supérieure, Cachan.

Répondant : Mohamed Daoudi, Professeur en informatique au Laboratoire d’Informatique Fondamentale de Lille.

Cette année marque le centenaire de « Growth and Forms », ouvrage inclassable paru pour la première fois en 1917 avec de nombreuses manifestations scientifiques célébrant son auteur, l’étonnant D’Arcy Thompson (https://www.ongrowthandform.org/). Nous verrons les prolongements profonds de sa « théorie des transformations », l’une des nombreuses idées fertiles exposées dans le livre, dans les approches géométriques contemporaines de comparaison quantitative de formes qui se sont développées en reconnaissance de formes et dans le contexte de l’anatomie computationnelle.

16-Jan-2018 18:00

  • La physique, des formes aux formules, Par Jean-Marc Lévy-Leblond, Professeur émérite à l’Université de Nice.

Répondant : Bernard Maitte, Professeur émérite à l’Université de Lille.La science physique s’est d’emblée intéressée aux formes géométriques du monde physique : trajectoires des corps mobiles, célestes en particulier (droites, cercles, ellipses, etc.), structures des objets matériels (polyèdres platoniciens, cristaux, etc.), tant dans le monde macroscopique que, plus tard, du monde microscopique (atomes, molécules). Mais elle a dû, pour approfondir sa compréhension, se tourner vers des notions moins directement visuelles et de plus en plus conceptuelles. En un mot, passer des formes concrètes aux formules abstraites. Ce sont l’histoire et la signification de ce passage qui seront interrogées. 

Mardi 13 février à 18h

  • Forme, taille et couleur des espaces géographiques, Par Patrick Poncet, Géographe, cartographe, designer et entrepreneur.

Répondant : Marc Dumont, Professeur en urbanisme et aménagement de l’espace à l’Université de Lille.Si la carte est l’instrument privilégié des géographes, ce n’est qu’à la condition qu’il puisse rendre compte des subtilités de l’espace géographique. Ce dernier n’est pas réellement plan comme celui d’une carte « classique ». Pour le penser efficacement, il faut inventer d’autres images de l’espace, d’autres manières de se le représenter. Nous en évoquerons deux : le spectre scalaire qui décompose et « soupèse » les échelles de l’espace ; l’anticartogramme et les jeux sur la taille et la forme dans la cartographie, révélant des aspects fondamentaux de nos géographies. Mais, au-delà, ces variations cartographiques sont un moyen de redéfinir des notions géographiques fondamentales telles que l’échelle ou la métrique.

Mardi 6 mars à 18h

  • Évolution des formes dans le monde vivant, Par Virginie Courtier, Directrice de recherche CNRS, Institut Jacques Monod, Paris.

Répondant : Sylvain Billiard, Maître de conférences à l’Université de Lille.La diversité incroyable des formes vivantes est, pour les biologistes, source d'émerveillement et de questionnement. Comment se forment les doigts de la main ? Comment se fait-il que nous ayons deux jambes de la même taille ? Pourquoi mon nez ressemble-t-il plus à celui de mon père qu'à celui de ma mère ? Comment expliquer que les empreintes digitales soient différentes à gauche et à droite ? Comment les formes vivantes changent-elles au cours de l'évolution ? Comment l'évolution a-t-elle pu passer de microorganismes simples unicellulaires à des organismes macroscopiques plus complexes ? Grâce à la biologie moléculaire et à la génétique, nous pouvons maintenant apporter des éléments de réponse à ces questions.

Mardi 13 mars à 18h

  • Le rêve des formes - Arts, sciences & cie, Par Alain Fleischer, Directeur, Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains, Tourcoing.

Répondant : Olivier Las Vergnas, Vice-président délégué à la Culture et au Patrimoine Scientifique.Qu’est-ce qu’une forme et pourquoi s’y intéresser aujourd’hui, alors que les artistes, dits plasticiens, délaissant volontiers cette question, lui préfèrent les enjeux de la narrativité, directement issus d’un surmoi qui serait le cinéma : raconter des histoires ? Comme si les formes ne racontaient pas elles aussi des histoires et comme si les formes n’avaient pas elles-mêmes une histoire...

Mardi 20 mars à 18h

  • Formes en Mathématiques, Par Robert Gergondey, Mathématicien.

Répondant : François Recher, Directeur de l’Institut de Recherche sur l’Enseignement des Mathématiques de Lille.L’atelier des formes symboliques Formes en Mathématiques peut s’entendre de multiples façons, plus ou moins banales, plus ou moins significatives. Le choix d’organiser cette conférence autour du concept de symbole et de la notion de forme symbolique repose sur ce constat : l’activité symbolique est présente dans tout acte humain, qu’il soit conscient ou inconscient. De ce point de vue, la tâche propre de l’artisan mathématicien est d’étendre et d’améliorer le potentiel du symbolisme, de concevoir et de mettre en œuvre de nouvelles formes symboliques sans rompre leur ancrage dans l’activité humaine, c'est-à-dire les liens organiques, l’interdépendance entre perception, intuition et symbolisation.

Catégories

Lieux

  • cité scientifique - secteur 2
    Villeneuve-d'Ascq, France (59655 CEDEX)

Dates

  • mardi 07 novembre 2017
  • mardi 28 novembre 2017
  • mardi 16 janvier 2018
  • mardi 13 février 2018
  • mardi 06 mars 2018
  • mardi 13 mars 2018
  • mardi 20 mars 2018

Contacts

  • Espace Culture
    courriel : culture [at] univ-lille1 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Espace Culture
    courriel : culture [at] univ-lille1 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Genèse des formes », Cycle de conférences, Calenda, Publié le jeudi 08 février 2018, https://calenda.org/432398

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal