AccueilLa théâtralité et le pouvoir dans l'art et l'archéologie

*  *  *

Publié le mercredi 11 avril 2018 par Céline Guilleux

Résumé

La chaire d’archéologie des civilisations de l’Amérique préhispanique en partenariat avec le Centre André Chastel et l’école doctorale 124 de Sorbonne Université propose une journée d’étude consacrée à « La théâtralité et le pouvoir dans l’art et l’archéologie ». L’idée centrale de cette journée est de s’appuyer sur le concept de théâtralité de Nicolas Evreinov selon lequel « la théâtralité […] est un instinct qui contraint l’homme à se transformer et à transformer son univers […] ». Pour l’auteur, la théâtralité serait ainsi au fondement de notre évolution et aurait formé une source d’inspiration participant à façonner les nombreuse productions humaines.

Annonce

Argumentaire

La Chaire d’Archéologie des Civilisations de l’Amérique Préhispanique en partenariat avec le Centre André Chastel et l’École Doctorale 124 de Sorbonne Université propose une journée d’étude consacrée à « La Théâtralité et le pouvoir dans l’art et l’archéologie ».

L’idée centrale de cette journée est de s’appuyer sur le concept de théâtralité de Nicolas Evreinov selon lequel « la théâtralité […] est un instinct qui contraint l’homme à se transformer et à transformer son univers […] ». Pour l’auteur, la théâtralité serait ainsi au fondement de notre évolution et aurait formé une source d’inspiration participant à façonner les nombreuse productions humaines. Tout au long de sa vie, l’ambition de l’auteur restera marquée par la quête ultime d’un principe de théâtralité généralisée comme le fait d’une volonté de transmuer la réalité en quelque chose de différent pour y changer ce qui est imposé par le dehors, depuis le dedans, et par ce ressort, libérer l’homme des apparences ordinaires. Peut-on donc voir en elle une forme de hiérophanie, de manifestation de sacré dans le réel ? Peut-on en délimiter les cadres d’action selon un principe ordonnateur ?

Cette rencontre a pour objectif de réunir de jeunes chercheurs et doctorants dans le but de travailler sur les relations entre théâtralité et pouvoir : comment ont été mises en scène l’archéologie et ses découvertes, l’histoire de l’art et les œuvres d’art, et toute autre production aussi bien matérielle qu’immatérielle. Sujet d’actualité, en ce que les disciplines réfléchissent sur elles-mêmes, cette journée d’étude permettra de développer des approches et des réflexions transversales afin de tenter d’éclairer une partie des dynamiques à l’œuvre dans les mises en scène des objets.

Organisation

Journée d’étude proposée par Micaela Neveu en collaboration avec Marion Bertin et le soutien de Daniel Lévine, Arnaud Maillet, François Cuynet, ainsi que Marie Planchot.

Programme

Samedi 14 avril 2018

Salle Ingrès, 2e étage, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

9h30 -10h Accueil « Café petit-dej »

10h-10h30 Présentation générale

  • Daniel LEVINE, professeur titulaire de la Chaire d’Histoire et d’Archéologie des Civilisations de l’Amérique Préhispanique, Sorbonne Université. Il a été responsable du département Amérique du musée de l’Homme et organisé de grandes expositions en France et à l’étranger. Monsieur Lévine a effectué des fouilles sur plusieurs chantiers au Mexique et au Pérou. Il a été professeur invité à l’université de Guadalajara au Mexique, ainsi qu’à l’université Complutense à Madrid.
  • Arnaud MAILLET, maître de conférences, Sorbonne Université, Centre André Chastel. Arnaud Maillet est maître de conférences en histoire de l’art contemporain à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université et membre du Centre André Chastel, Laboratoire de recherche en histoire de l’art. Ses objets de recherche croisent l’histoire de l’art et de l’histoire du regard.
  • Micaela NEVEU, doctorante en histoire de l’art et muséologie, CERAP/Sorbonne Université.

Introduction I

L’essence de la Théâtralité :  Nicolas Evreinov et le réel Micaela NEVEU

  • 10h30-11h Cécile LANTRAIN - La course royale dans l'Égypte ancienne : un rite pluriel et polysémique.

Cécile LANTRAIN s'est spécialisée dans l'égyptologie au cours de ses études en suivant un double cursus. Elle est diplômée du premier cycle et du master 1 de muséologie de l'Ecole du Louvre. Elle s'est également formée à l'Université de Paris IV-Sorbonne, où elle a obtenu un master d'histoire, spécialité « mondes antiques ». C'est dans ce cadre qu'elle a travaillé sur la course royale en Égypte ancienne, de l'époque thinite à la fin du Nouvel Empire. Actuellement conservatrice du patrimoine, elle travaille depuis 2014 au ministère de la Culture, où elle a en charge le suivi des musées d'archéologie. 

  • 11h-11h30 Charles PIVER - Les peintures du palais de Til Barsip : expression de l’affirmation du pouvoir royal dans les périphéries de l’empire néo-assyrien.

Charles PIVER est doctorant en histoire de l’art et d’archéologie de l’Orient ancien sous la direction de Catherine Breniquet à l’Université Clermont Auvergne, ses recherches portent sur les peintures murales de la fin du 3e millénaire au 1er millénaire avant Jésus-Christ. Professeur certifié d’histoire-géographie, il a participé à plusieurs chantiers de fouilles archéologiques en France et à l’étranger.

11h30-11h45  Pause

  • 11h45-12h15 Franck GARCIA - La figure de l’Inca dans le Pérou préhispanique : mise en scène triviale ou condition de conservation du cosmos.

Franck GARCIA est docteur en archéologie des mondes préhispaniques, spécialiste du monde inca et du modèle socio-territorial du Tahuantinsuyu. Depuis 2016, il est responsable éditorial de la revue scientifique Bulletin de l'ACERAP, au sein de l'association ACERAP, dédiée à l'archéologie préhispanique. Il a une forte expérience de l'archéologie de terrain en France et à l'étranger, et responsable de secteur sur plusieurs projets archéologiques au Pérou et au Mexique.

  • 12h15 – 12h45 Marie PICCOLI-WENTZO - Art de pouvoir et pouvoir de l’image. L’exemple performatif du retable de la chapelle des Mages.

Marie PICCOLI-WENTZO est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l'image du désert dans l'art italien de la fin de l'époque médiévale et du début des temps modernes (XIVe-XVIe siècle).

  • 12h45 – 13h15 Anissa YELLES Compositions photographiques et fouilles à l’ère des premiers grands chantiers archéologiques en Méditerranée (1860-1920).

Anissa YELLES est docteur en archéologie rattachée au laboratoire Erasme, elle vient de soutenir une thèse à Paris 1 sous la direction du professeur Alain SCHNAPP sur la photographie de ruines. Elle se consacre actuellement à la préparation d’une exposition tirée d’un chapitre de sa thèse consacrée au suivi photographique des fouilles des jardins sous Napoléon III.  

13h15- 14h30 Pause déjeuner

14h30 – 14h50 Présentation générale

  • François CUYNET, maître de conférences, Sorbonne Université, CERAP.

Docteur en Archéologie des Mondes Préhispaniques, diplômé de l'Université Paris-Sorbonne, François CUYNET se consacre dans ses études à la compréhension et au décloisonnement des cultures préhispaniques s'étant développées dans le bassin du lac Titicaca, au cœur de la Cordillère des Andes. 

Bénéficiant de l'approche proposée par le Centre de Recherche sur l'Amérique Préhispanique (CeRAP-EA3551), il a ainsi eu l'occasion de se former à de nombreuses reprises à des terrains très variés, tant au Mexique que dans le monde andin. Dans le prolongement de sa thèse soutenue en 2012, il crée en 2013 au sein du CeRAP la "Mission Archéologique Pucara-Tiahuanaco" qu'il dirige toujours, marquant de la sorte grâce au soutien du Ministère des Affaires Étrangères le retour d'un programme archéologique français sur le site majestueux bolivien de Tiwanaku après plus d'un siècle d'absence. D'abord Allocateur de Recherche-Moniteur, puis Attaché Temporaire à l'Enseignement et la Recherche à l'Institut d'Histoire de l'Art et Archéologie, il est depuis 2016 Maître de Conférences dans la même institution.

Introduction II

Le sacré et la théâtralité : spiritualisation du monde ? Marion BERTIN.

  • 14h50 – 15h20 Micaela NEVEU - Action muséologique et scénographies d’influence : « Quand exposer c'est contrefaire ». L'art préhispanique et l’abstraction muséale.

Micaela NEVEU est doctorante en histoire de l’art et muséologie sous la direction de Daniel Lévine au CeRAP de Sorbonne Université. Après une formation aux arts du spectacle (danse, musique et théâtre), elle se spécialise pour sa thèse sur le thème de la théâtralité et les influences du monde du théâtre et de l’opéra dans le musée contemporain avec pour axe principal la muséologie des arts de l’Amérique préhispanique, leurs mises en scène et les discours politiques sous-jacents dans les scénographies d’expositions. Elle a réalisé des traductions pour des textes de l’ICOFOM, Comité international pour la muséologie du Conseil international des musées (ICOM, dont elle est membre), et prépare une prochaine communication sur le thème du sacré et de la muséologie pour le 41e symposium de l’ICOFOM qui aura lieu en octobre 2018 à Téhéran. 

  • 15h20 – 15h50 André DELPUECH Musées des Autres, musées de Soi.

Conservateur général du patrimoine, André DELPUECH est, depuis avril 2017, directeur du musée de l’Homme, au sein du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris. De 2005 à 2017, il a été responsable des collections des Amériques au musée du quai Branly. De 1992 à 1999, il a été conservateur régional de l’archéologie de la Guadeloupe, puis chercheur à l’UMR “Archéologie des Amériques”, avant de diriger, en 2002, le bureau de la recherche archéologique à la sous-direction de l’Archéologie du Ministère de la Culture et de la Communication. Ses recherches portent plus spécifiquement sur les sociétés amérindiennes des aires caribéennes et amazoniennes, sur l’histoire de la colonisation des Amériques et de l’esclavage transatlantique, mais aussi sur les cabinets de curiosités et l’histoire des musées d’anthropologie et de société. Auteurs de nombreux articles sur l’histoire de la Caraïbe et des Amériques, il a également dirigé plusieurs ouvrages dont les derniers, parus en 2014, « Archéologie de l’esclavage colonial », aux éditions La Découverte et en 2017, « Trocadéro 28-37. Les années folles de l’ethnographie » aux éditions du MNHN.

  • 15h50 – 16h20 Marion BERTIN - Objets de pouvoir et de prestige en Océanie : quel destin muséal ?

Marion BERTIN est doctorante en anthropologie et muséologie à l’École du Louvre et l’Université de La Rochelle sous la direction de Cécilia HURLEY-GRIENER et Charles ILLOUZ. Elle réalise pour sa thèse une étude interdisciplinaire sur la circulation et les valeurs des objets océaniens dans les collections publiques et privées. Des biographies d’objets sont retracées, plaçant au centre les valeurs d’usage, d’échange et patrimoniale. Les valeurs d’usage, d’échange et patrimoniale sont principalement analysées, mais la valeur sacrée compte également parmi ces éléments de recherche actuelle.

16h20 – 16h35 Pause

  • 16h35 – 17h05 Arnaud LE GONIDEC - Une mise en regard l'Un de l'Autre. Étude scénographique de la FICTIO LEGIS

Arnaud LE GONIDEC est doctorant en histoire du Droit et des Institutions à l'Université Toulouse 1 Capitole au Centre Toulousain d'Histoire du Droit et des Idées Politiques (C.T.H.D.I.P.). Ses études se concentrent sur l'interrelation entre le phénomène institutionnel et la Justice par l'analyse du discours juridique relatif à la justice fiscale dans l'Ancien régime.

  • 17h05 – 17h35 Fanny FOUCHE - Les reliquaires au cœur de mécaniques visuelles et polyphoniques pour rendre visible l'invisible dans l'église médiévale et sur la scène muséale.

Elève de 3e cycle de l’Ecole du Louvre, travaillant sous la tutelle de P-A. Mariaux spécialiste de l’histoire des trésors médiévaux et de Ch. Descatoire conservatrice du musée de Cluny responsable de l’orfèvrerie médiévale, Fanny Fouché achève une thèse sous le titre « Reliquaires au Moyen Age, reliquaires au musée : rendre visible l’invisible ». Croisant des réflexions sur le statut et l’opérativité des images et des matières au Moyen Age avec des questions plus généralement liées à la mise en visibilité, cette recherche ambitionne d’éclairer la fabrication du sens des reliquaires à travers les différentes enveloppes ayant façonné successivement sa présentation.

17h35 – 18h00 Synthèse de la journée

18h    Pot de fin

Membres organisateurs

  • Micaela Neveu, Doctorante, Sorbonne Université.
  • Marion Bertin, Doctorante, Ecole du Louvre/ Université de La Rochelle.
  • Daniel Lévine, professeur titulaire de la Chaire d’Archéologie des Civilisations de l’Amérique Préhispanique, Sorbonne Université.
  • Arnaud Maillet, maître de conférences, Sorbonne Université, Centre André Chastel.
  • François Cuynet, maître de conférences, Sorbonne Université, CERAP.
  • Marie Planchot et l’équipe de l’école doctorale 124 de Sorbonne Université.

Comité scientifique 

  • Daniel Lévine
  • Arnaud Maillet
  • François Cuynet
  • Micaela Neveu
  • Marion Bertin

Remerciements

Nous remercions chaleureusement pour leur soutien sans faille, le Centre André Chastel, le CeRAP, et l’école doctorale 124 de Sorbonne Université, ainsi que Reza KETTOUCHE, Tara CHAPRON et Wesley ANNIBAL. Nous tenons également à remercier pour leur collaboration, les étudiantes et doctorantes du CERAP composant l’équipe d’accueil/information, Pauline KIRGIS, Nathalie JOULOT et Camille KITTEN, ainsi que Anaïs GUERIN pour la photographie.

Contacts

theatralite.pouvoir@outlook.fr

Lien événement Facebook 

La théâtralité et le pouvoir dans l’art et l’archéologie :

https://www.facebook.com/events/174359986670973/

Lieux

  • Salle Ingres, 2e étage - 2 rue Vivienne
    Paris, France (75002)

Dates

  • samedi 14 avril 2018

Mots-clés

  • théâtralité, pouvoir, représentation, art, archéologie, muséologie, Amérique

Source de l'information

  • Marion Bertin
    courriel : theatralite [dot] pouvoir [at] outlook [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La théâtralité et le pouvoir dans l'art et l'archéologie », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 11 avril 2018, https://calenda.org/440056

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal