AccueilCatégoriesPériodesÉpoque moderneRévolution française




  • Paris

    Journée d'étude - Représentations

    Architecture et arts décoratifs au temps de Percier et Fontaine

    Organisée à l'occasion de l’exposition « Charles Percier » (Bard Graduate Center / Château de Fontainebleau, commissariat : J.-P. Garric), cette journée d'études permettra de s'interroger sur différentes thématiques en rapport avec la production architecturale et décorative au temps de Percier et Fontaine.

    Lire l'annonce

  • Paris

    Journée d'étude - Histoire

    L’Irlande et la France à l’époque de la « République atlantique »

    Alors que l’Irlande commémore le centenaire de l’Insurrection de Pâques et avec elle la proclamation de la République d’Irlande, un peu plus de quinze ans après le Bicentenaire de la « Rébellion » de 1798 et de 25 ans après celui de la Révolution française, et plus de trente ans après la publication de l’ouvrage fondamental de Marianne Elliott, Partners in Revolution, il semble opportun et utile de revenir sur les liens qui ont existé entre la France révolutionnaire et l’Irlande dans les années 1790 lorsqu’émerge un premier républicanisme irlandais encore mal défini. L’objectif principal de cette journée est donc de faire connaître l’historiographie en langue anglaise au public français mais aussi de revenir sur les débats historiographiques concernant les liens entre la France et l’Irlande dans la période révolutionnaire.

    Lire l'annonce

  • Paris

    Journée d'étude - Histoire

    Une histoire sociale des relations internationales au XVIIIe siècle

    Des phénomènes régionaux

    L’histoire des relations internationales ne saurait se réduire à celle de la diplomatie ; de récents travaux ont élargi son champ d’étude traditionnel afin de prendre en compte les logiques sociales des sociétés de l’époque moderne. Cette nouvelle histoire des relations internationales a particulièrement su mettre en valeur la diversité des acteurs institutionnels et non-institutionnels – ambassadeurs, consuls, marchants, interprètes, francs-maçons ou pirates – impliqués dans les différents processus de négociation. De plus, l’essor de « milieux internationaux » ainsi que l’intégration locale des diplomates via le développement de réseaux et de patronages ont été particulièrement mis au jour. L’histoire sociale de la diplomatie rencontre alors l’histoire des diasporas marchandes qui elle aussi porte une attention particulière aux interactions à l’œuvre entre la diplomatie, le commerce et le savoir dont les marchants, les interprètes et les hommes d’église sont les principaux vecteurs. Reconnaissant cela comme point de départ, ces journées d’étude entendent confronter, partager et discuter les récentes problématiques de l’histoire internationale du XVIIIe siècle et ses approches sociales.

    Lire l'annonce

  • Villeneuve-d'Ascq

    Journée d'étude - Histoire

    Le pouvoir exécutif et la loi

    Réceptions, réinterprétations, réécritures (1789-1804)

    Cette journée d'études a pour but d’explorer un champ encore trop peu étudié par les historiens : l’exécution de la loi. En effet, les actes du pouvoir exécutif, entre 1789 et 1804, n’ont jamais été de simples reproductions neutres de la loi : toute reformulation de la loi est de fait une interprétation, dès lors qu’il s’agit de l’expliquer aux fonctionnaires ou aux citoyens. C’est cette latitude dans l’interprétation de la loi qu’il conviendra d’examiner afin de mesurer la manière dont l’exécutif s’emploie à « refaire » la loi, dès lors qu’il la met en mots et en actes. Il s’agira plus particulièrement de s’intéresser aux mots employés par le pouvoir exécutif pour faire appliquer la loi, afin de mettre en évidence les éventuelles discordances par rapport à ceux utilisés par le pouvoir législatif dans le texte même de la loi.

    Lire l'annonce

  • Champs-sur-Marne

    Journée d'étude - Europe

    Rapports domestiques au travail (XVIe-XVIIIe siècle)

    Cette journée d’études se propose d’examiner différents univers de travail définis a priori comme non domestiques – manufactures, ateliers artisanaux, boutiques, police, armée, marine, bureaux, etc. – en interrogeant l’existence ou la persistance de rapports domestiques, c’est-à-dire : de formes de rémunération associées à la domesticité : gages, temporalité indéfinie du paiement, formes de pécules ou de dot ; d’une disponibilité temporelle extensible et potentiellement sans limite de l’employé ; d’une dépendance personnelle explicitement engagée dans la relation de travail ; on s’intéressera aussi à la question d’une empreinte domestique dans la définition des tâches (pluri-activité vs spécialisation ?).

    Lire l'annonce

  • Paris

    Journée d'étude - Histoire

    1770-1830. L'architecture à Paris entre révolutions et continuités

    En dépit de circonstances économiques et politiques souvent peu favorables à la mise en œuvre de grands édifices, les années 1770-1830 constituent l'une des périodes les plus fécondes de l'architecture parisienne, qui voit des transformations considérables dans des domaines aussi divers que celui de l'architecture domestique, des projets académiques et théoriques, ou encore de la science constructive. Cette journée doctorale entend montrer la dynamique des recherches en cours dans ce domainen, qui se proposent de revisiter une historiographie remontant aujourd'hui pour l'essentiel aux années 1970 et 1980.  

    Lire l'annonce

  • Nice

    Journée d'étude - Histoire

    Prendre la plume des Lumières aux romantismes

    Pratiques de l’écrit dans l’Europe de la fin de l’époque moderne

    Cette journée d’étude propose d’interroger les pratiques de ceux qui prennent la plume au tournant des XVIIIe-XIXe siècles, depuis les aspects matériels jusqu’aux projets évolutifs des écrivains. À l’aune des techniques et des conditions d’écriture, les heures passées à l’écritoire serviront de fil directeur pour mieux comprendre le geste de l’écrivain confronté un horizon d’attentes différenciées et aux contraintes d’un monde éditorial en pleine mutation. Différents cas d’études peuvent mettre en rapport des situations variées à l’échelle de l’Europe, pour une approche sociale et culturelle du monde de l’écrit des années 1760 au premier XIXe siècle.

    Lire l'annonce

  • Paris

    Journée d'étude - Époque moderne

    Tradition et nouveauté dans le théâtre sous la Révolution et l'Empire

    Cette journée d'étude a pour but de recenser les salles de spectacle, les artistes, leurs circuits et leurs répertoires afin d’aboutir à une meilleure connaissance de la diffusion, de l’offre dramatique, des conditions de représentation, de la construction des carrières individuelles, de la nature et de la réception des répertoires et des goûts du public en province ainsi que dans les départements créés ou annexés dans l’espace germanique et les Républiques sœurs pendant la Révolution et l’Empire grâce à l’élaboration et à la réalisation d’une base de données autour de ces thèmes.

    Lire l'annonce

  • Rouen

    Journée d'étude - Époque moderne

    Femmes, droits, travail entre la Normandie et l’Europe (XVIe-XXe siècle)

    Marchandes publiques ou femmes au foyer, maîtresses de métier ou éternelles mineures ? À Rouen, sous l’Ancien Régime, les femmes étaient à la tête de corporations de métier féminines alors que la coutume normande ne leur laissait pas beaucoup de marges de manœuvre dans le domaine économique. La journée d’études du 13 mars, aux archives départementales de Seine Maritime, s’interrogera sur cette spécificité rouennaise dans l’Europe moderne et plus généralement sur les droits des femmes dans le travail dans la longue durée.

    Lire l'annonce

  • Créteil | Paris

    Journée d'étude - Europe

    Mobilité et innovation en Méditerranée et au-delà aux XVIIIe et XIXe siècles

    Créativité et (ré)invention des migrants

    Cette rencontre s'attache à faire travailler et réfléchir ensemble des chercheurs travaillant d'une part sur l'histoire des mobilités et d'autre part sur l'histoire de l'innovation. Comment étudier et préciser ce lien implicite entre mobilité et innovation ? En prenant l'aire méditerranéenne comme lieu d'analyse sur un long XIXe siècle, on réfléchira, à partir des case studies présentés, à une méthodologie possible.

    Lire l'annonce

  • Paris

    Journée d'étude - Europe

    La matérialité de l’échange dans les réseaux de correspondance (périodes moderne et contemporaine)

    Journée des doctorants de l'école doctorale « Pratiques et théories du sens » de l'université Paris 8 et du centre Jean-Mabillon (École nationale des chartes)

    Les doctorants de l’école doctorale « Pratiques et théories du sens » et du centre Jean-Mabillon souhaitent consacrer leur journée d’études 2015 à la mise en valeur de la matérialité des correspondances, souvent étudiées pour leur contenu, peu pour elles-mêmes. Par une réflexion sur leurs objets comme processus créatif et scripturaire, leurs modes de transport, de fermeture, de chiffrement et d’identification, il s’agira de poser la matérialité des échanges comme un objet d’étude signifiant. L’analyse de ces réseaux d’écriture et de diffusion participe de ce mouvement en donnant à voir les objectifs politiques, spirituels, intellectuels, économiques, etc. qu'ils revêtent.

    Lire l'annonce

  • Paris

    Journée d'étude - Histoire

    Appliquer la loi

    Acteurs, modalités et limites de l'exécution de la loi (1789-1815)

    Cette journée d’études s’inscrit dans la continuité des grands chantiers autour de la création de la loi en Révolution et sous le premier Empire. Elle se propose d’examiner, en aval de l’adoption de la loi, les différentes déclinaisons de son exécution, entre 1789 et 1815. Que devient en effet la loi une fois qu’elle est votée ? Une loi adoptée est-elle nécessairement appliquée ? En somme, que fait-on, concrètement, de la loi dans la pratique ? Il s'agit ici de questionner l’exécution des lois « par en bas », en se concentrant sur ses relais et ses incarnations. En effet, l’application de la loi se fait selon des modalités complexes, parce qu’elle prend véritablement forme à travers les acteurs chargés de l’exécuter, et/ou appelés à y obéir. Notre réflexion se concentrera donc sur toute la diversité des rapports et des positionnements de ces acteurs face à la loi.

    Lire l'annonce

  • Pierrefitte-sur-Seine

    Journée d'étude - Histoire

    Construire les sources d'une histoire de la Révolution française, jeux de la mémoire et de l'oubli

    La journée d’études s’insère dans le champ des recherches récentes sur les différents principes de classement et sur l’écriture de l’histoire, en particulier celle de la Révolution française, objet d’étude mais également période ayant inventé de nouveaux cadres dans tous les domaines. Le choix de l’organisation des archives sur les fonds de la période révolutionnaire rend visible et met en évidence ce qui est considéré comme « mémorable », alors que d’autres aspects sont voués à être écartés et oubliés. L’historien est tributaire de ces classement antérieurs, mais également auteur de nouvelles mises en lumière ou mises à l’ombre lorsqu’il constitue son propre corpus de sources en choisissant uniquement celles qui lui paraissent les mieux adaptées pour répondre à la problématique choisie.

    Lire l'annonce

  • Saint-Martin-d'Hères

    Journée d'étude - Europe

    Violence et politique de l'Antiquité à nos jours

    Selon le mot de Karl Marx, la violence est l’accoucheuse de l’histoire et, au centre de l’histoire, qu’on le veuille ou non, se dresse le politique avec son cortège d’acteurs qui, périodiquement, entretiennent, écartent ou subissent la violence sous diverses formes, parfois dans la brutalité la plus extrême. Les contradictions sautent aux yeux : en créant le droit et la justice, le politique est censé réprimer et éradiquer la violence ; l’organisation sociale elle-même semble être une réponse au chaos primitif et à la violence de la horde primitive. Voilà quelques réflexions qui guideront cette journée d’étude transhistorique consacrée aux rapports entre violence et politique.

    Lire l'annonce

  • Poitiers

    Journée d'étude - Histoire

    Art et pouvoir en conflit de l'Antiquité à nos jours

    Journée d'études des doctorants du CRIHAM

    Cette journée d'études interdisciplinaire (histoire, histoire de l'art, musicologie) a pour objectif d'interroger les relations entre l'art et le pouvoir sous l'angle spécifique du conflit. Un premier groupe de contributions sera consacré à la représentation de la guerre dans l'art. Un second groupe étudiera les relations, plus ou moins conflictuelles, entre l'art et le pouvoir.

    Lire l'annonce

  • Madrid

    Journée d'étude - Histoire

    Conservateurs et contre-révolutionnaires dans l'espace euro-américain au XXe siècle

    Ce programme, soutenu par l’École des hautes études hispaniques et ibériques, de l’Institut français d’études andines et du Centre d’études mexicaines et centraméricaines, né en 2012, a donné lieu à plusieurs réunions scientifiques qui déboucheront en 2014 sur une publication finale. Il est coordonné par Jordi Canal, de l’École des hautes études en sciences sociales. La première rencontre eut lieu à Lima les 11 et 12 juin 2012, la deuxième à Mexico les 18 et 19 février 2013. La troisième et dernière manifestation est célébrée à la Casa de Velázquez, à Madrid. L’historiographie politique a généralement abordé la question des transferts, les circulations et les influences entre l’Europe et l’Amérique latine, tant dans un sens que dans un autre, par le biais des phénomènes révolutionnaires, progressistes ou de gauche.

    Lire l'annonce

  • Paris

    Journée d'étude - Époque moderne

    Diffuser, recevoir, conserver la loi aux XVIIe et XVIIIe siècles

    Les travaux sur la genèse de l'État moderne, depuis une trentaine d'années, ont considérablement renouvelé les connaissances sur la construction de la souveraineté législative. Mais la question de la matérialité même de la loi, qu'il s'agisse de son écriture, de sa transcription, de sa réception, de sa connaissance, est restée à l'écart des réflexions, portant plus sur l'idéologie. Or elle revient à poser le problème même de la documentation aujourd'hui disponible, de la constitution des fonds existants, et de la définition des textes que l'on peut qualifier de loi. S'appuyant sur des expériences déjà menées, la recontre se veut interdisciplinaire, pour croiser les compétences complémentaires.

    Lire l'annonce

  • Paris

    Journée d'étude - Histoire

    Annexer la mémoire, centraliser le savoir dans l’Europe napoléonienne

    Archives et bibliothèques de l’Europe à Paris

    La centralisation des biens culturels et la confiscation des objets patrimoniaux durant la période du Premier Empire ont fait l’objet depuis une quinzaine d’années de nouvelles études, concentrées notamment sur les œuvres d’art. À l’occasion de l’exposition « Napoléon et l’Europe », organisée par le Musée de l’armée à l’hôtel des invalides, entre avril et juillet 2012, ces deux journées se proposent d’explorer la question de l’annexion de la mémoire et de la centralisation du savoir, à travers la circulation et le transfert des archives et des bibliothèques au cours de la décennie impériale (1805-1815). Il s’agit d’examiner les objectifs et les pratiques de confiscation impériale face au double héritage – diplomatique et administratif – des rapports souverains en Europe et dans le temps plus restreint du projet révolutionnaire de savoir universel.

    Lire l'annonce

  • Paris

    Journée d'étude - Langage

    La genèse des corpus littéraires à l'âge classique

    Comment se constitue l’œuvre donnée à lire au public ? Donner corps au texte littéraire, le rendre public par une édition, c’est progressivement, entre la Renaissance et les Lumières, faire entrer dans le livre imprimé non seulement l’œuvre, mais aussi les discours qui la portent. Le livre devient ainsi « un objet que le texte a suscité » (Hubert Nyssen) et se constitue autour du texte auctorial un paratexte qui rend compte de la vie de la République des Lettres.

    Lire l'annonce

  • Paris

    Journée d'étude - Histoire

    Écrire l’insurrection / écrire dans l’insurrection au XIXe siècle

    Tout au long du XIXe siècle, la France et l’Europe ont vécu au rythme des insurrections. Qu’ils aient été transformés en révolutions ou qu’ils aient été éteints, réprimés, trahis, les « événements » insurrectionnels ont modelé le rapport à l’histoire en train de s’écrire. À l’heure où se multiplient d’une part les travaux sur les « pouvoirs de la littérature » et d’autre part les études sur l’expérience et les déstabilisations induites par le « moment révolutionnaire », il convient de reprendre à nouveaux frais une double question dont les enjeux sont profonds : ce que l’insurrection, temps d’ouverture des possibles, espérés ou craints, fait à l’écriture ; parallèlement le rôle de la littérature, ses codes, ses topiques, son efficace propre, sa force d’évocation, sa capacité de synthèse dans le temps insurrectionnel. Existe-t-il  au siècle des révolutions, qui est aussi celui de l’histoire, du sujet dit moderne, du sacre de l’écrivain et d’une mutation de fond de la culture écrite, un lien spécifique entre littérature et insurrection, de la révolution française à la première guerre mondiale ? 

    Lire l'annonce

RSS Filtres sélectionnés

  • Révolution française

    Supprimer ce filtre
  • Journée d'étude

    Supprimer ce filtre

Choisir un filtre

Événements

Langues

Langues secondaires

Années

Types

  • Journée d'étude

Lieux