Infrastructures, acteurs et territoires : des « relations dangereuses » ?