« Home sweet home », histoires polymorphes d’un ancrage géographique et intime