Le patrimoine mondial : une valeur universelle exceptionnelle ?