HomeLa machine naturaliste : stratégies d’expansion et retombées éditoriales

HomeLa machine naturaliste : stratégies d’expansion et retombées éditoriales

*  *  *

Published on Wednesday, November 30, 2022 by Lucie Choupaut

Summary

Grâce à l’accélération des moyens de transport et à la mécanisation des techniques de production, les dynamiques littéraires prennent un élan sans précédent à la fin du XIXe siècle. La diffusion des textes en dehors des frontières nationales est désormais plus aisée, ce qui produit une internationalisation de la réception et des débats esthétiques. Notre colloque sera consacré aux rapports existants entre ces évolutions techniques et le succès mondial du naturalisme. Il se focalisera notamment sur les stratégies d’expansion de ce mouvement littéraire et les retombées éditoriales qui en découlent.

Announcement

Argumentaire

En 1981 paraissait l’étude majeure de Jacques Noiray consacrée à l’image de la machine dans le roman français. Le premier volume montrait qu’Émile Zola ne s’est pas seulement intéressé à toutes les machines de son temps, les personnifiant et exprimant à travers elles sa confiance et sa peur du progrès, mais qu’elles sont au fondement de son imagination, donc de son art. Présente au niveau de la production, la métaphore de la machine convient également pour décrire la réception des œuvres et des écrits théoriques de Zola, a fortiori transnationale.

Grâce à l’accélération des moyens de transport et à la mécanisation des techniques de production, les dynamiques littéraires prennent un élan sans précédent à la fin du XIXe siècle. La diffusion des textes en dehors des frontières nationales est désormais plus aisée, ce qui produit une internationalisation de la réception et des débats esthétiques. Notre colloque sera consacré aux rapports existants entre ces évolutions techniques et le succès mondial du naturalisme. Il se focalisera notamment sur les stratégies d’expansion de ce mouvement littéraire et les retombées éditoriales qui en découlent.

Yves Chevrel rappelle que, sous le Second Empire, le développement des chemins de fer améliore considérablement la diffusion des livres. Il donne l’exemple de la ligne Paris-Coimbra, ouverte en 1864, qui initie une « véritable révolution littéraire au Portugal ». Ancien responsable du service publicité de la maison Hachette, Zola est conscient de cette accélération de la circulation des textes littéraires. Son projet naturaliste comporte – en quelque sorte – également un « volet marketing » à l’international, qu’il parvient à réaliser via différents « agents », notamment identifiés au moment de l’édition de sa Correspondance. Grâce à ce réseau, ses textes se répandent rapidement et dans tous les coins du monde. Nana (1880), par exemple, ne met que six semaines à passer de Paris à Buenos Aires, dans la rubrique feuilleton du journal La Nación.

Théâtre d’importants combats intellectuels et d’innovations esthétiques, la capitale française devient, au XIXe siècle, « la ville dotée du plus grand prestige littéraire au monde », ainsi que l’a montré Pascale Casanova. Le naturalisme est l’un des premiers mouvements littéraires qui savent en tirer profit en se répandant dans le monde entier. Alors que ce mouvement est souvent considéré comme anti-littéraire, notamment parce qu’il rompt avec les esthétiques dominantes, il renoue par le franchissement des frontières nationales avec l’idéal renaissant de la république des lettres. Il n’est pas moins vrai que le naturalisme incarné par Zola heurte les sensibilités, et tout particulièrement à l’étranger, notamment en tant que produit d’importation français. Placé dans de nouveaux contextes culturels et sociaux, le naturalisme connaît ainsi des réinterprétations, selon que l’on s’attache à ses idées, ses romans, ou à ce qu’untel en retient. Il se décline en naturalisme « radical » (en Allemagne, avec Gerhart Hauptmann), en naturalisme « catholique » (en Espagne, avec Emilia Pardo Bazán) ou en naturalisme « tropical » (au Brésil, avec Aluísio Azevedo). D’ailleurs, Colette Becker et Pierre-Jean Dufief ont, pour le dictionnaire qu’ils ont coordonné sur le naturalisme international, opté pour le pluriel.

Nous nous demandons comment se produit concrètement cette circulation transnationale du mouvement zolien. Comment travaillent ces agents du naturalisme ? Quels sont les mécanismes qui rendent possible la diffusion des textes et quels en sont les effets ? Quel est le rapport entre l’écriture naturaliste et les nouvelles conditions de production des livres ? Dans quelle mesure les débats autour du naturalisme font-ils évoluer les voies de communication, ou sont-ils influencés par eux ? Quelles sont les retombées éditoriales – et non uniquement littéraires – du naturalisme (développement de certains formats de livre, de produits dérivés, etc.) ? Le succès international du naturalisme est bien connu mais insuffisamment dans sa dimension matérielle, sans compter que de nombreux phénomènes transnationaux restent à explorer, en particulier à travers des « études comparatistes de réception, c’est-à-dire des travaux qui comparent plusieurs naturalismes étrangers », comme l’ont souligné récemment Aurélie Barjonet et Karl Zieger. Notre colloque se fixe donc trois objectifs :

  1. comprendre le rôle des moyens de transport, de la mécanisation des techniques et des stratégies marketing dans la réception internationale des textes naturalistes ;
  2. analyser les réseaux d’acteurs transnationaux, leurs voies de communication et le rôle des supports médiatiques dont ils se servent ;
  3. définir le naturalisme comme un genre transnational qui, grâce à l’évolution du marché du livre, connaît différentes modifications d’un espace culturel à l’autre.

Modalités de contributions

Le colloque aura lieu du 14 au 15 septembre 2023 à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Les propositions de communication, d’environ une demi-page (titre et résumé), accompagnées d’une information bio-bibliographique, sont à envoyer par voie électronique à l’adresse suivante : lamachinenaturaliste@gmail.com

avant le 31 janvier 2023.

Il sera financé par la bourse Jean d’Alembert Paris-Saclay obtenue par Timo Kehren en 2022 et par le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Organisateurs

  • Aurélie Barjonet (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, France)
  • Timo Kehren (Universität Mainz, Allemagne / Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, France)

Comité scientifique

  • Aurélie Barjonet (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, France)
  • Pedro Paulo Catharina (Universidade Federal do Rio de Janeiro, Brésil)
  • Yves Chevrel (Sorbonne Université, France)
  • Timo Kehren (Universität Mainz, Allemagne / Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, France)
  • Olivier Lumbroso (Université Sorbonne Nouvelle, France)
  • Carolyn Snipes-Hoyt (Burman University, Canada)Karl Zieger (Université de Lille, France)

Subjects

Places

  • Guyancourt, France

Event format

Full on-site event


Date(s)

  • Tuesday, January 31, 2023

Keywords

  • diffusion, texte, frontière

Information source

  • Dr. Timo Kehren
    courriel : tikehren [at] uni-mainz [dot] de

To cite this announcement

« La machine naturaliste : stratégies d’expansion et retombées éditoriales », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, November 30, 2022, https://calenda.org/1035653

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search