HomeReligion et politique : entre « res publica » et pratiques privées (Sud-Est européen, espace post-soviétique et Méditerranée orientale)

HomeReligion et politique : entre « res publica » et pratiques privées (Sud-Est européen, espace post-soviétique et Méditerranée orientale)

Religion et politique : entre « res publica » et pratiques privées (Sud-Est européen, espace post-soviétique et Méditerranée orientale)

Séminaire de formation doctorale - Deuxième édition du cycle Les Balkans. Espaces, sociétés, histoire

*  *  *

Published on Monday, December 19, 2022

Abstract

Ce séminaire propose, en lien avec le terrain grec, de réfléchir à l’articulation entre religion et politique et à la place du religieux dans l’espace public. Située à l’interface entre l’espace post-soviétique et la Méditerranée orientale, la Grèce d’aujourd’hui constitue un terrain d’observation particulièrement riche dans lequel les configurations observées à l’échelle locale s’articulent avec des enjeux politiques et géopolitiques. L’objectif du séminaire sera en particulier de montrer l’importance de l’observation du contemporain pour construire des outils d’interprétation valables pour les périodes plus anciennes.

Announcement

Présentation

Ce séminaire propose, en lien avec le terrain grec, de réfléchir à l’articulation entre religion et politique et à la place du religieux dans l’espace public. Située à l’interface entre l’espace post-soviétique et la Méditerranée orientale, la Grèce d’aujourd’hui constitue un terrain d’observation particulièrement riche dans lequel les configurations observées à l’échelle locale s’articulent avec des enjeux politiques et géopolitiques. L’histoire moderne et contemporaine de la Grèce offre de plus de nombreux exemples des enjeux et des effets des tensions entre la « chose publique » (res publica) et les pratiques privées. L’objectif du séminaire sera en particulier de montrer l’importance de l’observation du contemporain pour construire des outils d’interprétation valables pour les périodes plus anciennes. Ces outils sont d’abord ceux d’une anthropologie, nécessairement historique, du religieux en Europe du Sud-Est et ceux de l’histoire sociale et culturelle. L’objectif de l’atelier est aussi de mettre en place un dialogue pluridisciplinaire. L’apport de professionnels (musées, programmateurs culturels, artistes, écrivains, journalistes) est aussi envisagé. Notre but est de susciter de nouvelles recherches mettant en avant l’aspect comparatif.

Quatre thèmes sont proposés et donneront lieu à des exposés théoriques, à des comptes rendus de recherches ainsi qu’à des visites sur le terrain et à des rencontres avec des interlocuteurs locaux. 

Thème 1 : Circulations, migrations, pratiques

Nous observerons comment les sciences sociales se saisissent d’un trait saillant du fait religieux dans le Sud-Est européen, à savoir celui de la diversité des confessions et de la variabilité des croyances et des pratiques. Ce thème prend aussi en compte les mouvements à plusieurs niveaux ; il interroge la dimension du « vivre ensemble » et les phénomènes de syncrétisme, de conversion, et dans le même temps les logiques d’exclusion ou de conversion forcée. La séparation entre sphère publique et sphère privée sera examinée par une analyse des pratiques et de la visibilité des cultes. Une attention sera aussi accordée aux « néo-religions » et à leur implantation. 

Thème 2 : Figures d’exemplarité (héros, martyrs, saints)

Nous travaillerons sur l’identification de figures d’exemplarité dans la durée historique, sur les évolutions modernes et contemporaines des héros nationaux et « laïques », martyrs (par exemple : les « martyrs du communisme ») ; des saints nationaux ; des appropriations national(ist)es de saints communs au christianisme ; des néo-saints et néo-martyrs. On s’intéressera aux ambivalents : ‘héros’ sacrés pour les uns – ‘vilains’ pour les autres. Un deuxième objectif est de mettre en évidence les conditions et les dispositifs (politiques, symboliques, etc.) permettant au culte émergeant d’un héros, d’un/e martyr/e ou saint/e, de « prendre » et de s’affirmer, de s’installer et de rayonner au sein d’une société. 

Thème 3 : Crises, tournants, guerres

Nous traiterons des tournants ou moments de rupture qui permettent d’approcher sous un jour nouveau les transformations politiques et sociétales. C’est le cas des changements politiques qui balaient une « religion dominante » pour en imposer une autre. Un autre groupe d’interrogations pouvant illustrer cette perspective sont les ruptures sociopolitiques ouvertes avec la mise en place des régimes communistes au travers des entreprises de laïcisation forcée, puis par leur effacement. Des conflits inter-impériaux en passant par les guerres d’émancipation nationale, par les « révolutions » ou coups d’État, on interrogera l’impact des formes de changement d’ordre politique sur les cadres institutionnels du religieux. 

Thème 4 : Institutions et territoires

La formation se donne enfin pour objectif d’explorer l’articulation entre les changements d’ordre ou de régime et les transformations socioculturelles profondes qui les accompagnent, et les processus comme les soubresauts affectant les cadres institutionnels de la vie religieuse des communautés. Des processus historiques en apparence similaires, qui aboutissent à la destruction de cadres religieux institutionnels ou à la création de cadres nouveaux se juxtaposent ; ils sont à replacer dans un horizon comparatif plus large et de nouvelles perspectives d’interprétation. La structuration de l’activité touristique autour des édifices comme des événements religieux montre combien ces éléments marquent toujours les paysages comme les représentations des territoires méditerranéens, est-européens et balkaniques. 

Langues de travail

La langue de travail sera l’anglais, mais une connaissance passive du français sera appréciée. 

Dossier de candidature et modalités pratiques

Le séminaire accueillera du lundi 18 au vendredi 22 septembre 2023 une quinzaine de doctorants et étudiants de Master 2 en histoire, histoire de l’art, géographie, anthropologie, sociologie, sciences politiques, littérature. Les frais de transport doivent être assurés par leurs établissements de formation ; le logement et les repas seront fournis par les institutions organisatrices.

Le dossier de candidature se fera en ligne sur la plateforme Missions de l’EFA 

avant le 30 janvier 2023 

et comprendra :

  • Une fiche de candidature
  • Un curriculum vitae
  • Une lettre de motivation
  • Une lettre de recommandation
  • Une courte présentation du sujet de thèse (3000 signes)

La sélection des participant(e)s sera publiée mi-février. Ils/elles doivent s’engager pour toute la durée de la formation. Contact : gilles.derapper@efa.gr

Comité d’organisation / Comité scientifique

  • Tullia Catalan (Université de Trieste)
  • Gilles de Rapper (EFA)
  • Catherine Horel (CNRS, CETOBaC)
  • Laura Pettinaroli (EFR)
  • Pierre Sintès (AMU, TELEMMe)
  • Fotini Tsibiridou (Université de Macédoine, Culture Borders Gender Lab)
  • Galia Valtchinova (Université de Toulouse Jean Jaurès)

Places

  • Université de Macédoine
    Thessaloniki, Greece

Date(s)

  • Monday, January 30, 2023

Keywords

  • religion, politique, espace public

Contact(s)

  • de Rapper Gilles
    courriel : gilles [dot] derapper [at] efa [dot] gr

Information source

  • Marie Zago
    courriel : marie [dot] zago [at] efrome [dot] it

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Religion et politique : entre « res publica » et pratiques privées (Sud-Est européen, espace post-soviétique et Méditerranée orientale) », Summer School, Calenda, Published on Monday, December 19, 2022, https://doi.org/10.58079/1a7s

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search