HomeLa première République en images : genèse, circulation et postérité d’une imagerie politique

HomeLa première République en images : genèse, circulation et postérité d’une imagerie politique

La première République en images : genèse, circulation et postérité d’une imagerie politique

La Primera República en imágenes: génesis, circulación y posteridad de una imaginería política

*  *  *

Published on Thursday, December 22, 2022 by Lucie Choupaut

Summary

À l’occasion des 150 ans de sa proclamation, le colloque « La première République en images » entend examiner l’épisode historique qu’est la première république espagnole à l’aune de l’iconographie politique à laquelle il a donné lieu, afin de récupérer et d’historiciser les images de/sur cette période tout en leur rendant leur identité et leur(s) significations(s). Des études monographiques ou comparées sur tous les types de pratiques plastiques mobilisées par cette iconographie (caricatures, gravures, peintures, photographies, sculptures, scénographies, etc.) pourront donc alimenter la réflexion de ce colloque, que ces pratiques aient été élaborées en Espagne ou à l’étranger, ou qu’elles aient pour support des objets de la vie quotidienne (éventails, vaisselle, boîtes d’allumettes, tabac, etc.)

Announcement

Argumentaire

Proclamée le 11 février 1873, la Première République espagnole représente en un sens la culmination du processus révolutionnaire inauguré par La Gloriosa quatre années auparavant. Cependant, dès ses débuts, cette République a été fragilisée par les conflits internes – les tensions entre républicains fédéraux et unitaires ; le conflit carliste, la révolution cantonale et la guerre à Cuba –, de sorte que l’expérience s’est vue réduite à un bref épisode d’à peine deux ans. Un temps sans nul doute trop court pour constituer un imaginaire républicain semblable à celui qui s’est développé en France vers la même époque, et que Maurice Agulhon a si minutieusement interrogé[1].

Quoi qu’il en soit, elle a souvent été considérée comme un épisode éphémère et de peu d’importance. Aussi, l’histoire de cette Première République est-elle généralement englobée dans des études plus larges sur la période révolutionnaire initiée en 1868, le Sexenio démocratique, ou sur le républicanisme comme pensée politique – cf. les bilans historiographiques de Serrano García entre 2001 et 2020[2]. Paradoxalement, le moment où l’aventure révolutionnaire a culminé en événement et où la République a pu se concrétiser dans les faits s’en trouve ainsi évacué. Et, ce, alors même que le projet de constitution a abordé des questions aussi fondamentales pour l’Espagne contemporaine que l’abolition de la peine de mort ou de l’esclavage, la participation des femmes à la vie politique ou un nouveau modèle territorial[3].

Il en va de même de l’ensemble des images politiques élaborées durant la courte période de la Ière République. Les études, manuels ou pages web qui renvoient à cette iconographie sont nombreux – pensons seulement à la bien connue « Alegoría de la Primera República Española » publiée par Tomás Padró dans La Flaca – mais ils s’intéressent rarement à ce corpus plastique per se, malgré la publication de récents travaux centrés sur la culture et l’imaginaire visuel du Sexenio ou des républicains[4].

À l’occasion des 150 ans de sa proclamation, le colloque « La première République en images » entend examiner l’épisode historique qu’est la Première République espagnole à l’aune de l’iconographie politique à laquelle il a donné lieu, afin de récupérer et d’historiciser les images de/sur cette période tout en leur rendant leur identité et leur(s) significations(s). Des études monographiques ou comparées sur tous les types de pratiques plastiques mobilisées par cette iconographie (caricatures, gravures, peintures, photographies, sculptures, scénographies, etc.) pourront donc alimenter la réflexion de ce colloque, que ces pratiques aient été élaborées en Espagne ou à l’étranger, ou qu’elles aient pour support des objets de la vie quotidienne (éventails, vaisselle, boîtes d’allumettes, tabac, etc.).

Perspectives possibles

Sachant que les travaux dédiés à ces questions sont rares, le premier objectif de ce colloque est de réaliser un inventaire des images politiques qui ont circulé en Espagne durant la Ière République. Les contributions pourront se pencher sur les événements et les acteurs représentés ainsi que sur les motifs, emblèmes, symboles, allégories ou scénographies convoqués. De même, les propositions pourront porter sur les acteurs de cette production iconographique (artistes, supports, moyens et institutions de diffusion, destinataires).

Cette approche permettra alors d’analyser la diversité des images de ce corpus. Par exemple, il conviendrait d’explorer la présence de différentes orientations politiques dans l’iconographie de la république : des représentations antirépublicaines ont-elles existé durant la Ière République ? Étant donné la diversité des tendances qui structurèrent alors le mouvement républicain, dans quelle mesure l’iconographie républicaine fut-elle monolithique ? De même, les communications pourront interroger les possibles écarts entre l’imagerie républicaine militante et les emblèmes créés par les entités et institutions comme la commission académique. Ou bien étudier les potentielles divergences entre les images et les discours écrits (politiques, journalistiques, romanesques, etc.) ?

Des questions d’ordre géographique se posent également : existe-t-il une diversité régionale dans cette iconographie relative à la république ? Les années postérieures à La Gloriosa ont vu naître de multiples revues satiriques défendant le républicanisme fédéral, à Barcelone par exemple, lesquelles restent encore largement inexplorées. Mais au-delà de l’effervescence de la presse catalane et madrilène, qu’en est-il de la production moins connue de villes comme Séville, Valence ou Bilbao ? Enfin, comment cette représentation graphique s’est-elle développée en Outre-Mer, là où la crise cubaine et la militarisation des îles ternissaient le débat républicain ?

De même, il faudrait s’interroger sur le devenir de ces images au-delà des frontières espagnoles. Existe-t-il une représentation de la Première République dans les nouveaux États hispanophones du continent américain (où l’option républicaine s’était déjà imposée depuis l’émancipation), ou dans la toute jeune République française ? La reconnaissance internationale d’autres pays, comme les États-Unis ou la Suisse, mérite également une attention particulière dans la mesure où elle a pu donner lieu, in situ, à la production et à la circulation d’images sur la République espagnole. Et dans des pays tels que la Grande Bretagne et l’Allemagne qui regardaient toujours de près ce qui se passait dans la Péninsule ?

En outre, la Première République est souvent envisagée comme le troisième acte du Sexenio démocratique. Mais à quel point son iconographie s’inscrivait-elle dans la prolongation de cette période révolutionnaire ? De quelle manière la République a-t-elle été perçue par rapport au Sexenio et dans quelle mesure la Première République a-t-elle su – ou a-t-elle pu – créer une iconographie originale ? Et dans ce cas, à quels changements ou variations les symboles, emblèmes et figures politiques de l’époque ont-ils été soumis ?

Enfin, les travaux proposant une archéologie de ces images seront autant les bienvenus que les communications s’intéressant à la postérité iconographique de cette production au-delà de la période de la Première République, principalement sous la Restauration, mais ses avatars durant la 2nde République pourront également être envisagés.

Ce faisant, le Colloque « La Première République en images » se situe dans la continuité des réflexions développées lors d’une rencontre précédente de l’ASCIGE, en 2018, qui avait déjà mis en lumière le rôle de premier plan des images en tant que pratiques politiques en Espagne durant la seconde moitié du xixe siècle et au début du xxe siècle, ainsi qu’à l’occasion de la Journée d’Études organisée en 2019 sur la circulation des symboles et des emblèmes politiques[5]. Il s’agit donc de poursuivre l’étude des corpus d’images, au-delà du rôle traditionnel d’illustration que leur attribue généralement l’histoire politique, en tant que dispositifs qui relèvent, à part entière, des pratiques politiques.

La perspective sera, cette fois encore, transdisciplinaire, à la croisée de l’histoire culturelle, de l’histoire de l’art, de l’histoire des mentalités et des représentations, des visual studies, de l’histoire de la communication et de la consommation. L’histoire des femmes aura également toute sa place, en raison de la représentation allégorique bien souvent féminisée de la République, tout comme l’histoire transnationale, dans une perspective comparée de construction symbolique des États-nations, où les images politiques migrent d’une nation vers une autre, via des réappropriations qui leur sont propres.

Axes

  • Inventaire de l’imagerie de la Première République : personnel politique, événements et lieux représentés ; motifs, emblèmes, symboles, allégories ou scénographies mobilisées.
  • Les acteurs de cette production : artistes, entités et institutions ; canaux de diffusion.
  • Imagerie et Politique durant la Première République : imageries républicaines (unitaire, fédéraliste, etc.) ; imageries d’une autre tendance politique.
  • Diversité espagnole de l’iconographie de la Première République : à l’échelle péninsulaire ; spécificités de l’imagerie d’Outre-mer.
  • Rapports entre textes et images de la Première République : échos et interrelations ; convergences et divergences.
  • Circulation transnationale de l’imagerie de la Première République : en Europe et en Amérique.
  • Construction diachronique : ruptures et continuités avec l’imagerie du règne d’Isabelle II et du Sexenio démocratique ; postérité de cette iconographie à partir de la Restauration.

Organisation

Le Colloque est co-organisé par les différentes universités des membres de l’ASCIGE : Université Sorbonne Nouvelle (CREC), École polytechnique, Université de Nantes (CRINI), Université Sorbonne Paris Nord (Pléiade) et Université Gustave Eiffel (LISAA). Il aura lieu à la Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle du 26 au 28 octobre 2023.

Modalités de contribution

Les propositions de communication (titre, résumé de 400 mots et brève biobliographie) devront être envoyées à l’adresse électronique suivante : congresorepublicaASCIGE@polytechnique.fr

La date limite d’envoi des propositions est fixée au 15 mars 2023.

Celles-ci seront examinées par le comité d’organisation et le comité scientifique ; les participants seront informés avant le 15 mai 2023 de l’acceptation de leur proposition.

Langue des communications : en espagnol de préférence, mais les communications en français et en anglais pourront également être admises.

Les communications qui rempliront les critères attendus par le comité d’organisation et le comité scientifique en termes de rigueur scientifique seront réunies dans un volume collectif.

Comité d’organisation

Cécile Fourrel de Frettes, Frédéric Gracia, Eva Lafuente, Isabelle Mornat, Marie-Linda Ortega et Marie Salgues

ASCIGE (Atelier du CREC sur le Satirique, la Caricature et l’Illustration Graphique en Espagne)

Comité scientifique

en cours de constitution

Notes

[1] ALGULHON, Maurice, Marianne au combat, Paris, Flammarion, 1979 ; Marianne au pouvoir, Paris, Flammarion, 1989 et Les Métamorphoses de Marianne, Paris, Flammarion, 2001.

[2] SERRANO GARCÍA, Rafael, “La historiografía en torno al Sexenio”, Ayer, 44, 2001, p. 11-32 ; “Historiografía reciente en torno a la revolución ‘Gloriosa’ y al Sexenio democrático”, dans CARO CANCELA, Diego (ed.), La revolución de 1868 en Andalucía, 2018, p. 15-44; et “La Revolución Gloriosa y el Sexenio democrático”, dans RAMÓN SOLANS, Francisco Javier et al (coords.), Haciendo historia, Instituto de Estudios Turolenses, 2020, p. 53-72.

[3] NIETO GARCÍA, Alejandro, La Primera República Española: la Asamblea Nacional, febrero-mayo 1873, Granada, Comares, 2021.

[4] CAPELLÁN Gonzalo (ed.), Dibujar discursos, construir imaginarios, Santander, UniCan, 2022 ; LAFUENTE Eva et OROBON Marie-Angèle (coords.), Hablar a los ojos, Zaragoza, PUZ, 2021.

[5] Voir les publications qui ont suivi ces deux événements scientifiques : LAFUENTE, Eva et OROBON, Marie-Angèle (coords.) Op. cit. ; Trayectorias satíricas, Cahiers de l’ASCIGE, 2021, 2

Places

  • Maison de la Recherche, Université Sorbonne Nouvelle, 4 Rue des Irlandais
    Paris, France (75005)

Event format

Hybrid event (on site and online)


Date(s)

  • Wednesday, March 15, 2023

Keywords

  • première république espagnole, image, circulation, art visuel, histoire culturelle, communication

Contact(s)

  • Cécile Fourrel de Frettes
    courriel : congresorepublicaASCIGE [at] polytechnique [dot] fr

Information source

  • Cécile Fourrel de Frettes
    courriel : congresorepublicaASCIGE [at] polytechnique [dot] fr

To cite this announcement

« La première République en images : genèse, circulation et postérité d’une imagerie politique », Call for papers, Calenda, Published on Thursday, December 22, 2022, https://calenda.org/1041504

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search