HomeLe tourisme et son impact sur l’espace environnant

HomeLe tourisme et son impact sur l’espace environnant

Le tourisme et son impact sur l’espace environnant

السياحة وتأثيرها على المجال المحيط بها

*  *  *

Published on Wednesday, January 11, 2023

Abstract

Pour un grand nombre de pays dans le monde, le tourisme constitue un levier de croissance, dans la mesure où il peut occuper une place de choix dans la structure économique et financière des économies nationales et exercer de ce fait une grande influence sur les autres secteurs de l’économie et de la société. Compte tenu de la diversité, de la complexité et de l’hétérogénéité du tourisme et vu les transformations qu’a connues le monde au cours des dernières décennies et la conjoncture par laquelle passent toutes les économies du globe, en fonction de la pandémie du covid-19 et de la relance du secteur au cours de 2022, une relecture de la réalité touristique s’impose. Ce colloque donne l’occasion d’examiner, entre autres, les effets contradictoires du tourisme sur les espaces environnants.

Announcement

Argumentaire

L’ATERU (Association Tunisienne des Études et Recherches Urbaines), CAREP (Centre Arabe de Recherches et d’Études Politiques) organisent le colloque international « Le tourisme et son impact sur l’espace environnant » du  8 au 12 Novembre 2023

Introduction

Pour un grand nombre de pays dans le monde, le tourisme constitue un levier de croissance, dans la mesure où il peut occuper une place de choix dans la structure économique et financière des économies nationales et exercer de ce fait une grande influence sur les autres secteurs de l’économie et de la société.

Compte tenu de la diversité, de la complexité et de l’hétérogénéité du tourisme et vu les transformations qu’a connues le monde au cours des dernières décennies et la conjoncture par laquelle passent toutes les économies du globe, en fonction de la pandémie du Covid 19 et de la relance du secteur au cours de 2022[1] une relecture de la réalité touristique s’impose.

Il s’agit de faire le point du coté de plusieurs spécialistes (économistes, juristes, urbanistes, géographes, sociologues, historiens etc..) et de saisir le phénomène d’un point de vue pluridisciplinaire.

Ce colloque donne l’occasion d’examiner, entre autres, les effets contradictoires du tourisme sur les espaces environnants (la ville en particulier).

Certains aspects de l’état actuel du tourisme, l’évaluation de ses stratégies d’aménagement et de gestion, passées et futures et la cohérence des actions des divers opérateurs nationaux et internationaux.

Dans ce contexte, les organisateurs de ce colloque invitent des chercheurs de diverses disciplines à contribuer aux activités de la manifestation  et à enrichir la réflexion sur ce sujet, en envoyant leurs projets (communications, posters et vidéos).

  1. Les axes du colloque :
  2. Impacts sur l’espace environnant :
  3. Le tourisme et la ville :

L’urbanisation et l’activité touristique constituent depuis plus d’un siècle deux processus essentiels de développement des sociétés modernes et entretiennent des relations à la fois d’interdépendance et de tensions. « Ces deux processus s’informent réciproquement au sens où l’urbain est fondamentalement à l’œuvre dans le touristique, et le touristique fait émerger de nouvelles formes et normes urbaines » (NAHRATH (S.) & STOCK (M.) 2012)

Toutefois et malgré l’ancienneté de la pratique du tourisme urbain, celui-ci s’est renouvelé d’une manière spectaculaire, depuis les années 1980. Ce renouveau a permis à la ville de régénérer son économie, après la crise économique des années 1970-1980 et d’accroître son attractivité.

« La relation entre la ville et le tourisme va alors exprimer une réalité nouvelle mais complexe. Cette réalité questionne le tourisme urbain dans son aspect conceptuel et dans son apport au processus d’urbanisation. » (BOUALEM, 2007)

Les observateurs visent souvent à montrer la complexité de la relation entre le tourisme et la ville. Le renouveau du tourisme urbain dans les sociétés avancées a eu au moins deux effets importants. D’une part, il a stimulé l’émergence d’une réalité nouvelle et complexe organisée autour des relations entre la ville et le tourisme. D’autre part, cette réalité complexe bouscule la dimension conceptuelle du tourisme et accroît la nécessité d’une réflexion scientifique sur le tourisme.

Aujourd’hui, l’enjeu auquel on fait face est celui de la constitution d’une identité scientifique du tourisme, qui semble prendre un nouveau départ à partir de l’analyse de la réalité induite par le phénomène touristique urbain. Mais un autre défi surgit, celui de voir comment l’approche disciplinaire, qui domine depuis, laissera place à une démarche transdisciplinaire que l’on estime nécessaire (Dewailly, 2006 ; Lozato-Giotard, 2003).

1. Le tourisme rural

Présenté à la fois comme une activité relais, stimulatrice d’économies, soutien des sociétés en difficulté et comme fondement du développement local durable et de diversification économique, le tourisme serait aussi un élément de recomposition des territoires.

En conséquence de l’expansion d’une station touristique, à proximité, les populations rurales sont souvent sensibles à la dévalorisation des quartiers traditionnels environnants et aux multiples dimensions des conflits d’usage qui en découlent.

Par ailleurs, les promoteurs et les prestataires, dans plusieurs pays, s'engagent dans des approches originales du développement touristique sur l'espace rural, qui sont souvent loin de répondre aux objectifs qui lui ont été assignés.

En l'absence de notoriété locale et (ou) de véritables traditions touristiques, l'offre touristique s'exprime souvent dans un cadre administratif rigide, sans réel souci de connaissance de la demande.

« En définitive, le tourisme dépend plus de la qualité des produits et de leur label que des lieux peu connus qui leur servent de support (VITTE, 1998).

2. L’effet du tourisme sur l’espace local et régional

Le tourisme dans un milieu local ou régional devrait, en principe, se concrétiser par la valorisation du cadre naturel et culturel, mais aussi s’insérer dans un espace dynamique où les divers intervenants jouent un rôle considérable.

En effet, dans ce contexte, les divers acteurs du développement, sont en contact permanent, vu que le secteur agit sur la transformation des sites touristiques, avec une contribution évidente à l'économie locale et régionale.

Ce phénomène ne peut pas se limiter aux activités des touristes, par leur simple présence dans une ville ou dans un lieu touristique, « il est important de voir si le lieu atteste une continuité de leur présence, mais également s'il existe une organisation dynamique, de rentabilité de l’offre et de la demande touristique.» (MARIANA-ANDREEA, 2015)

3. Effets contradictoires du tourisme 

Comme toute autre activité, le tourisme est marqué par ses effets, spatiaux, sociaux et surtout économiques, aussi bien positifs que négatifs :

Les effets positifs du tourisme :

  • Un effet d'entraînement sur une grande partie des secteurs économiques dont l’agriculture, le bâtiment, le commerce, les transports, l’artisanat et les communications. 
  • Un effet de relais des innovations, de contact avec les autres peuples, des échanges interculturels, le partage, l’enrichissement, la prise de conscience de différentes logiques, de modes de vie et de niveau de développement différoents. Effet de relais aussi de la liberté de penser ou d’agir de la part des hommes, des femmes et des enfants, de valoriser la nature (la faune, la flore et le paysage) et la culture des autres (l’art culinaire, les religions, les traditions et la relation à la mort…)

Bref, une bonne approche multidisciplinaire de la mondialisation.

Les impacts négatifs du tourisme :

  • Impact du Covid 19 sur le tourisme : Représentant 10% du PIB mondial, le tourisme a été gravement affecté par la pandémie du COVID-19, au point de devenir le secteur le plus touché par la crise sanitaire, ce qui implique des répercussions majeures. Il s'agit sans aucun doute d'un scénario alarmant pour les entreprises liées au tourisme, comme les unités hôtelières, les compagnies de transport aérien et les croisiéristes. Les prévisions pour le secteur sont inquiétantes et les impacts sont complexes.
  • Les autres aspects de fragilité et sensibilité du secteur touristique : dégradation de l’environnement et dangers sur la biodiversité : destruction d’écosystèmes suite à la construction de complexes et à l’urbanisation sur des espaces naturels fragiles ; pollution des sols, des eaux….; surconsommation d’eau; dérangement de la faune et de la flore; 20 % des Gaz à Effet de Serre proviennent des déplacements touristiques.
  • Renforcement des inégalités sociales et dépendance externe: la majorité des revenus ne restent pas dans les pays d’accueil; redistribution de l'argent principalement dans les diverses taxes; emploi de la main d’œuvre locale liée surtout à des postes inférieurs.
  • La plupart des analyses soulignent que « la monoculture touristique » est un risque permanent pour les pays d’accueil. La situation d’une économie où le tourisme devient la seule source (ou la source fondamentale) de revenu est de nature à condamner une population en cas de catastrophe politique ou naturelle. Les pays du printemps Arabe (Tunisie et Egypte) en sont les exemples.
  • Aléas naturels : inondations (Pakistan – 2010), séismes (Caraïbe, novembre 2004 et Haïti - janvier 2010)
  • Conflits et évènements politiques : instabilité (révolutions, soulèvements : Tunisie Egypte 2011-2016 ) ; piraterie (Côte orientale de l’Afrique) ; guerres (1ère guerre du Golfe 1990-1991, 2ème guerre du Golfe 2003- conflit syrien) ; attentats terroristes (Tunisie : Musée du Bardo - mars 2015 et Sousse - juin 2015)
  • Catastrophes aériennes (crash de l’aéronef russe à Sinaï - 3 novembre 2015 et crash Egyptair en Méditerranée - 19 Mai 2016)

4. Portée des aléas touristiques 

  • Compte tenu de l’interdépendance des secteurs économiques, toute crise touchant le tourisme se répercute automatiquement sur les autres secteurs et sous-secteurs : le transport aérien, l’hôtellerie, les agences de voyages, la restauration et les cafés, l’artisanat et les divers services. Par le biais du recul de l’emploi, la rétraction des revenus c’est le secteur social dans sa globalité qui se trouve touché.
  • Perte d’identité et exclusion des habitants locaux de leur modèle de développement : folklorisation; volonté de la population locale d’imiter le touriste et effets de perte des valeurs et des mœurs ; naissance d’un sentiment de jalousie et de profit.

5. Du tourisme classique au tourisme alternatif

La mondialisation du tourisme s’exprime depuis des décennies par les nouvelles frontières d’une pratique, qui a permis la participation croissante au système touristique mondial de populations de plus en plus nombreuses et de plus en plus diversifiées.

Si nous nous limitons à la troisième révolution touristique, qui intéresse la majorité des pays du Tiers monde, le développement d’un tourisme de masse issu des pays industrialisés s’affirme depuis la fin des années 1970.

Si les statistiques de l’OMT soulignent un brutal changement d’échelle, par contre. les études et rapports d’organismes nationaux et internationaux traduisent,  au niveau qualitatif, la détérioration à multiples facettes des territoires d’accueil de l’activité touristique.

C’est dans ces conditions qu’est apparu le concept  du tourisme alternatif.  Le tourisme alternatif englobe de multiples alternatives à l'industrie du tourisme "classique". Ces formes de tourisme ont pour point commun de chercher à limiter l'impact négatif du tourisme sur les régions visitées, leur environnement naturel et culturel et leurs habitants.

L’examen des différentes formes de tourisme alternatif permettra d’estimer la marge de manœuvre dont disposent les opérateurs pour réviser les modèles appliqués jusque là : tourisme durable, écotourisme (ou tourisme vert), tourisme rural (agritourisme ou agrotourisme ou œnotourisme) tourisme responsable, tourisme équitable, tourisme solidaire, tourisme participatif, tourisme social.

On pourra en conséquence traiter des perspectives du tourisme à travers les stratégies de préservation des fondements de l’activité touristique : le littoral, la culture, les modèles architecturaux appliqués dans les espaces touristiques, les sites, les paysages, les eaux, voire même la mobilité touristique et le tourisme local (ou domestique).

En proposant ce colloque nous voudrions également tenter de répondre, entre autres, à ces questions :

  • Est-ce que le tourisme actuel, donne à la communauté autant qu’il ne prenne ?
  • Le tourisme est-il un outil de développement et (ou) d’aménagement des territoires ?
  • Pouvons-nous réviser les stratégies « scandaleuses » des années soixante ?
  • Pouvons-nous mettre fin à la confusion : tourisme et hôtellerie ?
  • Dans quelles mesures les opérateurs nationaux du tourisme peuvent-ils activer la mise en place et la gestion du tourisme alternatif ?

Modalités de contribution

Dates importantes

  • Date du colloque : 8, 9 ; 10, 11 et 12 Novembre 2023
  • Les journées du 8 et 9 Novembre seront consacrées à la présentation des contributions acceptés (communications, Posters et vidéos), celles des 10, 11 et 12 seront consacrées à des sorties focalisées sur le tourisme (le programme et les destinations seront communiqués ultérieurement)
  • Date de diffusion de l’Appel à communication : 5 Janvier 2023
  • Date limite d’envoi des résumés des soumissions: 05 Mars 2023

  • Date des résultats de l’évaluation et information des participants: 14 Avril 2023.
  • Date limite de réception de la contribution finale (Full Paper) : 09 Juillet 2023

Les conditions de participation

Les langues du colloque : Arabe - Français - Anglais. 

  • Remplir le formulaire d’inscription accompagnant l’Appel à communication.
  • Les résumées : Le candidat doit mentionner l’axe choisi ; le texte doit comprendre de 400 à 500 mots, y compris le titre, la problématique, la méthodologie, les idées principales, les mots clefs (cinq au minimum) et une bibliographie succincte. En respectant intégralement les conditions méthodologiques scientifiques, (les notes de bas de page, la liste des sources et bibliographie… Pour plus d’information, voir http://dohainstitute.orgأوhttp://carep.tn)
  • Le papier final (Full Paper) : entre 4000 et 5000 mots
  • Le texte final ainsi que le résumé : En langue arabe, en Sakkal Majalla 14 ; pour les autres langues il doit être en Times New Roman 12, et interligne de 1.5 
  • Originalité de la contribution : Le chercheur s'engage à proposer un article original n'ayant jamais participé à aucune manifestation scientifique auparavant.
  • Adresse de correspondance : les contributions proposées doivent être envoyées à l’adresse email : recherches.urbaines@gmail.com et carep.ateru.colloque.tourisme.2022
  • L’évaluation finale du texte sera définitive pour une publication qui suit l’organisation du Colloque. La publication ne sera envisagée, dans ce cas, que pour les communications dont le résumé et le texte auront été envoyés dans les délais (selon les formats exigés) et ayant fait l'objet d'une présentation effective par l'auteur.

Les conditions matérielles

  • Les organisateurs couvrent les frais de séjour des participants. Dans le cas d’une communication à plusieurs auteurs, c’est le premier cité qui sera le bénéficiaire.
  • Les participants, dont les propositions sont acceptées, sont priés de payer les frais de participation qui seront ultérieurement annoncés.
  • Aucune rétribution ne sera payée contre une contribution faite au colloque.
  • Le Centre (CAREP) et l’association ‘ATERU) détiennent les droits de propriété intellectuelle de toute recherche acceptée
  • Pour toute question : email : recherches.urbaines@gmail.com ou Carep.tn@gmail.com - Tel : (00216) 54418314

Comité d’organisation

  • BELHARETH Taoufik (Coordinateur) - Ecole Normale Supérieur de Tunis - Université de  Tunis, (Tunisie).
  • AYARI Mohamed - ATERU - (Tunisie).
  • AYOUNI Emna  - ATERU - (Tunisie).
  • AZZOUZ Olfa - ENS de Tunis - Université de  Tunis  (Tunisie)
  • BEN AYED Raoudha - ENAU - Université de Carthage (Tunisie).
  • CHERIF Ahmed Kaouthar - AUGT - Tunis (Tunisie) 
  • DIMASSI Rachida  - FSHS - Université de Tunis  (Tunisie).
  • GARIENI Fatma - ATERU - (Tunisie).
  • GUERMAZI Rachid - ATERU - (Tunisie).
  • HABBACHI Khadija – CAREP.Tunis - (Tunisie) 
  • HADDADA Mounir – ISBA de Sousse – Université de Sousse - (Tunisie).
  • HALOUANI Yassine - ISBA de Nabeul - Université de Carthage (Tunisie).
  • HAMMADI Ahmed - FSHS - Université de Tunis  (Tunisie).
  • JABALLAH Asma - ATERU - (Tunisie).
  • KHEDHER Cyrine- Université de Jendouba  (Tunisie).
  • KOUBÂA Yosr  - AUGT - Tunis (Tunisie)
  • Henda Ghribi – CAREP.Tunis - (Tunisie) 

Comité scientifique

Présidents d’honneur de la conférence : Prof. Dr. Mehdi MABROUK, Prof. Dr. Taoufik BELHARETH

  • BENBOUBAKER Habib –FLAH – Université de la Manouba (Tunisie).
  • BOUCHEMAL Salah - Université Larbi Ben M’hidi, Oum Bouaghi (Algérie).
  • BOUKHEMIS Anissa Zeghiche - Université Badji Mokhtar - Annaba (Algérie).
  • BOUKHEMIS Kaddour - Université Badji Mokhtar - Annaba (Algérie).
  • CHERIF Mohamed - FSHS - Université de Tunis  (Tunisie).
  • CHOUIKI Mustapha - Université Hassan II,  Casablanca (Maroc).
  • DEBACHE Samira Benzagouta - Université Constantine 3 - (Algérie).
  • EL FELEH Ramla - ENS de Tunis - Université de Tunis (Tunisie).
  • FEZAI Seddik - ENS de Tunis - Université de Tunis (Tunisie).
  • IBNOUSSINA Moncif - Université Cadi Ayyad – Marrakech (Maroc).
  • KAHLOUN  Hatem  - ISTEUB - Université de Carthage - (Tunisie).
  • KHALFALLAH  Boudjemaa - Université Med Boudiaf Msila Algérie
  • MAACHOU Hadj Mohamed – Université Oran 2 – (Algérie).
  • OTMANE Tayeb – Université Oran 2 – (Algérie).
  • ZERAI Faouzi - FSHS - Université de Tunis  (Tunisie).

Bibliographie sommaire 

BOUALEM (K.)2007 « La ville et le tourisme : relation ancienne, complexité nouvelle et défi conceptuel» In TEOROS Revue de recherche en tourisme - 26-3 | 2007 (Tourisme et solidarité)

MARIANA-ANDREEA (C.) 2015  « Espace local et acteurs du tourisme dans le développement territorial et touristique : Le cas de la région Apuseni, Roumanie Occidentale. » - Géographie. Université d’Angers; ANGE0035ff. fftel01475749f

NAHRATH (S.) & STOCK (M.) 2012 « Urbanité et tourisme : une relation à repenser » In Espaces et sociétés 2012/3 (n° 151), pages 7 à 14

VITTE (P.) 1998 « Tourisme en espace rural : le territoire à l'épreuve » In Revue de géographie alpine, tome 86, n°3, 1998. pp. 69-85;

Note

[1] - D’après le dernier numéro du Baromètre OMT du tourisme mondial, les arrivées de touristes internationaux ont presque triplé de janvier à juillet 2022 (+172 %) par rapport à la même période en 2021. Cela signifie que le secteur a retrouvé près de 60 % de son niveau d’avant la pandémie.  Le ministère tunisien du Tourisme s'attend à recevoir plus de six millions de touristes pour l'année 2022, ce qui dépassera l'objectif de la stratégie fixée pour relancer le tourisme durant la période 2022-2024.

Places

  • 10 rue tanit notredame tunis
    Tunis, Tunisia (1082)

Event attendance modalities

Hybrid event (on site and online)


Date(s)

  • Sunday, March 05, 2023

Keywords

  • tourisme, impact, environnement, espace

Contact(s)

  • henda ghribi
    courriel : henda [dot] carep [at] gmail [dot] com

Reference Urls

Information source

  • henda ghribi
    courriel : henda [dot] carep [at] gmail [dot] com

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Le tourisme et son impact sur l’espace environnant », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, January 11, 2023, https://doi.org/10.58079/1ab3

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search