HomeSerge Bilé : Identité, incarnation et culturalité, perspectives éclectiques

HomeSerge Bilé : Identité, incarnation et culturalité, perspectives éclectiques

*  *  *

Published on Monday, February 13, 2023

Abstract

Faire un colloque en l’honneur de Serge Bilé, c’est rehausser et exalter des valeurs qui demeurent la substantifique moelle du vivre ensemble avec nos différences pour une universalisation et non une occidentalisation du monde comme observé à travers les mutations actuelles. Les contributeurs sont invités à porter leurs réflexions, sur la liste non exhaustive des axes de recherche ci-dessous, en s’appuyant essentiellement sur les œuvres de Serge Bilé qui constituent le corpus d’étude à travers des approches analytiques, comparatistes ou/et thématiques. Les travaux de littérature, l’analyse du discours, l’histoire, les perspectives sociologiques, la géopolitique, les études sur l’identité, le racisme et l’interculturalité, entre autres, seront particulièrement attendus.

Announcement

28, 29 et 30 juin 2023 | Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan, Côte d’Ivoire

Argumentaire

Au moment où nous convenions de rédiger l’argumentaire du Colloque international pluridisciplinaire en hommage anthume à M. Serge Bilé, journaliste, écrivain, compositeur, et producteur ivoiro-français, ce dernier, en date du 10 février 2022, affichait sur sa page Facebook cette profession de foi : 

Beaucoup de celles et ceux qui ont quitté leur pays très jeune pour s’établir ailleurs finissent par croire qu’ils sont au bout du compte le fruit d’une double voire d’une triple culture, à égalité les unes des autres, alors qu’il n’en n’est rien. On a qu’une seule culture, celle de nos origines. Les suivantes s’ajoutent comme des strates à la première mais uniquement pour nous aider à comprendre des mondes qui nous sont différents et à s’y adapter. Je refusais jusqu’ici de le croire. Un choc personnel et un court texte d’une amie m’ont ramené à cette réalité. En fait, quand on arrive comme moi à l’âge de 13 ans en France, on gomme d’abord ses différences pour mieux s’intégrer dans son nouveau pays. Mais, à la trentaine, l’appel des racines se fait entendre d’une manière ou d’une autre. Pour moi, ça a été la rencontre avec les Boni de Guyane, qui m’ont édifié en conservant leurs cultures africaines intactes et en me les révélant dans toute leur grandeur.

Pour d’autres, ça peut être un déclic différent mais aussi puissant. Du coup, on retourne chez soi et on renoue en force avec les siens et les traditions de son enfance. L’auteur haïtien Jacques Roumain (NDLR, 1946 : 30[1]) a bien résumé les choses : « Si l’on est d’un pays, si l’on y est né, comme qui dirait : natif-natal, eh bien, on l’a dans les yeux, la peau, les mains, avec la chevelure de ses arbres, la chair de sa terre, les os de ses pierres, le sang de ses rivières, son ciel, sa saveur, ses hommes et ses femmes : c’est une présence, dans le cœur, ineffaçable, comme une fille qu’on aime : on connaît la source de son regard, le fruit de sa bouche, les collines de ses seins, ses mains qui se défendent et se rendent, ses genoux sans mystères, sa force et sa faiblesse, sa voix et son silence. » 

En définitive, pendant toutes ces années, sans jamais me l’avouer, je n’ai cessé d’agir, de régler mon rapport au temps, à la famille, voire aux conflits, à l’aune africaine. Je n’ai pas été compris et je ne me suis pas compris non plus parce que je n’assumais pas ce décalage. Du coup, je vivais par procuration ailleurs au lieu d’être pleinement ici. Aujourd’hui, le temps a fait son œuvre, les épreuves ont fait le reste, je me réveille à moi-même et je fais mien, tout en embrassant les apports qui m’ont enrichi, je fais mien l’adage de mes ancêtres, avant mon retour au pays natal : « Un morceau de bois peut rester mille ans dans l’eau, il ne deviendra jamais caïman »

L’argumentaire en serait presque clos avec les propos de cet illustre homme de culture qui coïncident dans leur quintessence avec la thématique dudit colloque.  En effet, l’identité renferme - dans sa généralité du point de vue de la sociologie - le rapport entre le collectif et l'individuel, le déterminisme social et la singularité individuelle (M. Pollak, 2000). Elle se manifeste à travers les attitudes langagières, gestuelles, vestimentaires, culinaires qui sont importantes dans le processus de socialisation de l’individu, son appartenance à une communauté donnée (J. Piaget, 1976). Pour renchérir, « L'identité culturelle est ce par quoi se reconnaît une communauté humaine (sociale, politique, régionale, nationale, ethnique, religieuse…) en termes de valeurs, de pensées et d'engagement, de langue et de lieu de vie, de pratiques, de traditions et de croyances, de vécu en commun et de mémoire historique[2]. C’est donc difficile de s’en départir totalement parce qu’elle constitue la matrice de tout individu. De ce fait, l’identité peut être extériorisée ou intériorisée au gré des circonstances (environnement favorable ou hostile). Cependant, il peut arriver qu’on soit dans le déni de son identité. Toutefois, elle finit toujours par resurgir tôt ou tard de façon consciente ou inconsciente (Freud, 1921).

L’ex-Président de la république de Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo pu affirmer, non sans influence vocationnelle ni référence à ses fonctions de chercheur en Histoire, : « L’homme qui marche laisse des traces sur le chemin qu’il parcourt ». Le parcours de Serge Bilé, homme de conviction dévoué et engagé est jonché de traces indélébiles matérialisées par des ouvrages aussi instructifs qu’impressionnants - qui se rejoignent ou s’éloignent à divers points - et sont souvent révélateurs de la personnalité et des aspirations de l’auteur.  Serge Bilé contribue donc à l’édification de l’humanité par ses œuvres qui accroissent notre culture et améliorent notre vision de monde. Ce combat contre l’inculture, nourri certainement d’une proximité très grande avec Césaire, s’il a nécessité près d’une trentaine de productions, a aussi débouché sur un sacerdoce pour la mémoire et la valorisation de l’identité noire.

Pour cet Ivoirien arrivé en France à l'âge de 13 ans et qui vit aujourd’hui en Martinique, le déclenchement de la «vocation» s'est fait lorsqu'il a visité une communauté de Noirs descendants d'esclaves marrons, vivant en Guyane, dans la forêt amazonienne. « Ils s'appelaient les Bonis, dit-il. Et au fin fond de la forêt amazonienne, ils ont gardé leurs traditions africaines malgré les siècles, parfois même mieux qu'en Afrique même. J'ai été très touché par leur histoire et, à partir de là, j'ai commencé à m'intéresser à ces questions sur les Noirs, les Africains et leur diaspora. »[3]

In fine, faire un colloque en l’honneur de Serge Bilé, c’est rehausser et exalter des valeurs qui demeurent la substantifique moelle du vivre ensemble avec nos différences pour une universalisation et non une occidentalisation du monde comme observé à travers les mutations actuelles.

Les contributeurs sont invités à porter leurs réflexions, sur la liste non exhaustive des axes de recherche ci-dessous, en s’appuyant essentiellement sur les œuvres de Serge Bilé qui constituent le corpus d’étude à travers des approches analytiques, comparatistes ou/et thématiques. Les travaux de littérature, l’analyse du discours, l’Histoire, les perspectives sociologiques, la géopolitique, les études sur l’identité, le racisme et l’interculturalité, entre autres, seront particulièrement attendus.

Axes de référence

  1. Identité, mobilité et espaces ;
  2. Incarnation, stéréotypes et clichés ;
  3. Culturalité et universalité ;
  4. Valeurs ancestrales, religions et spiritualité ;
  5. Les clivages (esclavage et racisme) ;
  6. Les biographies ;
  7. Militantisme et engagement ;
  8. Musique : textes et chanson ;
  9. Acculturation et deshumanisation ;
  10. Récit des guerres ;
  11. Littérarité (lyrisme, figuralité, épopée etc.) ;
  12. Serge Bilé avec/contre les autres auteurs (approches polémiques) ;
  13. Mysticisme et mythe dans l’œuvre de Serge Bilé ;
  14. Négritude et Postcolonialisme ;
  15. L’Afrique, la France et les DOM-TOM vus chez Serge Bilé ;
  16. Le monde d’aujourd’hui chez Serge Bilé (époque contemporaine) …

Conférencière invitée

Marie Stoll, PhD, Humboldt State University, California, Etats-Unis, « Serge Bilé et Édouard Glissant : L’identité noire et le Tout-Monde »

Modalités de soumission

Les propositions seront faites sous forme de résumé en français n’excédant pas 700 signes avec les axes de références, les Nom, Prénoms, et coordonnées des (co)auteurs et l’institution de rattachement.

Elles sont à envoyer aux adresses suivantes :

  • colloqueip.sergebile2023@gmail.com
  • jeanclaude.dodo@gmail.com
  • dorgeleshouessou@gmail.com

La date limite de réception est fixée au 30 avril 2023.

Frais de participation 

  • Enseignant-chercheur et chercheur : 50 000 frs CFA (76 euros)
  • Étudiants : 25 000 frs CFA (38 euros)
  • Autres : 60 000 frs CFA  (91 euros)

Langues de communication : français, anglais, espagnol, allemand

Coordinateurs

  • Jean-Claude DODO, Sociolinguistique, Université Félix Houphouët-Boigny
  • Dorgelès HOUESSOU, Stylistique & analyse du discours, Université Alassane Ouattara
  • Paul-Hervé AGOUBLI, Poésie, Université Félix Houphouët-Boigny
  • ALLOU Allou Serge Yannick, Linguistique descriptive, Université Félix Houphouët-Boigny

Comité d’organisation

Membres de l’ONVDP, du CNRPC et de TSANGA

Comité scientifique

  • HAUHOUOT Asseypo, Professeur, Université Félix Houphouët-Boigny, Président de l’ASCAD
  • KOUADIO N’guessan Jérémie, Professeur, Université Félix Houphouët-Boigny, Responsable du Domaine des arts à l’ASCAD (RCI)
  • ABIOLA François Adébayo, Professeur, ex-Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique du Bénin, Université d’Abomey-calavi (BÉNIN)
  • ABOMO-MAURIN Marie-Rose, Professeure HDR, Université de Yaoundé 1& Orléans
  • DADIÉ Djah Célestin, Professeur, Directeur du Département de Lettres Modernes, UAO (RCI)
  • BOA Thiémélé Ramsès, Professeur, UFR SHS, Université Félix Houphouët- Boigny (RCI)
  • ABOA Abia Alain, Professeur, Vice-Doyen, UFR LLC, Université Félix Houphouët- Boigny (RCI)
  • LEZOU KOFFI Aimée Danielle, Professeure, Présidente du R2AD, Université Félix Houphouët-Boigny (RCI)
  • M’BARGA Christian, PhD, Associate Professor, St. Thomas University, Directeur de Chanel Édition (CANADA)
  • TOH BI Emmanuel, Professeur, Université Alassane Ouattara, Directeur du CNRPC (RCI)
  • BOGNY Yapo Joseph, Professeur, Université Félix Houphouët- Boigny (RCI)
  • KOUAME Koia Jean-Martial, Professeur, Université Félix Houphouët- Boigny (RCI)
  • KOSSONOU K. Théodore, Professeur, Université Félix Houphouët- Boigny (RCI)
  • COULIBALY Nanourougo, Professeur, Université Félix Houphouët Boigny (RCI)
  • KOFFI Ehouman René, Maitre de Conférences, Président de l’ONVDP, UAO (RCI)
  • KONAN Kanga Arsène, Maitre de Conférences, Université Alassane Ouattara (RCI)
  • KOUDÉ Roger, Professeur (Hdr), Titulaire de la Chaire Unesco « Mémoire, Cultures et Interculturalité »
  • MAUREL Chloé, Professeure & membre du conseil d'administration de l'Association pour le développement de l'histoire culturelle (ADHC), Université Versailles St-Quentin-en-Yvelines IECI - Institut d'études culturelles et internationales Laboratoire centre d'histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC)
  • GIRAUD Michel, Chercheur en sociologie au CNRS, membre du Centre de Recherche sur les Pouvoirs Locaux dans la Caraïbe (CRPLC) de l’Université des Antilles-Guyane, Campus universitaire de Schœlcher (Martinique).
  • CAHEN Michel, Directeur de recherche 1e classe CNRS émérite Centre de recherches pluridisciplinaires et comparatistes « Les Afriques dans le monde » (LAM) Unité mixte de recherche n° 5115 du CNRS et de l’Institut d’études politiques de Bordeaux
  • ATLAN Catherine, Maîtresse de conférences, Histoire, Université d’Aix-Marseille
  • AWENENGO DALBERTO Séverine, Chargée de Recherche (CNRS)
  • BRISSET-FOUCAULT Florence, Maîtresse de conférence en science politique à l’Université Paris 1 (UFR11)
  • ROBINE Jérémy, Maître de Conférences, Directeur adjoint de l'Institut Français de Géopolitique (IFG)
  • KRA Kouakou Appoh Enoc, Maître de Conférences, UFR LLC Université Félix Houphouët-Boigny (RCI)
  • ASSANVO Amoikon Dyhie, Maître de Conférences, UFR LLC, Université Félix Houphouët-Boigny (RCI)
  • TAPÉ Jean-Martial, Maître de Conférences, UFR LLC, Université Félix Houphouët-Boigny (RCI)
  • HOUESSOU Dorgelès, Maître de Conférences, Université Alassane Ouattara (RCI)

Bibliographie indicative

Ferréol Gilles, Dictionnaire de sociologie : (sous la direction de Gilles Ferréol), Paris, Armand Colin éditeur, 2010 (ISBN 978-2-200-24429-3).

Dortier Jean-François, Les sciences humaines : Panorama des connaissances, Paris, Sciences Humaines Éditions, 1998, 487 p. (ISBN 2-912601-00-2).

Goffman Erving, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Éd. de Minuit, 1975.

Freud Sigmund. (1921), Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1981.

Freud Sigmund (1915), Métapsychologie, Paris, Gallimard, 1940,

Licata Laurent, La théorie de l’identité sociale et la théorie de l’auto-catégorisation : le Soi, le groupe et le changement social « Revue Électronique de Psychologie Sociale »(Archive.org • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), 1, 19-33, 2007.

Lipiansky Edmond Marc, Psychologie de l'identité, Paris, Dunod, 2005.

  1. Mary, « l'identité dédialectisée », Trickster, no 9, Padoue, septembre 2010.

Pollak Michael, « L'Homosexualité masculine : le bonheur dans le ghetto ? », in Philippe Ariès et André Béjin (dir.), Communications 35, Sexualités occidentales, Seuil « points-essais », 1984.

Pollak Michael, L'Expérience concentrationnaire, essai sur le maintien de l'identité sociale, Métailié, 2000.

Sarrasin Nicolas, Qui suis-je ? Redécouvrir son identité, Montréal, Éditions de l'Homme, 2006.

Corpus préférentiel de Serge Bilé

1- Sous-corpus œuvres romanesques

2022, Le miracle oublié : Chronique des apparitions de la Vierge Marie en Martinique, Cercle média.

2021, Marie-Thérèse Kennedy Émoi, Cercle Media.

2021, Marguerite Duplessis : Le combat pour la liberté d'une déportée amérindienne, Cercle Media.

2021, Johnny Hallyday : Répète si t'as des couilles ! Cercle Media.

2020, La France et le blackface : Quand le peuple, le roi et l'empereur se noircissent, Cercle Media.

2020, Dans le jardin secret d’Aimé Césaire, Jasor Eds.

2020, Boni, Cercle média, 202 pages.

2019, Sombres bourreaux : Collabos africains, antillais, guyanais, réunionnais, et noirs américains, dans la Deuxième Guerre mondiale, Kofiba éditions.

2019, Mes années Houphouët, Cercle média.

2019, Le seul passager noir du Titanic, Cercle média.

2019, La Mauresse de Moret : La religieuse au sang bleu, Kofiba éditions.

2018, Yasuke : Le samouraï noir, Owen Publishing.

2017, Les Noirs dans l'Histoire : Clichés et préjugés de l'époque coloniale à nos jours (avec Mathieu Méranville), Eds De L’Archipel.

2016, Noirs dans les camps nazis, Éditions du Rocher, Collections Le Rocher poche.

2016, Esclave et bourreau : L'histoire incroyable de Mathieu Léveillé, esclave de Martinique devenu bourreau au Canada, Le Serpent à Plumes.

2014, Poilus nègres. Soldats créoles et africains en 14-18 (avec Mathieu Méranville), Dagan Éditions.

2013, Singe : Les dangers de la bananisation des esprits (avec Audifac Ignace), Dagan Éditions.

2011, Paroles d'esclavage : les derniers témoignages (avec Daniel Sainte-Rose), Pascal Galode.

2010, Blanchissez-moi tous ces nègres, Pascal Galode, Collection Univers Documents.

2009, Et si Dieu n'aimait pas les Noirs : Enquête sur le racisme aujourd’hui au Vatican (avec Audifac Ignace), Pascal Galode, Collection Univers Documents.

2009, Au secours le prof est noir ! Enquête sur le racisme dans l'éducation nationale (avec Mathieu Méranville), Pascal Galode.

2008, Quand les Noirs avaient des esclaves blancs, Édité par Pascal Galode Saint Malo.

2006, Tiwa et la pierre miroir (avec Joby Bernabé), Monde Global Éditions Nouvelles.

2006, Sur le dos des hippopotames - Une vie de nègre, Calmann-Lévy.

2005, La légende du sexe surdimensionné des Noirs, Serpent A Plumes, Collection Essai/Document.

2- Sous-corpus œuvres musicales

2014. Auteur de la chanson "On n’oublie pas", enregistrée par une vingtaine d’artistes afro antillais pour marquer le dixième anniversaire du crash aérien qui a tué 152 Martiniquais au Venezuela.

2013. Auteur de la chanson "Mon enfant", enregistrée par une vingtaine d’artistes ivoiriens contre le travail des enfants. Commandée par le BIT, elle sera diffusée dans le monde entier.

2010. Auteur de la comédie musicale "1902", autour de l’éruption de la Montagne Pelée, jouée avec succès en Martinique.

2008. Auteur de la comédie musicale "Soweto", sur la vie et le combat de Nelson Mandela. Gros succès pour cette production financée par la Région Martinique. Elle réunit douze-mille spectateurs à Fort-de-France, Pointe-à-Pitre, et au Casino de Paris.

2000. Enregistrement à Fort-de-France et Paris d’une nouvelle version de la chanson "Nouveau Monde", réunissant des élèves martiniquais et une vingtaine d'artistes de renom, à l’instar de Pierre Bachelet, Enrico Macias, Yves Duteil, Nicole Croisille, Manu Dibango, et Jocelyne Béroard. La chanson est reprise dans les écoles, comme un hymne à la tolérance.

1998. Auteur, compositeur, et coproducteur de l'album "Nouveau Monde", qui réunit des artistes africains, antillais, guyanais, et réunionnais, pour marquer le Cent-cinquantenaire de l'abolition de l'esclavage. Le disque obtient 3 Prix SACEM, remis par Charles Aznavour, dont le Prix de la chanson de l'année en Martinique.

1998. Auteur d’une vingtaine de chansons à succès pour les plus grands artistes antillais et africains : Tanya Saint-Val (Un seul être vous manque), Céline Flériag (Je t’aimerai), Jocelyne Béroard et Sam Alpha (Ych mwen koute), Gisèle Baka (Je t’aime), Eric Virgal et Meiway (Lady chérie), Max Ransay (Dame que j’aime), Léa Galva (Sisyphe), Eric Virgal et Charlotte Dipanda (Aimer et se savoir aimé), ou encore Jean-Marie Ragald (Tant qu'il y a de la vie)

3- Sous-corpus films documentaires

2008. Film documentaire "Une journée dans la vie de Marie-Madeleine", consacré à la prostitution des religieuses africaines au Saint-Siège 

2007. Réalisateur du documentaire "Paroles d’esclavage", qui donne la parole à de vieux Martiniquais qui disent l’esclavage, tel que leurs grands parents l’ont vécu et leur ont raconté dans leur enfance.

1996. Réalisateur du documentaire "Maurice, le saint noir", qui raconte la vie du premier saint africain.

1994. Réalisateur du documentaire "Noirs dans les camps nazis", consacré aux déportés africains et antillais, envoyés dans les camps de concentration pendant la Seconde Guerre mondiale.

1993. Réalisateur du documentaire « Les Boni de Guyane».

Notes

[1] Jacques Roumain, Gouverneur de la rosée

[2]https://www.grainesdepaix.org/fr/ressources/dictionnaire/identite_culturelle#:~:text=L'identit%C3%A9%20culturelle%20est%20ce,commun%20et%20de%20m%C3%A9moire%20historique.

[3] Caroline Montpetit, "Peuples noirs et esclaves blancs", Le Devoir, 11 février 2008

https://www.ledevoir.com/lire/175673/l-entrevue-peuples-noirs-et-esclaves-blancs

Places

  • Abidjan, Côte d'Ivoire (99326)

Event attendance modalities

Hybrid event (on site and online)


Date(s)

  • Sunday, April 30, 2023

Keywords

  • colloque, Serge Bilé, identité, incarnation, culturalité

Contact(s)

  • Dorgelès HOUESSOU
    courriel : dorgeleshouessou [at] yahoo [dot] fr
  • Jean-Claude Dodo
    courriel : jeanclaude [dot] dodo [at] gmail [dot] com

Information source

  • Jean-Claude Dodo
    courriel : jeanclaude [dot] dodo [at] gmail [dot] com

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Serge Bilé : Identité, incarnation et culturalité, perspectives éclectiques », Call for papers, Calenda, Published on Monday, February 13, 2023, https://doi.org/10.58079/1aja

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search