StartseiteDéconstruire, un geste écologique ?

StartseiteDéconstruire, un geste écologique ?

Déconstruire, un geste écologique ?

Collège international de philosophie

*  *  *

Veröffentlicht am Mittwoch, 01. März 2023

Zusammenfassung

Aussi nécessaires soient-elles, les déconstructions contemporaines des hiérarchies modernes (culture / nature, etc.) ne sont pas adéquates à la singularité de notre situation écologique : telle est l’hypothèse qui porte ce séminaire. Nous l’éprouverons en questionnant, d’abord, les affinités importantes entre la pensée écologique et ces déconstructions. Déconstructions et pensée écologique : si ce couple pose néanmoins problème, c’est qu’il repose sur des ressorts qui structurent le capitalisme contemporain. Répondre à l’exigence écologique requiert dès lors la découverte d’un indéconstructible : désignerait-il une dimension commune affranchie à la fois de la figure (capitaliste) du réseau et de celle de la communauté ?

Inserat

Présentation

Aussi nécessaires soient-elles, les déconstructions contemporaines des hiérarchies modernes (culture/nature, etc.) ou de la philosophie occidentale elle-même ne sont pas adéquates à la singularité de notre situation écologique : telle est l’hypothèse qui porte ce séminaire.

Nous l’éprouverons en questionnant, d’abord, les affinités importantes entre la pensée écologique (au sens de D. Bourg & A. Fragnière) et ces déconstructions, que celles-ci procèdent d’un travail empirique (P. Descola) ou d’un geste plus philosophique, directement positionné (J.-B. Callicott) ou non (Derrida, F. Laruelle) du côté de l’écologie. Remise en cause de l’anthropocentrisme, critique des pouvoirs de la technique, mais aussi et surtout disqualification des hiérarchies (homme/animal, sujet/objet, etc.) qui les soutiennent : ces déconstructions paraissent en effet nécessaires à la pensée écologique pour que, loin de revenir à un essentialisme (de la Nature, de la Vie ou de l’Homme), elle acquière la radicalité adéquate.

Déconstructions & pensée écologique : si ce couple pose néanmoins problème, c’est qu’il semble reposer sur le primat de ressorts – une puissance de (sur)vie, une dynamique relationnelle ou événementielle – qui structurent également le (bio-)capitalisme contemporain. N’est-ce pas cette convergence étonnante des déconstructions, de la pensée écologique et du néo-capitalisme qu’atteste exemplairement la manière dont tous paraissent constituer le commun depuis la figure du réseau ou encore de l’agencement (au sens de Deleuze & Guattari) ? Répondre à l’exigence écologique requiert dès lors la découverte d’un indéconstructible déjouant l’espace de pensée contemporain dont cette convergence elle-même procède. Cet indéconstructible désignerait-il l’impuissance d’une terre sauvage (F. Neyrat) ? Une dimension communesimple plutôt que radicale – affranchie à la fois de la figure du réseau et de celle de la communauté ?

Programme

Jeudi 9 mars

salle Dubuisson

  • H. Choplin, Université de technologie de Compiègne, CIPh : Problématiser les déconstructions contemporaines ou « refuser ce que nous sommes ».

Discutant : Sacha Aksin

Jeudi 6 avril

salle Dubuisson 

  • Xavier Guchet, Université de technologie de Compiègne : De la puissance au soin, quelle philosophie de la technique ?

Discutant : Victor Petit, Université de technologie de Troyes

Jeudi 13 avril

salle Barthès

  • Dominique Bourg, Université de Lausanne : Paradigme, philosophie et déconstructions.

Discutants : Frédéric Worms, Ecole Normale Supérieure, Paris & Igor Krtolica, Université de Picardie Jules Verne, CIPh

Jeudi 11 mai

salle Dubuisson

  • Igor Krtolica, Université de Picardie Jules Verne, CIPh : La Terre comme in(dé)constructible : philosophie de la nature et philosophie politique chez Deleuze et Guattari.

Discutant : Frédéric Neyrat, Université de Madison-Wisconsin

Jeudi 25 mai

salle Barthès

  • Jérôme Lèbre, CGPE – Lycée Louis-le-Grand, Paris : Déconstruction du nucléaire.

Discutant : Valentin Husson, Université de Strasbourg

Jeudi 15 juin

salle Quarante

Table-ronde : Quel in(dé)constructible ?

  • Frédéric Monferrand, Université Paris 1 ;
  • Frédéric Neyrat, Université de Madison-Wisconsin ;
  • Jean-Baptiste Vuillerod, Université de Namur ;
  • H. Choplin, Université de technologie de Compiègne, CIPh   

Informations pratiques

UTC Paris

Adresse : 62 Boulevard de Sébastopol 75003 Paris - RER lignes A B C D : station Châtelet Les Halles sortie Pierre Lescot Métro ligne 4 : station Etienne Marcel ou Réaumur Sébastopol

Tél : 03 44 23 88 91

Kategorien

Orte

  • 62 Boulevard de Sébastopol
    Paris, Frankreich (75003)

Veranstaltungsformat

Hybridveranstaltung


Daten

  • Donnerstag, 09. März 2023
  • Donnerstag, 06. April 2023
  • Donnerstag, 13. April 2023
  • Donnerstag, 11. Mai 2023
  • Donnerstag, 25. Mai 2023
  • Donnerstag, 15. Juni 2023

Schlüsselwörter

  • déconstruction, pensée écologique, commun, capitalisme contemporain, technique, réseau

Kontakt

  • Hugues Choplin
    courriel : hugues [dot] choplin [at] utc [dot] fr

Informationsquelle

  • Hugues Choplin
    courriel : hugues [dot] choplin [at] utc [dot] fr

Lizenz

CC0-1.0 Diese Anzeige wird unter den Bedingungen der Creative Commons CC0 1.0 Universell .

Zitierhinweise

« Déconstruire, un geste écologique ? », Seminar, Calenda, Veröffentlicht am Mittwoch, 01. März 2023, https://doi.org/10.58079/1ao1

Beitrag archivieren

  • Google Agenda
  • iCal
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search