HomeEngagement citoyen en lieux de vie informels

HomeEngagement citoyen en lieux de vie informels

Engagement citoyen en lieux de vie informels

Bourse postdoctorale de la Fondation Croix-Rouge française 2023

*  *  *

Published on Wednesday, April 26, 2023

Abstract

Initiative dédiée à la recherche dans les champs de l’action humanitaire et de l’action sociale, la Fondation Croix-Rouge française porte la volonté de la Croix-Rouge française de s’engager dans un effort d’analyse des fragilités et des réponses des acteurs, d’anticipation des besoins des populations vulnérables en France, en Afrique et au Moyen-Orient, et d’accompagnement de nouveaux modèles opérationnels. À ce titre, la Fondation Croix-Rouge française conduit depuis 2020 et avec le soutien de la Croix-Rouge française le programme « bénévo’Lab », qui propose à tous les bénévoles et salariés de la Croix-Rouge française de bénéficier d'un soutien technique et scientifique pour répondre à des questions ou difficultés opérationnelles rencontrées lors des missions Croix-Rouge.

Announcement

Thématique

A l’instar d’autres associations, la Croix-Rouge française (CRf) vient régulièrement en aide aux personnes installées dans des lieux de vie informels. C’est notamment le cas à Lyon où, en collaboration avec des acteurs institutionnels et associatifs[1], la Croix-Rouge du Rhône (69) a mis en place le « Dispositif d’intervention en campements informels » (DICI).

Créé en 2020 lors de la crise du Covid-19, ce dispositif intervient chaque semaine auprès des personnes exilées présentes sur les campements de la métropole lyonnaise. Composé d'une équipe de 3 salariés, il a vocation à « aller-vers » les personnes exilées et se déploie sur les camps et autres lieux de (sur)vie pour apporter son soutien aux personnes en errance à Lyon, Villeurbanne, Vaulx en Vélin.

Les interventions s’articulent autour de trois grands axes : répondre aux besoins de base des populations (nourriture[2], hygiène[3], orientation vers les vestiboutiques pour le textile, travail en lien avec l’hôpital et avec d’autres acteurs, comme Médecins du Monde, pour les questions de santé) ; contribuer à l’amélioration de leurs conditions de vie[4] ; et enfin proposer un accompagnement social[5] pour faire le lien avec les services de droit commun (information, orientation, accompagnement physique si nécessaire, présence d’une assistante sociale, etc.). A travers ses différentes missions, le dispositif ICI vise à réduire la vulnérabilité des personnes vivant dans des lieux de vie informels en les accompagnant vers des solutions plus pérennes, conformes à leurs projets de vie en répondant à trois objectifs spécifiques : répondre aux besoins urgents de base des personnes migrantes sur leur lieu de vie ; contribuer à l’amélioration des conditions de vie dans l’attente d’une solution digne et pérenne ; et enfin accompagner les habitants dans l’accès aux dispositifs de droit commun, à des hébergements et à des opportunités d’insertion leur permettant d’en finir avec leur situation de grande exclusion[6].

A l’occasion de leurs interventions sur le terrain, les bénévoles et salariés de la CRf rencontrent régulièrement des personnes engagées auprès des exilés et exerçant de nouvelles formes de bénévolat, individuellement ou dans des collectifs citoyens. La survie des migrants au sein des camps[7][8] mobilise en effet une pluralité d’acteurs aux logiques distinctes : des représentants de l’État aux grandes ONG internationales, des associations prestataires de services publics aux petites associations locales, des collectifs militants aux bénévoles indépendants...

On les nomme parfois « bénévoles », parfois « volontaires », « soutiens » ou encore « citoyens ordinaires ». Ils sont de nouveaux acteurs non professionnalisés qui, un jour, ont choisi de se saisir de l’impératif humanitaire. Ils peuvent être militants ou au contraire avoir investi la cause des migrants tandis qu’ils n’étaient pas connectés aux sphères militantes et qu’ils avaient peu conscience des effets des politiques migratoires et des réalités de la demande d’asile en France. Des travaux récents se sont intéressés aux reconfigurations[9] des solidarités au sein des camps, en pointant notamment les tensions politiques traversant les associations traditionnelles de l’aide aux migrants[10] ainsi que leur mode d’absorption de ressources bénévoles qui s’internationalisent[11]. Mais, à l’exception notable des études de Madeleine Trépanier[12] et de Marjorie Gerbier-Aublanc à Calais[13], ces écrits n’examinent pas les logiques de ces nouvelles solidarités.

L’examen des principes organisationnels soutenant les actions de ces collectifs citoyens dévoile toute leur ingéniosité. A partir des nouvelles technologies de l’information et de la communication, ils encouragent une mobilisation « à la carte » des individus et recréent, de proche en proche, des réseaux de solidarité à l’échelle de la ville[14]. Des modes de coordination souples et improvisés, un recrutement peu sélectif et une (in)formation sur le tas, une mobilisation flexible et un turn-over important caractérisent leur mode de fonctionnement.[15] S’appuyant sur ces modalités inédites de mobilisation, et à partir de faibles ressources, ces citoyens ordinaires réalisent un travail inestimable tourné vers la recherche de solutions pratiques aux besoins vitaux et socio-administratifs des migrants.

Néanmoins, malgré l’ampleur de la générosité citoyenne déployée sur ces terrains, ce type de mobilisation comporte un certain nombre de limites et de risques. La pérennisation de ces initiatives pose question, d’abord en raison de l’instrumentalisation étatique de la générosité des citoyens et de leur stigmatisation tandis que les frontières entre aide humanitaire et acte politique sont floues sur ce terrain. Des tensions entre réponses humanitaires et actions de plaidoyer politique traversent les collectifs militants historiques mobilisés dans la cause des migrants[16]. Aussi, cette mobilisation implique parfois la redéfinition des frontières de la vie ordinaire des citoyens et les expose à des risques d’épuisement, sans compter les risques judiciaires. Enfin, transférer l’aide aux migrants à des citoyens ne détenant pas toujours les compétences nécessaires interroge l’éthique de l’humanitaire[17].

Quoi qu’il en soit, l’irruption de ces nouveaux acteurs dans le jeu humanitaire pose question, car elle soutient une déprofessionnalisation de l’action et renouvelle ainsi le débat entre engagement et professionnalisation humanitaire[18]. L’une des mutations majeures de l’humanitaire sur un tel terrain est certainement la porosité de ses frontières entre aide humanitaire professionnalisée, action gouvernementale et militantisme politique[19]. Cela laisse entrevoir une dynamique d’hybridation du fait humanitaire : des acteurs, des principes et des répertoires d’action, qui articulent les temps de la vie ordinaire et les réponses humanitaires ; des règles logistiques et morales d’intervention sur le terrain associés à une organisation flexible « à la carte » et « au clic » ; des principes de solidarité, d’urgence, de création de lien social, de revendication politique qui convergent et entrent en dialogue au sein d’espaces physiques et virtuels.[20]

Par ailleurs, l’intervention des différents types d’acteurs (ONG, associations locales, collectifs citoyens, services publics) au sein des camps se superposent rarement. La pluralisation des acteurs de l’aide révèle donc non seulement une division du travail d’aide aux migrants mais également les lacunes du système existant : l’intervention exclusive des services publics et des ONG ne suffit pas à assurer la survie biologique et sociale des migrants. C’est ainsi qu’associations et collectifs citoyens improvisent dans l’urgence et à partir de ressources précaires des réponses à une multitude de besoins non satisfaits. Tout cela plaide pour une meilleure collaboration entre ces différents types d’acteurs.

Objectifs de l’appel

Les mobilisations citoyennes dans l’aide aux migrants ne sont pas un phénomène nouveau[21]. Cependant, depuis 2015, le renouvellement et l’ampleur[22] de ces solidarités en France méritent une attention particulière, car l’irruption de ces nouveaux acteurs dans le jeu humanitaire – indépendants, regroupés en collectifs ou affiliés à des associations –, qui interviennent aux interstices de l’action humanitaire institutionnalisée et des services publics, interroge et renouvelle le débat entre engagement et professionnalisation humanitaire[23].

Afin d’alimenter la compréhension des nouvelles solidarités citoyennes envers les migrants et de renouveler les réflexions sur les mutations du monde humanitaire, cet appel invite à examiner les logiques de la mobilisation de ces citoyens ordinaires, les potentialités et les limites des initiatives qu’ils déploient. Leur positionnement aux interstices de l’(in)action publique et de l’aide humanitaire spécialisée révèle certains des enjeux posés par la rencontre entre acteurs pluriels au sein des camps de migrants. Par une approche ethnographique, les candidats sont encouragés à mettre en lumière les logiques pratiques et éthiques ainsi que les tensions qui sous-tendent l’implication et l’action de ces citoyens.

Les candidats sont aussi encouragés à éclairer certains des enjeux de la rencontre entre acteurs pluriels dans les camps de migrants en France, où l’accueil et le soutien aux migrants reposent sur une matrice d’acteurs publics et privés, humanitaires et citoyens, dont les niveaux d’intervention s’interpénètrent et qui sont appelés à interagir. Mieux connaitre ces nouvelles formes de solidarité permettrait de mieux articuler l’action de chacun.

  • Quelle place occupent aujourd’hui ces structures citoyennes dans l’aide aux personnes vivant en lieux de vie informels ?
  • Quels sont leurs moyens, besoins, modes de fonctionnement ?
  • Quels sont les ressorts de l’engagement de leurs membres ?
  • Comment coordonner l'action des associations avec celle des collectifs déjà présents dans certains lieux de vie informels, au bénéfice des personnes accompagnées ?

Zone géographique de recherche

La recherche aura lieu en France. Une partie du travail de terrain devra avoir lieu dans la région lyonnaise, où le dispositif d'intervention en campements informels (ICI) de la Croix-Rouge française est mis en œuvre.

Conditions de candidature

Le financement accordé par cet appel de la Fondation Croix-Rouge française a pour objectif de couvrir le coût d’une recherche dans le cadre d’un projet individuel.

Seules les personnes rassemblant les conditions suivantes peuvent candidater :

  • être titulaire d’un doctorat (doctorat français, PhD ou doctorat étranger de niveau équivalent) dans le champ des sciences humaines et sociales (en particulier en sociologie, anthropologie, ethnologie, démographie, géographie, science politique, économie, histoire, philosophie, psychologie, relations internationales, santé publique, sciences de l’environnement, etc.) ;
  • justifier une disponibilité minimum de 6 mois durant l’année consacrée à la recherche ;
  • contribuer à faire avancer la recherche sur les thèmes ou zones géographiques prédéfinies par la Fondation ou avoir des publications dans d’autres domaines démontrant des capacités à mener des recherches de qualité.

Les futurs docteurs sont autorisés à candidater à la condition de fournir une attestation de l'école doctorale certifiant que la soutenance aura lieu avant le 30 juin 2023.

Il n’existe pas de condition de nationalité.

Les projets présentant une approche pluridisciplinaire sont vivement encouragés.

D’une manière générale, les candidats doivent :

  • présenter leur projet de recherche en langue française ;
  • être présentés par un établissement de recherche ou académique ;
  • motiver la candidature (intérêt de la recherche envisagée) ;
  • prendre connaissance des conditions d’attribution et des modalités d’utilisation des financements alloués par la Fondation telles que définies dans ce document ;
  • candidater conformément aux paragraphes détaillés ci-après avant le 21 mai 2023 à minuit (heure de Paris).

La Fondation Croix-Rouge française soutient les chercheurs réfugiés, qu’ils soient francophones ou non, et dans le cadre de dispositifs d’accueil tels que le programme PAUSE. La lettre de soutien du responsable de chaque organisme de recherche impliqué dans le projet (voir « Formulaire de candidature » plus loin) doit mentionner dans ce cas l’engagement du laboratoire d’accueil du chercheur réfugié à l’aider à soumettre les rapports d’avancement ainsi que les livrables finaux attendus dans le cadre de la recherche en français.

Dépôt de candidature

La gestion des candidatures est assurée par la Fondation, au moyen d’une plateforme en ligne accessible sur son site (www.fondation-croix-rouge.fr). Après la création de son compte, le candidat accède à son espace personnel depuis lequel il peut postuler aux différentes bourses de recherche proposées puis suivre l’évolution de sa/ses candidature/s.

Le candidat renseigne un formulaire de saisie constitué de blocs d’informations relatives à son profil (formation, parcours et situation professionnelle) et son projet (intitulé, revue de littérature, objectifs, problématique, enjeux et intérêts scientifiques et sociaux, méthodologie envisagée, calendrier, etc.), jusque dans l’évaluation des risques sécuritaires qui y sont associés, et joint les pièces suivantes :

  1. un CV actualisé détaillant son parcours universitaire et professionnel ;
  2. la copie du diplôme de doctorat certifiée conforme et visée par l’école doctorale ou, pour les futurs docteurs, une attestation de l'école doctorale certifiant que la soutenance aura lieu avant le 30 juin 2023 ;
  3. une lettre de motivation ;
  4. un justificatif de domicile ;
  5. un chronogramme ;
  6. une copie du rapport de soutenance de thèse ;
  7. une lettre de soutien du responsable de chaque organisme de recherche impliqué dans le projet ;
  8. un formulaire d’autoévaluation des risques éthiques liés au projet de recherche ;
  9. une lettre de référence (optionnel) ;

Les candidatures en ligne s’ouvriront du 3 avril 2023 au 21 mai 2023 à minuit (heure de Paris).

À cette date aucune pièce complémentaire aux dossiers ne sera acceptée. Tout dossier incomplet entrainera le rejet automatique de la candidature.

Si toutes les informations ont été renseignées (champs obligatoires saisis), le candidat peut valider sa candidature et ainsi soumettre son dossier à évaluation, dont il sera tenu informé des résultats.

Processus d’évaluation et de sélection

Les dossiers de candidature sont évalués par des membres du Conseil d’administration (CA), du Conseil scientifique (CS), des experts associés, des lauréats des Prix de recherche honorifiques et l’équipe de la Fondation. Sur la base de ces différentes évaluations, un comité de sélection, incluant des représentants du partenaire de l’appel, établit une proposition de sélection soumise à la gouvernance de la Fondation, qui procède enfin à la sélection finale. Les résultats sont communiqués par mail à tous les candidats au lendemain de cette sélection, soit le 6 juillet 2023.

Modalités du soutien financier

Dans le cadre de cet appel, la Fondation offrira à chaque lauréat :

  • une bourse de recherche individuelle de 18 000 euros ;
  • la possibilité de solliciter une participation aux frais d’assurance liés au terrain (pour un montant maximum de 500 euros).

De plus la Fondation propose un accompagnement et les avantages suivants :

  • un suivi scientifique et un tutorat personnalisés ;
  • un accompagnement dans la valorisation des résultats de la recherche :
    • traduction en anglais, publication sur le site de la Fondation et diffusion de l’article scientifique et du numéro de la série « Pratiques & Humanités » (sous réserve du respect des consignes de rédaction)
    • soutien pour publier dans des revues d’excellence et la revue Alternatives Humanitaires
    • participation aux « Rencontres de la Fondation » ou à d’autres événements de valorisation internationaux
    • création d’un espace dédié à la recherche conduite sur le site de la Fondation
  • un abonnement d’un an à la revue Alternatives Humanitaires.

Au-delà de ces services et de la bourse qu'elle leur attribue, la Fondation n'apporte aux lauréats aucun soutien financier ni logistique. Chaque lauréat est seul responsable de la gestion de sa logistique et de ses conditions matérielles de travail.

La Fondation procède au versement de la bourse en 4 fois : 3 versements de 5 000 euros, dont le premier intervient au démarrage de la recherche, et un solde de 3 000 euros à la remise des livrables finaux.

Sur la base de leur appréciation du projet de recherche et de l’auto-évaluation des risques éthiques liés à ce projet et fournie par le candidat, les évaluateurs se prononcent sur la nécessité ou non de soumettre le projet de recherche à un comité d’éthique. Dans le cas où ils se prononcent en faveur d’une telle démarche, le Conseil d’administration de la Fondation attribuera la bourse de recherche sous réserve d’obtention d’un avis favorable d’un comité d’éthique par le lauréat. La recherche ainsi que le versement de la bourse ne débuteront pas, jusqu’à obtention de cet avis favorable. Dans le cas contraire où les évaluateurs ne concluent pas à la nécessité de soumettre le projet de recherche à l’avis d’un comité d’éthique, la recherche ainsi que le versement de la bourse pourront débuter à la date indiquée dans l’appel. Toutefois, la Fondation encourage vivement le lauréat à soumettre son projet à l’avis d’un comité d’éthique, et il rendra compte à la Fondation du résultat de ses démarches dans son 1er rapport d’étape.

Le versement de la première tranche du financement est conditionné par la confirmation par le lauréat à la Fondation par tout moyen écrit du début de ses travaux. Tout retard au-delà de la date indiquée dans l’appel ou, le cas échéant, de la date d’obtention de l’avis favorable d’un comité d’éthique, doit être justifié et entraine un délai du premier versement jusqu'à obtention de cette confirmation. Tout retard dans le début des travaux de recherche, l'envoi des rapports intermédiaires ou livrables finaux, ou bien tout changement dans la conduite de la recherche qui par son caractère injustifié ou son ampleur remet en cause sa faisabilité dans les délais et formes (problématique, méthodologie, etc.) prévus par le projet initial soumis lors de la candidature du lauréat entrainera l'annulation du financement.

L'attribution de la seconde et troisième tranche du financement dépend de la volonté expresse réaffirmée du lauréat à poursuivre son travail par l'envoi des deux rapports d'étape selon les dates prévues par le calendrier scientifique de la Fondation. Le lauréat doit informer la Fondation, dans les meilleurs délais, de tout arrêt prématuré de ses recherches. Ainsi, à défaut de réaffirmer sa volonté expresse de poursuivre son travail dans les conditions prévues ci-avant en envoyant les deux rapports d’étape aux dates convenues, il sera mis fin au versement du financement, la Fondation se réservant le droit de demander le remboursement de tout ou partie de la bourse d’ores et déjà versée.

Au cas où, dans l’intervalle séparant l’attribution du financement du début des travaux de recherche, un/des événement(s) imprévisible(s) susceptible(s) par leur gravité de modifier le contexte de travail surviendrai(en)t dans le ou les pays de recherche pressenti(s), la Fondation se réserve le droit de suspendre à tout moment le financement. La décision de suspension tiendra compte des différents paramètres (dont l’avis du Ministère des Affaires Etrangères du pays de résidence, le maintien ou le retrait dans le pays de recherche d’ONG transnationales, du CICR, d’agences de l’ONU).

Obligations

  • Tout chercheur sélectionné s’engage à respecter les présentes obligations, à signer la charte et la convention d’attribution de financement de la Fondation.
  • Le lauréat s’engage à respecter les lois et règlements en vigueur au sein du ou des pays de recherche, notamment en ce qui concerne ses entrées et sorties sur le territoire, et à souscrire aux assurances de responsabilité civile, de couverture médicale/rapatriement en cas de déplacement à l’étranger et à toute cotisation sociale obligatoire en vigueur dans le pays de résidence.
  • Le lauréat s'engage à respecter le calendrier scientifique de la Fondation concernant les échéances d'envoi des rapports d'étape et livrables finaux. Il lui sera proposé de présenter ses travaux oralement, dans le cadre d’une journée d’étude organisée par la Fondation.
  • Si des articles ou ouvrages étaient publiés par le lauréat à partir de ce travail, mention serait faite de leur financement ou cofinancement par la Fondation Croix-Rouge française et ses partenaires. Réciproquement, si les travaux réalisés par le lauréat étaient diffusés ou utilisés par la Fondation ou ses partenaires, ce à quoi le lauréat consent par avance, mention serait faite des références de l’auteur(e) qui reste propriétaire de son travail.
  • Le lauréat s’engage à faire part à la Fondation de toute éventuelle situation de conflit d’intérêts.
  • Il est entendu que les propos et opinions exprimés par le lauréat dans des articles ou ouvrages tirés de ce travail n'engagent que le lauréat et ne reflètent pas nécessairement ceux de la Fondation Croix-Rouge française ou ses partenaires.

Calendrier

  • 3 avril 2023 Lancement de l’appel à candidatures
  • 21 mai 2023 Clôture des candidatures à minuit (heure de Paris)
  • 22 mai – 11 juin 2023  Évaluation des candidatures
  • 5 juillet 2023  Sélection par le Conseil d’administration de la Fondation
  • 6 juillet 2023  Annonce des résultats par mail à tous les candidats
  • Juillet – août 2023  Signature par le lauréat de la charte et de la convention d’attribution du financement
  • 1er septembre 2023   Début de la recherche
  • 1er septembre 2024 Fin de la recherche

Notes

[1] Le dispositif d’intervention en campements informels associe notamment la Croix-Rouge française, la ville de Villeurbanne, la Métropole de Lyon et l’Eau du Grand Lyon.

[2] Cela comprend une distribution de colis alimentaires secs et hygiène par mois sur 7 lieux de vie informels, ainsi qu’une distribution de colis alimentaires et hygiène d’urgence lors des sorties « accueil, écoute et orientation ».

[3] Sur certains sites, l’une des actions importantes à réaliser pour l’amélioration des conditions de vie est avant tout d’installer des points d’eau, des sanitaires et des toilettes.

[4] Cela comprend notamment la distribution des produits d’hygiène, la mise en place des points d’eau, la médiation et sensibilisation à l’hygiène et à la santé, l’accès aux douches à travers un camion douche (2 sorties par semaine), une initiation aux premiers secours, ainsi que la sensibilisation à la vaccination et vaccination.

[5] Cela comprend un déploiement des activités de soutien psychosocial à travers la médiation artistique auprès des personnes vivant dans un squat à Feyzin (adultes et enfants), du soutien scolaire et des cours de français en lien avec le service FLE de la DT69 auprès des jeunes vivant dans les squats à Feyzin et à la Croix Rousse, ou encore un dispositif mobile d’Accueil Ecoute Orientation tous les mardis qui va à la rencontre des personnes vivant en squats/bidonvilles/campements.

[6] Dans le cadre de ces interventions, la Croix-Rouge française est amenée à orienter les habitants vers des dispositifs allant de la mise à l’abri d’urgence à l’accès à un logement autonome. Le « Service social 69 », animé uniquement par des salariés de la Croix-Rouge française, procède notamment à une évaluation sociale permettant de déterminer une orientation qui doit répondre au plus juste aux besoins identifiés.

[7] Sara Prestianni. Calais, Patras, Subotica. In Michel Agier (dir.). Un monde de camps. Paris : La Découverte, 2014, p. 326‑339 ; Philippe Wannesson. Une Europe des jungles. Plein droit, 2015, vol. 104, no 1, p. 18‑21.

[8] Babels, De Lesbos à Calais: comment lEurope fabrique des camps. Paris : Le Passager Clandestin, 2017.

[9] Y. Bouagga, M. Pette. L’aide aux migrants à Calais. In Observatoire de France Volontaires. La Cartographie 2017 des engagements volontaires et solidaires à l’international. 2017, p. 23‑28.

[10] Mathilde Pette. Venir en aide aux migrants dans le Calaisis : Entre action associative locale et crise migratoire internationale. Savoir/Agir, 2016, vol. 36, no 2, p. 47 ; Mathilde Pette, Les associations dans l’impasse humanitaire?. Plein droit, 2015, no 1, p. 22–26.

[11] Y. Bouagga, M. Pette. L’aide aux migrants à Calais. In Observatoire de France Volontaires. La Cartographie 2017 des engagements volontaires et solidaires à l’international. 2017, p. 23‑28.

[12] Madeleine Trépanier. Les Britanniques à Calais : La solidarité européenne à l’échelle locale dans une ville-frontière. Multitudes, 2016, vol. 64, no 3.

[13] Marjorie GERBIER-AUBLANC, « L’improvisation humanitaire : potentialités et limites des solidarités citoyennes dans les camps de migrants à Calais et à Paris », Fondation Croix-Rouge française, Les Papiers de la Fondation, n°15, Mai 2018, 31p.

[14] Ibid.

[15] Ibid.

[16] M. Pette. Les associations dans l’impasse humanitaire ?. Plein droit, 2015, no 1, p. 22–26.

[17] Jean-François Mattéi. L’Humanitaire à l’épreuve de l’éthique. Paris : Les Liens Qui Libèrent, 2014 ; Jean-François Mattéi. Renouveler la pensée humanitaire par une approche éthique. Revue internationale et stratégique, 2015, no 2, p. 129–137 ; Michael Schloms. Le dilemme inévitable de l’action humanitaire. Cultures et Conflits, 2005, no 60, p. 85‑102.

[18] P. Dauvin et J. Siméant. Le travail humanitaire : les acteurs des ONG du siège au terrain. Paris : Presses de sciences po, 2002.

[19] M. Bessone. Le vocabulaire de l’hospitalité est-il républicain ? Ethique publique, 2015, vol. 17, no 1.

[20] Marjorie GERBIER-AUBLANC, « L’improvisation humanitaire : potentialités et limites des solidarités citoyennes dans les camps de migrants à Calais et à Paris », Fondation Croix-Rouge française, Les Papiers de la Fondation, n°15, Mai 2018, 31p.

[21] Mathilde Pette. S’engager pour les étrangers: les associations et les militants de la cause des étrangers dans le Nord de la France. Thèse de doctorat en sociologie. Lille : Université Lille 1, 2012 ; Johanna Siméant. La cause des sans-papiers. Paris : Presses de Sciences po. 1998 ; Haydée Sabéran. Ceux qui passent. Paris : Carnets nord, 2012 ; Henri Courau, Ethnologie de la Forme-camp de Sangatte: de l’exception à la régulation. Paris : Archives contemporaines, 2007.

[22] Yasmine Bouagga et Mathilde Pette. L’aide aux migrants à Calais. In La Cartographie 2017 des engagements volontaires et solidaires à l’international. Observatoire de France Volontaires, 2017, p. 23‑28 ; Madeleine Trépanier, Les Britanniques à Calais: La solidarité européenne à l’échelle locale dans une ville-frontière. Multitudes, 2016, vol. 64, no 3, p. 82 ; Babels, De Lesbos à Calais: comment lEurope fabrique des camps, op. cit. La médiatisation de la mort aux frontières de l’Europe, notamment incarnée par la circulation de la photographie du petit Aylan Kurdi ainsi que de la « new jungle » de Calais et des campements de rue parisiens a donné une autre dimension à ces mobilisations citoyennes.

[23] Une littérature abondante s’intéresse depuis quelques années aux mutations du monde humanitaire. Parmi les diverses approches employées, une perspective croisant sociologie de l’engagement et du monde professionnel décrypte les tensions inhérentes à la professionnalisation du monde humanitaire au prisme des trajectoires individuelles et de l’expérience des acteurs de terrain. Voir notamment : Pascal Dauvin et Johanna Siméant. Le travail humanitaire : les acteurs des ONG du siège au terrain. Paris : Presses de sciences po, 2002 ; Ludovic Joxe. Médecins Sans Frontières : to be professional or not to be ?. Journées d’études « Ethnologie des professionnels de l’international », Lyon (France), 2017.

Subjects


Date(s)

  • Sunday, May 21, 2023

Keywords

  • santé, soins, sans-abrisme, migrant

Contact(s)

  • Vincent Leger
    courriel : vincent [dot] leger [at] fondation-croix-rouge [dot] fr

Information source

  • Quynh Nga Phung
    courriel : quynh-nga [dot] phung [at] fondation-croix-rouge [dot] fr

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Engagement citoyen en lieux de vie informels », Scholarship, prize and job offer, Calenda, Published on Wednesday, April 26, 2023, https://calenda.org/1067626

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search