HomeLes lieux de l’histoire : prisme local et échelles d’observation à l’époque moderne

HomeLes lieux de l’histoire : prisme local et échelles d’observation à l’époque moderne

*  *  *

Published on Thursday, May 25, 2023

Abstract

À l’heure où l’histoire globale jouit d’une forte visibilité universitaire et médiatique, ce colloque de l’Association des historiens modernistes des universités françaises (AHMUF) entend interroger la place du local dans les travaux récents des historiens, indépendamment de l’aire géographique et du champ disciplinaire qui les occupent. Une réflexion sur la traduction et la projection spatiales des phénomènes et sur les notions de « lieu », d’« espace » et de « territoire » pourra apporter des éléments de discussion féconds.

Announcement

Argumentaire

À l’heure où l’histoire globale jouit d’une forte visibilité universitaire et médiatique, le colloque entend interroger la place du local dans les travaux récents des historiens, indépendamment de l’aire géographique et du champ disciplinaire qui les occupent. 

Dans le cadre d’une réflexion épistémologique, la question d’un prisme local renvoie tout d’abord à la rupture introduite par l’école italienne dans les années 1970-1980. La microhistoire, inspirée notamment des travaux fondateurs de Carlo Ginzburg et Giovanni Levi, a mis en lumière des processus sociaux uniquement perceptibles à l’échelle locale. La densité et la dispersion des sources italiennes ont ainsi offert le terreau de démarches nouvelles, empiriques, fondées notamment sur l’examen intensif des interactions sociales et la restitution des réseaux de relations entre individus. Cette perspective s’éloignait à dessein du déterminisme structural et permettait de sortir de l’étude de cas à valeur d’exemple, en expérimentant des jeux d’échelles.

Qu’ils se reconnaissent ou non comme les héritiers de la microstoria, comment les historiens construisent-ils aujourd’hui leur objet par un prisme local ? Sous le néologisme « glocal », certains praticiens de l’histoire globale et connectée se sont eux-mêmes emparés de la question, en mettant en avant l’opération historiographique visant à délimiter des scènes relativement circonscrites d’interactions à large rayon. Toute histoire étant par définition située, comment définir des contextes pertinents d’analyse, pouvant nécessiter le recours à plusieurs échelles ? Et en corollaire, comment construire un périmètre d’observation adéquat, susceptible d’impliquer plusieurs « lieux » qu’il s’agit alors d’articuler ? 

Cette réflexion sur les « lieux » de l’histoire se veut donc une invitation à pénétrer dans la fabrique d’objets forgés dans les questionnements qui travaillent actuellement les champs historiographiques les plus variés. On pourra dès lors se demander comment le prisme local permet de penser la singularité, quelle est sa force heuristique propre et quels types de comparaison ou quelles formes de généralisation il autorise. Une réflexion sur la traduction et la projection spatiales des phénomènes et sur les notions de « lieu », d’« espace » et de « territoire » pourra apporter des éléments de discussion féconds. On s’interrogera également sur le rapport de l’espace au temps et sur le rapport aux sources : dans quelles conditions s’opère la délimitation d’un corpus sous cette focale ? Après le « tournant archivistique », l’intérêt renouvelé pour les logiques d’archivages et les pratiques de l’écrit a-t-il modifié les pratiques historiennes ? Enfin, quelles relations de voisinage les historiens privilégiant un prisme local entretiennent-ils avec les sciences sociales (sociologie pragmatique, anthropologie, etc.) et les disciplines qui agissent dans le même périmètre (archéologie, histoire de l’art, littérature, etc.) ? 

Modalités de contribution

Les propositions de communication (500 mots) sont à envoyées, accompagnées d’un court CV, à bulletin.ahmuf@gmail.com

avant le 15 juin 2023.

Les propositions seront examinées par le Bureau ainsi que le comité scientifique du Bulletin de l’AHMUF. 

Comité d’organisation

  • Thierry Amalou (Université d’Artois)
  • Céline Borello (Le Mans Université)
  • Véronique Castagnet-Lars (Université Toulouse Jean Jaurès)
  • Camille Desenclos (Université de Picardie Jules-Verne)
  • Matthieu Gellard (Sorbonne Université)
  • Éric Hassler (Université de Strasbourg)
  • Héloïse Hermant (Université Côte d’Azur)
  • Nicolas Le Roux (Sorbonne Université)

Comité scientifique

  • Pierre-Yves Beaurepaire (Université Côte d’Azur)
  • Isaure Boitel (Université de Picardie Jules-Verne)
  • Isabelle Brian (Université de Lorraine)
  • Mathieu Grenet (Institut national universitaire Champollion)
  • Marie-Laure Legay (Université de Lille)
  • Caroline Le Mao (Université de Bordeaux)
  • Anne de Mathan (Université de Caen Normandie)
  • Olivier Poncet (École nationale des chartes)
  • Géraud Poumarède (Université de Bordeaux)
  • Pierre-Jean Souriac (Université Jean Moulin Lyon 3à
  • Paul Vo-Ha (Université Paris-1 Panthéon Sorbonne)
  • Hélène Vu Thanh (Université de Bretagne Sud)

Places

  • Paris, France (75)

Event attendance modalities

Hybrid event (on site and online)


Date(s)

  • Thursday, June 15, 2023

Keywords

  • histoire moderne, micro-histoire, histoire locale, histoire globale, historiographie, épistémologie

Contact(s)

  • Céline Borello
    courriel : ahmuf [dot] association [at] gmail [dot] com

Reference Urls

Information source

  • Association des historiens modernistes des universités françaises AHMUF
    courriel : bulletin [dot] ahmuf [at] gmail [dot] com

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Les lieux de l’histoire : prisme local et échelles d’observation à l’époque moderne », Call for papers, Calenda, Published on Thursday, May 25, 2023, https://doi.org/10.58079/1b7y

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search