HomeScènes de la vie future à l’épreuve du présent. Actualité d’une critique de la civilisation industrielle

HomeScènes de la vie future à l’épreuve du présent. Actualité d’une critique de la civilisation industrielle

*  *  *

Published on Monday, March 18, 2024

Abstract

Les Cahiers de l’abbaye de Créteil lance un appel à contributions pour son prochain numéro thématique (Volume 43), à paraître en janvier 2025. Consacré à l’étude réactualisée de l’œuvre de Georges Duhamel intitulée Scènes de la vie future (1930), il doit permettre d'interroger la modernité d'un récit en étroite interdépendance avec son siècle, ainsi que son aptitude à éclairer notre présent. L’opposition séculaire entre l’Homme et la Machine fait-elle toujours sens aujourd’hui ? Les vues duhaméliennes sur l’« automate » font-elles écho à notre rapport actuel aux robots dont le mimétisme humain est de plus en plus saisissant ? Quelles sont les circulations éthiques, philosophiques et culturelles qui irriguent la pérennité et la modernité de Scènes de la vie future? Quels sont au contraire ses éléments fanés, en raison de leur anachronisme ? Une réception renouvelée et actuelle de cette œuvre serait-elle féconde et possible ?

Announcement

Argumentaire

Après la Première Guerre mondiale, Georges Duhamel s’inquiète, à l’instar d’Henri Bergson, d’une matérialisation de l’esprit qui se substituerait à la spiritualisation de la matière. Cette crainte est à l’origine d’une lutte nouvelle entre la liberté et la fatalité : liberté d’un esprit affranchi de ses amarres temporelles, fatalité d’une technique qui s’autonomise et s’étend.

La « crise de civilisation » détectée par de nombreux intellectuels dans l’entre-deux-guerres est le fruit de ce combat, de cet élan instinctif de l’être contre ses carcans périssables. Se mêle à cette réaction une peur viscérale et irrationnelle de déchoir en tant que peuple uni dans une communauté de culture. Par leurs effets de standardisation et d’uniformisation, les instruments nés de l’intelligence scientifique apparaissent comme les agents insidieux d’une colonisation aux modalités inédites. La « taylorisation » américaine est l’un des visages de cette menace culturelle, dénoncée par certains intellectuels, niée par d’autres. À la fin des années Vingt et au début des années Trente, de nombreux écrits sur l’Amérique traduisent la méfiance d’une partie des clercs envers le triomphe du matérialisme qui règnerait aux États-Unis.

À l’automne 1928, par touches anxieuses et incisives, Georges Duhamel déroule ainsi ses Scènes de la vie future, fruit de ses observations lors de son voyage aux États-Unis. En humaniste et en moraliste, il y juge « un système de civilisation » contraire à la nature humaine. Il compare ainsi l’« américanisme » à une pathologie invisible et contagieuse, délétère pour l’Humanité. Robert Aron et Arnaud Dandieu lui feront ensuite écho en posant le diagnostic de « cancer américain » ( Robert Aron, Arnaud Dandieu, Le cancer américain, Paris, Éd. Rieder, 1931). Plus soucieux de l’avenir moral de la France que de son enrichissement à courte vue, Duhamel s’attache à peindre le système américain comme une projection menaçante de ce qui adviendra pour l’être humain lorsque le rationalisme à outrance triomphera.

Véritable gangrène morale, le modèle économique, social et politique américain tendrait à dissoudre ce qu’il y a d’humain dans l’homme. Le réquisitoire de Duhamel repose majoritairement sur ce qu’il a vu à Chicago ainsi que sur les causes génétiques de la crise financière de 1929. Avant de rejoindre New-York, l’écrivain est en effet invité à visiter les usines de la ville, et notamment ses abattoirs. Ce spectacle de mise à mort industrialisée le convainc de la domination sans partage de la civilisation temporelle, dont les assises reposeraient sur la dé-moralisation du peuple américain. Avec la mine, l’aciérie et l’usine à papier, l’abattoir apparaît comme un fondement de la dictature industrielle de la technique. Ce type particulier d’usine le marque profondément en raison des réminiscences de la guerre qu’il suscite.

Les Scènes de la vie future, publiées en 1930, nous en apprennent moins sur son auteur que sur l’époque pour laquelle il témoigne. Les pamphlets de Duhamel contre les différentes facettes de l’américanisme sont prévisibles pour qui suit l’œuvre du chantre de la « civilisation morale ». Sa peinture au vitriol de l’Amérique s’inscrit dans la continuité d’une réflexion humaniste née de l’expérience de la Première Guerre. Elle marque définitivement l’orientation intellectuelle amorcée au cœur des « colloques singuliers » menés par le médecin avec les blessés des ambulances 9/3 et 16. Animé du désir de témoigner et d’agir, Duhamel a saisi les lignes de force de son époque et les a révélées à ses contemporains. Il en a laissé sourdre les contradictions et les tensions, nées de la confrontation de l’Homme à la modernité inhumaine qu’il a engendrée. Ultimatum adressé à l’Occident, sommé de résister aux mirages du rationalisme capitaliste, l’ouvrage de Duhamel suscite un immense retentissement, en France et à l’étranger. À tel point que l’Académie française lui décerne un prix exceptionnel en juin 1930. Ce plébiscite à large spectre des Scènes de la vie future nourrit l’espoir de Duhamel en la viabilité possible de la « civilisation morale », dont la Première Guerre mondiale a constitué le limon fertile.

À l’heure où les formes d’intelligence artificielle bouleversent jusqu’à la nature même de la conscience humaine, et alors qu’une crise environnementale appelle une société de « sobriété », il est opportun de s’interroger sur les aspects prophétiques d’une œuvre qui interroge notre actualité malgré l’interdépendance avec son siècle. L’opposition séculaire entre l’Homme et la Machine fait-elle toujours sens aujourd’hui ? Les vues duhaméliennes sur l’« automate » font-elles écho à notre rapport actuel aux robots dont le mimétisme humain est de plus en plus saisissant ? Quelles sont les circulations éthiques, philosophiques et culturelles qui irriguent la pérennité et la modernité de Scènes de la vie future ? Quels sont au contraire ses éléments fanés, en raison de leur anachronisme ? Une réception renouvelée et actuelle de cette œuvre serait-elle féconde et possible ?

Les contributions attendues doivent permettre d’explorer ces différents axes, en entremêlant savamment les temporalités et les disciplines (littérature, philosophie, histoire des sciences, sociologie, pour ne citer qu’elles).

Modalités de soumission

Date limite d’envoi des propositions de contributions : 30 juin 2023

Les propositions de contribution prendront la forme d’un résumé d’environ 500 mots, accompagné d’une biographie et d’une bibliographie succinctes. Elles seront envoyées au secrétariat général des Amis de Georges Duhamel et de l’Abbaye de Créteil, à l’adresse suivante : secretaireamisduhamelabbaye@gmail.com

Échéancier

  • Date limite d’envoi des propositions de contributions : 30 juin 2023
  • 30 juillet 2023 : date de réponse aux candidatures
  • 15 octobre 2023 : date limite de réception des articles
  • Fin février 2024 : parution du Cahier 42

Comité de sélection

  • Pauline Breton-Chauvet, Docteure en histoire contemporaine, membre du comité de rédaction des Cahiers de l’Association des Amis de Georges Duhamel et de l’Abbaye de Créteil
  • Nicolas Duhamel, Président de l’Association des Amis de Georges Duhamel et de l’Abbaye de Créteil
  • Catherine Postal, Secrétaire générale de l’Association des Amis de Georges Duhamel et de l’Abbaye de Créteil

Date(s)

  • Friday, June 30, 2023

Keywords

  • littérature, américanisme, civilisation industrielle, civilisation morale, XXe siècle, XXIe siècle, crise financière de 1929, modernité, taylorisme, société de consommation, individualisme

Contact(s)

  • Pauline Breton-Chauvet
    courriel : secretaireamisduhamelabbaye [at] gmail [dot] com

Information source

  • Pauline Breton-Chauvet
    courriel : secretaireamisduhamelabbaye [at] gmail [dot] com

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Scènes de la vie future à l’épreuve du présent. Actualité d’une critique de la civilisation industrielle », Call for papers, Calenda, Published on Monday, March 18, 2024, https://doi.org/10.58079/w15p

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search