HomeTransformations sociétales en Afrique et en Haïti : action publique, participation citoyenne et représentations culturelles

HomeTransformations sociétales en Afrique et en Haïti : action publique, participation citoyenne et représentations culturelles

*  *  *

Published on Friday, June 02, 2023

Abstract

Pour 2023, les membres de la chaire Défis partagés du développement : savoir, comprendre, agir ont conjointement décidé de consacrer leur cinquième événement international annuel à la problématique « Transformations sociétales en Afrique et en Haïti : action publique, participation citoyenne et représentations culturelles » portant une attention particulière à l’élaboration des politiques publiques et leurs mises en œuvre en regard des attentes et aspirations de la société, sur les formes, y compris nouvelles, de participation des citoyen·ne·s et sur l’importance des représentations sociales et culturelles dans l’analyse du changement social.

Announcement

Présentation

La Chaire UNESCO Défis partagés du développement : savoir, comprendre, agir organise la cinquième édition de sa Journée d’étude internationale annuelle, précédée de deux journées d’ateliers Jeunes chercheurs. L’objectif de cette chaire est de poser les bases d’un réseau international des institutions de formation et de recherche qui, par le monde, aide à préparer les générations de demain à relever les défis scientifiques de la mondialisation et du développement durable. La chaire regroupe :

  • l’Institut d’études du développement de la Sorbonne (IEDES) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – France (porteur de la Chaire)
  • le Centre d’Etudes de la Coopération Internationale et du Développement (CECID) de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) – Belgique
  • l’Institut Supérieur des Sciences de la Population (ISSP) de l’Université Joseph Ki-Zerbo – Burkina Faso
  • l’École de développement international et mondialisation (EDIM) et École supérieure d’affaires publiques et internationales (ESAPI) de l’Université d’Ottawa – Canada
  • l’Ecole nationale supérieure de statistique et d’économie appliquée (ENSEA) – Côte d’Ivoire ;
  • l’Université Général Lansana Conté (GLC-SC) de Sonfonia – Guinée-Conakry
  • la Faculté des sciences administratives et politiques (FSAP) de l’Université des sciences juridiques et politiques de Bamako – Mali
  • la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Ain Chock (FLSHAC) de l’Université Hassan II de Casablanca - Maroc
  • la Faculté des sciences économiques et de gestion (FASEG) et la Faculté des Sciences de l’Homme et de la société (FSHS) de l’Université de Lomé – Togo

Pour 2023, les membres de la Chaire ont conjointement décidé de consacrer leur événement international annuel aux transformations sociétales en Afrique et en Haïti : action publique, participation citoyenne et représentations culturelles.

Cet événement se tiendra à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Ain Chock de Casablanca les mercredi 7, jeudi 8 et vendredi 9 juin 2023. La journée du vendredi 9 juin constituera un événement de restitution sur le format standard international des travaux les plus aboutis des doctorant·e·s ayant participé aux deux journées d’ateliers de formation à la recherche la précédant, aux côtés de chercheur·e·s confirmé·e·s.

La problématique explorée portera sur les transformations et changements sociétaux en Afrique et en Haïti avec une attention portée à l’élaboration des politiques publiques et leurs mises en œuvre en regard des attentes et aspirations de la société, sur les formes – y compris nouvelles, de participation des citoyen·ne·s et sur l’importance des représentations sociales et culturelles dans l’analyse du changement social.

Les travaux doctoraux retenus pour participer aux Ateliers Jeunes chercheurs s’attacheront à éclairer, sur des terrains du continent africain ou haïtien, les interactions entre processus de transformations socio-économiques d’une part, réponses ou non apportées aux demandes sociales d’autre part et pluralités des sources d’inspirations démocratiques à différentes échelles.

L'objectif de ces ateliers est double : méthodologique et théorique/conceptuel. Ils sont conçus comme étape préliminaire aux restitutions formelles de la Journée du vendredi 9 juin et visent à asseoir et à actualiser les bases d’un réseau international de jeunes chercheur·e·s.

Programme

Mercredi 7 juin

8h30 –9h00 Accueil

9h00 – 11h00 Mots de bienvenue et présentation des ateliers

Introduction en plénière par les membres du COPIL: Comment un même sujet est-il abordé par différentes disciplines : les bases d'une démarche interdisciplinaire

11h30 – 13h00 Atelier en plénière : Comment publier ? Avec Dr. J. Cuvi

13h00 – 14h00 Pause Déjeuner

14h – 15h30 

  • Groupe 1 : Comment communiquer notre recherche au-delà de l’académie ?avec Dr. S. Baranyi, Dr. M. Keita-Diop, Dr. A. Sogodogo
  • Groupe 2 : Intégration de l’approche genre et de l'intersectionnalité dans les travaux de recherche, avec Dr. G. Gillot et Dr. R. Nadifi

16h00 –17h30

  • Groupe 1 : Faire social : retour d'expériences associatives et universitaires,avec Dr. S. Benbelli et Dr. J. Khalil
  • Groupe 2 : Atelier Système d'information géographique (SIG) et cartographie des données populations à partir de données et logiciel (qgis) libre,avec Dr. K. Naimi et Dr. B. Toulouse

Jeudi 8 juin

8h30 – 9h00 Accueil et bilan de la journée du mercredi

9h00 – 11h00

  • Groupe 1 : Atelier Système d'information géographique (SIG) et cartographie des données populations à partir de données et logiciel (qgis) libre,avec avec Dr. K. Naimi et Dr. B. Toulouse
  • Groupe 2 : Atelier Comment mobiliser les données chiffrées dans les    travaux ? avec Dr. K. Marazyan, Dr. A. Briand, Dr. R. Fassassi                               

11h30 –13h00

  • Groupe 1 : Atelier Intégration de l’approche genre et de l’intersectionnalité dans les travaux de recherche, avec Dr. S. Taouki, Dr. M. Wayack-Pambè
  • Groupe 2 : divisé en 2 : Les représentations sociales dans les médias : Emissions radiophoniques et séries télévisées, avec Dr. H. Aassouli, Dr. M. Boulaarassi, Dr. H. Habibi, Dr. A. Saidi

13h00 – 14h00 Pause Déjeuner

14h00 – 15h30 Suivi / relecture individualisé·edes travaux des jeunes chercheur·e·s

16h00 – 17h00 Atelier en plénière sur le processus de publication avec Dr. N. Hubert

17h00 Mot de clôture et visite culturelle

Vendredi 9 juin

8h30 Accueil

9h00 Ouverture protocolaire : M. Hassane Boutakka, Doyen de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Aïn Chock, Université Hassan II de Casablanca.

9h30 – 9h50 Introduction de Dr. Jamal Khalil.

Activation et désactivation de l’observation du monde social : cas du Maroc

9h50-11h20 1re table-ronde en plénière 

Action sociale, conflits et participation numérique en Afriquede l’Ouest. Co-présidences | Dr. A. Sogodogo et Dr M. Wayack-Pambè

  • Othniel Bahi Go : Production sérielle en Côte d’Ivoire :du « gombo » à l’émergence d’un outil de développement social.
  • Mahamoud Diaby : Regard anthropologique sur la violence en bandes organisées en milieu urbain ivoirien : Cas des jeunes en conflit avec la loi dans la commune d'Abobo (Abidjan).
  • Khaoula Stiti : Quel rôle pour le numérique participatif dans la réponse aux enjeux de la patrimonialisation ?

11h50-13h30 2e table-ronde en plénière 

Dynamiques de genre et revendications citoyennes.Co-présidences | Dr. G. Gillot et Dr. M. Keita-Diop

  • Hind, Sabour El Alaoui : L’égalité du genre dans le milieu éducatif marocain.
  • Salsabil Fakkar : Genre, pouvoir et relations sociales au Maroc : quelle articulation ?
  • Ahmadou Mamoudou : Au-delà des frontières interdites : la percée des handballeuses de Maga de l’Extrême-Nord du Cameroun.
  • Adiba Naoua : Radicalisation jihadiste de femmes marocaines : étude de cas.

13h30 – 14h30 Pause Déjeuner

14h30 – 15h40

Présentation 1 : Dr. Saadia Taouki. Co-présidences | Dr. E.Kola et Dr. D. Masson La littérature comme subversion de la réalité plurielle : le cas de la littérature féminine comme déconstruction du système patriarcal dans le contexte marocain.

Résumé : En explorant des thèmes tels que l'identité, le genre et le pouvoir, la littérature peut susciter une réflexion et un dialogue critique sur les enjeux sociétaux. Notre intervention souligne la capacité de la littérature à proposer des perspectives alternatives, permettant ainsi de repenser les structures sociales et les discours dominants. En nous focalisant sur la littérature féminine marocaine, il est question d’étudier la manière dont celle-ci peut œuvrer à la déconstruction des normes patriarcales

Présentation 2 : Dr. Stephen Baranyi. Co-présidences | Dr. K. Marazyan et R. Fassassi Le plaidoyer des personnes en situation de handicap pour l'ODD 16+ : leviers de changement et/ou gouttes dans un seau néolibéral.

Résumé : L'Agenda 2030 a suscité l'enthousiasme mais aussi d'intenses débats. Les optimistes perçoivent les objectifs de développement durable (ODD) comme des leviers d’un effort mondial visant à ‘ne laisser personne de côté. Les pessimistes craignent que les ODD alignent les politiques de développement sur un projet néolibéral. Cet article explore les débats entre ces visions, en examinant la logique qui sous-tend le plaidoyer des organisations de personnes en situation de handicap (OPH) en faveur des ODD. Il triangule l'analyse de leur activisme au niveau mondial, au Canada et en Haïti. S'appuyant sur un cadre théorique institutionnaliste critique et intersectionnel, il conclut que si le positionnement stratégique des OPH transnationales pour les ODD est compréhensible et contribue modestement à leurs luttes dans des contextes favorables comme celui du Canada, il est peu probable qu'il le fasse dans des contextes très contraignants comme celui d’Haït

16h10 – 17h20

Présentation 3: Youdeline Joseph Cherizard. Co-présidences | Dr  J.Cuvi  et Dr A. Tamim Contrôler les armes légères en Haïti, un défi insurmontable pour l’action publique ?

Résumé : L’action publique de contrôle des armes à feu en Haïti mobilise un ensemble d’exigences insérées dans un corpus normatif et règlementaire, qui ambitionne de réguler les conditions d’achat, de détention et de port des armes à feu par les civils. Pourtant, en dépit de la mise en œuvre de ces mécanismes de contrôle, un vaste marché d’armes et de munitions illicites fonctionne en toute quiétude sur le territoire et contribue à alimenter une insécurité généralisée, qui affecte fortement le quotidien de toute la population. Cette étude cherche ainsi à mettre en lumière, les éléments qui sont en sous bassement de l’échec répété des tentatives de régulation des armes à feu en Haïti.

Présentation 4 : Dr. Nicolas Hubert. Co-présidences | Dr. B. Briand et Dr. B.Toulouse Insurrection d’octobre 2014 au Burkina Faso : constructions et mobilisations d’un mouvement populaire.

Résumé : Cette recherche analyse le narratif entourant les insurrections populaires de 2014 au Burkina Faso et la manière dont les mobilisations se sont construites. Elle revient pour cela sur les stratégies de sensibilisation et de mobilisation mises en œuvre par les militant.es et activistes issues de la société civile et des mouvements citoyens, puis aborde les modalités de participation et d’action des citoyen.nes ordinaires en amont et durant les mobilisations d’octobre 2014. En conclusion, cette recherche effectuera une ouverture sur la perception du gouvernement démocratiquement élu de Roch Kaboré, sur la déception post insurrectionnelle des personnes s’étant mobilisée en 2014 et sur les volontés marquées de changement politique quelques mois avant le coup d’État ayant renversé le gouvernement du président élu de Roch Marc Kaboré.

17h20-17h50 Mot de clôture. Dr. R. Nadifi et Dr. A. Le Naëlou.

Présentation des ateliers

Comment publier ?

  • A l’heure du « publier ou périr », cet atelier a pour objet d’aider les doctorant-e-s à avancer vers une publication dans une revue à comité de lecture. Il s’adresse en particulier à des chercheur-e-s qui envisagent de soumettre un premier article, quel que soit le degré d’avancement de celui-ci (simple idée, plan détaillé, rédaction presque terminée, etc.). Nous passerons en revue les ingrédients essentiels d’un article scientifique et les différentes étapes du processus de publication, du choix de la revue jusqu’à la réponse aux commentaires des relecteurs.

Comment communiquer notre recherche au-delà de l'académie?

  • En plus de ses mérites scientifiques, la recherche est souvent évaluée sur la base de sa pertinence pour les parties prenantes (les décideurs politiques, les associations, les autorités communautaires et/ou les institutions internationales). Comment peut-on concevoir notre recherche pour augmenter les possibilités qu'elle soit écoutée et/ou lue par ces publics ? Comment peut-on leur présenter nos résultats de façon intéressante ? Après une introduction à des considérations de base, nous nous diviserons en groupes. Chaque groupe concevra un bref plan de communication ainsi que les grandes lignes d'un produit (par ex. un « policybrief » ou une émission de radio).

Intégration de l’approche genre et de l'intersectionnalité dans les travaux de recherche

  • Montrer l’intérêt d’engager toute recherche menée, dans une réflexion qui intègre tout au long du cycle de recherche, le genre et l’intersectionnalité, outils d’analyse qui permettent de comprendre des inégalités systémiques (de sexe, de race, de classe etc.). L’évaluation des incidences pour les femmes et les hommes assure la fiabilité de l’étude, la validité des résultats et la représentation des réalités sociales.

Faire social : retour d'expériences associatives et universitaires

  • Faire de la recherche scientifique ou faire social. Est-il possible de faire les deux ? C’est la question posée dans cet atelier. Il s’agit de sensibiliser lesdoctorants à la différence. C'est un travail sur les outils et les modalités du fonctionnement du mode d’existence scientifique et de celui du social.

SIG et cartographie des données population à partir de données et logiciel (qgis) libres

  • Basé sur des cas pratiques, l’atelier permet d’obtenir rapidement des résultats cartographiques fiables et intégrables rapidement dans des travaux de recherche : apprentissage de la “géomatique-data visualisation” en se familiarisant avec les grandes fonctions des SIG (manipulation des données, requêtes, mise en page, etc.), puis, abordera les notions de création de données et de bases de données géographiques.

Comment mobiliser les données chiffrées dans les travaux ?

  • Cet atelier interactif a vocation à se questionner sur la manière de documenter l'insécurité foncière (habitation, terre) des femmes en Afrique. L'idée est de combiner éléments ethnographiques et données quanti (données d'enquête nationale). Aprèsla formation qgis, il s’agira de montrer comment les indices d'insécurités foncières se distribuent dans l'espace. Plus fondamentalement l'idée est d'illustrer comment une problématique d'intérêt pour des socio-anthropologues, polistes, démographes, peut être mise en contexte avec un cadre plus général et quantitatif

Les représentations sociales dans les médias :Emissions radiophoniques et séries télévisées

  • Les interventions et les échanges auront comme objectifs de comprendre, d’examiner, et d’interroger le rôle des médias dans la construction des représentations et, des croyances des individus et dans l’instauration de l’égalité, de la diversité, et des droits humains au sein de la société.

Contacts

  • Rajaa NADIFI, UH2C, r.nadifi@gmail.com, +212661242740
  • Saadia TAOUKI, UH2C,  saadiataouki@gmail.com, +212661097436
  • Hind AASSOULI, UH2C, hind.aassouli@gmail.com, +212611323326

Intervenant-e-s

  • Hind Aassouli, Professeure Assistant à Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Ain Chock de l’Université Hassan II de Casablanca, Maroc
  • Mouhcine Amraoui Saidi, Professeur Habilité à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Ain Chock de l’Université Hassan II de Casablanca, Maroc
  • Stephen Baranyi, Professeur agrégé à l’École de développement international et mondialisation (EDIM), Université d’Ottawa, Canada
  • Sanaa Benbelli, professeure Assistant à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Ain Chock de l’Université Hassan II de Casablanca, Maroc
  • Mounia Boulaarassi, Post-doctorante à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Ain Chock de l’Université Hassan II de Casablanca, Maroc
  • Anne Briand, Maitresse de conférences en économie du développement, Université de Rouen Normandie, directrice de l’Unité de Recherche, le LASTA (Laboratoire d’Analyse des Sociétés, Transformations et Adaptations), Rouen, France
  • Jacinto Cuvi, Directeur du Centre d’étude de la coopération internationale et du développement (CECID), Enseignant-chercheur en socio-économie et sociologie politique à l’Université libre de Bruxelles (ULB), Belgique
  • Raïmi Fassassi, Enseignant-chercheur en économie à l’École nationale supérieure de statistique et d’économie appliquée (ENSEA), Abidjan, Côte d’Ivoire
  • Gaëlle Gillot, Maitresse de conférences en géographie à l’Institut d'études du développement de la Sorbonne (IEDES) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, chercheure à l’UMR Développement et sociétés (Paris 1 – IRD) et chercheure associée au Laboratoire CM2S équipe de recherche GELM de l’université Hassan II
  • Hassan Habibi, professeur de l’enseignement supérieur à la Faculté des Lettres et des Sciences HumainesAin Chock de l’Université Hassan II de Casablanca, Maroc
  • Nicolas Hubert, Chercheur post doctoral à l’Université du Quebec à Montréal et rédacteur en chef adjoint de VertigO - La revue électronique en sciences de l'environnement, Canada
  • Moustapha Keïta-Diop, Doyen de la Faculté des sciences sociales, Juriste en socio-anthropologie, Université Général Lansana Conté (GLC-SC) de Sonfonia-Conakry, Guinée
  • Jamal Khalil, Professeur émérite à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Ain Chock de l’Université Hassan II de Casablanca, Maroc
  • Edinam Kola, Doyen de la Faculté des sciences humaines et sociales (FSHS), Enseignant-chercheur en géographie humaine à l’université de Lomé, Togo
  • Anne Le Naëlou, Titulaire de la Chaire UNESCO, Maitresse de conférences en sociologie à l’Institut d'études du développement de la Sorbonne (IEDES) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, chercheure à l’UMR Développement et sociétés (Paris 1 – IRD), Paris, France
  • Dominique Masson, Professeure titulaire à l’Institut d’études des femmes et au Département de sociologie et d’anthropologie de l’Université d’Ottawa, Ottawa, Canada
  • Karine Marazyan, Professeure d'université en économie à l’Université de Rouen, membre du Laboratoire d’analyse des sociétés, transformations, adaptations (LASTA), chercheure associée de l’Institut Convergences Migrations (ICM, Dynamics), membre de l’Association Française d’Economie du Développement (AFEDEV)
  • RajaaNadifi, Directrice du Laboratoire de recherche Genre, Education, Littérature et Médias (GELM), Vice-doyenne chargée de la recherche et de la coopération, Professeure de l’enseignement supérieur à la Faculté des lettres et des sciences Humaines Ain Chock de l’université Hassan II de Casablanca, Maroc
  • Kacem Naimi, Professeur de l’enseignement supérieur au Centre d’Orientation et de Planification de l’Education (COPE) de Rabat, Maroc
  • Abdoul Sogodogo, Vice-doyen de la Facultédes sciences administratives et politiques(FSAP), Maitre de conférences en sciences politiques, de l’université des sciences juridiques et politiques de Bamako, Mali
  • Saadia Taouki, Professeure Habilitée à la Faculté des lettres et des sciences Humaines Ain Chock de l’université Hassan II de Casablanca, Maroc
  • Benoit Toulouse, Chercheur associé en géographie au laboratoire Pléiade-EA7338, Université Sorbonne Paris Nord, France
  • Madeleine Wayack-Pambè, Maitresse de conférences en démographie à l’Institut supérieur des sciences de la population (ISSP), Université Joseph Ki-Zerbo, Ouagadougou, Burkina Faso

Participant-e-s

  • Komi Ameko Azianu, Université Joseph Ki-Zerbo, Ouagadougou, Burkina Faso
  • Rodrigue Babaekpa, Université Joseph Ki-Zerbo, Ouagadougou, Burkina Faso
  • Othniel Halépian Bahi Go, Université de Lille, France
  • Amadou Tidiane Barry, Université GénéralLansana Conté (GLC-SC) de Sonfonia-Conakry, Guinée
  • Souad Belhanafi, Faculté des lettres et des sciences Humaines Ain Chock de l’université Hassan II de Casablanca, Maroc
  • Fatima Ben Touhami, Faculté des lettres et des sciences Humaines Ain Chock de l’université Hassan II de Casablanca, Maroc
  • Zineb Berraj, Faculté des lettres et des sciences Humaines Ain Chock de l’université Hassan II de Casablanca, Maroc
  • Edoh Emmanuel Bodjoro, Université de Lomé, Togo
  • Hajar Chahir, Faculté des lettres et des sciences Humaines Ain Chock de l’université Hassan II de Casablanca, Maroc
  • Youdeline Joseph Cherizard , Université Ottawa, Canada
  • Mahamoud Diaby, Université Félix-Houphouët Boigny, Abidjan, Côte d’Ivoire
  • Flore Dibi, Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan, Côte d’Ivoire
  • Ayoub Ennaimi, Faculté des lettres et des sciences Humaines Ain Chock de l’université Hassan II de Casablanca, Maroc
  • Ghita El Moubaraky, Faculté des lettres et des sciences Humaines Ain Chock de l’université Hassan II de Casablanca, Maroc
  • Salsabil Fakkar, Faculté des lettres et des sciences Humaines Ain Chock de l’université Hassan II de Casablanca, Maroc
  • Yao Ebafeyi Fala, Université de Lomé, Togo
  • Laurent Koniono, université de Lille, France &Université Général Lansana Conté (GLC-SC) de Sonfonia-Conakry, Guinée
  • Daoune Koutoub, Université de Lomé, Togo
  • Ahmadou Mamoudou, Université de Ngaoundéré, Cameroun
  • Aymen Moslih, Faculté des lettres et des sciences Humaines Ain Chock de l’université Hassan II de Casablanca, Maroc
  • Ezai Nana, Université Joseph Ki-Zerbo, Ouagadougou, Burkina Faso
  • Essohanam Pelenguei, Université de Lomé, Togo
  • Primo Omane, Université Paris Est Créteil, Marne la Vallée, France
  • Pius Merlin Ottou, Université de Liège, France
  • Hind Sabour El Alaoui, Faculté des lettres et des sciences Humaines Ain Chock de l’université Hassan II de Casablanca, Maroc
  • Chaimaa Sakri,Faculté des lettres et des sciences Humaines Ain Chock de l’université Hassan II de Casablanca, Maroc
  • Leonard Shukuru Shemitalo, Université Pédagogique Nationale de Kinshasa, République démocratique du Congo
  • Pierre Sissoko, Ecole doctorale des Sciences et Technologies du Mali, Bamako, Mali
  • Khaoula Stiti, Université libre de Bruxelles et Université de Carthage, Belgique / Tunisie
  • Lobna Tanji, Faculté des lettres et des sciences Humaines Ain Chock de l’université Hassan II de Casablanca, Maroc
  • Rajae Touzani, Faculté des lettres et des sciences Humaines Ain Chock de l’université Hassan II de Casablanca, Maroc
  • Charly Camilien Victor, Université de Haute Alsace, Colmar, France
  • Rim Zouhair, Faculté des lettres et des sciences Humaines Ain Chock de l’université Hassan II de Casablanca, Maroc

Places

  • Amphi Choaib Doukkali, Salle CEG et Salle Carrer Center - Faculté des Lettres et des Sciences Humaines et Sociales Ain Chock, Avenue 2 Mars, Hay Inara, BP : 8507
    Casablanca, Kingdom of Morocco (20000)

Event attendance modalities

Full on-site event


Date(s)

  • Wednesday, June 07, 2023
  • Thursday, June 08, 2023
  • Friday, June 09, 2023

Keywords

  • action publique, participation citoyenne, représentation culturelle, unesco

Contact(s)

  • Hind Aassouli
    courriel : hind [dot] aassouli [at] gmail [dot] com

Information source

  • Hind Aassouli
    courriel : hind [dot] aassouli [at] gmail [dot] com

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Transformations sociétales en Afrique et en Haïti : action publique, participation citoyenne et représentations culturelles », Study days, Calenda, Published on Friday, June 02, 2023, https://doi.org/10.58079/1bd2

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search