HomeParcours d’architectes (XIXe-XXe siècles). Histoires et prosopographie

HomeParcours d’architectes (XIXe-XXe siècles). Histoires et prosopographie

*  *  *

Published on Friday, March 15, 2024

Abstract

Face à l’émergence de sources nouvelles, comment faire l’histoire des architectes en France ou ailleurs ? De quelle manière appréhender la réalité de leurs pratiques et de leurs parcours ? Plus généralement, qu’apportent les méthodes prosopographiques à l’écriture de l’histoire de l’architecture ? C’est à ces questions que ces journées d’étude sont consacrées.

Announcement

Argumentaire

L’histoire des architectes en France, considérée sous l’angle de la profession ou du métier, a été éclairée, dès les années 1980, par des travaux de recherche embrassant une large période. Plus récemment, les transformations des pratiques et des organisations du travail des architectes ont été explorées sur le temps long. D’autres travaux encore se sont attachés à mieux les connaître sur des périodes resserrées (XVIIe siècle ou XIXe siècle) et à renseigner les raisons et les effets de regroupements professionnels de diverses natures – sociétés professionnelles, corps d’administrations publiques. La littérature relative au premier XXe siècle a mis en lumière les efforts des architectes pour protéger leur titre et réglementer la profession jusqu’à la création de l’Ordre des architectes en 1940. Pourtant, les effets de cette codification, notamment l’évolution des pratiques du métier et la transformation des profils professionnels, restent beaucoup moins connues. Les recherches sur la période postérieure à 1970 ont fait le constat de l’éloignement de la profession du modèle libéral par une évolution des modes d’exercice. Elles ont éclairé les dynamiques de (dé)professionnalisation ainsi que les voies de diversification des métiers de l’architecture. D’autres travaux ont aussi analysé l’effondrement du système Beaux‑Arts en 1968 et la refondation des relations entre la formation et la profession. Ces dernières années, des recherches d’ampleur ont été menées sur l’histoire de l’enseignement : le séminaire Architecture : diffusion, transmission, enseignement (2011) puis les programmes HEnsA20 (Histoire de l’enseignement de l’architecture au XXe siècle, 2016-2021) et EnsArchi (L’enseignement de l’architecture au XXe siècle, 2019-2023) ont renouvelé une histoire longtemps concentrée sur l’École des beaux-arts de Paris. Une série de publications – encyclopédie et monographies – a mis en lumière les écoles de province tandis que plusieurs enquêtes prosopographiques ont permis d’explorer les populations enseignantes et étudiantes. Mais le chantier n’est pas achevé : diversification des métiers de l’architecture ou encore féminisation du corps étudiant et enseignant ainsi que celle de la profession sont autant de pistes qui demeurent à explorer. Dans cette perspective, la journée s’attachera à l’étude des architectes en France et ailleurs, privilégiant trois axes de réflexion :

1/ Quelles formations pour quelles pratiques de l’architecture ?

Les études sur les formations données dans divers établissements consacrés à l’architecture ou dispensant des cours d’architecture se sont multipliées, mettant notamment en lumière l’évolution de leurs programmes ou la prédominance de certaines figures. Il s’agira ici de questionner les liens que ces établissements de formation ont noués ou, au contraire, réfutés avec le monde professionnel, et de comprendre à quels métiers, réels ou idéalisés, forment les écoles ; quel rapport à la pratique est développé dans leurs cursus, notamment à l’occasion des stages ou par des systèmes d’alternance ? Si la délivrance d’un diplôme ouvre la voie à la profession et au métier, vers quelles missions et activités les élèves architectes – diplômés ou non – s’orientent-ils ? Des évolutions notables se dégagent-elles sur le temps long et à quoi sont-elles dues ? De plus, comment se construisent des parcours hybrides, faits d’itinéraires entre différents lieux de formation, afin de s’adapter et de s’outiller face à l’évolution des commandes ? Puis, dans la lignée des premiers résultats obtenus, quels sont les profils du corps enseignant et comment évoluent-ils ? Des logiques de recrutement sont‑elles perceptibles, que ce soit entre praticiens et universitaires d’une part, ou entre milieux locaux et nationaux d’autre part ? Enfin, existe‑t‑il une spécificité de la formation des architectes au regard de celle d’autres professions libérales (avocat, médecin...), notamment dans le rapport aux pairs qui s’établit dès les bancs de l’école ?

2/ Quels groupes professionnels et quels modes d’exercice ?

En 1940, la création de l’Ordre des architectes, réglementant le port du titre, délimite, pour la première fois en France, les contours du groupe professionnel, désormais composé uniquement des diplômés en architecture inscrits au tableau de l’Ordre. Si cette mesure participe à fonder l’image d’une profession unie et stable ainsi qu’une identité professionnelle commune, elle disqualifie les non-diplômés ou titulaires de diplôme non‑reconnus et les diplômés non-inscrits. Ces règles, dès leur parution, ont été complétées de dérogations transitoires ou permanentes : accession au titre par la reconnaissance de l’expérience professionnelle, de la qualité des œuvres construites ou des diplômes étrangers. Aussi, quels ensembles faut‑il considérer pour cerner la profession d’architecte et appréhender la pluralité des pratiques ? Des éclairages sur la diversité des manières d’exercer, sur la longue durée, offriraient ici une utile mise en perspective. Comment ont été reconnus les architectes exerçant en France avant la création de l’Ordre ? Quels rôles ont joué les associations professionnelles dans la définition et la délimitation du nombre d’architectes ? Quelle place pour les femmes ? Quels ont été les impacts des règles économiques (la patente) ? En quoi les commanditaires ont-ils participé à la reconnaissance des architectes ?

3/ Quelles méthodes pour quelles histoires des architectes ?

Depuis les années 2000, émerge une histoire des architectes qui dépasse les récits biographiques de grandes figures ou d’institutions. Privilégiant l’étude de cohortes ou de collectifs, des travaux ont participé au renouveau du genre de la biographie collective. Inscrits dans la voie notamment ouverte par les sciences sociales dès les années 1960, et à la suite des travaux de Christophe Charle, Denyse Rodriguez‑Tomé a dressé le portrait d’un groupe professionnel hétérogène autant dans sa formation que dans ses pratiques durant la IIIe République. Des études plus récentes ont été engagées sur la population enseignante et étudiante à l’École des beaux-arts, que ce soit au prisme du genre, des nationalités, des origines sociales ou encore des parcours croisés entre établissements. Aussi, ce troisième axe valorise-t‑il l’approche prosopographique tout en interrogeant sa portée et ses méthodes. Il encourage les études de groupes au moment où les archives des conseils régionaux de l’Ordre des architectes commencent à être versées dans des centres de conservation publics. S’il pose la question des méthodes et enjeux propres à l’étude prosopographique, il interroge également la manière dont il est possible de mettre en lien des données parfois « limitées » – mais disponibles – sur de vastes corpus avec des éléments plus qualitatifs documentant la réalité des parcours20. Au‑delà des notions de génération et de filiation qui pourront être questionnées, comment l’étude des groupes renouvelle celle de la production bâtie et des formes architecturales en dépit des réserves parfois formulées sur l’application des méthodes prosopographiques en histoire de l’art ?

Modalités de soumission

Les propositions de communication pourront porter sur la profession d’architecte en France ou ailleurs, et questionner la période contemporaine (XIXe-XXe siècles) selon une ou plusieurs des entrées proposées. Seront privilégiées celles qui se fondent sur des sources nouvelles, encore peu exploitées ou des méthodes peu utilisées (prosopographiques notamment).

Elles sont à envoyer en format pdf, à cette adresse :prosopoarchi@gmail.com 

au plus tard le 29 avril 2024

Elles seront composées d’un argumentaire d’une page environ, accompagné de la mention des sources mobilisées et d’une bibliographie succincte, ainsi que d’un court CV (une seule page).

Calendrier

  • Avril 2024 : réception des propositions
  • Juin 2024 : sélection des propositions
  • Septembre 2024 : finalisation et diffusion du programme
  • Novembre 2024 : journées d’études

Information complémentaire

Ces journées sont organisées avec le soutien des Archives d’Alsace- site de Strasbourg, des Archives Départementales d’Ille‑et‑Vilaine, ainsi que des ENSA de Strasbourg et de Bretagne, de l’UMR ARCHE (ENSAS-Université de Strasbourg) et du laboratoire GRIEF.

Organisateurs

  • Shahram Abadie, maître de conférences en histoire et cultures architecturales
  • Gauthier Bolle, professeur en histoire et culture histoire et cultures architecturales (ENSA de Strasbourg-UMR ARCHE)
  • Maxime Decommer, maître de conférences en sciences humaines et sociales
  • Amandine Diener, maîtresse de conférences en histoire et cultures architecturales (ENSA de Bretagne-GRIEF).

Conseil scientifique

  • Véronique Biau (chercheuse HDR au Laboratoire Espaces Travail - CNRS-LAVUE, ENSA Paris-La Villette)
  • Anne-Marie Châtelet (professeure émérite, ENSAS, UMR ARCHE)
  • Daniel Le Couédic (professeur émérite, UBO, UR 7462 Géoarchitecture)
  • Dave Lüthi (professeur d’histoire de l’architecture & du patrimoine, UNIL, Lausanne)
  • Émilie d’Orgeix (directrice d’études, histoire culturelle des techniques, École pratique des hautes études, université Paris Sciences & Lettres) ;

Event attendance modalities

Hybrid event (on site and online)


Date(s)

  • Monday, April 29, 2024

Keywords

  • sociologie, histoire, profession, architecte, prosopographie

Contact(s)

  • amandine diener
    courriel : amandine [dot] diener [at] gmail [dot] com

Information source

  • amandine diener
    courriel : amandine [dot] diener [at] gmail [dot] com

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Parcours d’architectes (XIXe-XXe siècles). Histoires et prosopographie », Call for papers, Calenda, Published on Friday, March 15, 2024, https://doi.org/10.58079/w0we

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search