HomeMobilité(s) et littératie multimodale

HomeMobilité(s) et littératie multimodale

Mobilité(s) et littératie multimodale

Revue « Multimodalités »

*  *  *

Published on Wednesday, May 22, 2024

Abstract

Le volume 22 de la revue Multimodalités prévoit de réunir un ensemble de textes qui traitent de la thématique « Mobilité(s) et littératie multimodale ». Cet appel intéressera tout particulièrement les chercheurs travaillant sur toute forme de mobilité, sur les questions de multimodalité et plurilittératie.

Announcement

Direction scientifique

Volume dirigé par Brahim Azaoui1 et Nicolas Guichon2

1 LIRDEF, Université de Montpellier

2 ICAR, Université Lyon 2

Argumentaire

À la suite des chercheurs en géographie sociale, un « mobility turn » (Sheller & Urry, 2006) a été invoqué dans la recherche en sciences sociales, impliquant une conception renouvelée de ce que peut être la rencontre avec l’autre et de l’étonnement interculturel (Barbot, 2010). Ce changement de paradigme donne lieu à un nouvel imaginaire de la mobilité, si ce n’est à une mobilité imaginaire qui invite, d’une façon ou d’une autre, à repenser tout à la fois les motivations à l’apprentissage des langues ainsi que les modalités d’appropriation et d’enseignement, voire d’utilisation. En effet, si la mobilité construit les espaces traversés (de Certeau, 1990), elle a également une incidence à la fois sur la façon dont nous élaborons et interagissons avec/dans un nouvel environnement sémiotique. À un autre niveau, la mobilité impacte nos pratiques littéraciques multimodales (Canagarajah, 2017), c’est-à-dire la façon dont nous construisons et mettons en œuvre des ressources plurilingues et plurisémiotiques qu’Azaoui (2024) réunit dans un répertoire pantosémiotique. Aussi, nous proposons de parler d’une littératie mobilitaire multimodale, qui recouvre la capacité d’un individu à construire du sens tandis qu’il se meut (et s’émeut) dans un nouvel environnement, à interpréter celui-ci en prenant en compte les degrés d’étrangeté qu’il comporte, de sémiotiser les déplacements identitaires qu’il occasionne, et de mobiliser les ressources culturelles, numériques et langagières multimodales aux moments opportuns (Guichon et al, 2021).

Quelles que soient les formes et motivations de la mobilité, le numérique intervient, pour faciliter, augmenter ou gêner, et questionne le rapport des individus et des groupes aux environnements sémiotiques dans lesquels ils évoluent et qu’ils ont à interpréter et à produire.

Dans cette perspective, ce volume de Multimodalités rassemblera un ensemble de textes qui traitent de la question de la littératie mobilitaire multimodale. Dans l’esprit de ce volume, le terme « mobilité » sera entendu comme hyperonyme de tout phénomène de déplacement d’individus ou de groupes, virtuel ou physique. La mobilité sera comprise « comme un imaginaire articulant un rapport au temps, à l’espace [géographique et social], et la recherche d’une transformation existentielle » (Barrère & Matuccelli, 2005, p. 56). Elle pourra être envisagée à différentes échelles : migrations nationales ou transnationales, sorties dans la ville ou au musée (Ouellet et al, 2019). Elle considérera diverses formes de déplacement : de l’immobilité subie (le confinement dû à la pandémie), à la mobilité choisie (les études internationales) ou contrainte (la migration économique, politique, climatique, etc.). Le traitement des mobilités imaginaires et imaginées aura également toute sa place dans le volume pourvu que cela croise la question de la littératie multimodale, et plus largement de la multimodalité. 

Dans le cadre de ce volume, les auteurs pourront prendre appui sur toute méthodologie propice à l’étude des mobilité(s) et de la littératie multimodale, quel que soit l’ancrage théorique ou épistémologique. Cela inclura potentiellement, sans pour autant s’y limiter : des captations de données multimodales et leurs représentations visuelles, des méthodologies mobiles (wearable cameras, walking interviews), ou encore des méthodologies utilisées pour étudier/rendre compte de la mobilité (questionnaires, entretiens, schématisation des déplacements, cf. map my walk…).

Cet appel se décline sur trois axes :

  • Le premier axe s’intéressera à la littératie multimodale mobilisée et déployée lors d’expériences de mobilité, que ce soit une sortie au musée, la découverte d’un nouvel environnement ou lors d’une migration : quelle est la puissance potentiellement transformatrice de ces mobilités pour les individus ou les groupes d’individus, d’un point de vue identitaire, linguistique, politique, culturel, sémiotique et cognitif (Lalonde et al., 2016) ? Quel rôle les outils numériques jouent-ils dans ces mobilités et comment participent-ils au développement de nouvelles littératies multimodales (par ex. l’usage de traducteurs automatiques on the move) ? On pourra par exemple s’intéresser aux questions du paysage linguistique (Sabatier et al., 2013 ; Malinowski et al, 2021) ou sonore (Schafer, 2010), aux possibilités de la géolocalisation (Bedou & Hamel, 2021) ou de la cartographie (Guichon et al, 2021).
  • Le deuxième axe sera consacré aux expériences de mobilité virtuelle et augmentée, par exemple avec les outils de réalité virtuelle. Quel est le potentiel de ces dispositifs pour explorer des lieux à distance, à travers des médiations technologiques,  saisir et décrire les pratiques sociales et langagières dans toute leur densité et leur hétérogénéité ? La conjugaison de la mobilité et de la multimodalité permet-elle l’émergence de nouveaux questionnements et de nouvelles possibilités d’apprentissage, par exemple émotionnelles et sensorielles?
  • Le troisième axe se penchera sur les questions de littératies translingues (Canagarajah, 2013) ou de répertoire pantosémiotique (Azaoui, 2024) en lien avec les mobilités. Il réunira des contributions qui considèrent que les diversités linguistique et sémiotique constituent un seul et même ensemble de ressources. Comment ce répertoire évolue-t-il au gré des mobilités et des nouvelles expériences translingues et sémiotiques ? Quel impact sur la façon dont l’individu parvient à faire sens dans ses interactions avec son environnement matériel et humain ? Dans quelle mesure les enseignants et formateurs accueillent-ils les littératies mobilitaires multimodales et les répertoires pantosémiotiques des individus pour les reconnaître (Kress, 2019) dans toute leur diversité et éventuellement enrichir l’enseignement-apprentissage ?

Processus de soumission d’article

Les personnes intéressées par cette thématique sont invitées à faire parvenir à revuemultimodalites@gmail.com une proposition de contribution d’une longueur comprise entre 250 et 500 mots, auxquels s’ajoutera une courte bibliographie (env. 5-10 références).

Une fois la proposition acceptée, l’article final comportera entre 40 000 à 60 000 caractères, incluant les espaces (entre 10 à 20 pages, sans les références et sans les annexes). Il sera précédé d’un résumé en français et en anglais, ainsi que de 5 mots-clés dans les deux langues. Ces propositions longues feront l’objet d’une évaluation en double aveugle.

Consignes complètes pour soumettre un article.

Calendrier

  • Réception des résumés – 6 septembre 2024
  • Acceptation ou refus des résumés – fin septembre 2024
  • Réception des articles longs – novembre 2024
  • Publication prévue – novembre 2025

Processus de sélection

La revue respecte le principe de l’évaluation par les pairs. Le processus de sélection des manuscrits repose sur une évaluation anonyme en double aveugle, c’est-à-dire que les personnes auteures ou évaluatrices ne peuvent être identifiées. Dans un premier temps, les articles soumis à la revue sont évalués par un membre du comité de direction qui juge de la pertinence du texte. En cas d’acceptation, le manuscrit est envoyé à deux évaluateurs et évaluatrices externes pour fin d’évaluation. Le comité de direction, sur la base des évaluations, prend la décision de publier ou non les manuscrits soumis.

Comité de rédaction

  • Directrice de la revue Virginie Martel (UQAR - Lévis)
  • Rédactrice en chef Nathalie Lacelle (UQAM)
  • Rédacteurs adjoints Jean-François Boutin (UQAR - Lévis)
  • Moniques Richard (UQAM)
  • Membre honoraire Monique Lebrun (UQAM)
  • Éditrice Emmanuelle Lescouet (UdeM)

Notes

https://info.erasmusplus.fr/projets-et-impacts/16-les-projets-erasmus/39-mobilite-virtuelle-vivre-une-experience-europeenne-sans-quitter-sa-salle-de-classe.html ↩︎

Bibliographie

Azaoui, B. (2024, à paraitre). Relier multimodalité et plurilinguisme en didactique des langues. L’approche socio-sémiotique au service de la diversité. Dans C. Bruley-Meszaros & L. Cadet (Dir.), Enseigner en contexte migratoire. Enjeux et pratiques de classe. Peter Lang.

Azaoui, B. et Blanvillain, C. (2023). La figure du migrant. Dans D. Mimouni & P. Laborderie (dir.), Images de migrants – Education, médiation et réception audiovisuelle (p.45-62). L’Harmattan.

Barbot, M. (2010). Voyages de formation interculturelle et étonnements. Le Journal des psychologues, 278, 44-48.

Barrère A. & Martuccelli D. (2005). La modernité et l’imaginaire de la mobilité : inflexion contemporaine. Cahiers internationaux de sociologie, 1(118), 55-79.

Bedou, S. & Hamel, M.-J. (2021). Raconter sa biographie langagière en la géolocalisant : le récit cartographique numérique comme outil de formation en didactique des langues secondes. La Revue de l’AQEFLS, 34(1). https://doi.org/10.7202/1076609ar

Canagarajah, A.S. (dir.) (2017). The Routledge handbook of migration and language. Routledge, Taylor & Francis Group.

Canagarajah, A.S. (2013). Translingual practice. Global Englishes and cosmopolitan relations. Routledge.

Certeau, M. de (1990). L’invention du quotidien. 1. Arts de faire. Paris : Gallimard.

Diminescu, D. and Loveluck, B. (2014) Traces of dispersion: Online media and diasporic identities. Crossings: Journal of Migration & Culture, 5(1): 23–39.

Guichon, N. (2020). L’étudiant international : figure de l’individu mobile et connecté. Le Français dans le monde – Recherches et applications, (68), 158–169.

Guichon, N., Grassin, J.-F., Mathian, H. et  Cunty, C. (2021). Représentations du processus d’inscription dans le territoire des étudiants chinois pendant leur séjour en France. Dans L. Ouvrard & C. Brumelot (dir.), Numérique et didactique des langues et cultures. Nouvelles pratiques et compétences en développement (p. 1-22). Editions des archives contemporaines.

Guichon, N., Thiburce, J., Lascar, J. et Doulfaquar, S. (2022). Concevoir des parcours immersifs en français langue seconde pour préparer les étudiants étrangers à la mobilité. Alsic, 25(2).

Kress, G. (2019). L’apprentissage en tant que travail sémiotique : vers une pédagogie de la reconnaissance. Dans V. Rivière & N. Blanc (dir.), Observer la multimodalité en situations éducatives : circulations entre recherche et formation (p. 23‑48). ENS Éditions.

Lalonde, M., Castro, J. C. et Pariser, D. (2016). Identity Tableaux: Multimodal Contextual Constructions of Adolescent Identity. Visual Art Research, 42(1), 38–55.

Malinowski, D., Maxim, H.H. et Dubreil, S. (dir.) (2021). Language Teaching in the Linguistic Landscape. Springer.

Ouellet, K., Larouche, M.-C., Simard, D. & Prud’homme, L. (2019). Les enjeux associés à l’appropriation de ressources numériques muséales par des enseignants du secondaire du Québec : proposition d’un cadre d’analyse. Revue de recherches en littératie médiatique multimodale, 9. https://doi.org/10.7202/1062029ar.

Purkarthofer, J. (2019). Using Mobile Phones: Recording as a Social and Spatial Practice in Multilingualism and Family Research. Forum: Qualitative Social Research, 20(1), Art. 20, http://dx.doi.org/10.17169/fqs-20.1.3110.

Rosa, H. (2010). Accélération : une critique sociale du temps. La Découverte.

Sabatier, C., Moore, D. & Dagenais, D. (2013). Espaces urbains, compétences littératiées multimodales, identités citoyennes en immersion Française au Canada. Glottopol, 21, 138-161.

Schafer, M. (2010 [1978]). Le Paysage sonore. Toute l’histoire de notre environnement sonore à travers les âges. Wildproject.

Sheller, M., & Urry, J. (2006). The New Mobilities Paradigm. Environment and Planning A: Economy and Space, 38(2), 207-226.


Date(s)

  • Friday, September 06, 2024

Keywords

  • mobilité, multimodalité, littératie multimodale, langue, plurilinguisme, langage

Contact(s)

  • Brahim Azaoui
    courriel : brahim [dot] azaoui [at] umontpellier [dot] fr
  • Nicolas Guichon
    courriel : nicolas [dot] guichon [at] univ-lyon2 [dot] fr

Reference Urls

Information source

  • Brahim Azaoui
    courriel : brahim [dot] azaoui [at] umontpellier [dot] fr

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Mobilité(s) et littératie multimodale », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, May 22, 2024, https://doi.org/10.58079/11p2d

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search