Calenda - The calendar for arts, humanities and social sciences

Speculative Realisms and Religion

Réalismes spéculatifs et religion

Speculative Realisms and Religion

*  *  *

Published on Friday, September 13, 2013 by Luigia Parlati

Summary

ThéoRèmes consacrera un dossier spécial à cette présence de la question religieuse dans les différentes études philosophiques regroupées autour du « réalisme spéculatif » ou encore des « ontologies orientées vers l’objet », dans une perspective de compréhension interne mais aussi, éventuellement, de reprise critique. Les contributions de ce dossier spécial pourront s’inscrire dans l’un des axes suivant, depuis les différents points de vue des sciences des religions, de la philosophie et de la théologie.

Announcement

Argumentaire

Il existe un lien intime, et cependant peu étudié, entre ce qui s’est affirmé récemment comme une nouvelle tendance philosophique, celle du « réalisme spéculatif », et la question religieuse. Celle-ci traverse le livre fondateur de Quentin Meillassoux, Après la finitude (2006), parfois de manière explicite et d’autres fois plus implicitement. Le sous-titre de sa thèse de doctorat, « Essai sur le Dieu virtuel » (1997), atteste d’ailleurs de la persistance de la question. Cependant, cette présence insistante de la religion n’est pas facile à interpréter : Q. Meillassoux présente sa doctrine comme un « matérialisme », et il oriente son entreprise dans le sens d’une critique de ce qu’il appelle l’« enreligement de la raison », caractéristique selon lui de la pensée contemporaine. En même temps, son ambition de fonder la possibilité d’une pensée du « grand Dehors », comme le lien explicite qu’il établit entre son argument principal et la preuve cartésienne de l’existence de Dieu, ne peuvent manquer d’avoir des résonnances pour la pensée religieuse.

Axes thématiques

ThéoRèmes consacrera un dossier spécial à cette présence de la question religieuse dans les différentes études philosophiques regroupées autour du « réalisme spéculatif » ou encore des « ontologies orientées vers l’objet », dans une perspective de compréhension interne mais aussi, éventuellement, de reprise critique. Les contributions de ce dossier spécial pourront s’inscrire dans l’un des axes suivant, depuis les différents points de vue des sciences des religions, de la philosophie et de la théologie :

  • La question de l’« enreligement de la raison ». Quelle est la pertinence historique et épistémologique de ce concept ? En même temps qu’une thèse sur l’histoire de la pensée (et notamment la signification historique du fidéisme de la Renaissance), il s’agit d’une thèse politique : le corrélationnisme, avec le relativisme qu’il implique, en délégitimant les justifications rationnelles de la croyance religieuse (ou de l’incroyance), tendrait à justifier l’imposition violente des systèmes de valeur. Cette thèse peut-elle être étayée historiquement ou sociologiquement ? Quelle est sa pertinence pour comprendre la situation actuelle du discours religieux dans l’espace public ?

  • Le devenir des questions théologiques dans le réalisme spéculatif.L’argument de Q. Meillassoux, fondé sur la nécessité de la contingence, semble impliquer un athéisme radical. Qu’en est-il ? Quel est le rapport précis entre cet argument et la preuve cartésienne de l’existence de Dieu ? Si on l’accepte, met-il fin au questionnement théologique de manière absolue, ou peut-il ouvrir d’autres questions ?

  • Le rapport de ces nouvelles philosophies aux autres pensées de la religion. On pense bien sûr à la philosophie analytique de la religion, déjà ancienne, et elle aussi très fortement orientée vers le réalisme. D’un autre côté, l’opposition du matérialisme spéculatif à la philosophie continentale de la religion et à son anti-réalisme mériterait d’être mieux documentée. Quel rapport existe-t-il exactement entre le « grand Dehors » de Q. Meillassoux et le « Tout-autre » d’Emmanuel Lévinas ? Dans sa quête d’absolu, le matérialisme spéculatif s’oppose-t-il autant qu’il le dit à la phénoménologie contemporaine, depuis longtemps en recherche d’une manière de thématiser l’altérité radicale ? Enfin, y a-t-il des reprises théologiques possibles des pensées inscrites dans le réalisme spéculatif ?

Modalités de soumission

Les propositions d’articles en français ou en anglais (résumé d’une page maximum)

sont à envoyer à l’adresse : theoremes@revues.org

avant le 15 octobre 2013.

Les articles seront à envoyer pour février 2014, la publication est prévue pour le printemps 2014.

Toutes les propositions seront examinées et les articles seront évalués selon la procédure habituelle de la revue.

Procédures d’évaluation et de sélection des articles

Chaque article reçu par la rédaction est traité conjointement par le rédacteur en chef et un chargé de suivi, choisi en fonction de sa spécialité.

L’article anonymé est expertisé par un lecteur choisi par le chargé de suivi dans le comité de rédaction ou parmi des personnes extérieures. Les rapports anonymes sont ensuite examinés par le chargé de suivi de l’article, qui fait une proposition (accord, accord après modifications, appel à soumettre une nouvelle version, refus). En cas de proposition positive, le chargé de suivi transmet l’article à un membre du comité scientifique qui donne son avis sur la publication. La décision finale est prise par le rédacteur en chef, en concertation avec le chargé de suivi et un ou plusieurs membres du comité scientifique lecteurs de l’article.

Cette décision est transmise par le rédacteur en chef à la personne qui a soumis l’article. En cas de demande de modifications, le rédacteur en chef et le chargé de suivi examinent la conformité de la nouvelle version soumise avec les changements demandés avant l’acceptation finale de l’article.

Argument

There is a close link between Speculative Realism and religious issues. Openly or more implicitly those issues are crucial to Quentin Meillassoux’s major book: After Finitude (2006). His dissertation’s subtitle “An Essay on the Virtual God” (1997) attests the persistency of the question. However, this recurring presence of the religious question is not easy to interpret: Q. Meillassoux presents himself as a materialist, and his attempt as partly aimed at terminating what he calls the “religionizing [enreligement] of reason” that defines contemporary thought. At the same time, his ambition to give rational grounds to a thinking of the absolute (the “Great outdoors”), just as the connection he himself establishes between his main argument and the Cartesian argument for the existence of God, has striking echoes in religious thought.

Themes

The Journal ThéoRèmes is devoting a special issue to this presence of the religious question in various philosophical studies related to “Speculative realism” or even “object-oriented ontologies”, in order both to deepen the internal understanding of this question, and to develop critical approaches. We welcome contributions from a range of disciplines including religious sciences, philosophy and theology, and from a variety of perspectives addressing the following topics:

  • Religionizing of reason”. What is the historical and epistemological value of this notion? Both a thesis on the history of modern thought (and especially on the meaning of Renaissance fideism) and a political thesis (correlationism would entail relativism, that would result into a justification of irrationality, and would allow a replacement of rational justifications of beliefs or unbelief with violent imposition of opinions), how far can this thesis be defended on historical or sociological grounds? Is this notion a useful tool to understand the situation of religious discourses inside today’s public spheres?
  • Theology in Speculative Realism. Q. Meillassoux’s argument, the argument of the necessity of contingency, seems to entail radical atheism. How far can this assertion be justified? What is the exact relation between this argument and the ontological proof? Once admitted, does this argument terminate theological questioning in an absolute manner? Or can it open new ways of theological thinking?
  • The relation between those new philosophical trends and other ways of thinking about religion. We are referring especially to analytic philosophy of religion, which holds mostly realist positions. On the other hand, the opposition between speculative materialism and continental philosophy of religion should be further examined. Is there a relation between Meillassoux’s “Great outdoors” and Levinas’ “absolute other”? Is speculative materialist’s quest for absolute so different from attempts in contemporary phenomenology to find ways of talking about radical alterity? Finally, what can be theological appropriations of speculative realist thoughts?

Submission guidelines

Proposals (1 page max), in English or in French, should be submitted to theoremes@revues.org 

by October 15th 2013.

Every proposal will be considered for publication and final articles will be double-blind reviewed. Publication is planned for Spring 2014.

Date(s)

  • Tuesday, October 15, 2013

Keywords

  • Speculative Realism, philosophy of religion, theology, Meillassoux, ontologies, réalisme spéculatif, religion

Contact(s)

  • Yann Schmitt
    courriel : yannschmitt [at] me [dot] com

Reference Urls

Information source

  • Yann Schmitt
    courriel : yannschmitt [at] me [dot] com

To cite this announcement

« Speculative Realisms and Religion », Call for papers, Calenda, Published on Friday, September 13, 2013, https://calenda.org/259305

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal