HomeThe energy transition of European societies: from the city to the region

Calenda - The calendar for arts, humanities and social sciences

The energy transition of European societies: from the city to the region

Transition énergétique des sociétés européennes, de la ville au territoire

The examples of Germany and the united Kingdom

L'exemple de l'Allemagne et du Royaume-Uni

*  *  *

Published on Monday, December 09, 2013 by Luigia Parlati

Summary

In partnership with Électricité de France (EDF), Paris Institute for Advanced Studies (Paris IAS) is recruiting two high-level international researchers in the humanities and social sciences (or related fields) for a period of nine months, to take part in a research programme on the energy transition of European societies, with particular emphasis on Germany and the UK, from a city to a regional level. Paris IAS will host successful applicants beginning in October 2014 or January 2015, offering them the opportunity to focus entirely on their research while benefiting from a front-ranking scientific environment, and building lasting networks with university and research institutions in Paris and the Île-de-France Region.

En partenariat avec Electricité de France (EDF), l’Institut d’études avancées (IEA) de Paris recrute deux chercheurs internationaux de haut niveau en sciences humaines et sociales et domaines connexes pour une période de 9 mois chacun, dans le cadre d’un programme de recherche sur la transition énergétique des sociétés européennes, et en particulier l’Allemagne et le Royaume-Uni, de la ville au territoire. L'IEA de Paris offre la possibilité aux chercheurs qu’il accueillera à partir d’octobre 2014 ou janvier 2015, de se consacrer entièrement au développement de leur recherche en bénéficiant d’un environnement scientifique de premier plan, et en établissant des réseaux durables avec les institutions universitaires et de recherche à Paris et dans la Région Île-de-France.

Announcement

Argument

In partnership with Électricité de France (EDF), Paris Institute for Advanced Studies (Paris IAS) is recruiting two junior or senior researchers in economics, political science, sociology or other social sciences for a period of nine months, to take part in a research programme on the energy transition of European societies, on the city and regional levels, with particular emphasis on Germany and the UK.

Beginning with a state of the art on the energy transition issue in Europe, preferably focused on one of these two countries, and a detailed study of the specific local and national configurations of the country being studied, the successful applicants will analyse how new energy policies are implemented and accepted on a practical level. Based on these analyses, applicants may propose forward-looking views of short- and medium-term trends

Germany and the UK: two examples

In anticipation of the energy transition ahead – with a change in the energy mix and growing importance of renewable energies – the UK and Germany, two major European countries in terms of their demographic, economic, and political weight, have already adopted orientations aimed at adjusting their future energy mix policies.

In the wake of the Fukushima nuclear disaster, Germany has adopted its Energiewende regulations, which break down the energy transition concept: an exit from nuclear power scheduled for 2022, development of renewable energies on a massive scale, and energy conservation/efficiency aspects (for buildings and transport). In addition to these objectives, Germany has adopted an ambitious carbon target, planning for continued use of coal during a transitional period. Germany has committed to challenging objectives for the electricity sector, based on the development of offshore wind farms, related electricity transmission infrastructure, and electricity generation reserve capacity, but also dependent on the social and economic acceptability of more local solutions (onshore wind farms and photovoltaic power). In the building sector, the challenge lies in the substantial uncertainty that surrounds the costs of implementing the energy transition policy and the potential for mobilising different sectors. 

While adopting a different approach, the UK, with its ageing electricity generation network, has also committed to an ambitious policy of reducing greenhouse gas emissions by 80% in 2050 compared to their 1990 levels. To achieve this goal, the UK plans to focus on nuclear power and substantial development of renewable energy (notably offshore wind farms), while relying on natural gas during the transitional period. In the UK, the effects of the economic crisis have had an impact on the energy transition debate, e.g. through the question of household energy vulnerability or prices for end-users, as well as the issue of company competitiveness and the contribution of energy producers or suppliers, who are asked to help implement a policy aimed at reducing their sales.

Possible reactions of civil society

The actual combination of actions aimed at energy conservation, along with the greening or denuclearisation of the energy mix, will spark reactions from civil society, just as other past infrastructure projects have done. Some segments of civil society will be in favour of these actions, while others will be opposed (usage conflicts), thus giving rise to changes in the institutional landscape. Energy transition policies, notably those aimed at energy conservation, raise issues of environmental, social, and political acceptability: to what extent and under what conditions will regional populations and stakeholders accept or support the construction of infrastructure for energy production (onshore or offshore wind farms, etc.) and electricity generation? These policies also have economic stakes given the investments needed (for buildings, transport, and production) and financing. These economic stakes affect citizens, customers, local associations or local authorities, as well as various industrial sectors, including energy production firms. Given the potential flurry of local initiatives, what contradictions will local and national authorities have to deal with?

Research project

The projects proposed should respond to one or more of the following issues:

  • Study the sociological, economic, and political foundations that underlie the capacity of the society in question to cope with a major energy transition.
  • Analyse the actual conditions of the energy transition, incorporating the concepts of energy conservation and autonomy.
  • Identify how the energy transition is taking shape at the local level, in a European country in which the governance of cities and their surrounding regions has a strong impact. This will notably entail answering the following questions:
    • How are cities or towns grouped together?
    • On the local level, what are the current and future sources of leverage for, and obstacles to, the energy transition?
    • What are the current and future roles played by various local stakeholders (customers, citizens, NGOs, regional authorities, industrials, trade federations), and how do they interact with the various schemes in place?
    • Do strong local initiatives coexist alongside a top-down policy?
  • Evaluate, possibly in a forward-looking scenario, how the consensus in favour of an energy transition may break down over time based on the difficulties that can be anticipated. In particular, the aim will be to consider the local dimension of the country being studied, notably on the level of cities/towns and groups of towns, as these are the places where experience is actually taking place and consensus is arrived at.
  • Propose a method for testing the hypothesis of an “ecologisation” of civil society, and identify its economic, social, or environmental driver.

Residency conditions and rules

The two successful applicants will become resident researchers at Paris IAS for a period of nine months. During this period, they will be free of any administrative or teaching tasks. They will benefit from the working conditions offered by Paris IAS (including an office and workstation, meeting and conference rooms, facilitated access to research libraries in Paris, and funding for travel expenses). Furthermore, they will benefit from the scientific contacts of the IEA in the research institutions of the Paris area, and they will have the opportunity to develop collaborations with centers engaged in research on the energy transition.

During their residency, the cost of their accommodation in Paris will be covered by Paris IAS. Insofar as possible, Paris IAS will ensure that each resident researcher is compensated for the additional costs incurred by his/her stay in Paris. Researchers are not allowed to benefit from several fellowships over the same period.

The status proposed by Paris IAS for resident researchers will depend on whether or not their home institutions contribute to their compensation during their residency, and whether or not they have insurance coverage.

If, during the period of their residency in Paris:

A – The resident retains his/her professional status as a professor or researcher at the home institution (with pay or as an unpaid sabbatical leave) and insurance coverage, then the resident shall be covered by a stipend agreement signed by two parties (i.e. the resident and Paris IAS) or three parties (i.e. the home institution, the resident, and Paris IAS);

B – The resident does not enjoy permanent professional status in his/her country of origin, then he/she shall be offered a fixed-term employment contract upon arriving in France.

Other special cases will be examined on a case-by-case basis.

During their residency at Paris IAS, residents will organise a cycle of three conferences related to their research:

The first conference will be held within the first two months and will be aimed at presenting early research and the initial paths explored. This conference will entail a summary document and a presentation.

The second conference will be held halfway through the residency during the fifth month, and will report on progress achieved. It will also entail a summary document and a presentation.

The third conference will be held just before the end of the residency. It will entail a research report and a presentation.

APPLICATION FILE

To apply, candidates will write a brief research project proposal in French or in English. This proposal, five to ten pages in length, will start with an actual case drawn from Germany or the UK, and will describe the research to be conducted. Candidates may, if they so desire, present two separate applications: one for Germany and one for the UK. Candidates will describe how they intend to gather the information required, as well as the methods that they plan to use. Candidates must be able to work autonomously.

The application file, in English or in French, must be submitted only through the online application system. Paper applications will not be accepted.

The online application will include the following:

  • Completed online application form
  • Curriculum vitae (maximum 10 pages) including a list of publications and a list of the five most important publications
  • Description of the research project (5-10 pages), including:
    • A general presentation of the research, hypotheses and main objectives
    • A description of the methodology to be applied
    • A selected bibliography covering the proposed topic
    • A short summary of the project in English and in French
  • Two letters of recommendation for junior researchers (3 to 9 years after PhD)

ELIGIBILITY CRITERIA

Researchers from all over the world are eligible.

The applicant must have at least three years of active research experience following their PhD.

Researchers with less than 10 years of active research experience after their PhD must provide two letters of recommendation.

French language skills are not a prerequisite, but would be a plus. If French is not spoken, English language skills are required.

SELECTION CRITERIA

The main selection criteria are:

  • Scientific quality of the project and its suitability for the current call for applications
  • The applicant’s scientific background
  • For junior researchers (3 to 9 years after PhD), two letters of recommendation

TIMETABLE

Deadline for applications: Friday, March7, 2014 at 14h (2:00 pm), Paris time

Short-listing: March-April 2014

Final selection: June 2014

Publication of chosen applicants:  June-July 2014

Beginning of the research residency: October 2014 or January 2015, depending on the availability of the applicant

To access the online application system: http://appelthematique.paris-iea.fr

Scientific Committee

  • Alain Berthoz, Collège de France, Paris (sciences cognitives, neurophysiologie)
  • Barbara Cassin, Centre national de la recherche scientifique (philosophie)
  • Catherine Colliot-Thélène, université de Rennes 1 (philosophie politique)
  • Pierre Force, université de Columbia (littérature et histoire de la pensée)
  • Paul de Grauwe, université de Louvain (économie internationale et questions européennes)
  • Bernard Hubert, Institut national de la recherche agronomique (développement durable, éco-systèmes)
  • Hanspeter Kriesi, université de Zürich (science politique)
  • Robert Morrissey, université de Chicago (littérature et histoire culturelle)
  • François Ost, Facultés universitaires Saint Louis, Bruxelles (théorie et philosophie du droit)
  • Gilles Pécout, Ecole normale supérieure, Paris (histoire)
  • Dominique Pestre, Ecole des hautes études en sciences sociales, Paris (histoire des sciences)
  • Brian Stock, université de Toronto, ancien résident du Collège de France (histoire et littérature)
  • Harald Weinrich, université de Munich/Collège de France (philologie)

For additional information:
Paris IAS: http://www.paris-iea.fr/en
Correspondence:  candidature2014@paris-iea.fr

Argumentaire

En partenariat avec Electricité de France (EDF), l’Institut d’études avancées (IEA) de Paris recrute deux chercheurs de haut niveau, juniors ou séniors, français ou étrangers, en économie, science politique, sociologie ou autres sciences sociales, pour une période de 9 mois chacun, dans le cadre d’un programme de recherche sur la transition énergétique des sociétés européennes, de la ville au territoire et plus particulièrement en Allemagne et au Royaume-Uni.

A partir d’un état de l’art sur la question de la transition énergétique en Europe, et de préférence dans ces deux pays et d’une étude des configurations locales et nationales propres au pays étudié, on attendra du candidat ou de la candidate une analyse de la manière concrète dont se mettent en place et sont accueillies les nouvelles politiques énergétiques. Sur la base de ces analyses, il pourra être proposé des visions prospectives des dynamiques à court et moyen terme

L’Allemagne et le Royaume-Uni : deux exemples

Dans la perspective de la transition énergétique annoncée – changement de la composition du mix énergétique, place croissante des énergies renouvelables – le Royaume-Uni et l’Allemagne, pays importants en Europe du point de vue de leurs poids démographique, économique et politique, ont déjà adopté des orientations en vue d’une inflexion de leurs futures politiques en matière énergétique 

Dans le contexte de crise post-Fukushima, l’Allemagne a adopté la réglementation Energiewende qui décline le concept de tournant énergétique : sortie du nucléaire programmée en 2022, développement massif des énergies renouvelables et des aspects de sobriété énergétique (bâtiment et mobilité). A ces objectifs s’ajoute une cible carbone ambitieuse, prévoyant de façon transitoire le maintien de la place du charbon. L’Allemagne se retrouve engagée dans un défi qui repose, pour le secteur électrique, sur le développement de l’éolien en mer, des infrastructures de transport associées ou encore de la capacité de réserve de production électrique, mais aussi sur l’acceptabilité sociale et économique de solutions plus locales (éolien on-shore et photovoltaïque). Dans le domaine du bâtiment, le challenge réside dans la grande incertitude entourant les coûts de mise en œuvre de la politique de transition et le potentiel de mobilisation des différentes filières.

Bien qu’empruntant des voies différentes, le Royaume Uni, dont le parc électrogène est vieillissant, s’est engagé également dans une politique ambitieuse de réduction de 80% des gaz à effet de serre en 2050 par rapport à 1990. Il compte pour cela sur le nucléaire et le développement important des énergies renouvelables (notamment l’éolien off-shore), tout en s’appuyant sur le gaz naturel durant la transition. Au Royaume Uni, les effets de la crise s’invitent dans le débat sur la transition énergétique à travers par exemple la question de la précarité énergétique ou des prix finals de l’énergie, mais aussi celle de la compétitivité des entreprises et de la contribution des producteurs et fournisseurs qui sont appelés à participer à la mise en place d’une politique visant à diminuer leurs ventes.

Les réactions possibles de la société civile

La déclinaison concrète des actions visant la sobriété énergétique, associée au verdissement voire à la dénucléarisation du mix énergétique, suscitera comme pour d’autres projets d’aménagement passés des réactions de la société civile. Certaines favoriseront ces actions, d’autres s’y opposeront (conflits d’usage), donnant ainsi lieu à des recompositions des territoires. Les politiques de transitions énergétiques, notamment celles visant à la sobriété, soulèvent en effet des questions d’acceptabilité environnementale, sociale et politique : dans quelle mesure et selon quelles modalités les populations et les acteurs des territoires estimeront-ils légitime voire souhaitable la construction des infrastructures de production (éolien on-shore et off-shore, …) et de transport électrique ? Elles représentent également des enjeux économiques, en raison des investissements nécessaires (bâtiment, mobilité, production) et de leurs financements tant au niveau du citoyen, du client, des associations locales ou des collectivités que des différents secteurs industriels, y compris celui des énergéticiens. Face au foisonnement éventuel d’initiatives locales, quelles seront les contradictions auxquelles seront confrontées les autorités locales et nationales ?

Le projet de recherche

Les projets proposés devront répondre à une ou plusieurs des problématiques suivantes :

  • Etudier les ressorts sociologiques, économiques et politiques de la capacité de la société considérée à assumer un tournant énergétique majeur.
  • Analyser les modalités concrètes de la transition énergétique, en intégrant les notions de sobriété et d’autonomie énergétique.
  • Identifier la manière dont la transition énergétique prend forme au niveau local, dans le contexte d’un pays européen où la gouvernance des villes et de leurs territoires associés a un impact fort. Ceci implique notamment de répondre aux questions suivantes :
    • Comment les villes se regroupent-elles ?
    • Quels sont et quels pourraient être dans le futur les leviers et les freins de la transition énergétique au niveau local ?
    • Quel rôle jouent et pourraient jouer dans le futur les différents acteurs locaux (client, citoyen, associations non gouvernementales, collectivités territoriales, acteurs industriels, associations sectorielles) et comment interagissent-ils avec les différents dispositifs mis en place ?
    • Constate-t-on, en parallèle d’une politique de type top-down, des initiatives locales fortes ?
  • Evaluer, éventuellement sous forme de scénario prospectif, la déformation dans le temps du consensus autour de la nécessité d’une transition énergétique, en fonction des difficultés qui peuvent être anticipées. Il s’agira en particulier de considérer la dimension territoriale du pays étudié, notamment au niveau de la ville et des associations de villes, lieux d’expérience concrète et point d’arrivée du consensus.
  • Proposer une méthode pour vérifier l’hypothèse d’une « écologisation » de la société civile et identifier quel en serait le moteur, économique, social ou environnemental.

Conditions d’accueil et règles de séjour

Les deux candidats sélectionnés deviendront résidents de l’Institut d’études avancées de Paris pour une durée de 9 mois, durant laquelle ils seront déchargés de toute tâche administrative et d’enseignement. Ils bénéficieront des conditions de travail offertes par l’Institut (bureau et poste de travail, salles de réunion et de conférence, accès facilité aux bibliothèques parisiennes, financement de leurs déplacements). Ils pourront en outre profiter des contacts scientifiques rendus possibles par l’insertion de l’IEA dans le monde de la recherche francilienne et construire ainsi des collaborations au sein des laboratoires engagés dans des recherches portant sur la transition énergétique.

Durant leur séjour, les frais d’hébergement à Paris des deux lauréats seront pris en charge par l’institut. Dans la mesure de ses possibilités, l’IEA de Paris veillera à préserver le niveau de vie de chaque résident des surcoûts causés par son séjour à Paris. Il n’est pas possible de cumuler plusieurs bourses au cours d'une même période.

Le statut proposé par l’IEA de Paris aux résidents dépendra de la participation ou non de leur institution d’origine aux revenus perçus au cours de la période, ainsi qu’au maintien ou non de leur couverture sociale.

Si, au cours de la période de séjour à Paris,

A- le résident conserve son statut professionnel d’enseignant ou de chercheur dans son institution d’origine (avec rémunération ou en congé sabbatique non rémunéré) ainsi que sa couverture sociale : il bénéficiera d’une convention d’allocation soit bipartite (entre le chercheur et l’IEA de Paris), soit tripartite (entre l’université, le chercheur et l’IEA de Paris),

B- le résident ne dispose pas de statut professionnel permanent dans son pays d’origine : un contrat de travail à durée déterminée lui sera proposé à son arrivée en France,

Les autres cas spécifiques feront l’objet d’un examen particulier.

Durant leur résidence à l’Institut, les résidents proposeront un cycle de trois conférences en lien avec leur recherche :

Une première conférence aura lieu dans les 2 premiers mois et aura pour objet de présenter le début des travaux et les premières pistes explorées. Elle fera l’objet d’un document de synthèse associé à la présentation.

Une seconde conférence aura lieu à mi-parcours au cours du cinquième mois, pour faire état de l’avancement des travaux. Elle fera l’objet d’un document de synthèse associé à la présentation.

Une troisième conférence aura lieu peu de temps avant la fin de la recherche. Elle fera l’objet d’un rapport de recherche associé à la présentation.

Rémunérations

Selon les informations ainsi recueillies, chaque résident recevra une rémunération ou allocation de recherche correspondant à la catégorie d'invitation définie et dont le montant varie entre 1500 euros et 3000 euros.
Ce montant pourra être modulé en fonction des conditions statutaires du résident et des écarts entre le coût de la vie de son pays d’origine et la France.

DOSSIER DE CANDIDATURE

Pour répondre à cet appel, le candidat rédigera un projet de recherche court en français ou en anglais, de l’ordre de 5 à 10 pages, dans lequel, à partir du cas concret de l’un des deux pays, Allemagne ou Angleterre, il décrira la recherche qu’il entend mener. Il pourra s’il le souhaite présenter deux dossiers de candidature distincts : un pour l’Allemagne et un pour le Royaume Uni. Il décrira la façon dont il entend recueillir les informations nécessaires et les méthodes qu’il pense pouvoir déployer. Le candidat devra être autonome.

Le dossier de candidature, rédigé en anglais ou en français, sera déposé exclusivement via le système de candidature en ligne. Les dossiers papiers ne seront pas acceptés.

Le dossier en ligne sera constitué des pièces suivantes :

  • Formulaire de candidature en ligne dûment rempli ;
  • Curriculum vitae (10 pages max.) incluant une liste de publications et une liste des 5 publications considérées comme étant les plus importantes;
  • Description du projet de recherche (entre 5 et 10 pages), incluant :
    • Une présentation générale de la recherche, ses hypothèses et objectifs principaux,
    • Une description de la méthodologie adoptée,
    • Une bibliographie sélective portant sur le sujet proposé,
    • Un court résumé du projet en anglais et en français ;
  • Deux lettres de recommandation pour les chercheurs juniors (3 à 9 ans après le doctorat).

CRITERES D’ÉLIGIBILITÉ

Sont éligibles les chercheurs de toutes nationalités.

Le candidat doit posséder au moins trois ans d’expérience active de la recherche après le doctorat.

Pour les chercheurs possédant moins de dix ans d’expérience de la recherche après le doctorat, deux lettres de recommandation sont nécessaires.

La maîtrise de la langue française n’est pas un prérequis, mais sera un plus. A défaut, la maîtrise de la langue anglaise est obligatoire.

CRITÈRES DE SÉLECTION

Les principaux critères de sélection sont :

  • La qualité scientifique du projet et son adéquation au présent appel ;
  • Le parcours scientifique du candidat ;
  • Pour les chercheurs juniors (3 à 9 ans après le doctorat), deux lettres de recommandation.

CALENDRIER

Date limite de dépôt de candidatures : vendredi 7 mars 2014 à 14h (2:00 PM) heure de Paris

Présélection : mars-avril 2014

Sélection finale :  juin 2014

Publication des résultats :  juin-juillet 2014

Début de séjour des résidents : Octobre 2014 ou janvier 2015 selon la disponibilité du candidat

Pour accéder au système de dépôt des candidatures en ligne:http://appelthematique.paris-iea.fr

Conseil scientifique

Les membres du Conseil scientifique sont des chercheurs internationalement reconnus et au fait des travaux des IEA dans le monde. Le Conseil scientifique procède à l'évaluation des dossiers de candidature et donne son avis sur les programmes et orientations générales de l'IEA.
Il est présidé par Wolf Lepenies, Wissenschaftskolleg de Berlin

Sont membres du Conseil scientifique :

 

Pour toute information complémentaire :
IEA de Paris : http://www.paris-iea.fr
Adresse de correspondance :  candidature2014@paris-iea.fr

Places

  • 17 quai d'Anjou
    Paris, France (75004)

Date(s)

  • Friday, March 07, 2014

Keywords

  • Institut d'études avancées de Paris, EDF, transition énergétique, Allemagne, Royaume-Uni

Contact(s)

  • Simon Luck
    courriel : simon [dot] luck [at] paris-iea [dot] fr

Information source

  • Simon Luck
    courriel : simon [dot] luck [at] paris-iea [dot] fr

To cite this announcement

« The energy transition of European societies: from the city to the region », Scholarship, prize and job offer, Calenda, Published on Monday, December 09, 2013, https://calenda.org/267868

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search