Calenda - The calendar for arts, humanities and social sciences

Identities, Democracy, Borders

Identités, démocratie, frontières

*  *  *

Published on Friday, January 08, 2016 by Céline Guilleux

Summary

Au sein de l’Europe, espace aux contours relativement indéterminés, les efforts de rapprochement et d’intégration ont donné des résultats tangibles, en matière politique, économique, sociale et culturelle. Les objectifs étaient consensuels : assurer une paix durable, une croissance économique, une sécurité globale, une liberté d’agir, d’entreprendre et de penser. Pourtant, pour certains, l’intégration a été trop rapide, en particulier vers l’Est, ce qui a installé une différenciation nouvelle, Est / Ouest, s’ajoutant à une plus ancienne Nord / Sud. Ce prisme d’analyse est cependant réducteur, car il méconnaît largement les disparités internes à la plupart des territoires nationaux.

Within Europe, a relatively indeterminate contours’ space, efforts to integrate and to bound the people and the political systems have yielded tangible results in political, economic, social and cultural matters. The objectives were consensual, such as to ensure lasting peace, economic growth and global security, as well as the freedom to act, to undertake and to think. Yet some may think that the integration has been made too hastily – especially to the east, creating new differentiations: East/West, adding to an older North/South. This analytical prism however is reducing because it largely ignores internal disparities in most national territories.

Announcement

Banska Bystrica, 6-7 avril 2016

Argument

Within Europe, a relatively indeterminate contours’ space, efforts to integrate and to bound the people and the political systems have yielded tangible results in political, economic, social and cultural matters. The objectives were consensual, such as to ensure lasting peace, economic growth and global security, as well as the freedom to act, to undertake and to think. Yet some may think that the integration has been made too hastily – especially to the east, creating new differentiations: East / West, adding to an older North / South. This analytical prism however is reducing because it largely ignores internal disparities in most national territories. After a relative sharing of hope and confidence in the future, the European public spaces today are described as dominated by fears, disappointments, a particular distrust towards national governments in a context of crisis and human drama, widely publicized through the media. This context can be seen as triggers or a revelation of these fears and threats

The situation seems paradoxical. Indeed, the supposedly expressed profound differences within and between Member States, with the findings of non-communications (even non-communicabilities); perceptions, representations and expressions are different, in particular during the crises times. Yet, a more and more important part of the EU’s total population (the rate of 10% of the total population is often mentioned) has become mobile, works in a other country than his own, and travels, all without developing a migrating behaviour and with an identity constructions of a new kind – a composite one. The “Erasmus generation” is not just a marketing slogan, it corresponds to a practical reality for a growing number of European students. An “other” Europe seems to be emerging, most probably a long lasting one, through also other collective developments like for example transnational networks, NGOs, social or cultural initiatives. This “other” Europe is small, common, without surprises or discoveries; mobile citizens aspire to find new participation modes and evolution of democratic functioning particularly in relation to national votes, or to a low interconnection of political parties, or local debates.

The analyses of these developments, articulating the local and the global, are consistent with an appropriation of uses, postures, as well as movements, bringing new actual elements to the European Union which is still trying to establish a more democratic functioning and to make this functioning more “invested” by citizens, with a more efficient governance. Changes of expectations, rise of social networks and social mutations within the information society contribute to the transformation of local or national public spaces using the evolutions of a new space – from the borders’ approach. How to turn constraints into opportunities, with a commitment allowing to hope that, whatever the evolution of the European construction will be, the citizen should be able to participate in community life, in the exchange and the sharing?

If many borders seem to have disappeared, even they have been lately challenged by controls related to emergency situations, others did appear. There never has been new walls built worldwide than in the last two decades. And beyond a legitimization of the “fortress” Europe, within this space, other types of borders, e. g. mental ones, were implemented. The identity mechanisms need of course some boundaries in order to stay structured, and bringing together and the existence whilst allowing in the same time permitting to consider otherness. The important question is not to wonder if the borders are a necessity or not, but to properly define what type of borders do we need: passage or wall? Now we need to try to imagine which kind of borders are acceptable, legitimate, and useful.

This conference, organized under the frame of the Jean Monnet European Research Network “Identity, Culture, and Multilingualism Exchanges” (EUROMEC), propose an exploration of realities and borders of a situation described as paradoxical, situation of openness and practices, using especially transnational networks, along with withdrawals often described as identity withdrawals. Starting from this prism, it is expected to uncover descriptions and analyses of situations, perceptions, attitudes, representations, uses and activities of European Union countries’ citizens, with respect to identity dynamics (possibly connected to an exploration of the bottom-up community building). Our aim is also to explore the impact of policies, programmes and cultural activities, educational, social, economic, geopolitical and/or geo-economic European institutions on identity mechanisms of citizens (identity building top-down).

Submission guidelines

Presentation: English, French, Slovak. Contributions: English, French

The proposals for papers (title, summary of the proposal – 150 words – 4-6 keywords, personal presentation of authors) should be sent

before the March, 15th, 2016,

both to Radovan Gura, radovan.gura@umb.sk & Gilles Rouet: gilles.rouet@umb.sk

The selected papers will be sent before May 31th, 2016 (30 to 40,000 characters). A publication will then be realised in France and/or Slovakia.

Organisation committee

  • Anne-Coralie Bonnaire, Assistante, Université de Leipzig, Université Paris Descartes
  • Etienne Ciapin, Assistant, UMB, Université Pierre Mendès France, Grenoble
  • Thierry Côme, Maître de conférences habilité, Université de Reims-Champagne-Ardenne
  • Serge Dufoulon, Professeur, Université Pierre Mendès France, Grenoble
  • Radovan Gura, Maître de conférences habilité, UMB
  • Christophe Lips, Assistant, ISM, UVSQ
  • Dilyana Pavlova, Assistante, Université de Sofia St Clément d’Ohrid
  • Stela Raytcheva, Maître de conference, ISM, UVSQ
  • Gilles Rouet, Professeur, Université Matej Bel de Banska Bystrica, Université de Versailles St Quentin en Yvelines
  • Maria Rostekova, Maître de conférences, Université Matej Bel de Banska Bystrica
  • Maria Stoicheva, Professeur, Vice-Rectrice, Université de Sofia St Clément d’Ohrid

Scientific committee

  • Stéphane Alvarez, Maître de conférences, Université Pierre Mendès France, Grenoble
  • Thierry Côme, Maître de conférences habilité, Université de Reims-Champagne-Ardenne
  • Serge Dufoulon, Professeur, Université Pierre Mendès France, Grenoble
  • Radovan Gura, Maître de conférences habilité, Université Matej Bel de Banska Bystrica
  • Igor Kosir, Professeur, Université Matej Bel de Banska Bystrica
  • Stela Raytcheva, Maître de conference Université de Versailles St Quentin en Yvelines
  • Gilles Rouet, Professeur, Université Matej Bel de Banska Bystrica, Doyen, Université de Versailles St Quentin en Yvelines
  • Maria Rostekova, Maître de conférences, Université Matej Bel de Banska Bystrica
  • Maria Stoicheva, Professeur, Vice-rectrice, Université de Sofia St Clément d’Ohrid
  • Peter Terem, Professeur, Vice-doyen, Université Matej Bel de Banska Bystrica

Banska Bystrica, 6-7 avril 2016

Argumentaire

Au sein de l’Europe, espace aux contours relativement indéterminés, les efforts de rapprochement et d’intégration ont donné des résultats tangibles, en matière politique, économique, sociale et culturelle. Les objectifs étaient consensuels : assurer une paix durable, une croissance économique, une sécurité globale, une liberté d’agir, d’entreprendre et de penser. Pourtant, pour certains, l’intégration a été trop rapide, en particulier vers l’est, ce qui a installé une différenciation nouvelle, Est/Ouest, s’ajoutant à une plus ancienne Nord/Sud. Ce prisme d’analyse est cependant réducteur, car il méconnaît largement les disparités internes à la plupart des territoires nationaux. Après un relatif partage d’espoir et de confiance en l’avenir, les espaces publics européens sont aujourd’hui décrits comme dominés par des peurs, des désenchantements, une méfiance en particulier envers les gouvernements nationaux, dans un contexte de crises et de drames humains largement médiatisés qui peuvent s’analyser à la fois comme déclencheurs et révélateurs de ces peurs et de ces menaces.

La situation semble paradoxale. En effet, des divergences supposées profondes s’expriment au sein et entre les États membres, avec des constats d’incommunications (voire d’incommunicabilités) ; les perceptions, représentations et expressions sont différentes, en particulier sur ces crises. Pourtant, une partie de plus en plus importante de la population totale de l’UE (le taux de 10 % de la population totale est souvent évoqué) est devenue mobile, travaille dans un autre pays que le sien, voyage et transite, le tout sans développer de comportement de migrant et avec des constructions identitaires d’un genre nouveau, composite. La « génération Erasmus » n’est pas qu’un slogan marketing, elle correspond à une réalité des pratiques pour un nombre croissant d’étudiants européens. Une « autre » Europe semble ainsi s’installer, certainement durablement, également avec d’autres évolutions collectives : des réseaux transnationaux, des ONG, des initiatives sociales ou culturelles. Cette « autre » Europe est petite, banale, sans surprise ni découverte et les citoyens mobiles aspirent à d’autres modes de participation, à une évolution des fonctionnements démocratiques, en particulier par rapport aux votes nationaux, à la faible connexion des partis politiques, aux débats locaux.

Les analyses de ces évolutions, articulant le local et le global, s’inscrivent dans une appropriation des usages, des postures, des déplacements et pourraient apporter des éléments concrets pour l’Union européenne qui cherche encore à mettre en place un fonctionnement plus démocratique, plus « investi » par les citoyens, et une gouvernance plus efficace. L’évolution des attentes, l’essor des réseaux sociaux et la mutation sociale dans le cadre de cette société de l’information contribuent à la transformation des espaces publics locaux, nationaux qui utilisent la transformation d’un nouvel espace, du point de vue des frontières. Comment transformer les contraintes en opportunités, avec un engagement qui permette d’espérer que, quelle que soit l’évolution de la construction européenne, le citoyen soit en mesure de participer à la vie collective dans l’échange et le partage ?

Si beaucoup de frontières semblent avoir disparu, même remises en cause par des contrôles liés à des situations d’urgence, d’autres sont apparues. Dans le monde entier, jamais autant de murs n’ont été construits. Et au-delà d’une légitimation de la « forteresse » européenne, à l’intérieur de cet espace, d’autres types de frontières, mentales, se sont mises en place. Les mécanismes identitaires ont bien sûr besoin de limites, de frontières qui structurent, qui rassemblent et permettent d’exister en pouvant envisager l’altérité. La question importante n’est alors pas de déterminer si les frontières sont nécessaires ou pas, mais de bien intégrer de quel type de frontière il s’agit : passage ou mur, et d’essayer d’imaginer quelles limites sont acceptables, légitimes, utiles.

Ce colloque, organisé dans le cadre du réseau de recherche Jean Monnet European Identity, Culture, Exchanges and Multilingualism (EUROMEC), propose une exploration des réalités et des frontières de cette situation décrite comme paradoxale, d’ouverture et de pratiques, en particulier en réseau, transnational, en même temps que des replis, souvent qualifiés d’identitaires. Il est attendu, à partir de ce prisme, des descriptions et analyses de situations, perceptions, attitudes, représentations, usages et activités des citoyens des pays de l’Union européenne, relativement aux dynamiques identitaires (ce qui peut participer à une exploration de la construction communautaire bottom-up). Il s’agit également d’explorer l’impact des politiques, programmes et actions culturels, éducatifs, sociaux, économiques, géopolitiques et/ou géoéconomiques des institutions européennes sur les mécanismes identitaires des citoyens (construction identitaire top-down).

Modalités de soumission

Langues du colloque. Communication : Anglais, Français, Slovaque. Contributions écrites : Anglais, Français

Les propositions de contributions (titre, résumé de la proposition – 150 mots –, 4 à 6 mots-clés, présentation personnelle de l’auteur ou des auteurs) sont à adresser

avant le 15 mars 2016,

simultanément à Radovan Gura, radovan.gura@umb.sk & Gilles Rouet, gilles.rouet@umb.sk

Les auteurs retenus devront adresser leur texte avant le 31 mai 2016 (30 à 40 000 caractères). Une publication sera ensuite organisée en France et/ou en Slovaquie.

Comité d’organisation

  • Anne-Coralie Bonnaire, Assistante, Université de Leipzig, Université Paris Descartes
  • Etienne Ciapin, Assistant, UMB, Université Pierre Mendès France, Grenoble
  • Thierry Côme, Maître de conférences habilité, Université de Reims-Champagne-Ardenne
  • Serge Dufoulon, Professeur, Université Pierre Mendès France, Grenoble
  • Radovan Gura, Maître de conférences habilité, UMB
  • Christophe Lips, Assistant, ISM, UVSQ
  • Dilyana Pavlova, Assistante, Université de Sofia St Clément d’Ohrid
  • Stela Raytcheva, Maître de conference, ISM, UVSQ
  • Gilles Rouet, Professeur, Université Matej Bel de Banska Bystrica, Université de Versailles St Quentin en Yvelines
  • Maria Rostekova, Maître de conférences, Université Matej Bel de Banska Bystrica
  • Maria Stoicheva, Professeur, Vice-Rectrice, Université de Sofia St Clément d’Ohrid

Comité scientifique

  • Stéphane Alvarez, Maître de conférences, Université Pierre Mendès France, Grenoble
  • Thierry Côme, Maître de conférences habilité, Université de Reims-Champagne-Ardenne
  • Serge Dufoulon, Professeur, Université Pierre Mendès France, Grenoble
  • Radovan Gura, Maître de conférences habilité, Université Matej Bel de Banska Bystrica
  • Igor Kosir, Professeur, Université Matej Bel de Banska Bystrica
  • Stela Raytcheva, Maître de conference Université de Versailles St Quentin en Yvelines
  • Gilles Rouet, Professeur, Université Matej Bel de Banska Bystrica, Doyen, Université de Versailles St Quentin en Yvelines
  • Maria Rostekova, Maître de conférences, Université Matej Bel de Banska Bystrica
  • Maria Stoicheva, Professeur, Vice-rectrice, Université de Sofia St Clément d’Ohrid
  • Peter Terem, Professeur, Vice-doyen, Université Matej Bel de Banska Bystrica

Places

  • Faculté des sciences politiques et des relations internationales - Kuzmányho 1
    Banská Bystrica, Slovakia (97401)

Date(s)

  • Tuesday, March 15, 2016

Keywords

  • identité, construction européenne, frontière, participation, mobilité, migration

Contact(s)

  • gilles rouet
    courriel : gilles [dot] rouet [at] uvsq [dot] fr

Information source

  • gilles rouet
    courriel : gilles [dot] rouet [at] uvsq [dot] fr

To cite this announcement

« Identities, Democracy, Borders », Call for papers, Calenda, Published on Friday, January 08, 2016, https://calenda.org/352047

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal