AccueilLes sens dans la traduction du « texte » filmique

Les sens dans la traduction du « texte » filmique

The senses of translation of the filmic "text"

*  *  *

Publié le jeudi 01 mars 2018 par João Fernandes

Résumé

La traduction audio-visuelle ne saurait se concevoir sans une visée sensorielle : « le traducteur écrit pour la vue et pour l’ouïe, c’est-à-dire pour un locuteur et pour un auditeur et non pour un lecteur. » (T. Le Nouvel). Le texte dialogique y est destiné à la performance et la représentation, que ce soit en version originale ou dans les différentes formes de versions traduites (sous-titrage, doublage, voice-over, audiodescription ou sous-titrage pour malentendants, etc.). Cette visée pragmatique induit une autre dimension, celle de l’incarnation au sens premier, de mise en chair par un acteur, dimension capitale pour le doublage par exemple.

Annonce

TRACT – PRISMES EA 4398 – Université Sorbonne nouvelle-Paris 3 – EA CECILLE –Université Lille 3

Argumentaire

La traduction audio-visuelle ne saurait se concevoir sans une visée sensorielle : « le traducteur écrit pour la vue et pour l’ouïe, c’est-à-dire pour un locuteur et pour un auditeur et non pour un lecteur. » (T. Le Nouvel). Le texte dialogique y est destiné à la performance et la représentation, que ce soit en Version Originale ou dans les différentes formes de Versions Traduites (sous-titrage, doublage, voice-over, audiodescription ou sous-titrage pourmalentendants, ...). Cette visée pragmatique induit une autre dimension, celle de l’incarnation au sens premier, de mise en chair par un acteur, dimension capitale pour le doublage par exemple.

L’enjeu majeur est alors de parvenir à reproduire, à l’usage du public étranger, « le ressort de la synchronisation » la synchrèse initiale : C’est la synchrèse qui permet le doublage, la post-synchronisation et le bruitage, et donne à cesopérations une marge de choix si grande. Grâce à elle, pour un seul corps et un seul visage sur l’écran, il y a des dizaines de voix possibles ou admissibles (M. Chion). L’adaptateur travaille donc pour permettre à l’auteur d’exprimer sa voix, mais aussi pour confier son texte à une voix d’acteur, qui aura pour mission le transfert du verbal au vocal etson inscription dans le tissu filmique.

D’où la dichotomie engendrée pour le récepteur étranger : « Le doublage est ce qui va rendre simultanément présents (la voix de la doublure et le corps de l’acteur s’affichent) et absents (le corps de la doublure et la voix de l’acteur s’effacent) des voix et des corps. » (F. Berthet). Le texte filmique est en effet porté par une gestuelle et une voix. Le traducteur audiovisuel oeuvre donc pour un auteur, mais le comédien de doublage sera le « passeur » du texte cible vers le public final, car « même inscrite dans la diégèse, même visible à l’écran grâce au visage qui la porte vers celui d’un autre personnage, la voix sort du film et s’adresse directement au spectateur » (D. Sipière), matérialisant le phénomène de double énonciation.

De ce fait, la coopération active du spectateur s’avère nécessaire à la réception de la version traduite. Il sera donc sensible à l’authenticité de l’interprétation du dialogue, qui joue un rôle essentiel pour façonner la perception qu’aura le public de la qualité du film (L. Perez-González). La conjonction de ces conséquences, esthétiques mais aussi économiques, confère à la traduction de la sensorialité une responsabilité qui dépasse les questions purement herméneutiques.

Dans d’autres formes de TAV, le rapport aux sens joue tout autant : le sous-titrage sur-sollicite le sens visuel en exigeant du spectateur la lecture d’un texte combinée au visionnage des images, impliquant un rapport spécifique à l’image. On pourra s’intéresser, dans le cadre des différents modes de TAV, aux aspects suivants, sans exclusive : spécificités de l'oral dans l'écrit et réalisation sonore contraintes de synchronisation image/son dans le doublage et incidences sur le texte filmique prise en charge et transfert de l'univers vocal original (rythme, sonorités) traduction du sens non-vocal et/ou non-verbal à l’écran transfert des onomatopées, des chansons particularités sensorielles de la traduction de films musicaux comparaison de la contrainte sensorielle pour le spectateur entre doublage et soustitrage interaction entre vision et son dans le sous-titrage spécificités du sous-titrage pour malentendants dans la « compensation » du déficitauditif et de l’audio-description dans celle du déficit visuel rapports entre l’image originelle et sa description audio pour malvoyants comparaison entre sous-titrage au cinéma et sur-titrage au théâtre ou à l’opéra traduction du « débordement des sens » : interjections, jurons, etc.

Enfin, une dernière piste peut concerner une autre forme de traduction, intralinguistique,l’adaptation cinématographique de textes littéraires : comment le film transcrit-il pour lespectateur, sur les plans visuel et auditif, ce que l’auteur initial a offert au lecteur sous forme écrite ?

Conditions de soumission

Les propositions de communication (résumé d’une demi-page, en français ou en anglais), ainsi qu’un bref CV, sont à adresser à :Frédérique Brisset : frederique.brisset@univ-lille3.frBruno Poncharal : bruno.poncharal@orange.fr

pour le 15 avril 2016, date butoir

Colloque TRACT 14-15 octobre 2016

Comité scientifique

  • Fabrice Antoine, Pr, Université de Lille
  • Sabrina Baldo, MCF, Université d'Evry
  • Frédérique Brisset, MCF, Université de Lille
  • Delia Chiaro, Pr, Université de Bologne, Italie
  • Jean-François Cornu, traducteur-adaptateur et chercheur indépendant
  • Bruno Poncharal, Pr, Université Sorbonne nouvelle Paris 3
  • Aline Remael, Pr, Université d'Anvers, Belgique
  • Louise Von Flotow, Pr, Université d'Ottawa, Canada

Lieux

  • Université Sorbonne nouvelle, site Censier
    Paris, France (75)

Dates

  • vendredi 15 avril 2016

Mots-clés

  • traduction, cinéma, langue, traduction audiovisuelle, traductologie

Contacts

  • Frederique Brisset
    courriel : frederique [dot] brisset [at] univ-lille3 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Frederique Brisset
    courriel : frederique [dot] brisset [at] univ-lille3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les sens dans la traduction du « texte » filmique », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 01 mars 2018, https://calenda.org/362977

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal