AccueilÀ l'écoute des sciences sociales

À l'écoute des sciences sociales

Listening to social sciences

*  *  *

Publié le jeudi 23 mars 2017 par Céline Guilleux

Résumé

Le cycle de conférences « À l'écoute des sciences sociales organisé par trois laboratoires du pôle marseillais de l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS), l'IDEP (Institut d'économie publique), le GREQAM (Groupement de recherche en économie quantitative d'Aix-Marseille) et le Centre Norbert Elias (Sociologie, histoire, anthropologie des dynamiques culturelles) - en partenariat avec la Bibliothèque départementale des Bouches-du-Rhône, ABD-Gaston Defferre.

Annonce

Programme

6 avril 2017

Comprendre le malheur français

Conférence de Marcel Gauchet, philosophe, EHESS, auteur du livre Comprendre le malheur français, avec François Azouvi et Eric Conan, 2016, Les Essais, Stock, Paris

Le philosophe fait le constat qu’à peu près "toutes les démocraties occidentales sont en proie, à des degrés divers, à des "crises identitaires" qui se traduisent politiquement par des phénomènes dits "populistes". Ces crises ont autant de visages qu'il y a d'histoires nationales. Le cas français offre une illustration marquante de ce trouble général, avec son pessimisme record. Il s’efforcera d’en dégager les raisons et tentera de clarifier des notions aussi galvaudées que "l’identité" ou le "populisme".

> Plus de détails

1er décembre 2016

A quoi sert l'Histoire aujourd'hui ?

18h30 à 20h30

  • Conférence de Serge Gruzinski, historien, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)
  • Présentation : Alain Trannoy, Directeur d’études EHESS, AMSE
  • Discutant : Jérémie Foa, Telemme, MMSH

Sujet

Comment redonner une place à l'Histoire dans le débat public ? Comment y intéresser les nouvelles générations ? Le récit de notre épopée nationale ne dit pas grand-chose sur les racines de notre monde globalisé. Pas plus que les produits dérivés de l'Histoire fabriqués par des industries culturelles : des jeux vidéo aux reconstructions historiques à grand spectacle, le passé recyclé donne rarement des clefs pour comprendre le présent. Quant aux multiples commémorations, elles concernent essentiellement la scène nationale, sans apporter de réponses aux préoccupations d'aujourd'hui. Alors de quelle Histoire avons nous besoin ? Comment construire une mémoire critique, indispensable au citoyen, face aux multiples passés reconstruits selon les intérêts des uns et des autres ?

Intervenant(s)

Serge Gruzinski enseigne l'histoire en France, aux États-Unis et au Brésil. Il est directeur de recherché émérite au CNRS et Directeur d'études à l'EHESS. Ses derniers ouvrages sont L'Histoire, pour quoi faire? (Fayard, 2015), La Pensée métisse (Fayard, Pluriel, 2012), Les Quatre Parties du monde (Points Seuil, 2006), Quelle heure est-il là-bas ? (Seuil, 2008), L'Aigle et le Dragon (Fayard, 2012).

Jérémie Foa, ancien élève de l'Ecole normale supérieure de Fontenay-saint-Cloud, est maître de conférences en histoire moderne à Aix-Marseille Université, membre du laboratoire TELEMME (UMR 7303, MMSH) et membre de l'Institut Universitaire de France. Ses travaux portent sur les guerres de Religion, la coexistence confessionnelle et sur les compétences des personnes prises dans des contextes de violence radicale. Prochain ouvrage à paraître, avec Quentin Deluermoz (dir.), Les épreuves de la guerre civile (XVIe-XXIe siècle).

16 novembre 2016

Le recrutement et les dysfonctionnements du marché du travail

Conférence de  Emmanuelle Marchal, sociologue, Centre de sociologie des organisations. Avec la collaboration des Éditions de l'EHESS

Sujet

À l'aune des doutes des recruteurs, Emmanuelle Marchal rend compte des dysfonctionnements du marché du travail et des rôles joués par les pratiques de recrutement dans l'exclusion et dans le chômage de longue durée.

Malgré tous les atours scientifiques, technologiques ou réglementaires dont on peut parer les opérations de recrutement, les incertitudes auxquelles les recruteurs sont confrontés sont irréductibles. Emmanuelle Marchal, sociologue, interroge les ressorts et les incidences de ces incertitudes sur le marché du travail. En se plaçant du côté des recruteurs, elle s'intéresse aux trois moments critiques de tout recrutement : celui de la définition et de la mesure des compétences à rechercher, celui de l'écriture et de l'interprétation à donner aux offres et aux demandes d'emploi, celui des décisions à prendre en faveur des candidats ou en leur défaveur. Son enquête rend compte de ce qui contribue à nourrir les jugements de compétence et d'incompétence. Aborder le recrutement en termes de processus de valorisation/dévalorisation des qualités des candidats permet d'entrevoir que les créations d'emploi et le chômage se nourrissent autant, sinon davantage, des activités des acteurs des marchés du travail que du dynamisme de l'économie ou de la réglementation des marchés.

Intervenant(s)

Emmanuelle Marchal est Directrice de recherche au CNRS et sociologue au Centre de Sociologie des organisations à Sciences Po, Paris. Depuis une quinzaine d'années, les recherches d'Emmanuelle Marchal visent à éclairer la question du fonctionnement du marché du travail en prenant pour point d'entrée l'analyse des modes de recrutement. Elle s'intéresse à la façon dont s'opèrent les médiations entre offreurs et demandeurs et dont se construisent les jugements sur les compétences .

5 octobre 2016

La querelle des vins : France, Chine et mondialisation

18h30 à 20h30

Conférence de Boris Petric, anthropologue, CNRS, Centre Norbert Elias, EHESS

Sujet

Depuis peu, la Chine connait un véritable engouement pour le vin. En devenant un des géants de l'économie mondiale viticole avec un marché en pleine expansion et en développant un vignoble qui va devenir le plus grand en superficie dans quelques années, l'ambition chinoise menace le leadership de la France dans ce domaine. Ces relations économiques transnationales ont des implications culturelles de part et d'autre. Cette conférence analysera en quoi cette nouvelle querelle des vins n'oppose pas seulement deux pays mais amène à s'interroger sur des tensions concernant un choix en matière de modèles viticoles. Investisseurs, œnologues, maîtres de chais ou commerciaux, les nombreux français impliqués dans le développement du vin en Chine sont des intermédiaires culturels au coeur d'une tension déterminante sur la question de l'exploitation de la nature et les excès de l'agro-industrie.

Intervenant(s)

Boris Petric est anthropologue, directeur de recherche au CNRS et directeur du Centre Norbert Elias à l'EHESS Marseille. Il travaille actuellement sur le monde du vin et analyse les changements d'échelle de la production, de la consommation et de la régulation. Il mène plus particulièrement une étude de terrain ethnographique sur la transnationalisation de l'économie viticole en étudiant les relations entre la France et la Chine

Inscriptions

Entrée libre sur réservation au 04 13 31 82 00

Comment venir

- Métro : ligne 2, direction Bougainville, stations Désirée-Clary ou National

- Bus : ligne 35 (arrêt Paris-Chanterac ou Dunkerque-Gantès) et 70 (arrêt Ruffi-Mirès et Salengro-Mirès)

- Tramway : T2, terminus Silo-Arenc

Catégories

Lieux

  • Bibliothèque Départementale de Prêt - 20 rue Mirès
    Marseille, France (13003)

Dates

  • jeudi 06 avril 2017
  • mercredi 05 octobre 2016
  • jeudi 01 décembre 2016
  • mercredi 16 novembre 2016

Contacts

  • Yves Doazan
    courriel : yves [dot] doazan [at] univ-amu [dot] fr

Source de l'information

  • Marine Boléa
    courriel : marine [dot] bolea [at] univ-amu [dot] fr

Pour citer cette annonce

« À l'écoute des sciences sociales », Cycle de conférences, Calenda, Publié le jeudi 23 mars 2017, https://calenda.org/399729

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal