AccueilLa gastronomie camerounaise

La gastronomie camerounaise

Cameroonian gastronomy

Mots, pratiques et patrimoine

Words, practices and heritage

*  *  *

Publié le mardi 23 mai 2017 par Céline Guilleux

Résumé

Ce projet d’ouvrage collectif sur la gastronomie entend réunir des articles, en sciences sociales, dont les thèmes seront axés sur mots, les pratiques et le patrimoine de l’art culinaire au Cameroun. En raison de son statut d’« Afrique en miniature », le Cameroun regorge d’une richesse alimentaire et culinaire considérable qui mérite d’être étudiée et comprise tant il est vrai que les food studies sont balbutiants. De plus, la gastronomie camerounaise et ses ingrédients s’exportent de plus en plus, avec des noms locaux, notamment vers l’Europe même si leur promotion est questionnable. Pourtant, la gastronomie a depuis longtemps fait sa mue ; désormais, elle revêt des enjeux économiques aussi bien nationaux qu’internationaux.

Annonce

Argumentaire

Le Cameroun est souvent présenté par une formule désormais consacrée : « Afrique en miniature ». Une image qui traduit bien sa diversité sur plusieurs plans, dont la gastronomie. Le pays compte, par ailleurs, au nombre des pays au monde qui ont la bonne fortune de jouir d’un art de la bonne chère, à la fois riche et diversifiée. Cette richesse est tributaire de sa diversité culturelle. Pour tout dire, les dix régions du Cameroun ont des plats spécifiques que reflètent les noms utilisés couramment par les locuteurs camerounais et étrangers puisque quelques mets ont désormais acquis une notoriété internationale. Il n’est pas rare, pour un Camerounais qui décline sa nationalité à l’étranger, de se faire rappeler un plat de chez lui. Il en est ainsi du ndolè, du poisson braisé, du bobolo (bâton de manioc), du poulet DG, du pèpè soupe, du koki ou du eru, entre autres. Les migrations des populations de plus en plus importantes ont joué un rôle majeur de ce point de vue. En effet, ces noms gastronomiques figurent dans les menus des restaurants africains, en général, et camerounais, en particulier. Les productions littéraires et audiovisuelles constituent également d’excellents mécènes des différents mets camerounais. Désormais, les épiceries commercialisant les produits alimentaires africains en Europe proposent, à la vente, plusieurs produits importés sous leurs noms originels, en langues camerounaises précisément (Tabuna, 1999, 2000a, 2000b). On est en droit de se demander s’il n’y a pas une « migration de noms gastronomiques »... Des travaux ont déjà été menés, notamment sur le vocabulaire qui lui ressortit (Bitjaa Kody, 1998 ; Echu, 2003a, 2003b, 2004 ; Ndinda, 2011 ; Nzessé 2012, 2015). Pourtant, il faut admettre que ce vocabulaire gastronomique est loin d’avoir livré tous ses secrets. Pourquoi le faire parler, dans quel(s) domaine(s) et sous quelle(s) approche(s) ?

Les pratiques alimentaires sont plus ou moins liées à l’appartenance sociale, ce dont rendent compte, entre autres, l’anthropologie alimentaire et l’ethnographie. Les stéréotypes sociaux le rapportent largement : la consommation des plats comme le nkui (sauce gluante) est directement associée aux ethnies bamiléké, le kpem (feuilles de manioc pilées) aux ethnies fang-beti, le folléré (oseille de Guinée) aux Peuls, la boule de manioc aux Gbaya, le mbongo (sauce noire) aux Bassaa pour ne citer que ces exemples. De même, il peut exister des peuples à forte habitude ichtyophage, entomophage, anthophage, etc. ou ayant un penchant pour des spécialités culinaires empreintes d’hédonisme (Otye Elom, 2015). Cependant, l’appartenance sociale ne saurait être réduite essentiellement à l’ethnie. Il peut s’agir d’un groupe dont les membres ont en partage une vision commune, y compris sur le plan des pratiques alimentaires ou culinaires – dans les évènements festifs, par exemple. Alors, quelles perceptions valorisantes peut-on avoir des pratiques alimentaires ou culinaires ?

À la faveur de la convention UNESCO de 2003, plusieurs pays ont vu leur gastronomie ou quelques-unes de leurs spécialités culinaires inscrites au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Ces pays sont, entre autres, la France (Csergo, 2011), le Mexique, la Croatie, la Corée du Sud (Pasquier, 2015) ou le Portugal. De ce fait, les concepts de patrimoine et de patrimonialisation amorcés au début des années 2000 (Suremain et Matta, 2013) ont connu, depuis 2010, un regain d’intérêt. Mais qu’est-ce réellement un patrimoine culturel immatériel ? Selon la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de 2003 (p. 2), ce sont des « pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel ». Au regard de cette construction paradigmatique, la place de la gastronomie camerounaise semble être à déterminer dans cette perspective patrimoniale de l’UNESCO, tant il est vrai que la gastronomie, dans l’espace camerounais, paraît encore être davantage confinée à la simple satisfaction de besoins physiologiques qu’être également vouée à l’élaboration d’un véritable art de la bonne chère. Car, en dépit de la notoriété déjà engrangée par certains de leurs mets par-delà le monde, les Camerounais sont peu convaincus de la qualité artistique de leurs spécialités culinaires. Ce qui rend parfaitement compréhensible le fait que les food studies soient encore largement balbutiants, voire méconnus au Cameroun. La transmission des connaissances gastronomiques, à la jeune génération, est parsemée d’embûches pour au moins deux raisons. Premièrement, les langues camerounaises ne sont pas toujours efficacement transmises à cette jeunesse ; or les langues nationales sont les premiers vecteurs de transmission de telles connaissances, surtout lorsqu’il s’agit des plats complexes comme le nkui ou la sauce jaune, entre autres. Deuxièmement, les connaissances alimentaires et culinaires déjà répertoriées ne sont pas suffisamment diffusées, encore moins valorisées. Dans ces conditions, quels enjeux et quelles démarches pour la patrimonialisation de la gastronomie camerounaise ?

N. B. : Les questions posées ne suggèrent que des pistes de réflexion ; cela dit, elles ne constituent en aucun cas des orientations centrales ou figées.

Les axes suivants peuvent tout de même servir de fil conducteur à ce projet d’ouvrage : 

  • Économie culinaire
  • Tourisme gastronomique
  • Gastronomie patrimoniale/patrimoine gastronomique
  • Pratiques culinaires
  • Pratiques alimentaires
  • Pratiques d’enseignement/apprentissage de la gastronomie camerounaise
  • Gastronomie et interculturalité/transculturalité
  • Gastronomie et relations sociales
  • Gastronomie dans les littératures orale et écrite
  • Linguistique et gastronomie
  • Histoire de la gastronomie
  • Gastronomie dans l’audiovisuel

Modalités de soumission

Les propositions d’articles comprendront un titre, un résumé de 300 mots, 4 à 6 mots-clés ainsi que le nom, le rattachement institutionnel et la fonction de l’auteur. Les résumés seront examinés par deux experts. Seuls les résumés sélectionnés connaîtront un développement complet. L’acceptation d’un résumé n’assurant pas la validation automatique du travail ultérieur, ce dernier fera également l’objet d’une évaluation par deux autres experts.

Les propositions d’articles sont attendues à l’adresse suivante : foodstudies.cne@gmail.com

Dates à retenir

  • La date limite de soumission est fixée au 20 juin 2017.

  • Les réponses seront communiquées au plus tard le 20 juillet 2017.
  • La réception des articles définitifs le 20 octobre 2017.
  • La date probable de publication : deuxième trimestre 2018.

Comité scientifique

  • Pr Zachée Dénis Bitjaa Kody, École normale supérieure de Yaoundé
  • Pr Luc Mebenga Tamba, Université de Yaoundé I
  • Pr Pascal Albert Temgoua, Université de Yaoundé I
  • Pr Alain Cyr Pangop Kameni, Université de Dschang
  • Pr Ladislas Nzessé, Université de Dschang
  • Pr Jean Marie Wounfa, Université de Ngaoundéré
  • Pr Joseph Ndinda, Université de Douala
  • Pr Flora Amabiamina, Université de Douala
  • Pr Marceline Téyabé, Université de Maroua
  • Dr Jeannette Wogaing Fotso, Université de Douala
  • Dr Ulrich Paul Otye Elom, Université de Maroua
  • Dr Théophile Kalbé Yamo, Université de Maroua
  • Dr Albert Jiotsa, CNE/Ministère de la Recherche Scientifique et de l’Innovation
  • Dr Gaston Bessala, CNE/Ministère de la Recherche Scientifique et de l’Innovation

Référence bibliographique

Bitjaa Kody, Z. D., 1998, « Théorie de l’emprunt à une langue minoritaire : le cas des emprunts du français aux langues africaines » in Journées Scientifiques du Réseau Études du Français en Francophonie, 6 mai 1998, Université Laval, Québec.

Bouly De Lesdain, S., 2002, « Alimentation et migration, une définition spatiale. » Isabelle Garabuau-Moussaoui, Elise Palomares, Dominique Desjeux. Alimentations contemporaines, L'Harmattan, pp.173-189.
« Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel 2003 », [en ligne] www.unesco.org, [consulté le 2 mars 2017]. Disponible sur le web : <http://unesdoc.unesco.org/images/0013/001325/132540f.pdf>.

Csergo, J., 2011, Le « Repas gastronomique des Français » inscrit au Patrimoine Culturel Immatériel de l’UNESCO. [en ligne] www.lemangeur-ocha.com [consulté le 2 mars 2017]. Disponible sur le web : <http://www.lemangeur-ocha.com/wp-content/uploads/2012/04/CSERGO-repas-gastronomique-francais-patrimoine-unesco2.pdf>.

Echu, G., 2003a, « Multilingualism as a Resource: The Lexical Appropriation of Cameroon Indigenous Languages by English and French » [en ligne] in TRANS Internet-Zeitschrift für Kulturwissenschaften no. 13/2002 [consulté le 2 mars 2017]. Disponible sur le web : <http:// www.inst.at/trans/13Nr/echu13.htm >.

Echu, G., 2003b, « Influence of Cameroon Pidgin English on the Linguistic and Cultural Development of the French Language » [en ligne] in Indiana University Linguistic Club Working Papers Online, vol. 3 (2003) [consulté le 2 mars 2017]. Disponible sur le web : < https://www.indiana.edu/~iulcwp/wp/article/view/03-03/44>.

Echu, G., 2004, « Problématique de l’emprunt linguistique dans le contexte du bilinguisme officiel au Cameroun » [en ligne] in TRANS. Internet-Zeitschrift für Kulturwissenschaften n°. 15/2004 [consulté le 2 mars 2017]. Disponible sur le web : <http://www.inst.at/trans/15Nr/07_1/echu15.htm >.

Ndinda, J., (sous la dir.), 2011, Ecriture ,jeu et enjeux,mythes et représentations de l'alimentaire dans les littératures africaines. Éditions Clé.

Nzessé, L., 2012, « Les emprunts du français aux langues locales camerounaises : typologie, intégration et enjeux » Québec : Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone/Université Laval, 28 p. (Collection note de recherche de l’ODSEF).

Nzessé, L., 2015, Inventaire des particularités lexicales du français au Cameroun (1990-2015) [en ligne]. Institut de linguistique française – CNRS, UMR 7320 – NICE, n ° 29, 281 p. [consulté le 2 mars 2017]. Disponible sur le web : <http://www.unice.fr/ILF-CNRS/ofcaf/29/le%20Francais%20en%20Afrique%2029.pdf >.

Otye Elom, P. U, 2015, « L’ozan ou le désir pruritique de « manger bon » chez les Bulu du Sud-Cameroun : une anthropologie de l’addiction au piment en négro-culture » in Cahiers ERTA nr 7, 107-121.

Pasquier, A. 2015, « La cuisine coréenne comme représentation de la communauté nationale : analyse des rapports entre communauté et cuisine dans les films « Sikgaek » et « Sikgaek 2 »      », [En ligne] Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化 [consulté le 2 mars 2017]. Disponible sur le web : <http://transtexts.revues.org/631>.

Suremain, C-É. et Matta, R., 2013, « « Manger tradition » ou la fabrication d’un patrimoine alimentaire inégal» in Trace 64, p. 44-54.

Tabuna, H., 1999, Le marché des produits forestiers non ligneux de l’Afrique centrale en France et en Belgique. Center For International Forestry Research, occasional paper n° 19, 37 p.

Tabuna, H., 2000a, Évaluation des échanges des produits forestiers non ligneux entre l’Afrique subsaharienne et l’Europe. Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture Bureau Régional pour l’Afrique, 91 p.

Tabuna, H., 2000b, Les produits forestiers non ligneux alimentaires de l’Afrique Centrale sur les marchés français et belge. Situation actuelle et perspectives. Thèse de doctorat en botanique économique, sous la direction d’Yves Monnier, Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris.

Lieux

  • Centre national d'éducation
    Yaoundé, Cameroun

Dates

  • mardi 20 juin 2017

Mots-clés

  • art culinaire, cuisine, food studies, gastronomie, patrimoine

Contacts

  • Téguia Bogni
    courriel : negusteguia [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Téguia Bogni
    courriel : negusteguia [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La gastronomie camerounaise », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 23 mai 2017, https://calenda.org/405104

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal