AccueilTracés. Revue de sciences humaines

Tracés. Revue de sciences humaines

Lancement de la revue à l'Alcazar

*  *  *

Publié le lundi 12 juin 2017 par Anastasia Giardinelli

Résumé

Tracés. Revue de sciences humaines s'associe avec la bibliothèque municipale à vocation régionale Alcazar (Marseille) organise un cycle de présentation de ses numéros, en présence des équipes de coordination, d'auteurs et autrices des numéros et de personnalités de la cité phocéenne.

Annonce

Programme

  • 24 mai 2017, 17h-19h -  "L'histoire économique est-elle morte?"

Lancement du hors série 2016 "Traduire et introduire: Charles Goodwie/ Histoire économique/ Italie des communs" avec Pierre Saint-Germier "Et si César n'avait pas franchi le Rubicon... Contrefactuel, temps et histoire"

Hors-série 2016. Traduire et introduire

Autour de l’anthropologie linguistique de Charles Goodwin / L’histoire économique est-elle morte ? / L’Italie des biens communs

Translating and introducing. About Charles Goodwin’s linguistic anthropology / How dead is economic history? / The commons: a view from Italy

Sous la direction de Pierre Charbonnier, Daniela Festa, Yaël Kreplak, Christelle Rabier et Pierre Saint-Germier

Ce hors-série de Tracés repose sur l’idée que si beaucoup de travaux étrangers sont (plus ou moins) accessibles aux chercheurs français, ils ne sont pas tous également lus et discutés. Ce numéro est ainsi construit autour de la traduction et la discussion de textes de chercheurs étrangers, sélectionnés par la revue pour leur caractère emblématique de ces réceptions manquées, et répartis dans trois dossiers thématiques distincts.

Le premier est consacré aux travaux de Charles Goodwin, anthropologue linguiste américain, pionnier de l’étude de l’action située et spécialiste de l’analyse de l’interaction. Les quatre contributions rassemblées explorent plus spécifiquement les travaux récents de Goodwin sur le principe de co-opération, abordés dans une perspective interdisciplinaire (sociologie, linguistique, sémiotique et art).

Un deuxième dossier revient sur une querelle de méthodes en histoire économique, initiée par la publication en 2011 de The Poverty of Clio : Resurecting Economic History de Francesco Boldizzoni. Le dossier donne à lire son premier chapitre, traduit, qui revient sur la naissance de la cliométrie au milieu du xxe siècle, et sa discussion par des chercheurs et des chercheuses qui pratiquent l’histoire économique en France aujourd’hui.

Le troisième dossier « Biens communs, beni comuni » restitue l’originalité d’une théorie des communs, élaborée par les universitaires dans une Italie où foyers de contestations et initiatives politiques ont alimenté une conception alternative des rapports entre droit et politique. Les textes réunis ici font le point sur les transformations sociales en cours et sur la façon dont le droit tente de leur faire écho.

  • 27 octobre 2017, 17h-19h -  "Qu'est-ce que le travail?"

Lancement du numéro 32 (2016) "Déplacer les frontières du travail" en présence de l'équipe de coordination du numéro.

Shifting the boundaries of work

Sous la direction de Clyde Plumauzille, Sylvain Ville et Anaïs Albert

Les reconfigurations récentes du capitalisme industriel dans les sociétés occidentales ont jeté le trouble sur la définition même du travail et sa fonction dans la société. À partir des années 1970, ces métamorphoses ont suscité, dans le champ des sciences humaines et sociales, un mouvement d’extension consistant à qualifier de travail un nombre croissant d’activités considérées jusqu’alors comme relevant de la générosité, du partage, de la solidarité, du don, du plaisir, de la création ou de l’engagement. À un moment historique de remise en cause du travail salarié et de sa capacité intégrative dans la société, de montée du chômage et de marchandisation générale de l’activité humaine, ce numéro de la revue Tracés souhaite poursuivre cette entreprise de dénaturalisation du travail en appréciant les luttes de qualification qui viennent régulièrement renégocier ses frontières. Le terme de frontières a son importance. Envisagé comme zones de contact mouvantes, il permet de sortir d’une réification des activités et de porter l’attention sur la plasticité du travail et de ses délimitations. Si chacune des contributions du numéro apporte un éclairage particulier à notre problématique, toutes défendent une même optique : restituer de façon positive les frontières mouvantes de l’activité laborieuse au plus près des pratiques sociales, saisir en quelque sorte la catégorie travail en action, dans un souci de reconnaissance des individus et de leur engagement dans la société.

Lieux

  • Auditorium (niveau -1) - BMVR Alcazar, 58 cours Belsunce
    Marseille, France (13001)

Dates

  • mercredi 24 mai 2017
  • vendredi 27 octobre 2017

Mots-clés

  • histoire économique, travail

Contacts

  • Christelle Rabier
    courriel : christelle [dot] rabier [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Christelle Rabier
    courriel : christelle [dot] rabier [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Tracés. Revue de sciences humaines », Cycle de conférences, Calenda, Publié le lundi 12 juin 2017, http://calenda.org/407684