AccueilMéthodes d'enregistrement des données en archéologie : terrain, interprétation et partage

Méthodes d'enregistrement des données en archéologie : terrain, interprétation et partage

Methods of recording data in archaeology - terrain, interpretation and sharing

XIIe journée doctorale d'archéologie de Paris 1

12th archaeology doctoral study day, Paris 1

*  *  *

Publié le mardi 23 janvier 2018 par Céline Guilleux

Résumé

L'archéologie, science destructrice, nécessite des méthodes d'enregistrement rigoureuses qui sont la base d'une approche scientifique d'un site et de la construction d'un corpus. Les problématiques liées à ces méthodes d'enregistrement seront au coeur de cette journée. Il s'agira de discuter des méthodes de fouille, d'acquisition et d'exploitation des données en archéologie préventive et programmée. L'utilisation de nouvelles technologies telles que les tablettes, les drones, la photogrammétrie, la modélisation, modifient, simplifient l'enregistrement et posent également de nouvelles interrogations concernant l'archivage des données.

Annonce

13ème Journée Doctorale d'Archéologie

le 23 mai 2018 à l'Institut Michelet 

Modérateur

  • Geert Veert VERHOEVEN (Ludwig Boltzmann Institute, Vienne)

Argumentaire

L'archéologie, science destructrice, nécessite des méthodes d'enregistrement rigoureuses qui sont la base d'une approche scientifique d'un site et de la construction d'un corpus. Les problématiques liées à ces méthodes d'enregistrement seront au coeur de cette journée. Il s'agira de discuter des méthodes de fouille, d'acquisition et d'exploitation des données en archéologie préventive et programmée. L'utilisation de nouvelles technologies telles que les tablettes, les drones, la photogrammétrie, la modélisation, modifient, simplifient l'enregistrement et posent également de nouvelles interrogations concernant l'archivage des données. De plus, la création et l'organisation de bases de données inventaires et géographiques soulèvent de véritables questions sur les choix faits pour la création de corpus. Ceux-ci ont un impact en aval sur l'interprétation des données. Nous pourrons de fait discuter de la représentativité des données en archéologie. Enfin, le partage de données est une problématique actuelle, notamment en ce qui concerne les nombreux logiciels utilisés et les dialogues qu'ils rendent possibles, ou non, entre les différents acteurs de l'archéologie. Les bases de données et inventaires réalisés dans le cadre d'une étude peuvent être mis à disposition pour d'autres chercheurs et utilisés à d'autres fins. Quelles sont les modalités de ce partage ? Comment optimisent-ils la recherche archéologique ? Il sera donc question d'aborder le chemin parcouru par les données en archéologie : des différentes méthodes d'enregistrement à leur partage.

Modalités de soumission

Résumés (communication orale ou poster) à rendre

avant le 15 mars 2018

à l'adresse mail suivante : jded112-2018@univ-paris1.fr

Ouvert à tous les doctorants de Sciences Humaines et Sociales

Comité organisateur

Le comité organisateur est également responsable de la sélection des propositions.

  • Candice DEL MEDICO (Orient & Méditerrannée),
  • Marion DESSAINT (ArScAn),
  • Camille GORIN (ArScAn).

Dates

  • jeudi 15 mars 2018

Fichiers attachés

Mots-clés

  • archéologie, méthode, enregistrement, doctorant

Contacts

  • Camille Gorin
    courriel : gorincamille3 [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Camille Gorin
    courriel : gorincamille3 [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Méthodes d'enregistrement des données en archéologie : terrain, interprétation et partage », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 23 janvier 2018, https://calenda.org/429680

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal