AccueilTrésors de Richelieu

Trésors de Richelieu

Richelieu's treasures

*  *  *

Publié le mardi 06 février 2018 par Céline Guilleux

Résumé

L’Institut national d’histoire de l’art (INHA) et la Bibliothèque nationale de France organisent la VIIe édition de ce cycle, où conservateurs, chargés de collections, historiens de l’art, du spectacle, de la mode et de la musique, spécialistes des textes et restaurateurs partagent leurs savoirs avec un plus large public. À chaque conférence, des œuvres d’art, des manuscrits, des costumes ou des partitions musicales sortent exceptionnellement des magasins de l’INHA et de la BnF, pour être présentés en direct à l’aide d’une caméra, qui en reproduit les plus infimes détails sur le grand écran de l’auditorium de la galerie Colbert.

Annonce

Programme

28 novembre 2017.

Mantegna graveur dans les collections de la BnF

Voir dans l'agenda

  • Introduction du cycle par Eric de Chassey (directeur de l'INHA) et Laurence Engel (présidente de la BnF)

Andrea Mantegna (vers 1431-1506) est l’un des plus grands peintres de la Renaissance italienne, actif d’abord à Padoue, puis à Mantoue où il devient le peintre de cour attitré des Gonzague. Il fut aussi l’un des premiers artistes italiens à saisir tout l’intérêt de la gravure pour la diffusion de son œuvre peint. Qu’il ait ou non lui-même tenu le burin, il employait dans son atelier des graveurs avec lesquels il travaillait en étroite collaboration et les estampes réalisées d’après ses dessins comptent parmi les chefs-d’œuvre de la gravure de son temps. La BnF conserve la plupart des gravures réalisées par l’artiste ou d’après ses propres compositions. Certaines proviennent de la collection de l’abbé de Marolles (1600-1681), dont l’acquisition par Colbert, en 1667, constitue l’acte de naissance du Cabinet des Estampes de la Bibliothèque royale.

Intervenants

  • Jérémie Koering (CNRS, Centre André Chastel)
  • Caroline Vrand (BnF)

5 décembre 2017

Costume d'un coryphée pour Agamemnon d'Eschyle, spectacle du Théâtre du Soleil, mise en scène par Ariane Mnouchkine, 1990

Voir dans l'agenda

Depuis 2007, le Théâtre du Soleil dirigé par Ariane Mnouchkine donne régulièrement ses archives au département des Arts du spectacle. Parmi ces archives figure une collection remarquable de costumes emblématiques des différentes créations de la troupe. Les comédiens créent leur costume au fur et à mesure des répétitions, en liens étroits avec Ariane Mnouchkine et les costumières. Par l'attention portée au choix des tissus et à leur polychromie, souvent superposés pour créer un effet de volume, le costume est un éblouissement visuel pour les yeux des spectateurs. Puisant leur  inspiration en Asie, les costumes du cycle des Atrides, et en particulier celui du Coryphée, participent du voyage entrepris par la troupe du Soleil vers la tragédie antique et la redécouverte d''une des formes essentielles du théâtre.

Intervenants

  • Corinne Gibello-Bernette (BnF)
  • Véronique Meunier (BnF) 
  • Béatrice Picon-Vallin (CNRS)

9 janvier 2018

César au travail

Voir dans l'agenda

César s’affirme « homo faber », met en avant l’importance de la technique et du savoir de la main. Après avoir longtemps travaillé le métal, il se tourne vers le polystyrène expansé. Le fragment présenté donne à voir le glissement théorique que suppose le passage d’un matériau à l’autre et l’établissement d’un savoir faire artistique essentiellement expérimental. Associé à la photographie de l’artiste en pleine action, il signale aussi son statut ambigu, à la fois relique d’une performance, œuvre et trace de l’œuvre. Avec les Expansions, César ouvre en effet son travail à l’interaction avec les spectateurs, qui deviennent les témoins de la transformation du matériau et de la création de la forme, repartant même dans certains cas avec un morceau de l’œuvre, découpée par l’artiste au terme de sa performance. Le fragment ici présenté, conservé dans les Archives de la critique d’art (INHA et université de Rennes 2), sera le point de départ d’une étude matérielle de l’œuvre, et de sa mise en tension avec la forme performance.

Intervenants

  • Déborah Laks (docteure en histoire de l’art, Centre allemand d’histoire de l’art)
  • Renaud Bouchet (maître de conférences en histoire de l’art, université du Maine)
  • Elitza Dulguerova (maître de conférences Paris 1, conseillère scientifique à l’INHA)

23 janvier 2018

Hokusai à la rencontre de l'Occident : les peintures de la collection Sturler

Voir dans l'agenda

ette œuvre fait partie d’un ensemble remarquable de 24 peintures de Hokusai (Japonais 382), entrées par don à la Bibliothèque impériale en 1855. Ces peintures ont été l’objet d’une commande importante au maître de la Manga, de la part de Johan Willem de Sturler (1774 - 1855), chef de la factorerie hollandaise de Deshima de 1823 à 1826. Réalisées à une période clé de la carrière de Hokusai, elles livrent un aperçu vivant de la société d’Edo et témoignent de sa maîtrise en matière de techniques picturales occidentales. Il s’agit des premières peintures de l’artiste à atteindre Paris, au moment où le Japon s’ouvre au monde : elles retracent toute une histoire d’influences artistiques et de contacts entre l’Europe et le Japon. Une sélection de ces peintures est exposée à la Maison de la Culture du Japon à Paris, du 22 novembre 2017 au 20 janvier 2018.

Intervenants

  • Véronique Béranger (conservatrice, responsable des collections japonaises, département des Manuscrits, BnF)
  • Nathalie Buisson (responsable du laboratoire, département de la Conservation, BnF)
  • Christophe Marquet (directeur de l’École française d’Extrême-Orient)

6 février 2018

Un trésor de l'Arsenal : la Bible de Siant-Jean d'Acre

Voir dans l'agenda

Lorsque Saint Louis s’installe à Saint-Jean d’Acre entre 1250 et 1254, la cité cosmopolite où se côtoient chrétiens, juifs et musulmans, est la ville la plus florissante du Royaume latin de Jérusalem. Mais c’est sans doute sous l’impulsion du roi de France qu’un scriptorium y est fondé et qu’une production de manuscrits richement enluminés y prend naissance. Cette Bible, commanditée, sans doute, par Saint Louis qui l’aurait ensuite rapportée en France, présente une intéressante tentative de traduction de la Bible en langue vernaculaire et un important cycle d’enluminures où se mêlent style français et iconographie byzantine, reflet du creuset de cultures qu’est alors Saint-Jean d’Acre. Ce manuscrit est entré au XVIIIe siècle dans la collection du fondateur de l’Arsenal, le marquis de Paulmy.

Intervenants

  • Louisa Torres (BnF)
  • Anne Rochebouet (université de Versailles Saint-Quentin)

À propos du cycle de conférences Trésors de Richelieu

L’Institut national d’histoire de l’art et la Bibliothèque nationale de France organisent la 7e édition de ce cycle, où conservateurs, chargés de collections, historiens de l’art, du spectacle, de la mode et de la musique, spécialistes des textes et restaurateurs partagent leurs savoirs avec un plus large public. A chaque conférence, des œuvres d’art, des manuscrits, des costumes ou des partitions musicales sortent exceptionnellement des magasins de l’INHA et de la BnF, pour être présentés en direct à l’aide d’une caméra, qui en reproduit les plus infimes détails sur le grand écran de l’auditorium de la galerie Colbert.

Voir le programme complet du cycle de conférences

13 février 2018

Quand l'Histoire sacrée s'accorde à l'Histoire naturelle pour l'amour de Dieu : un manuscrit enluminé des Concordantiae caritatis d'Ulrich de Lilienfeld

Voir dans l'agenda

Composées vers 1355 par le moine autrichien Ulrich de Lilienfeld pour aider les prêtres dans leur prédication, les Concordantiae caritatis sont conçues comme une mise en relation picturale entre des passages de l’Histoire sainte, des scènes de la vie des saints et des éléments issus de la Création. Elles constituent une source iconographique exceptionnelle pour appréhender les liens symboliques, moraux et spirituels que le théologien du Moyen Âge établissait entre ces deux « bibliothèques » sacrées que sont les livres Bible et le grand Livre de la Nature. Le manuscrit de la BnF fut copié à Vienne en 1471 à partir d’un exemplaire aujourd’hui conservé à Budapest, et son histoire s’est récemment enrichie de découvertes réalisées lors de la réfection de la reliure.

Intervenants

  • Laure Rioust (BnF)
  • Rémy Cordonnier (université de Lille 3)

6 mars 2018

Des portraits au crayon du XVIe siècle : l'album Lécurieux de la Bnf

20 mars 2018

Fanny Elssler dansant la Cachucha, 1837, Jean-Auguste Barre (1811-1884)

10 avril 2018

L' « amphore de Paris » du Peintre d'Amasis

15 mai 2018

La carte de l'Afrique australe de François Levaillant

29 mai 2018

Quator à cordes de Claude Debussy

12 juin 2018

Les cahiers de lycéen d'Eugène Delacroix : l'enfance d'un grand homme

En 1806, à l’âge de 8 ans, Delacroix entre au Lycée Impérial. Selon son condisciple et ami Achille Piron, son premier biographe, c’était « un bon écolier, suffisamment appliqué». Au lycée, il étudie les auteurs anciens, le latin et le grec, mais aussi l’anglais et l’italien, comme l’attestent ses cahiers de classe. Au fil des pages, exercices et compositions scolaires se mêlent à d’intrigantes figures et variations calligraphiques à la plume et à la mine de plomb, révélant le tempérament imaginatif du jeune homme. La bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art conserve 16 de ces précieux documents. Datés de 1811 à 1815, ils constituent un témoignage unique sur la jeunesse du futur peintre et sur l’enseignement prodigué dans un grand lycée parisien à la fin du Premier Empire.

Intervenants

  • Sébastien Allard (musée du Louvre)
  • Côme Fabre (musée du Louvre)
  • Isabelle Vazelle (INHA)

Informations pratiques

Galerie Colbert, auditorium Institut national d’histoire de l’art 2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs 75002 Paris

entrée libre

Catégories

Dates

  • mardi 06 février 2018
  • mardi 28 novembre 2017
  • mardi 05 décembre 2017
  • mardi 09 janvier 2018
  • mardi 23 janvier 2018
  • mardi 13 février 2018
  • mardi 06 mars 2018
  • mardi 20 mars 2018
  • mardi 10 avril 2018
  • mardi 15 mai 2018
  • mardi 29 mai 2018
  • mardi 12 juin 2018

Mots-clés

  • Bible, histoire de l'art, moyen âge, manuscrit

Contacts

  • Gisele Pinto
    courriel : gisele [dot] pinto [at] inha [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Gisele Pinto
    courriel : gisele [dot] pinto [at] inha [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Trésors de Richelieu », Cycle de conférences, Calenda, Publié le mardi 06 février 2018, https://calenda.org/430916

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal