AccueilPenser les environnements en sciences humaines et sociales

Penser les environnements en sciences humaines et sociales

Thinking environments in the humanties and social sciences

*  *  *

Publié le mardi 06 février 2018 par Céline Guilleux

Résumé

Qu’il soit naturel, social, familial, artistique, intellectuel ou numérique, l’environnement semble transcender, par sa polysémie, les champs disciplinaires. Par-delà la connotation écologiste, fruit d’une médiatisation croissante — à l’image des débats récents autour de la COP 21 —, l’idée même d’environnement sous-tend un ensemble de questionnements que les sciences humaines et sociales tentent aujourd’hui d’appréhender. Se plaçant dans ce sillage, la journée organisée par les jeunes chercheurs du laboratoire TELEMME a pour ambition d’explorer la richesse de cette notion.

Annonce

Argumentaire

Qu’il soit naturel, social, familial, artistique, intellectuel ou numérique, l’environnement semble transcender, par sa polysémie, les champs disciplinaires. Par-delà la connotation écologiste, fruit d’une médiatisation croissante — à l’image des débats récents autour de la COP 21 —, l’idée même d’environnement sous-tend un ensemble de questionnements que les sciences humaines et sociales tentent aujourd’hui d’appréhender1.

Se plaçant dans ce sillage, la journée organisée par les Jeunes chercheurs du laboratoire TELEMMe a pour ambition d’explorer la richesse de cette notion. Dans ses acceptions les plus anciennes, « environnement » désigne les actions d’« entourer », « encercler », « enclore » ou « mettre autour ». Le terme renvoie ainsi à une définition bien plus large que celle communément admise dans les travaux sur le milieu naturel. C’est l’approche qui est aujourd’hui privilégiée pour dépasser la dualité entre nature et culture2 ou pour étudier des interactions systémiques dont le concept d’anthropocène est porteur3. On ne saurait d’ailleurs oublier que des recherches pionnières dans le domaine ont imprégné nombre de disciplines en sciences humaines. Citons notamment les travaux sur le climat, les paysages, les politiques de patrimonialisation, la santé, les pollutions industrielles, les relations sociales ou encore les perceptions et les représentations4. La prééminence de ces réflexions s’illustre tout particulièrement dans des champs d’étude dynamiques tels que les animal studies5 et les visual studies6. D’une telle diversité découle un constat : penser les environnements, c’est interroger une relation entre un ou des acteur(s) et ce qui le ou les entoure. L’organisation de cette journée est donc née de la volonté de mettre en exergue ce qui lie ou, au contraire, distingue les environnements, sans nécessairement aboutir à une définition consensuelle. Trois axes sont proposés :

Axe 1 — Environnements perçus

À travers époques et sociétés, comment l’être humain apprécie-t-il et définit-il son environnement ? Comment se le représente-t-il ? Quelles expériences sensibles et sensorielles éprouve-t-il ? 

Axe 2 — Environnements vécus

Comment l’être humain se projette-t-il dans son environnement proche ? Comment ce dernier influence-t-il les modes de vie, les sociabilités, les pratiques ? Dans quelle mesure peut-on penser l’environnement comme acteur ?

Axe 3 — Environnements construits/détruits/protégés

Quels sont les effets de l’anthropisation de l’environnement ? En quoi la question environnementale est-elle une source d’intérêts multiples, divergents, conflictuels ? Par quelles actions et dans quelles circonstances un environnement peut-il être produit, détruit et/ou protégé ?

Modalités de soumission

Les communications devront faire apparaître explicitement les spécificités épistémologiques et méthodologiques des sujets qu’elles abordent.

Les propositions doivent être envoyées avant le 3 avril 2018

à l’adresse suivante : jeunes.chercheurs.telemme@mmsh.univ-aix.fr.

Elles comporteront un titre, un résumé d’environ 500 mots ainsi qu’une brève présentation de l’auteur (nom, rattachement administratif, unité de recherche).

La journée d’étude aura lieu le mercredi 16 mai 2018 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), 5 rue du château de l’horloge à Aix-en- Provence. Les éventuels frais de transport et d’hébergement restent à la charge des participants ou de leur institution de rattachement.

Comité d'organisation et de sélection

  • Fabien BARTOLOTTI, doctorant en histoire contemporaine
  • Zoë DUBUS, doctorante en histoire contemporaine
  • Romain FACCHINI, doctorant en histoire moderne
  • Alexandre MAHUE, doctorant en histoire de l’art
  • Soizic MORIN, doctorante en histoire contemporaine
  • Polina PALASH, doctorante en géographie
  • Emmanuel PORTE, doctorant en histoire moderne
  • Mathilde VIGNAU, doctorante en géographie

Notes et références

  • En témoignent, par exemple, le séminaire pluridisciplinaire du Centre de formation sur l’environnement et la société (ENS Ulm) intitulé « Rumeurs et fake news en environnement », la journée d’étude « Interdisciplinarité et relations entre sciences, environnement et savoirs » organisée à l’Université Paris Diderot le 22 janvier 2018 et l’atelier doctoral de l’EHESS « Études environnementales et sciences sociales : temporalités, matérialités, sources et enquêtes » (24-27 octobre 2017). 
  • DESCOLA Philippe, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005, 640 p.
  • BONNEUIL Christophe et FRESSOZ Jean-Baptiste, L’Événement anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Nouvelle édition révisée, Paris, Éditions du Seuil, 2016, 336 p.
  • Se référer à la mise au point épistémologique de LOCHER Fabien et QUENET Grégory, « L'histoire environnementale : origines, enjeux et perspectives d'un nouveau chantier », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 56, n° 4, 2009, p. 7-38. Voir aussi CHONÉ Aurélie, HAJEK Isabelle et HAMMAN Philippe (dir.), Guide des Humanités environnementales, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2016, 632 p.
  • Cf. DELUERMOZ Quentin et JARRIGE François, « Introduction. Écrire l’histoire avec les animaux », Revue d’histoire du XIXe siècle, vol. 54, n° 1, 2017, p. 15-29. Voir aussi la thématique retenue lors du Festival international de géographie 2017 à Saint-Dié-des-Vosges : « Territoires humains, mondes animaux ». 
  • Cf. CHARPY Manuel, Le théâtre des objets. Espaces privés, culture matérielle et identité bourgeoise. Paris, 1830-1914, Thèse de doctorat en histoire contemporaine sous la direction du Professeur Jean-Luc Pinol, Tours, Université François Rabelais, 2010, 1368 f°.

Lieux

  • MMSH - 5 Rue Château de l'Horloge
    Aix-en-Provence, France (13090)

Dates

  • mardi 03 avril 2018

Mots-clés

  • environnement, perception, vécu, protection

Contacts

  • Romain Facchini
    courriel : Romain [dot] FACCHINI [at] univ-amu [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Jeunes chercheurs TELEMME
    courriel : jeunes [dot] chercheurs [dot] telemme [at] mmsh [dot] univ-aix [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Penser les environnements en sciences humaines et sociales », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 06 février 2018, https://calenda.org/431744

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal