AccueilPrésence de Mai 68

Présence de Mai 68

The presence of May 68

Revue « L'Homme et la société »

L'Homme et la société journal

*  *  *

Publié le jeudi 15 février 2018 par João Fernandes

Résumé

La revue L'Homme et la Société prépare un numéro spécial international sur Mai 68, regroupant des textes toutes disciplines confondues. Il ne s'agira pas de se retourner vers le passé avec nostalgie, mais au contraire de montrer comment cet événement a informé les cinquante années qui ont suivi. Les contributions devront être compatibles avec la ligne éditoriale de la revue, à savoir un parti-pris théorique rigoureusement antinaturaliste et un projet politique d’auto-émancipation récusant la logique paternaliste de l’émancipation.

Annonce

Argumentaire

Bientôt, se reporter à Mai 68 imposera de franchir 50 années.

En 2016, nous avons fêté les 50 ans de la revue L’Homme et la Société en ayant le souci de retracer son passé et tout autant, sinon plus, d’ouvrir sur son futur – tout en restant fidèles à sa vocation critique, confortée par un parti-pris théorique rigoureusement antinaturaliste et un projet politique d’auto-émancipation récusant la logique paternaliste de l’émancipation. Cela nous a conduits à produire tout le contraire d’un numéro nostalgique.

C’est ce même état d’esprit qui doit présider à la conception et à l’organisation de ce numéro consacré à Mai 68. En rien un numéro anniversaire, qui aurait pour effet de convoquer Mai 68 dans le présent – dans l’instantané – pour mieux le figer dans un passé définitivement dépassé. Il est assuré que d’autres s’en chargeront : un certain nombre de publications, revues universitaires ou journaux, ne vont pas manquer de procéder à cette « anniversarisation » de Mai 68. Notre conviction, à l’origine de ce projet de numéro, est au contraire que Mai 68 est un événement qui a largement contribué à informer ces 50 dernières années. C’est cette « présence » de Mai 68 qu’il nous importe de mettre en lumière.

Deux remarques pour illustrer cette interrogation.

Mai 68 a été un moment éminemment politique dans la mesure où le collectif s’est constitué attentif à délimiter ses propres conditions de possibilité, c’est-à-dire en vérifiant, tout en prenant des décisions selon les règles de la démocratie directe, qu’il pouvait à tout moment répondre de sa légitimité ; autant dire que cette dernière n’était jamais définitivement assurée. Le collectif  a fonctionné, à la fois et dans le même temps, sur le mode réflexif et sur le mode décisionnaire.

Les dominants ont éprouvé une si grande crainte face à ce collectif auto-organisé qu’ils n’ont eu de cesse de planifier une dépolitisation généralisée : qu’il nous suffise d’évoquer en France le « tournant » de la gauche au pouvoir renonçant à son programme de redistribution en faveur des classes populaires, qui l’avaient portée au pouvoir, au profit d’une gestion de l’économie conformément à la logique capitaliste, ou encore la victoire électorale de Macron comme autre moment de cette dépolitisation en ce que ce candidat devenu président affiche l’ambition, à vrai dire médiocre, de gouverner selon les règles du management et de la communication. Au-delà de ces moments, la grande affaire est l’économisme, la mise en ordre de la société selon les exigences, les valeurs, les normes de la rationalité économique, plus précisément d’une certaine rationalité économique.  Economisme qui est en vérité une figure de la domination politique dont la spécificité est de s’autoproclamer non-politique (par exemple, « et de droite et de gauche » et/ou « ni de droite, ni de gauche »).

Une autre « actualité » de Mai 68 est concrétisée par le mouvement de libération des femmes, qui approfondit la politisation et la démocratisation en cours lors de Mai 68 en se débarrassant du fatras essentialiste - et donc dépolitisant - du « prolétaire-par essence-révolutionnaire » (référence alors aussi bien des partis communistes orthodoxes, à vrai dire peu enclins à la révolution, que des organisations gauchistes) et en secouant l’attitude sexiste du gauchisme dans toutes ses composantes. Ce mouvement est le plus politique qui soit ; en ce sens, il ne prolonge pas Mai 68, il revient de manière critique sur le mouvement de Mai 68 et retravaille la question de la légitimité du collectif en suivant d’autres voies, voies qui sont toujours à ouvrir et toujours ouvertes. Que ces voies continuent d’être ouvertes inquiète les dominants qui tentent d’opposer au mouvement de libération des femmes un féminisme acceptable (par exemple, en favorisant, dans le monde universitaire, le « féminisme » butlérien qui n’affiche d’autre objectif que de « troubler » le genre, ou en généralisant un « féminisme » culturel via les magazines qui sont toujours des magazines « féminins » et distribuent sans grande rigueur un label féministe à telle ou telle personnalité de la mode ou de la communication).

Le mouvement des femmes est la mise en mouvement, en organisation et en revendication d’un strict anti-naturalisme.

Ce ne sont là que deux exemples de thématiques possibles.

Outre la thématique qui suivrait cette opposition entre la constitution exigeante du collectif et la tendance gestionnaire attachée, inversement, à favoriser l’atomisation des individus, il serait possible de poser la question du statut de la culture. Il est souvent affirmé, y compris par les adversaires de Mai 68, que son acquis le plus probant et le plus appréciable est d’avoir stimulé l’innovation culturelle et sociétale. Mais cette dernière n’est acceptée dans la société d’après Mai 68 que détachée de l’effervescence politique qui pourtant lui donnait tout son sens et sa vivacité.

Bien évidemment cette liste n’est pas limitative. Le principe du choix d’une thématique est le suivant : il faut que la thématique soit commandée, initiée ou réactivée par le mouvement de Mai, et qu’elle traverse les cinquante dernières années ; quitte à être éventuellement soumise au traitement de la dépolitisation et devenir présentable, « récupérée » disait-on faussement ; elle n’était en effet pas récupérée puisqu’entièrement pervertie et rendue méconnaissable. C’est l’histoire de cette traversée qui intéresse ce numéro.

Concernant la tonalité globale du numéro : de même que Mai 68 a été un phénomène international, qui s’est d’ailleurs revendiqué internationaliste, ce volume – dont la parution est prévue en décembre 2018 – sera international. 

Modalités pratiques d'envoi des propositions

Les articles d’une longueur d’environ 6000 mots doivent être soumis

avant le 31 mai 2018

à Michel Kail michelkail@orange.fr 

Coordination

  • Pierre Bras,
  • Michel Kail,
  • Richard Sobel
  • Richard Wolin

Lieux

  • Paris, France (75)

Dates

  • jeudi 31 mai 2018

Mots-clés

  • mai 68, féminisme, autoémanciaption, collectif, démocratie directe, autogestion, Vincennes, économisme, sexisme, gauchisme, innovation culturelle

Contacts

  • Pierre Bras
    courriel : pierre [dot] f [dot] bras [at] gmail [dot] com
  • Michel Kail
    courriel : michelkail [at] orange [dot] fr

Source de l'information

  • Michel Kail
    courriel : michelkail [at] orange [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Présence de Mai 68 », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 15 février 2018, https://calenda.org/433620

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal