AccueilEurope. Que faire ?

Europe. Que faire ?

Europe. What is to be done?

*  *  *

Publié le lundi 05 mars 2018 par Céline Guilleux

Résumé

Le choix du thème de l’Europe résulte du constat de l’accumulation des crises européennes. Dites « des réfugié-e-s », « constitutionnelle », « grecque », « des dettes souveraines », « de la zone Euro », « ukrainienne », « sécuritaire », ou encore « Brexit », leur violence et leur imbrication sont telles qu’elles paraissent relever d’une crise de l’Europe en tant que telle, et requérir, pour leur compréhension et leur surmontement, un examen global. La forme de ce constat n’est pas nouvelle : en 1935 déjà, dans La crise de l’humanité européenne et la philosophie,Husserl thématisait « la crise de l’humanité européenne », faisant aussi remarquer la récurrence « du thème […] de la crise européenne ».

Annonce

Argument

Ce colloque prolonge le travail réalisé pour le numéro à paraître sous le titre « Europe » de la revue philosophique Noèsis (n°30-31, Automne 2017-Printemps 2018) du Centre de recherches en histoires des idées de l’Université Nice Sophia Antipolis.

Le choix du thème de l’Europe résulte du constat de l’accumulation des crises européennes. Dites « des réfugié-e-s », « constitutionnelle », « grecque », « des dettes souveraines », « de la zone Euro », « ukrainienne », « sécuritaire », ou encore « Brexit », leur violence et leur imbrication sont telles qu’elles paraissent relever d’une crise de l’Europe en tant que telle, et requérir, pour leur compréhension et leur surmontement, un examen global. La forme de ce constat n’est pas nouvelle : en 1935 déjà, dans La crise de l’humanité européenne et la philosophie,Husserl thématisait « la crise de l’humanité européenne », faisant aussi remarquer la récurrence « du thème […] de la crise européenne ». Précisément, la récurrence de cette récurrence ne prouve-t-elle pas l’ancienneté et la radicalité de la crise actuelle de l’Europe, l’ancienneté de son irrésolution aussi et donc la nécessité, pour la surmonter, de répéter, différemment, la tentative de la comprendre ? Les titres du numéro et du colloque – Europe et Europe. Que faire ? – signifient la proposition, pour cela, de procéder avec la simplicité adéquate à la radicalité supposée de la crise, en demandant ce qu’il faut comprendre sous le nom d’Europe. Il s’agit d’élaborer collectivement un concept d’Europe, dont nous savons au moins : que, loin de sa formulation par Husserl comme « téléologie historique des buts infinis de la raison », il intègre l’incompréhension européenne de la situation européenne ; qu’il requiert donc, pour son élaboration, les perspectives des extériorités de l’Europe et une autre méthode, notamment l’association de la philosophie et des sciences sociales ; et qu’il est censé constituer, non seulement une connaissance nouvelle, mais aussi une norme de l’action et tendre à son effectuation. La question « Qu’est-ce que l’Europe ? » se développe en la question « Que faire ? », qui signifie à la fois : « Que faire en Europe ? » et « Que faire, en Europe et hors d’Europe, de l’Europe ? ». Elle engage réflexivement le problème de la responsabilité du champ scientifique et des conditions de sa mobilisation. 

Programme

Jeudi 8 mars 2018

Université Paris Sciences et Lettres, Salle du conseil, 60 rue Mazarine.

  • 9h00-9h30. Accueil des intervenant-e-s et des participant-e-s.
  • 9h30-10h00. « Introduction » Salim Abdelmadjid, Postdoctorant en philosophie à l’École des hautes études en sciences sociales, Institut des mondes africains.

Session I – Ouvrir l’Europe.

Modération : Natalie Depraz, Professeure de philosophie à l’Université de Rouen.

  • 10h00-11h00. « L’Europe, une culture juridique ou une construction juridique ? » Jean-Louis Halpérin, Professeur de droit à l’École normale supérieure de Paris.
  • 11h00-12h00. « Le multiculturalisme dans une culture européenne » Caroline Anthérieu-Yagbasan, Docteure en esthétique, chercheure associée au CEPERC (CNRS), professeure de lettres classiques dans le secondaire (Aix-en-Provence).
  • 12h00-13h00. « Présentation de l’Atlas des migrants en Europe de Migreurop » Emmanuel Blanchard, Président du réseau Migreurop, maître de conférences en science politique à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

École des hautes études en sciences sociales, Salle 8, 105 boulevard Raspail.

Session II – Europe et monde.

  • 14h30-15h00. Accueil des intervenant-e-s et des participant-e-s.

Modération : Rémy Bazenguissa-Ganga, Directeur d’études en anthropologie à l’École des hautes études en sciences sociales, Institut des mondes africains 

  • 15h00-16h00. « L’Europe de Husserl » Natalie Depraz Professeure de philosophie à l’Université de Rouen. 
  • 16h00-17h00. « Universalisme et impérialisme à la lumière de la réception de la philosophie européenne dans l’école de Kyoto. Un universalisme non-impérialiste est-il pensable ? » Samuel Marie, Doctorant en philosophie à l’Université Jean-Moulin Lyon III.

17h00-17h20. Pause. 

  • 17h20-18h20. « Défendre des principes, promouvoir des valeurs » Philippe Crignon, Agrégé et docteur en philosophie, chercheur associé au SPH – Université de Bordeaux Montaigne, chargé de cours à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
  • 18h20-19h20. « Une autre politique des flux pour une autre Europe » Quentin Badaire, Doctorant en philosophie à l’université Paris Sciences et Lettres et à l’École Normale Supérieure de Paris (UMR 8547, « Archives Husserl »). 

Vendredi 9 mars 2018

École des hautes études en sciences sociales, amphithéâtre Furet, 105 boulevard Raspail.

Session III – Politique de l’Europe.

13h30-14h00. Accueil des intervenant-e-s et des participant-e-s.

Modération : Frédéric Keck, Chargé de recherche en anthropologie au CNRS, Laboratoire d’anthropologie sociale, directeur du département de la recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly.

  • 14h00-15h00. « Faut-il refonder le projet européen ? » Céline Spector, Professeure de philosophie à Sorbonne Université.
  • 15h00-16h00. « Le rôle des intellectuels en Europe » Gisèle Sapiro, Directrice d’études en sociologie à l’EHESS, directrice de recherche au CNRS.

16h00-16h20. Pause.

  • 16h20-17h20. « Attention, spatialités en cours ! (L’Europe, ce sont les Européens.) » Jacques Lévy, Professeur de géographie à l’École polytechnique fédérale de Lausanne, directeur du laboratoire Chôros.
  • 17h20-18h20. « Partir de ce que nous sommes, unir les Européens par l’action commune. » Wassim Hassaneen Doctorant en études politiques à l’École des hautes études en sciences sociales.

18h20-18h40. Pause.

  • 18h40-19h40. « L’Europe à l’échelle pertinente » Gilles Gressani et Pierre Ramond, pour le Groupe d’études géopolitiques de l’École normale supérieure de Paris.
  • 19h40-20h40. « Que faire ? »Salim Abdelmadjid Postdoctorant en philosophie à l’École des hautes études en sciences sociales, Institut des mondes africains.

Organisation 

Salim Abdelmadjid, postdoctorant en philosophie à l’École des hautes études en sciences sociales, à l’Institut des mondes africains, grâce à : l’École des hautes études en sciences sociales, l’Institut des mondes africains (UMR8171), le Centre de recherches en histoire des idées (EA4318) de l’Université Nice Sophia Antipolis, l’École doctorale de philosophie « Histoire, représentation, création » (ED487) de l’Université Jean Moulin Lyon III, l’Université Paris Sciences et Lettres.

Lieux

  • Université Paris Sciences et Lettres, Salle du conseil - 60 rue Mazarine
    Paris, France (75006)

Dates

  • jeudi 08 mars 2018
  • vendredi 09 mars 2018

Mots-clés

  • Europe, Union européenne, crise, philosophie, politique

Contacts

  • Salim Abdelmadjid
    courriel : salim [dot] abdelmadjid [at] ehess [dot] fr

Source de l'information

  • Salim Abdelmadjid
    courriel : salim [dot] abdelmadjid [at] ehess [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Europe. Que faire ? », Colloque, Calenda, Publié le lundi 05 mars 2018, https://calenda.org/435999

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal