AccueilSANTPE : Conditions de travail et prévention dans les TPE : un creuset pour les inégalités sociales de santé

SANTPE : Conditions de travail et prévention dans les TPE : un creuset pour les inégalités sociales de santé

SANTPE: Work and safety conditions in small businesses: a crucible for social inequalities in health

Research engineer post (post-doc) in sociology – 12 month contract

*  *  *

Publié le jeudi 05 avril 2018 par Anastasia Giardinelli

Résumé

Alors que les connaissances en santé au travail (ST) progressent, elles sont rarement établies à partir du cas des TPE, qui, en dépit d’une grande hétérogénéité, présentent des caractéristiques telles que les enjeux de ST y sont bien présents : secteurs d’activités à risque ; main d’œuvre moins qualifiée, plus exposée aux risques et dont l’état de santé est le plus dégradé ; dispositifs de prévention insuffisants, rapports aux risques et à la prévention peu favorables à la protection…. Ainsi, dans la continuité des préoccupations des pouvoirs publics, ce projet propose de contribuer à étoffer les connaissances relatives aux enjeux de ST dans les TPE, en vue notamment de l’élaboration du prochain plan santé travail.

Annonce

Présentation

Le projet cherche à comprendre certains mécanismes par lesquels le travail conduit à dégrader la santé, et en conséquence à créer, perpétuer sinon creuser les ISS. En ciblant 5 secteurs d’activités (BTP et transport ; coiffure/esthétique et santé/social ; hôtellerie-restauration), il s’intéresse au rapport à la santé, aux risques et à la prévention, en étant notamment attentif à la dimension hors travail ainsi qu’à la question du genre. Plus précisément, en combinant approches sociologique et ergonomique, le projet poursuit 3 objectifs :

Objectifs

  • Comprendre dans quelle mesure les risques professionnels constituent un problème de santé au travail pour les TPE

Il s’agira de s’intéresser aux conditions de travail et aux risques auxquels sont soumis les travailleurs, du côté de leur perception d’une part, et du côté de leurs stratégies de gestion des risques d’autre part. Les perceptions  peuvent interférer sur leur ressenti de la qualité (ou non) de vie au travail et sur leur rapport au travail et à la prévention, mais aussi, par répercussion, sur le développement éventuel de comportements dits à risque dans et en dehors du travail. Cette approche appellera notamment à analyser les effets différenciés du genre et des cultures de métier. Par ailleurs, nous chercherons à saisir si les questions de ST se constituent en problème pour ces TPE et si une culture de la prévention s’y déploie, en veillant à la diversité des secteurs professionnels. Il semblerait que la prévention y soit insuffisante. Ceci pourrait être à l’origine d’inégalités dans l’accessibilité aux moyens de prévention, pouvant contribuer à expliquer les écarts de santé entre les salariés vulnérables des TPE et ceux des plus grandes, amplifiées par une acceptation et banalisation des risques plus prononcées qu’ailleurs.

  • Mettre en évidence les pratiques réelles de prévention dans les TPE

Ce deuxième objectif vise à comprendre la place et le type de pratiques de prévention dans les TPE. Selon les secteurs d’activités, les manières de gérer les risques dans l’activité individuelle et collective des salariés sont différentes et essentielles à étudier afin de déceler les marges de manœuvre spécifiques au fonctionnement des TPE. En partant des observations des pratiques réelles, il devient envisageable de concevoir des systèmes de prévention adaptés aux besoins des salariés et des chefs d’entreprise, ce qui est essentiel pour ces catégories d’entreprises.

  • Rendre compte des effets du travail sur la santé tels qu’ils sont perçus par les travailleurs

Ce troisième objectif s’attache aux effets du travail sur la santé tels qu’ils sont restitués par les travailleurs. Nous analyserons donc leur rapport à la santé en tentant de le mettre en parallèle avec leur rapport au travail et à l’emploi. Outre les effets directs du travail sur la santé, nous nous intéresserons à ses effets indirects, en ce qu’il peut favoriser l’adoption de conduites à risque (inégalement réparties). On peut supposer que le travail en constitue l’une des causes et chercherons à savoir de quelle manière ils le mobilisent dans leurs interprétations.

Méthodologie

Pour répondre à ces objectifs, nous combinerons approches quantitative (questionnaire) et qualitative (monographie d’entreprises réalisées au moyen d’entretiens et d’observations), en sociologie et en ergonomie. Cinq secteurs sont concernés par l’enquête, choisis en raison : de leur importante représentation au sein des TPE, de la présence de risques élevés, de leurs différences genrées, de leur plus ou moins grande dépendance envers de grandes entreprises, de leurs différences en termes d’institutionnalisation des dispositifs de prévention ou encore en raison de la porosité des frontières entre le travail et le hors travail.

L’enquête se décline dans 4 régions : Auvergne-Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées, Normandie, Pays de Loire.

Equipe de recherche

Le projet de recherche implique plusieurs chercheures avec lesquelles devra travailler le/la candidat.e : Sandrine Caroly (PU en ergonomie, U. Grenoble, PACTE), Fanny Darbus (MCF en sociologie, U. Nantes, CENS), Déborah Gaudin (doctorante en ergonomie, U. Grenoble, PACTE), Fanny Jedlicki (MCF en sociologie, U. Le Havre Normandie, IDEES LH), Anastasia Meidani (MCF en sociologie, U. Toulouse 2, LISST-CERS), Fabienne Pavis (MCF en sociologie, U. Nantes, CENS).

Comité de pilotage

Le projet s’appuie sur un COPIL pluridisciplinaire et pluri-institutionnel composé des membres de l’équipe de recherche + Marc Malenfer (chargé de mission TPE-PME, INRS), Patrick Lainé (chargé de mission TPE-PME, INRS), Dominique Lhuilier (PU en psychologie, CNAM), Marcel Golberg (Epidémiologiste, Université de SQY, INSERM), Laëtitia Rollin (médecin du travail, CHU de Rouen, responsable du dispositif EVREST).

Conditions d'emploi

Statut : Ingénieur de Recherche ; Unité de Recherche : IDEES Le Havre (UMR 6266).

Dates : entre Juin/Juillet et début septembre 2018 (à déterminer avec le candidat) à mai/juin et début septembre 2019 – Contrat de 12 mois

Salaire : à définir selon la grille IGR de la fonction publique

Déplacement sur les 4 sites possible (défraiement pour les transports et l’hébergement)

Lieu de rattachement administratif : Laboratoire IDEES Le Havre (UMR 6266), Université Le Havre Normandie, 25 rue Philippe Lebon, 76600 Le Havre (le/la post-doctorant.e disposera d’un bureau dans les locaux de l’université du Havre). Télétravail possible.

Profil souhaité et compétences attendues

  • Docteur.e en sociologie
  • Maîtriser la méthodologie d’enquête quantitative (expérience dans le domaine), connaissance de l’ensemble de la chaîne de production et de traitement d’enquête
  • Présenter à l’oral des résultats de recherche et la méthodologie
  • Rédiger des rapports et des publications scientifiques
  • Travailler en équipe
  • Des connaissances sur les thèmes de la recherche seraient appréciées : santé au travail, prévention des risques, TPE, ISS

Candidature

Le dossier de candidature comprendra : un CV, une lettre de motivation et si possible une publication (d’une enquête mobilisant des données quantitatives).

Date limite d’envoi des candidatures : 11 mai 2018

Les candidat·e·s préselectionné·e·s seront prévenu·e·s au plus tard le 18 mai 2018. Date des auditions à préciser (fin mai).

Jury

  • Emilie Legrand (MCF en sociologie, U. Le Havre Normandie, IDEES LH),
  • Fanny Darbus (MCF en sociologie, U. Nantes, CENS)
  • Fanny Jedlicki (MCF en sociologie, U. Le Havre Normandie, IDEES LH),
  • Anastasia Meidani (MCF en sociologie, U. Toulouse 2, LISST-CERS),
  • Fabienne Pavis (MCF en sociologie, U. Nantes, CENS).

Lieux

  • 25 rue Philippe Lebon
    Le Havre, France (76)

Dates

  • vendredi 11 mai 2018

Mots-clés

  • Santé au travail, inégalités sociales de santé, prévention, risques, approches quantitatives

Contacts

  • Emilie Legrand
    courriel : legrande [dot] emilie [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Sophie Havard
    courriel : idees [at] univ-lehavre [dot] fr

Pour citer cette annonce

« SANTPE : Conditions de travail et prévention dans les TPE : un creuset pour les inégalités sociales de santé », Bourse, prix et emploi, Calenda, Publié le jeudi 05 avril 2018, https://calenda.org/438539

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal