AccueilLes humanités dans le texte

Les humanités dans le texte

Appel à projets 2018

*  *  *

Publié le mardi 15 mai 2018 par Anastasia Giardinelli

Résumé

« Les Humanités dans le texte » lancent un appel à projets pour l’année 2018. Son but est de produire des contenus francophones qui seront mis en ligne, sous la forme aussi bien de modules vidéo interdisciplinaires et accessibles à un large public que de documents écrits téléchargeables.

Annonce

Argumentaire

Qu'est-ce que « Les Humanités dans le Texte » ?

Le projet « Les Humanités dans le texte » a pour but de remettre en valeur ce qui est le cœur même des Humanités, à savoir le travail direct sur les textes : lecture, traduction, explication, interprétation. Il ambitionne de structurer ainsi un réseau fondé sur le lien entre recherche et enseignement à tous les niveaux. Le projet repose sur la pratique des textes en langues anciennes. Porté par l’École normale supérieure et voué à rassembler de nombreux partenaires, le projet est structuré autour d’un Comité de pilotage présidé par Monsieur Frédéric Worms (directeur-adjoint lettres de l’ENS) et d’un Conseil scientifique international présidé par Madame Monique Trédé (membre de l’Institut).

Concrètement, il s’appuiera sur les propositions de ses partenaires, dans une dimension collective. Pour cela il organisera des rencontres régulières à différentes échelles et proposera une série d’outils adaptés à ses divers publics.

Les projets : un retour au texte antique

« Les Humanités dans le texte » lancent un appel à projets pour l’année 2018. Son but est de produire des contenus francophones qui seront mis en ligne, sous la forme aussi bien de modules vidéo interdisciplinaires et accessibles à un large public que de documents écrits téléchargeables. Chaque module ou dossier doit être centré sur un texte antique (ou un groupement de textes antiques). Le choix de ce texte doit être motivé par une question formulée à partir des débats qui animent le monde de la recherche ou plus largement le champ public, le texte choisi permettant sinon d’apporter des éléments de réponse, du moins de nourrir et d’orienter le débat. La question comme le texte doivent pouvoir intéresser différentes disciplines. Le point de départ est une traduction personnelle d’un texte grec ou latin, appuyée sur une première explicitation et interprétation de ce texte dans le contexte antique de son écriture, avec toute la rigueur qui s’impose. L'acte de traduction est un passage obligé, que l’on souhaite aussi vivant que possible, et ouvert à la pluralité des interprétations. Cette première traduction et interprétation pourra être discutée par les autres intervenants. Le but est en effet de proposer des lectures croisées du texte à travers différentes perspectives. Pourront ainsi dialoguer des personnes venues d’horizons disciplinaires divers, philologues, linguistes, historiens, archéologues, historiens de l’art, philosophes, anthropologues, sociologues, juristes, mathématiciens, médecins, physiciens, biologistes, sans que cette longue liste n’ait bien sûr rien de limitatif.

Croiser les regards, c’est aussi inscrire ces textes dans les débats de notre société. Les bénéfices attendus d’un tel croisement des lectures et des regards sont multiples : arriver à un gain de compréhension dans la lecture des textes, enrichir les approches en confrontant les lectures, resituer le cas échéant les textes dans l’histoire de leur réception et dans la tradition intellectuelle qu’ils ont contribué à définir, s’interroger sur la façon de traduire et de transmettre ces textes pour un public contemporain, montrer leur importance et leur portée dans les débats qui traversent notre société. C’est l’articulation entre le texte et une question qui doit rendre possible cette confrontation. Le texte comme la question ne doivent jamais être perdus de vue, occupant ainsi une position centrale, et non simplement initiale. C’est dire que le texte antique ne doit en aucun cas servir de prétexte et ne fournir qu’un point de départ commode à un vaste parcours chronologique déclinant le même thème à travers différentes époques.

Projets éligibles

Cet appel à projets est double.

Il comprend :

  • un appel à projets sans thème directeur, pouvant porter sur tout type de textes antiques
  • un appel à projets s’inscrivant dans la thématique de l'année 2018 : « Le politique : textes antiques et questions contemporaines »

Dans les deux cas, la proposition peut prendre la forme d’un projet de module vidéo ou d’un projet de dossier en ligne. Pour ce qui est du projet de module vidéo, la formule suggérée est celle d’un module d’1h00 à 1h30 composé de trois interventions, suivies ou non d’une discussion sous la forme d’une table ronde entre les trois intervenants. Si le texte sera au centre de ces interventions, il est bien sûr également possible de faire intervenir d’autres types de documents, notamment figurés. Cette formule n’est de toute façon pas contraignante et peut être aménagée suivant les objectifs que se donneront les porteurs du projet. La même structure s’appliquera mutatis mutandis à une proposition de dossier écrit, auquel on pourra joindre là aussi tous les documents jugés utiles, notamment cartographiques ou iconographiques. Les projets peuvent comporter une dimension pédagogique explicite, à destination des élèves du secondaire.

Mise en œuvre

Le conseil scientifique des « Humanités dans le texte » retiendra une première série de projets, qu’il s’agisse de projets de modules vidéo ou de projets de dossiers en ligne. Il accompagnera également leur réalisation.

Cette réalisation comprendra les étapes suivantes :

1. Production intellectuelle. Cette étape pourra nécessiter un travail préalable de concertation et de recherches, par exemple sous la forme de rencontres.

2. Présentation dans un lieu public. Ce lieu, proposé par les porteurs du projet, pourra être un lieu d’enseignement, un établissement de recherche, un musée, etc.

3. Réalisation numérique et mise en ligne. L’École normale supérieure prendra à sa charge les aspects techniques et financera la transformation finale du projet retenu en produit numérique.

Elle pourra également apporter un soutien financier aux deux premières étapes, préparation collective et présentation publique, quel que soit le lieu où elles se dérouleront (France métropolitaine). N’en sont pas moins bienvenus tous les partenariats éventuels susceptibles de contribuer, y compris financièrement, à la réalisation concrète des projets. De tels partenariats peuvent donc être mentionnés dans le projet.

Enfin, une journée sera organisée à l’automne 2018 à l’École normale supérieure, où seront conviés les porteurs de 4 projets s’inscrivant dans le cadre de la thématique 2018 « Le politique : textes antiques et questions contemporaines ».

Cette journée poursuivra un double but : mener un travail collectif destiné à faciliter la dernière étape du travail, et mettre à l’épreuve d’un premier public les interventions prévues.

Modalités de soumission

Proposer un projet

Les propositions comporteront deux éléments :

1. Une fiche de renseignements (formulaire en annexe)

2. Une description du projet (maximum 2 pages), comprenant : Le rappel du titre, des porteurs du projet, du/des texte(s) choisis et des intervenants

Une formulation claire et concise de la question motivant le choix du texte et servant de fil conducteur à l’ensemble des interventions.

Un bref aperçu des approches croisées prévues.

Les propositions doivent être adressées à Madame Monique Trédé, présidente du Conseil scientifique, et transmises par voie électronique, sous la forme d’un document PDF attaché, à Madame Émilia Robin (emilia.robin@ens.fr) avant le 15 juin 2018. Les réponses seront communiquées au début du mois de juillet.

Conseil scientifique

Examen des dossiers :

« Les dossiers seront examinés par le Conseil scientifique du projet « Les humanités dans le texte », présidé par Monique Trédé (ENS) et composé des personnes suivantes : Jean-François Balaudé (président de l'université Paris-Nanterre et de l'ATHENA), Marc Baratin (professeur à l'université de Lille), Marianne Bastid-Bruguière (membre de l'Institut), Anna-Albertina Beltrametti (professeur à l'université de Pavie), Maurizio Bettini (professeur à l'université de Pise), Guillaume Bonnet (professeur à l'université de Dijon), Michelle Bubenicek (directrice de l’École des Chartes), Julien Cantegreil (juriste et chef d'entreprise), Dominique d'Hinnin (président du Conseil d'administration d'Eutelsat), Paul Demont (professeur à l'université Paris-Sorbonne), François Hartog (directeur d'études à l'EHESS), Philippe Hoffmann (directeur d'études à l'EPHE), Daniel Loayza (conseiller artistique à l'Odéon), Paul Kalligas (professeur à l'université d'Athènes), Alexandra Mitsotaki (présidente du Centre Culturel Hellénique en France), Glenn Most (professeur à la Scuola Normale de Pise), Bruno Racine (ancien président de la BNF), Marwan Rashed (directeur adjoint du centre Léon Robin), Agnès Rouveret (professeur à l'université Paris-Nanterre), Danièle Sallenave (Académie française), Oliver Taplin (Oxford, Magdalen College), Anne-Marie Turcan-Verderk (directeur d'études à l'EPHE), Michel Zink (Collège de France). »

Modalités financières

ajout d'une ligne « budget prévisionnel, précisant la contribution demandée à l'ENS », à 2 endroits dans l'appel (cf PDF joint) :

  • dans l'item « Proposer un projet » page 3
  • dans le dossier de candidature page 5

Lieux

  • Ecole Normale Supérieure - 45 rue d'Ulm
    Paris, France (75)

Dates

  • vendredi 15 juin 2018

Mots-clés

  • Traduction, Latin, Grec, Humanités

Contacts

  • Emilia Robin
    courriel : emilia [dot] robin [at] ens [dot] fr

Source de l'information

  • Emilia Robin
    courriel : emilia [dot] robin [at] ens [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les humanités dans le texte », Appel d'offres, Calenda, Publié le mardi 15 mai 2018, https://calenda.org/440822

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal