AccueilValoriser les archives des ethnologues

Valoriser les archives des ethnologues

Promoting ethnology archives - the contemporary uses of collections

Usages contemporains des collections

*  *  *

Publié le jeudi 06 septembre 2018 par Céline Guilleux

Résumé

La numérisation croissante et la diffusion en ligne des archives et des photographies ethnographiques anciennes ou contemporaines posent la question des formes à donner à cette valorisation numérique, de sa réception et des usages qui peuvent en être faits. L’outil numérique permettant de montrer les contenus des collections différemment de l’édition imprimée et de l’exposition, et s’affranchissant de la base de données hiérarchique, est susceptible de modifier le discours scientifique produit sur les archives et les collections en ligne. Celles-ci sont aussi appropriées par divers publics, notamment les artistes, y compris dans les pays à partir desquels elles ont été constituées. D’autres discours peuvent alors les enrichir et leur donner une nouvelle forme d’existence.

Annonce

Argumentaire

La numérisation croissante des archives et des photographies ethnographiques anciennes ou contemporaines rend possible leur diffusion en ligne. Dès lors, outre la question de la gestion de la masse de données et de leur pérennité, se pose celle des formes à donner à cette valorisation numérique des archives et collections, de sa réception et des usages qui peuvent en être faits.

Le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative, le musée du quai Branly et la Bibliothèque nationale de France, partenaires du site « A la naissance de l’ethnologie française ». Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939) (http://naissanceethnologie.fr/) du Labex Les passés dans le présent, organisent un colloque les 4 et 5 octobre 2018 pour débattre de cette valorisation, suivi le 6 octobre d’une présentation débat au salon Kerchache du musée du quai Branly.

Les technologies sans cesse en progrès de l’outil numérique, qui permettent de montrer les contenus des collections différemment de l’édition imprimée et de l’exposition, et qui s’affranchissent de la base de données hiérarchique, sont susceptibles de modifier le discours scientifique produit sur elles. Archives et collections en ligne sont aussi appropriées par divers publics, notamment les artistes, y compris dans les pays à partir desquels elles ont été constituées. D’autres discours peuvent alors les enrichir et leur donner une nouvelle forme d’existence.

Inscription

Inscription gratuite : bibethno@mae.u-paris10.fr

Programme

Jeudi 4 octobre – Retours d’expérience de valorisation de collections ethnographiques

à la Bibliothèque nationale de France, auditorium 70 

  • 10h00 Ouverture du colloque par Mme Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France
  • Mot d’introduction par Ghislaine Glasson-Deschaumes, Labex Les passés dans le présent, et Sophie Blanchy, CNRS, Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative.

Session 1. Valorisation des collections ethnographiques par l’édition et les expositions

Modératrice : Caroline Tourette

  • 10h20-10h45 Eric Jolly, CNRS, Institut des mondes africains, Les usages éditoriaux des fiches et des photographies de terrain : l’exemple des missions Griaule.

Cet exposé s’attachera à analyser l’évolution des usages éditoriaux des fiches et des photographies des missions Griaule des années 1930 et 1940 en prenant en compte aussi bien les publications scientifiques, littéraires et grand public des membres de ces missions que les ouvrages plus récents consacrés à ces expéditions ethnographiques.

  • 10h45-10h 55  Discussion, questions
  • 11h00-11h25 Marianne Lemaire, CNRS, Institut des mondes africains, Usages et édition d’archives d’ethnologues. L’exemple de la correspondance de Denise Paulme et d’un journal de mission de Michel Leiris.

Cet exposé retracera deux expériences d’édition d’archives d’ethnologues et tentera de mettre en évidence les apports, les enjeux et les contraintes propres à chacune d’elles, notamment selon la nature de l’archive éditée : une correspondance ou un journal de mission.

  • 11h25-11h35 Discussion, questions

Pause 11h35-11h50

  • 11h50-12h15  Anaïs Mauuarin, Association de recherche sur l’image photographique, et Christine Barthe, Responsable de l'Unité Patrimoniale des collections photographiques au musée du quai Branly, avec Carine Peltier, responsable de l’iconothèque du musée du quai Branly, Exposer les photographies, du Trocadéro au quai Branly.

La communication portera sur quelques moments clefs de l’histoire des photographies : de la façon dont l’ethnologie a montré ses images dans le contexte du Musée d’Ethnographie du Trocadéro dans les années 30, à quelques expositions spécifiques au Musée de l’Homme dans les années 90, avant le transfert des collections au musée du quai branly. Seront évoqués différents cas de figure montrant diverses facettes d’un statut des collections en évolution.

  • 12h15-12h25 Discussion, questions
  • 12h25-12h50 Alain Carou, conservateur au département de l’audiovisuel, Bibliothèque nationale de France, Andrea Paganini, Fondation Jean Rouch, et Béatrice de Pastre, directrice des Archives françaises du film du Centre National de la Cinématographie, commissaires de l’exposition, Retour sur l’exposition « Jean Rouch, l’Homme-Cinéma » (26 septembre au 26 novembre 2017).
  • 12h50-13h00 Discussion, questions

Pause déjeuner 13h00-14h00 pour les intervenants à la cantine de la BNF

Session 2. Retour critique sur la fabrication de sites web de valorisation d’archives ou de collections

Modératrice : Ghislaine Glasson-Deschaumes

14h00-15h10 Table ronde :

  • Marie Dominique Mouton,
  • Sophie Blanchy,
  • Frédéric Dubois, CNRS, Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative,
  • Laure Carbonnel,
  • Aurélie Méric,

Retour sur la réalisation du site « A la naissance de l’ethnologie française. Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939) ».

L’équipe du projet retracera les questions théoriques et méthodologiques qui se sont posées lors de la réalisation du site (au sein du Labex Les passés dans le présent), en partenariat avec le musée du quai Branly-Jacques Chirac et la Bibliothèque nationale de France, depuis ses objectifs jusqu’à ses choix techniques et scientifiques.

  • 15h10-15h25 Discussion, questions
  • 15h25-15h50 Caroline Tourette, Conservateur au département Philosophie, Histoire et Sciences de l’Homme, Bibliothèque nationale de France, La valorisation des collections de la BnF avec Gallica : la constitution du corpus Ethnologie française.

Les corpus Gallica sont des sélections organisées et éditorialisées de documents numérisés de la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France. Le partenariat avec le Labex Les passés dans le présent a été l’occasion de créer un corpus Gallica destiné au grand public et complémentaire du site A la naissance de l’ethnologie française.

  • 15h50-16h00 Discussion, questions

16h00-16h20  Pause

  • 16h20-16h45  Pascal Cordereix, BNF, département de l'Audiovisuel, Bibliothèque nationale de France et Aude da Cruz Lima, CNRS, Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative-Centre de recherches en ethnomusicologie,“Les sources de l’ethnomusicologie” : retour d’expérience d’un projet de valorisation numérique à l’ère du web de données.

Le projet Les Sources de l’ethnomusicologie (Labex Les passés dans le présent) porte sur la numérisation, la documentation et la valorisation des archives sonores et audiovisuelles ethnomusicologiques conservées dans les institutions partenaires : la BnF, le Centre de Recherche en Ethnomusicologie (LESC, CNRS UPN) et le musée du quai Branly - Jacques Chirac. L’enjeu de ce projet est de faciliter, grâce à des technologies numériques novatrices, l’accès à ces fonds patrimoniaux complémentaires et dispersés.

16h45-16h55 Discussion, questions

Vendredi 5 octobre – Réception et usages des valorisations d’archives ou de collections ethnographiques

à la maison Max Weber, Université Paris-Nanterre.

Session 3. Relations entre fonds ou collections et pratiques contemporaines

Modérateur : Eric Jolly

  • 10h00-10h25 Jean-Jacques Castéret, directeur de l’Ethnopôle InOc Aquitaine, chercheur associé au Laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l'Adour, Médiations numériques en domaine occitan : Entre archive et pratiques vivantes

Dès le milieu des années 2000, l’Institut Occitan (InOc) Aquitaine, opérateur de la région Nouvelle-Aquitaine pour la valorisation de la langue et de la culture occitane, labellisé Ethnopôle [Pôle national de recherches et de ressources en ethnologie] par le ministère de la Culture (DPRPS-DGPat), a abordé la transmission du patrimoine culturel immatériel par le biais de productions éditoriales en ligne, notamment le site Sondaqui.com, constituant peu à peu un environnement numérique œuvrant à la croisée de la recherche et de l’action culturelle, entre archive et pratiques vivantes ; inventaire et éducation artistique et culturelle ; appropriation des ressources par les artistes et acteurs de terrain.

10h25-10h 35  Discussion, question

  • 10h40-11h05 Judith Hannoun, Maison Asie-Pacifique / CREDO (CNRS/Aix-Marseille Université) Les chercheurs et leurs archives : l'exemple d'ODSAS, plateforme d’archivage, de manipulation et d’annotation des ressources numériques en sciences humaines et sociales

Depuis plus de 10 ans, la plateforme ODSAS, https://www.odsas.net, propose aux chercheurs en sciences sociales, une autre approche dans l'appropriation de leurs données de terrains. Cette intervention propose de faire le point sur les différentes pratiques et usages des chercheurs quant à la réutilisation, l'exploitation et la valorisation de leurs archives numériques.

  • 11h05-11h15  Discussion, questions

11h15-11h35 Pause

  • 11h35-12h00 Valérie Perlès, directrice du musée Albert Kahn. Créer les conditions de la rencontre entre les différents publics et les Archives de la planète 

Dans un contexte de rénovation et de réécriture de son projet, le musée Albert Kahn, détenteur des Archives de la planète constituées entre 1909 et 1931 par le banquier, philanthrope et pacifiste Albert Kahn (plus d’une centaine d’heures de films et près de 72 000 autochromes), s’engage dans une démarche historiographique visant à interroger la perception du monde par le photographe/cameraman, la matérialité du fonds, et entreprend un travail autour de l’histoire de ses usages et de sa réception dans différents contextes d’utilisation. Différentes modalités de diffusion et de valorisation des collections sont envisagées. Nous proposons de présenter ici deux projets emblématiques : l’open data qui permet, librement, de mettre l’ensemble des collections dématérialisées à la disposition du plus grand nombre ; le parcours permanent qui donne des clés de compréhension de ces mêmes collections à travers une « vraie » expérience de visite.

  • 12h00-12h10  Discussion, questions                                               
  • 12h15-12h40  David Zeitlyn, Professor of Social Anthropology, University of Oxford, Archiving ethnography? The impossible and the necessity. Damned if we do, damned if we don't.

Contradictory injunctions, conflicting legal, moral and ethical codes should not be much of a surprise to ethnographers (nor archivists) but surprised we often are. I consider some extreme cases and extreme reactions to them. However, for most ethnography there are mundane, working solutions also achievable without having to burn everything. (For example long embargos can solve many problems but these raise data migration issues).

  • 12h40-12h50 Discussion, questions

Pause déjeuner 13h00-14h00 buffet pour les intervenants, Maison Max Weber

Session 4.  Réception et usages par les populations et les artistes

Modérateur : Julien Bondaz

  • 14h00-14h25 Jessica de Largy Healey, Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparativeArchives numériques aborigènes et création: exemples récents de la Terre d’Arnhem
  • Depuis une quinzaine d’années, des centres d’archives aborigènes ont vu le jour dans plusieurs communautés isolées du nord de l’Australie. Bénéficiant d’une politique institutionnelle propice à la restitution numérique des collections, ce tournant archivistique aborigène génère une formidable créativité et des pratiques artistiques nouvelles dont il s’agira ici de présenter quelques exemples.
  • 14h25-14h35 Discussion, questions
  • 14h35-15h35 Table ronde : Dominique Malaquais, Imaf, (Archive (re)mix), Sarah Frioux-Salgas, Responsable des archives du Musée du quai Branly, et Mathieu Kleyebe Abonnenc, réalisateur de cinéma, à propos du travail des artistes avec des archives et des collections africaines.
  • 15h35-15h55 Discussion, questions

15h55-16h15 Pause

  • 16h15-16h40  Jean-Philippe Moreux, Expert scientifique Gallica, département de la Coopération, BnF. Les outils des humanités numériques et leur application sur les collections numériques de la BnF : retour d’expérience

La dynamique des humanités numériques conduit les bibliothèques à réinventer leur mission et à se positionner en tant que fournisseur de services aux chercheurs travaillant sur des corpus numériques. La BnF s’inscrit dans cette dynamique depuis plusieurs années, en particulier avec son projet de recherche CORPUS, et dispose désormais d’un retour d’expérience substantiel quant à ces nouvelles formes d’interaction entre bibliothèques numériques et acteurs du monde académique.

  • 16h40 Questions et discussion finale

Samedi 6 octobre

Rendez-vous au salon Kerchache, musée du quai Branly

15h00-17h00 « Quelles archives aujourd’hui pour les objets du musée du quai Branly ? L’exemple des poupées de la mission Dakar Djibouti »

Autour du film Les poupées. Archives vivantes, Sénégal, 2012-2015. Entretiens croisés sur des objets collectés au Sénégal par la mission Dakar-Djibouti en 1931 (28’). Dans le cadre d’un projet collectif d’archives vivantes et de restitution symbolique d’objets  collectés en Afrique, Marie Gautheron a réalisé une série d’interviews filmées auprès d’interlocuteurs africains, face à des photographies d’un corpus d’objets de la mission Dakar Djibouti.

Avec Marie Gautheron, agrégée de lettres et historienne de l’art. Le débat sera animé par Jessica De Largy Healy (chercheure CNRS, LESC) autour de ce cas et d’autres exemples (aborigènes d’Australie notamment) d’élaborations d’archives vivantes et des modes de restitution.

Leur dialogue portera sur ce que peut apporter à notre connaissance des objets les discours contemporains et la réception locale de ces objets.

Lieux

  • Auditorium 70 - BNF, quai François Mauriac
    Paris 13 Gobelins, France (75)
  • Maison Max Weber - Université Paris Nanterre
    Nanterre, France (92)
  • Salon Kerchache - Musée du quai Branly, 37 quai Branly
    Paris 07 Palais-Bourbon, France (75)

Dates

  • jeudi 04 octobre 2018
  • vendredi 05 octobre 2018
  • samedi 06 octobre 2018

Mots-clés

  • archive, photographie, numérisation, réception, usage

Contacts

  • Sophie Blanchy
    courriel : sophie [dot] blanchy [at] cnrs [dot] fr
  • Quentin Roblin
    courriel : quentin [dot] roblin [at] parisnanterre [dot] fr

Source de l'information

  • Sophie Blanchy
    courriel : sophie [dot] blanchy [at] cnrs [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Valoriser les archives des ethnologues », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 06 septembre 2018, https://calenda.org/474455

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal