AccueilMigrer par les arts

Migrer par les arts

Migrating through the Arts

Repenser les mondes de la musique et de la danse au prisme des (im)mobilités contemporaines

Rethinking the Worlds of Music and Dance through contemporary (Im)mobility

*  *  *

Publié le mercredi 26 septembre 2018 par Elsa Zotian

Résumé

Ce colloque examine de façon transversale et transdisciplinaire les diverses modalités de mobilité et de migration qui se créent au travers des arts, ainsi que les recompositions des mondes de la musique et de la danse qui se jouent dans le champ transnational. Il s’agira d’étudier les modalités de mouvement ou d’empêchement à circuler révélés par l’analyse de la musique et de la danse, la façon dont les mondes de l’art et les créations contemporaines sont façonnés par différentes formes d’(im)mobilité, et la manière dont, dans ce sillage, des individus agissent sur leurs environnements sociaux et sur les rapports de pouvoir dans lesquels ils évoluent.

Annonce

Argumentaire

Depuis les années 1990, le « mobility turn » a été à l’origine de renouvellements considérables dans les sciences sociales. Articulé aux réflexions sur la globalisation culturelle (Appadurai 2001) et sur le transnationalisme (Basch, Szanton-Blanc et Glick-Schiller 1994), il a instillé de nouvelles manières de penser l’espace, les processus sociaux, les dynamiques culturelles ou encore les rapports au politique, en considérant qu’un cadre analytique centré sur les mouvements permettait de sortir de l’usage de catégories statiques et de mieux penser la fluidité des processus en œuvre dans le monde contemporain (Sheller et Urry 2006 ; Urry 2007 ; Cresswell et Merriman 2011 ; Faulconbridge et Hui 2016). Toutefois, différents travaux tendent aujourd’hui à nuancer cette approche, portée essentiellement sur la mobilité (Ortar, Salzbrunn et Stock, à paraître), en critiquant son occultation des inégalités et des nombreux envers de ces logiques de circulations et en éclairant la façon dont l’immobilisme et l’empêchement à circuler constituent aussi le quotidien de nombreux parcours (Timéra 2009 ; Rinaudo 2017). Les études approfondies sur les migrations ont notamment éclairé les inégalités et les tensions complexes entre blocages / circulations qui influencent désormais les rapports à la mobilité, à la citoyenneté et aux appartenances dans le monde contemporain (Roulleau-Berger 2011 ; Agier 2002 ; Cuche et al. 2009 ; Agier 2013 ; Agier et Lecadet 2014).

Depuis quelques années, le registre des pratiques artistiques s’est imposé comme une entrée originale pour penser ces rapports à la mobilité et à l’immobilité, grâce à quelques études pionnières. D’une part, un champ de recherche sur les pratiques artistiques des migrant.e.s a souligné les modes de reconnaissance, d’intégration et de requalification sociale développés au travers des arts (Turino et Lea 2004 ; Martiniello, Puig et Suzanne 2009 ; Gibert 2011 ; Rastas et Seye 2016 ; Salzbrunn 2017). D’autre part, diverses recherches ont éclairé la manière dont la migration – à l’échelle translocale et transnationale – l’exil et l’accroissement des mobilités travaillaient les mondes de l’art « locaux » (Despres 2016 ; Petersen 2017) et la façon dont ces mobilités nourrissaient les créations elles-mêmes (Moulard 2014 ; Gaulier 2015). Au sein de ces études sur les arts, les musiques et les danses sont reconnues de longue date pour exercer à la fois le rôle d’acteurs et d’agents de la mondialisation (Aparicio et Jàquez 2003 ; Stokes 2004, 2011; Neveu Kringelbach et Skinner 2012 ; Le Menestrel 2012 ; Kiwan et Meinhof 2011a, 2011b ; Andrieu et Olivier 2017). Du fait de leur puissant potentiel circulatoire, elles contribuent à la migration des hommes, des idées, des mouvements culturels et des idéologies (Pacini Hernandez 2010 ; Aterianus-Owanga et Guedj 2014), permettant aux individus de résister, de se remémorer et de développer des stratégies de survie dans de nouveaux contextes (Kaiser 2006 ; Puig 2006 ; Bohlman 2007 ; Bachir-Loopuyt et Damon-Guillot, à paraître).

Ce colloque propose d’approfondir, de documenter empiriquement et d’enrichir théoriquement les discussions développées sur ces questions, en examinant de façon transversale et transdisciplinaire les diverses modalités de mobilité et de migration qui se créent au travers des arts, ainsi que les recompositions des mondes de la musique et de la danse qui se jouent dans le champ transnational. Il s’agira d’étudier les modalités de mouvement ou d’empêchement à circuler révélés par l’analyse de la musique et de la danse, la façon dont les mondes de l’art et les créations contemporaines sont façonnés par différentes formes d’(im)mobilité, et la manière dont, dans ce sillage, des individus agissent sur leurs environnements sociaux et sur les rapports de pouvoir dans lesquels ils évoluent.

Dans ce colloque, tout en considérant les créations et les œuvres naissant en situation de migration ou de mobilité (Aubert 2005 ; Damon-Guillot et Lefront 2017), nous appelons les auteur.e.s à mettre l’accent sur une description des contextes, des réseaux et des acteurs et actrices des mondes de l’art (Becker 1988) ou des scènes musicales (Bennett et Peterson 2004). Bien que nous laissions ouverte la possibilité d’établir des parallèles avec des recherches effectuées à propos d’autres univers artistiques, ce colloque s’intéressera spécifiquement aux musiques et aux danses. Il nous semble en effet pertinent d’interroger ces deux domaines car ils s’avèrent étroitement interconnectés, parce qu’ils ont donné lieu à la création de marchés particuliers, mais aussi en tenant compte de leurs irréductibilités et de leurs manières propres de circuler (Apprill 2015). Ce colloque pourra aussi bien accueillir des études de cas tirées d’approches géographiques, historiques, anthropologiques, sociologiques, ethnomusicologiques ou ethnoscénologiques que des synthèses théoriques transversales. Les propositions prenant en considération l’ancienneté des mobilités artistiques seront bienvenues (Bohlman 2011). Plutôt que de considérer la globalisation comme une rupture soudaine avec le « local » et les « traditions », nous appelons en effet à penser la longue durée des processus de contact, d’échange et d’interpénétration qui constituent le cœur de la production et de la dynamique des cultures (Clifford 1997 ; Assayag 1998 ; Amselle 2001, 2009). Des approches en termes de transnationalisme (Basch, Schiller, et Szanton Blanc 1994 ; Capone 2004 ; Argyriadis et al. 2012 ; Dahinden 2017) permettront en ce sens de rendre compte des spécificités contemporaines de la mobilité dans le monde de la musique et de la danse, tout en sortant de la dichotomie local/global qui a longtemps caractérisé les études de la migration et de la mondialisation (Kearney 1995 ; Trémon 2012).

Nous esquissons plusieurs axes pour orienter la réflexion des contributeurs dans la conception de leurs propositions : 

Axes

  • Diversité des (im)mobilités artistiques
  • Genre et migration dans les arts
  • Trajectoires professionnelles artistiques en migration 
  • Performer les imaginaires et les mémoires de la migration
  • Les mondes de l’art : des échelles interconnectées

Plus d'informations sont disponibles dans l'appel à communication.

Key notes

  • Hélène Neveu Kringelbach (UCL)
  • Martin Stokes (King’s College London)

Modalités de soumission

Les résumés, de 3000 signes maximum, sont à envoyer à l’adresse mail du colloque (migrart@unil.ch)

avant le 19 octobre,

accompagnés d’une notice bio-bibliographique de 200 mots maximum. Les propositions de contributions décriront précisément les données mobilisées pour l’analyse, les approches méthodologiques et théoriques privilégiées, ainsi que les axes principaux de la démonstration de l’auteur.e.

Les langues du colloque seront le français et l’anglais. Il sera demandé aux contributeurs et aux contributrices de fournir des traductions de leur powerpoint dans la langue autre que celle utilisée dans leur présentation.

Comité d’organisation

  • Alice Aterianus-Owanga (ISSR-UNIL)
  • Armelle Gaulier (LAM-Science Po Bordeaux)
  • Joanna Menet (NCCR on the move-UNINE)
  • Cécile Navarro (ISSR-UNIL)
  • Ana Rodriguez Quinones (ISSR-UNIL)
  • Monika Salzbrunn (ISSR-UNIL)

Comité scientifique

  • Sarah Andrieu (IMAF - Nice Sophia Antipolis)
  • Talia Bachir Loopuyt (ICD - Tours)
  • Marie-Pierre Gibert (CREA - Lyon II)
  • Stéphanie Khoury (Tufts Music)
  • Mahalia Lassibille (URMIS - Paris 8)
  • Sara Le Menestrel (CENA - EHESS)
  • Marc Perrenoud (ISS - UNIL)
  • Nicolas Puig (IRD - Paris Diderot)
  • Christian Rinaudo (URMIS - Nice Sophia Antipolis)
  • Pierre Emmanuel Sorignet (ISS - UNIL)
  • Monika Salzbrunn (ISSR - UNIL)
  • Jonathan Skinner (DLS - Roehampton University)
  • Britta Sweers (CGS - UNIBE)

Institutions partenaires

  • Institut des sciences sociales des religions (Université de Lausanne).
  • NCCR on the move (Université de Neuchâtel)
  • Laboratoire "Les Afriques dans le Monde" (Sciences-Po Bordeaux)
  • Plateforme Genre (Université de Lausanne)
  • Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique

Lieux

  • Faculté des sciences sociales et politiques, Bâtiment Géopolis - Université de Lausanne
    Lausanne, Confédération Suisse (1015)

Dates

  • vendredi 19 octobre 2018

Mots-clés

  • art, mobilité, migration, musique, danse

Source de l'information

  • Cécile Navarro
    courriel : migrart [at] unil [dot] ch

Pour citer cette annonce

« Migrer par les arts », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 26 septembre 2018, https://calenda.org/479325

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal